Etats-Unis : à quoi ressembleront les "Trumponomics" ?

La politique économique revendiquée par le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, ne peut se concevoir qu'autour de trois piliers complémentaires, à savoir le protectionnisme, les baisses d'impôts et la dérégulation financière, avec un seul but : rétablir la puissance étasunienne.

12 mn

Quelle politique économique pour le nouveau président Trump ?
Quelle politique économique pour le nouveau président Trump ? (Crédits : Reuters)

L'impensable est donc devenu réalité. L'arrivée du fantasque et clownesque magnat de la construction Donald Trump aux commandes de la première puissance mondiale, est, depuis ce 20 janvier, la nouvelle donne avec laquelle le monde devra compter. L'homme a certes été élu 45e président des Etats-Unis avec plus de 3 millions de voix de moins que son adversaire, il est certes le président le moins populaire en début de mandat de ces dernières années, mais Donald Trump ne doute pas de sa légitimité, du reste légalement acquise, et entend donc appliquer son programme, y compris sur le plan économique. C'est ce qu'il a montré sans ambiguïté au cours de la phase de transition.

Quelle sera la politique économique du nouveau président ? A quoi ressembleront les « Trumponomics » sur lesquels les marchés financiers et quelques grands capitaines d'industrie du monde entier (à commencer par Bernard Arnault, l'homme le plus riche de France, qui est venu faire acte d'allégeance à la Trump Tower de New York) comptent tant ? Beaucoup ne retiennent que le retour d'un agenda protectionniste et le risque de guerre commerciale. Il est vrai que Donald Trump s'est beaucoup agité sur le sujet ces dernières semaines, faisant pression sur General Motors, Toyota, Ford et, plus récemment, BMW, pour inciter ces firmes à relocaliser leur production aux Etats-Unis.

Refonder la « grandeur américaine »

Mais résumer les « Trumponomics » à un simple « repli sur soi » serait un peu court. Au milieu des déclarations contradictoires, Donald Trump a affiché une seule ligne de conduite claire, qui se résume par son slogan de campagne, sur lequel le nouveau président a achevé son discours d'investiture : « rendre l'Amérique à nouveau grande » (« Make America Great Again »). C'est indéniablement un Nationaliste qui entend imposer au reste du monde l'intérêt de son pays. Mais n'est-ce pas le cas de la plupart des présidents des Etats-Unis ? La spécificité de Donald Trump, c'est que son nationalisme s'appuie sur une logique économique. Comme l'ont prouvé ses déclarations sur l'Europe et l'Allemagne, l'intérêt économique des Etats-Unis prime désormais sur toute autre considération. Le monde est perçu comme un lieu de prédation et la grandeur « américaine » consistera à donner aux Etats-Unis les moyens de s'imposer dans cette « jungle » économique. La puissance militaire peut, de ce point de vue, être utile, mais elle ne prime pas, car son usage est coûteux et peu rentable. C'est ce qui explique les critiques sévères du nouveau président à la stratégie militaire des deux George Bush.

Pour refonder la puissance des Etats-Unis, Donald Trump préfèrera donc la « vieille méthode », celle de la puissance financière pure, celle qu'a privilégiée le pays au début du 20e siècle lorsque les capitaux étasuniens assuraient la « grandeur de l'Amérique ». Ceci est, du reste, plus conforme à sa personnalité de « manager » donnant des leçons dans les émissions de télé-réalité. Plus que jamais, la référence du nouveau président sera bien les Républicains de la vieille manière, ceux des années 1920, que l'on appelle « isolationnistes », mais qui en réalité, bâtissaient un ordre mondial dominé par les Etats-Unis et fondé sur la puissance des capitaux étasuniens. Deux présidents du Conseil français, Raymond Poincaré en 1924, puis Edouard Herriot en 1926, en ont fait l'amère expérience...

Donald Trump prend, d'une certaine façon, acte de l'affaiblissement de la stratégie classique des Etats-Unis, celle qui fonde sa puissance sur son action extérieure. Les échecs des interventions au Moyen-Orient, l'émergence de la puissance concurrente de la Chine, l'action de la Russie malgré le renforcement de l'OTAN en Europe centrale imposent de changer de cap. Pour les Républicains « trumpistes », la puissance militaire n'est rien sans fondement financier. Il faut donc refonder cette base, en priorité. C'est ce qui les distingue de Ronald Reagan qui avait donné sa priorité à la puissance militaire, au prix même de l'indépendance financière du pays.

