Grèce : Alexis Tsipras déjà dos au mur

 |   |  1361  mots
Alexis Tsipras tente de résister aux créanciers
Alexis Tsipras tente de résister aux créanciers (Crédits : ALKIS KONSTANTINIDIS)
L'Eurogroupe de ce lundi 9 novembre doit refuser la libération d'une tranche de 2 milliards d'euros à Athènes, plaçant Alexis Tsipras dans une position délicate.

Alexis Tsipras va devoir prouver sa capacité de résistance à la volonté des créanciers. Alors qu'en moins de deux semaines, le premier ministre grec a fait voter deux lois « omnibus » contenant de nombreuses réformes, alors qu'il a accepté de faire voter une loi sur les banques ôtant à l'Etat grec tout moyen de contrôle sur ses dernières, l'Eurogroupe (réunion des ministres des Finances de la zone euro) de ce soir devrait refuser le déblocage de la tranche de 2 milliards d'euros du programme « d'aide. »

Faciliter les expulsions pour mieux renflouer les banques

Pourquoi ? Parce que le gouvernement grec refuse d'accéder à la demande des experts du « quartet » (la troïka formée de la Commission européenne, de la BCE et du FMI augmentée du MES) qui veulent faciliter les expulsions de la résidence principale.

Jusqu'ici, les Grecs qui ne parvenaient plus à payer leurs traites immobilières étaient protégés lorsque la valeur estimée du bien était inférieure à 250.000 euros. Les créanciers voudraient abaisser ce seuil pour que les banques puissent récupérer une partie des prêts et « réalisent leurs pertes. » Ainsi, le renflouement des établissements bancaires sera plus aisé et moins coûteux pour le contribuable européen.

L'ennui, c'est que ces expulsions risquent de provoquer des situations sociales dramatiques. De nombreux Grecs profitaient de cette tolérance pour continuer à disposer d'un logement, malgré le chômage ou des baisses drastiques de salaires. Les expulser signifierait les pousser à la pauvreté et au déclassement dans un pays où les perspectives d'emplois sont quasiment nulles. Le gouvernement d'Alexis Tsipras refuse donc, depuis deux semaines, de se soumettre à cette exigence qui est devenue une condition pour débloquer la tranche de 2 milliards d'euros.

Augmenter le volume de saisies pour dettes envers l'Etat (impôts...)

L'autre point de discordance réside dans le système d'étalement des paiements dus au Trésor grec. Selon Athènes, le montant de ces créances s'élève à 72 milliards d'euros.

En mars, pour apurer cette créance au mieux et sans peser sur l'activité, le gouvernement Tsipras avait mis en place un étalement en 100 mensualités des dettes envers l'Etat. Une décision qui avait permis de voir les remboursements s'améliorer rapidement.

Mais, là aussi, cette mesure n'est pas du goût des créanciers qui estiment que l'Etat devrait faire valoir ses créances avec plus de vigueur, notamment avec des saisies. Sauf que de telles pratiques ne manqueraient pas d'aggraver les faillites et la situation conjoncturelle de l'économie grecque.

Démontrer que le gouvernement ne peut pas défendre les Grecs

Malgré la signature du troisième mémorandum et la bonne volonté affichée -et largement prouvée- de l'exécutif grec qui s'est fait réélire sur le respect de ses engagements, les créanciers ne cessent de mettre à l'épreuve le gouvernement d'Alexis Tsipras.

L'objectif politique qui a déterminé toute la stratégie des créanciers entre janvier et juillet, et qui visait à « neutraliser » le gouvernement grec, semble toujours d'actualité. Tout se passe en effet comme si, en réclamant des mesures socialement violentes, ils cherchaient réellement à réduire à rien non seulement la capacité d'action de ce gouvernement, mais aussi ce qu'il lui restait d'engagement électoral.