Redresser le déficit courant des Etats-Unis

La traduction de la « grandeur américaine » passera donc alors par le rétablissement d'un excédent courant, autrement dit par la reconstitution d'une capacité de projection des capitaux étasuniens. Tant que les Etats-Unis affichent des besoins de capitaux étrangers, ils ne peuvent évidemment jouer pleinement de leur puissance et sont dépendants de l'extérieur, et notamment de leur principal rival géopolitique, la Chine.

Pendant des décennies, la puissance étasunienne s'est basée sur l'abondance des capitaux générés par l'économie des Etats-Unis. C'est cette abondance qui a permis aux Etats-Unis de financer l'effort de guerre de l'Entente entre 1914 et 1918, c'est elle qui lui a permis de dessiner le nouvel ordre mondial des années 1920, c'est elle encore qui a permis le plan Marshall et la mise en place de l'abondance économique des années 1950 et 1960 et, qui, finalement, a permis de tenir en échec l'URSS. Jusqu'au début des années 1980, la balance des comptes courants américains étaient ainsi proche de l'équilibre. La puissance économique du pays lui permettait de projeter ses capitaux à l'étranger sans s'affaiblir, bien au contraire, puisque, globalement, son épargne permettait de financer son économie. C'est clairement l'âge d'or auquel aspire Donald Trump.

Tout a changé dans les années 1980 et surtout dans les années 1990. Depuis le deuxième trimestre 1991, les Etats-Unis accusent un déficit courant qui a atteint jusqu'à 6 % du PIB en 2005 et qui est actuellement à 1,9 % du PIB. Depuis près de trente ans, pour fonctionner, l'économie des Etats-Unis doit donc emprunter des capitaux, notamment en Chine. Pour Donald Trump, et il l'a confirmé dans son discours d'investiture, ce phénomène est le produit de la désindustrialisation des Etats-Unis et il y voit le sentiment d'un transfert de richesse vers l'étranger.

Naturellement, l'ambition de Donald Trump est donc de renverser cette situation. Pour cela, les Etats-Unis vont devoir réduire leur déficit commercial et générer davantage d'épargne pour financer son économie et l'étranger. Ce n'est donc pas un hasard si Donald Trump s'est attaqué ouvertement avant son investiture à deux pays, la Chine et l'Allemagne, qui sont parmi les plus excédentaires du monde. Et s'il a visé nommément à plusieurs reprises le déficit commercial avec la Chine comme sa première priorité. Pour réduire leur déficit courant, les Etats-Unis vont logiquement devoir le transférer aux pays actuellement excédentaires. Peu importe donc que l'Allemagne soit l'alliée traditionnelle des Etats-Unis en Europe : elle est, pour Donald Trump, de par son excédent courant monstrueux de près de 9 % du PIB, un ennemi désigné de la « grandeur américaine ».

Les baisses d'impôts, élément central du système Trump

Dans ce cadre, le protectionnisme de Donald Trump vise évidemment à réduire le déficit commercial des Etats-Unis qui, en 2016, a atteint 666 milliards de dollars. Pour réduire le déficit avec l'Allemagne et la Chine, la nouvelle administration peut donc envisager des taxations massives sur les importations en provenance de ce pays. Mais, comme on l'a vu lors de ces dernières semaines, l'essentiel n'est pas ici : ce que vise la nouvelle administration, c'est bien plutôt les relocalisations des capacités de production. En ramenant les usines sur le sol américain, Donald Trump ne fait pas que rapatrier des emplois, il créé les conditions de ce rééquilibrage de la balance courante en réduisant la dépendance vis-à-vis de l'extérieur. Et pour cela, les taxes aux frontières ont, certes, une fonction, mais qui n'est pas centrale : les baisses d'impôts jouent un rôle nettement plus important. C'est, du reste, ce qu'a reconnu General Motors lorsque la firme a annoncé investir sur le sol américain et non plus mexicain. Les relocalisations à la Trump s'exerceront donc par la stratégie de la carotte des baisses d'impôts et du bâton des droits de douane. Et il n'est pas certain que le second soit déterminant, au-delà des effets de manche du nouveau président. Là encore, on est clairement dans la logique des Républicains des années 1920 : lorsque ces derniers sont revenus au pouvoir en 1921, ils ont relevé les droits de douane et abaissé les impôts.