Car, lors de l'élection du 20 septembre, Syriza, le parti d'Alexis Tsipras, avait cherché à convaincre les électeurs qu'il était capable de défendre les intérêts des Grecs contre les exigences des créanciers. Il est, à présent, mis en demeure de le prouver.

Logique politique ? ou financière à court terme...?

Le pourra-t-il ? Rien n'est moins sûr. Le ministre grec de l'Economie, Georges Stathakis, assure que l'Eurogroupe de ce lundi 9 novembre au soir permettra de « trouver un accord politique. » On se croirait revenu aux plus belles heures de la « négociation » du printemps, lorsque, devant les portes closes de l'Eurogroupe, Alexis Tsipras s'en allait chercher à Berlin un « accord politique » avec Angela Merkel.

Mais le temps est-il encore aux « accords politiques » alors que le mémorandum, lui, prévoit que le gouvernement grec doit accepter toute mesure jugée nécessaire et que l'Eurogroupe a toujours refusé la logique du compromis, autrement dit, la logique politique, en restant à sa propre logique financière à court terme. Laquelle, évidemment, plaide en faveur des mesures du « quartet. »

Ce soir, on mesurera le poids du soutien de la France à Athènes

Le gouvernement grec est donc pris au piège. Ses moyens de pression sur les créanciers sont faibles. Certes, il semble pouvoir s'appuyer sur la France dont le gouvernement soutient une ligne modérée qui consiste à s'en tenir aux seules mesures du mémorandum. Michel Sapin, le ministre français des Finances, lui aussi, a défendu l'idée d'un accord dès ce lundi.

« La Grèce a fait des efforts considérables et c'est un peu étrange de lui demander toujours plus », a indiqué le locataire de Bercy, qui a dit « comprendre » la résistance grecque.

Cette position française semble ne pas s'imposer à l'Eurogroupe, ce qui permet de mesurer l'influence de Paris dans cette instance. En réalité, l'Allemagne qui a régulièrement fait savoir depuis quelques semaines qu'elle était prête à davantage de souplesse si la Grèce gardait sur son sol plus de migrants, ne semble pas vouloir bouger.

Pour le moment, aucun signe concret de bienveillance de la part de Berlin n'a été signalé. Bien au contraire. Wolfgang Schäuble, avant la réunion de l'Eurogroupe, s'est inquiété de la lenteur des mesures grecques, notamment la formation du fonds de privatisation. Et de conclure qu'il "n'y a que peu de chance qu'on parvienne ce soir à un accord."

Et Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, de prévenir qu'il fallait réaliser les mesures "bancaires" pour ne pas mettre en péril la recapitalisation des banques. Avant lui aussi d'exclure toute libération des 2 milliards d'euros ce lundi.

Marges de manœuvre réduites

Si l'alliance franco-hellénique ne permet pas de réduire les exigences ds créanciers dans les semaines à venir, le gouvernement grec n'aura guère de moyens de pression concrets. Si les créanciers maintiennent leur position, Alexis Tsipras devra choisir entre la soumission et la faillite. Il choisira sans doute la première. La Grèce doit en effet payer 1,2 milliard d'euros au FMI avant la fin décembre. Surtout, le programme accepte un déficit avant service de la dette de 0,5 % du PIB cette année, soit environ 900 millions d'euros.

Concrètement, ceci signifie que, si les 2 milliards d'euros ne sont pas versés, la Grèce devra renoncer à payer le FMI et sans doute faire des économies supplémentaires.

Compte tenu de la situation encore très fragile de l'économie hellénique, le gouvernement grec ne peut guère espérer engager une vraie résistance contre la volonté des créanciers, sauf à aggraver encore l'incertitude des agents économiques. Bref, la résistance grecque ne pourra guère durer.

Le choix du 13 juillet dans sa dure matérialité

Alexis Tsipras découvre donc concrètement le prix de son choix du 13 juillet. Il dépend de la bonne volonté des créanciers.