Les baisses d'impôts sont donc finalement un aspect aussi central que le protectionnisme renforcé dans les « Trumponomics ».  Elles permettent non seulement de dégager des capitaux, mais aussi de les aimanter aux Etats-Unis. L'ambition de la nouvelle administration n'est pas, alors, avec cette politique, comme on l'entend souvent, de conduire à des gains de pouvoir d'achat et à davantage de consommation. Il s'agit bien davantage de créer les conditions d'un excès d'épargne et de favoriser l'investissement local. Le plan Trump n'est pas un plan centré sur les revenus moyens et faibles, ceux qui consomment le plus, c'est un plan centré sur les entreprises et les revenus les plus aisés. C'est aussi la logique de la destruction de l'Obamacare : il ne s'agit pas de protéger la capacité de consommation des ménages les plus faibles, mais la capacité d'épargne des ménages les plus aisés et pour cela, il faut pouvoir réduire les dépenses sociales.

Troisième pierre angulaire : la finance dérégulée

Reste que cette politique n'est rien sans un troisième élément : la finance dérégulée. En faisant sauter les digues élevées après la crise, l'administration Trump espère donner un avantage comparatif, dans un contexte de régulation, au secteur financier américain et, ainsi, attirer les capitaux des ménages, grossis par les baisses d'impôts, par la promesse de rendements à nouveau mirifique. Ces capitaux, au lieu, comme aujourd'hui, de repartir vers les pays émergents, resteraient cette fois aux Etats-Unis, dans son économie dopée par les baisses d'impôts et protégée par les droits de douanes ainsi que dans ses marchés financiers dopés par la dérégulation et ses promesses de rendements mirifiques. C'est bien sur cette dernière promesse que les marchés ont bondi depuis l'élection de novembre dernier. La dérégulation financière unilatérale est donc la pierre angulaire du système Trump : c'est par elle que viendra la croissance qui attirera et maintiendra les capitaux aux Etats-Unis.

La nécessité de maintenir le déficit public sous contrôle

Dans un tel contexte, la nouvelle administration ne peut réellement se permettre de creuser massivement les déficits, c'est-à-dire de continuer à dépendre de l'étranger, tant que la capacité d'épargne des Etats-Unis ne s'est pas reconstituée et la croissance ne s'est pas renforcée. Or, le déficit public des Etats-Unis est encore à environ 3,2 % du PIB.  Ceci suppose sans doute un plan de baisse d'impôts moins ambitieux que celui qu'a annoncé Donald Trump, autrement dit sans doute encore moins redistributif que prévu, et un plan de relance qui ne saurait être de 1.000 milliards de dollars comme annoncé très évasivement pendant la campagne. La majorité républicaine donnera, de toute façon, la priorité aux baisses de taxes, notamment sur les entreprises. Mais l'on ne doit pas exclure - et la rapidité de la destruction prévue de l'Obamacare semble le confirmer que tout acte de dépense ou de baisse d'impôt soit accompagnée de franches baisses de dépenses publiques.

Le dollar fort

Dès lors, les « Trumponomics » sont naturellement un terreau favorable à un dollar fort. Certes, Washington ne peut se permettre une appréciation de sa monnaie trop élevée afin de ne pas favoriser les importations et pénaliser les exportations. Mais un dollar fort est une conséquence logique de la politique de Donald Trump, c'est aussi un moyen de maintenir aux Etats-Unis l'épargne et les investissements. Avec une monnaie forte et des taux élevés, nul ne souhaitera faire sortir ses capitaux des Etats-Unis. Aussi la politique de resserrement de la Fed n'est-elle pas nécessairement hostile à la politique Trump. De ce point de vue, la nouvelle administration pourrait donc préférer à une baisse du dollar une politique protectionniste de sanctions ciblées sur les pays qui disposent de monnaies jugées « sous-évaluées » comme la Chine et l'Allemagne.

Ambition difficile à tenir

L'ambition de la nouvelle administration est donc considérable : il s'agit d'inverser un modèle économique mis en place depuis plus de trente ans. Mais contrairement à ce qu'on entend souvent, cette ambition a sa logique, elle n'est pas « incohérente ». Il ne s'agit certainement pas de mettre fin à la révolution néolibérale des années 1980, mais il s'agit de la refonder au bénéfice de la puissance des Etats-Unis. Une telle politique pourrait bien néanmoins encore aggraver les déséquilibres actuels de l'économie américaine. L'économie mondiale n'est pas celle d'il y a un siècle : on ne reconstitue pas une capacité productive aussi simplement que le suppose Donald Trump et la capacité d'action de la finance étasunienne des années 1920 est d'abord le fruit de l'extraordinaire développement du pays après la Guerre de Sécession (1861-1865).

Des risques considérables

En revanche, l'insistance sur les baisses d'impôts et la finance dérégulée risque de priver encore davantage l'économie réelle d'investissements et d'accroître encore les inégalités (une étude récente vient de prouver l'impact des réformes fiscales de Donald Reagan dans ce creusement). Deux éléments qui viendront peser sur la croissance future des Etats-Unis. Enfin, on sait où mène la dérégulation financière et la domination étasunienne par l'usage des capitaux. Ces politiques ont conduit aux deux pires crises financières de ces cent dernières années : la crise de 1929 et celle de 2007. Donald Trump joue clairement avec le feu, non pas tant par l'usage d'un protectionnisme que seul l'Europe avait réellement oublié et qui prend corps dans un contexte de ralentissement du commerce mondial, mais par l'utilisation de recettes d'apprentis sorciers qui, à coup sûr, conduisent à des désastres pour l'économie mondiale.

12 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 22/01/2017 à 12:54
Signaler
Comment peut on se permettre de dire que Mr TRUMP est un clown,avez vous une réussite et créer autant d'emploi que lui...NON Alors respect! Élu démocratiquement par son peuple ,laissons voir avant Il sera meilleur que certain comme hollande ou Ob...

à écrit le 21/01/2017 à 16:47
Signaler
« Là encore, on est clairement dans la logique des Républicains des années 1920 : lorsque ces derniers sont revenus au pouvoir en 1921, ils ont relevé les droits de douane et abaissé les impôts » La suite on la connait en 1929 ….. Selon l’adage, l’...

à écrit le 21/01/2017 à 13:05
Signaler
La liberté d'information! Hier soir sur BFMTV pour ne pas la nommer une pro Trump s'est faite virer manu militari du plateau! Ici c'est La France aprés

le 22/01/2017 à 12:59
Signaler
C'est une preuve de démocratie!qu'est ce qu'on aurait pas dit si les journalistes avaient feté l'élection du président us!que les us nous dictaient une fois de plus leur politique ,que nous etions leurs toutous!Hollande a eu raison d'exprimer toutes ...

à écrit le 21/01/2017 à 12:39
Signaler
Qu'Il IGNORE les 27 pays membres, de cette " factice europe " continentale, ainsi que le Conseil eur à Bruxelles, et y ferme l'ambassade. Qu'il boycotte l'inutile G8 de blabla, et Participe au G20, réduise TOUT DE SUITE de 75% à 40% son financement ...

le 21/01/2017 à 17:33
Signaler
L'Europe n'est ni plus ni moins factice que les Etats dits Unis dont même les frontières inter-états sont artificielles, où on est encore incapables de s'accorder même sur l'application de la peine de mort (contrairement à l'Europe où elle est bannie...

le 21/01/2017 à 20:10
Signaler
Oui !!! et s'il reste des militaires U.S en défunte ou mourrante " europe ", qu'ils reviennent aux U.S.A. Cette Ex " europe " et ses inutiles sommets de bla-bla à 27 !!!! chacun égocentriques et égoistes, empêchent toute grande avancée industrielle...

à écrit le 21/01/2017 à 10:27
Signaler
En vérité Trump a un vrai programme communiste et nationaliste , des kolkhozes made in usa ,un mur entre les pays pauvres et riches !

le 21/01/2017 à 17:35
Signaler
Le mur n'est pas encore construit, par contre ce qui est sûr c'est que le Mexique n'en paiera pas un peso.

à écrit le 21/01/2017 à 9:51
Signaler
Dr Strangelove ?

à écrit le 21/01/2017 à 8:02
Signaler
bravo pour votre analyse M Godin, et même si je suis pas d'accord sur tout, je pense que Trump peut faire quelque chose de bien car c'est de son intérêt !!! les banques n'ont pas d'activité suffisamment rémunératrice elles foncent donc sur les produi...

le 21/01/2017 à 17:44
Signaler
Même s'il ne pense pas agir contre son intérêt, Trump n'a simplement pas la carrure intellectuelle pour faire des choix économiques pertinents pour son pays. Quant au changement climatique ce n'est pas une question d'y croire ou pas. Il y a des tas ...

à écrit le 21/01/2017 à 5:20
Signaler
"Etasuniens" est un terme péjoratif qui désigne les habitants des Etats-Unis. Par exemple, les habitants des Etats-Unis de Micronésie sont des etasuniens.

à écrit le 21/01/2017 à 1:35
Signaler
Enfin une analyse intelligente du programme économique de Trump ! Par-delà les foucades et l'apparente incohérence du personnage, R. Godin fait apparaître un projet cohérent (dont il n'oublie pas de souligner les risques considérables), et aussi une ...

à écrit le 20/01/2017 à 23:46
Signaler
Merci pour cet excellente analyse, qui plus est, pertinente. Oui la "véritable" puissance US ne réside pas dans son armée ou sa technologie, mais bien dans sa monnaie et dans une autre mesure, sa consommation intérieur.

à écrit le 20/01/2017 à 23:13
Signaler
Jour funeste, d'entrée dans une ère funeste...il est temps que cette planète se débarrasse du pire prédateur qu'elle a enfanté !

à écrit le 20/01/2017 à 23:09
Signaler
Je suis vraiment navré pour les américains, je déplore qu'ils aient à subir ça... Cependant, je crois que c'est la dernière chance de l'Europe de faire quelque chose de positif! L'Euro actuel et son UE, personnellement je ne lui prêterai pas mon c...

à écrit le 20/01/2017 à 22:41
Signaler
Action = Réaction. Les Etats Unis vont dans le mur et la planète avec. La seule question à se poser maintenant c'est comment isoler le risque mondial que représente l'action étatsunienne pour éviter l'effet de domino. Il n'a pas beaucoup de ...

le 22/01/2017 à 9:31
Signaler
d'une certaine manière les Etats Unis risquent bien de s'isoler eux -mêmes. Une bonne chose serait un accord commercial entre l'UE, le Canada, le Mexique (un CETA étendu au Mexique).

à écrit le 20/01/2017 à 21:34
Signaler
Tout cela revient a dire un retour a une politique plus "terre a terre" et non a une politique jouant sur le tableau de création des "causes" pour avoir le dernier mot sur les "conséquences" et ainsi dominer les événements!

à écrit le 20/01/2017 à 17:36
Signaler
Bonne analyse cependant vous oubliez quand même que ce qui a couté excessivement cher aux états c'est surtout de renflouer tout ces établissements financiers qui ont fait totalement n'importe quoi. Si les mêmes établissements magouillent de la so...

le 20/01/2017 à 19:57
Signaler
Le déficit commercial des Etats Unis est bien antérieur à la crise bancaire de 2008. Et quand on voit l'effet ravageur de la faillite de Lehmann Brothers que GW Bush a refusé de renflouer, et qui pourtant n'était pas une banque systémique, évidemment...

le 21/01/2017 à 18:35
Signaler
"l'effet ravageur de la faillite de Lehmann Brother" L'effet ravageur ça ? A part une panique boursière, une énième, il n'y a eu aucune conséquence sur l'économie réelle. Il y a l'économie financière et il y a l'économie réelle, on voit bien ...

le 22/01/2017 à 9:35
Signaler
La chute de LB a été "seulement" le facteur déclenchant de la crise de 2008.

le 22/01/2017 à 11:47
Signaler
@citoyen_blasé : quand la finance éternue l'économie réelle attrape la grippe, et quand la finance attrape la grippe, l'économie réelle trépasse. L'économie réelle c'est un peu comme le corps dont la finance constituerait le coeur (c'est à dire une v...

le 22/01/2017 à 17:13
Signaler
La crise de de 2008 a été déclenchée par les créances douteuses générées par des financiers douteux. La chute de LM n'a été qu'une conséquence de celle-ci. Sans rire pourquoi vous venez troller sur un forum d'économie alors que l'on voit bien que...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.