Si l'Eurogroupe entend les arguments de Michel Sapin, il peut obtenir gain de cause et sans doute, dans ce cas, l'Allemagne, cherchant à tout prix à freiner le flot des réfugiés, aura poussé à plus de flexibilité.

Mais les arguments propres à Alexis Tsipras et à la Grèce n'auront pas été entendus en tant que tels. La situation grecque joue désormais un rôle mineur dans les décisions des créanciers qui sont plus occupés à choisir sur la priorité de leurs propres intérêts. Sans compter que les créanciers tentent aussi d'arriver en position de force dans le cadre des négociations sur la dette. Un Tsipras trop discipliné serait bien trop en position de force. Il s'agit de poursuivre le "storytelling" de la Grèce rétive aux réformes pour ne pas accorder à Athènes ce qu'elle veut dans la renégociation de la dette.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2015 à 17:05 :
Quand la corruption pourrit tout et quand les banques ne se soucient pas ou peu de la provenance des fonds (blanchiment d'argent)- l'Europe est devenue un grand marché réglementé mais sans règles), nous avons d'un côté des corrupteurs, de l'autre des corrompus et pour les transferts de fonds, en guise d'intermédiaires des banquiers sans scrupule, bref, une mafia bien organisée!http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/04/09/97002-20150409FILWWW00025-grececorruption-un-banquier-francais-inculpe.php
a écrit le 20/11/2015 à 16:52 :
Ce pays est en quasi faillite, les responsables sont connus de tous, les oligarques qui se sont considérablement enrichis depuis 30 ans, une corruption politique endémique mais si il y a des corrompus, il faut aussi des corrupteurs et si l'Allemagne semble prompte à donner des leçons, elle est aussi corrompue mais cela ne fait pas les gros titres de la presse!http://www.lequotidien.lu/economie/ces-fleurons-allemands-meles-a-des-affaires-de-corruption/
a écrit le 12/11/2015 à 19:57 :
Résumé des chapitres précédents:
- en 2014, les accords en place avec l'UE avaient commencé à donner des premiers résultats, et le déficit était en nette baisse à la fin de l'année,
- début 2015, Syrisa gagne les élections. Le duo Tsipras-Vafourakis annonce haut et fort que les accords passés avec l'U.E. sont caducs, refuse les privatisations prévues et annonce que la Grèce ne remboursera pas ses créanciers,
- au printemps, Tsipras fait rejeter les contre-propositions européennes par un référendum, qu'il gagne largement. Varoufakis annonce qu'une sortie de l'UE, est possible et qu'un plan est prêt. Tsipras va demander de l'aide à Poutine, qui refuse,
- le chantage au départ n'ayant pas marché, Tsipras ne sait plus quoi faire, alors il organise des élections anticipées qu'il gagne encore,
- après les élections. il se ravise et accepte les propositions qui avaient été rejetées par référendum, ce qui revient à annuler toute son action depuis son élection,
- au cours de l'été il confirme que les nouveaux accords seront respectés,
- en novembre, rien ne va plus.
Quelle sera la prochaine pirouette ?
a écrit le 10/11/2015 à 12:48 :
la prudence est la mère de la sureté!!! Bravo Alexis avec les Grecs on ne sait jamais C'est plus sur en tout cas
a écrit le 09/11/2015 à 20:34 :
Pour moi, le problème de la Grèce est avant tout la collecte de l'impôt ... pas de monter les taux (ce qui ne fait qu'améliorer la compétitivité des fraudeurs !!
Exemple de la TVA : pour moi, il faut supprimer les espèces en Grèce!
Pour les titulaires d'une CB, pas de souci, il faut juste interdire tout frais supplémentaire pour paiement par CB.
Pour les non-titulaires de CB, il faut imposer la mise en place de carte type monéo.
Enfin, pour les échanges entre particuliers, il restera les chèques !
Pour assurer cette mise en place, les banques offrent les frais d'utilisation des CB, contre l'économie des transports de fonds, des sécurisation des Agences, ...
L'Europe offre un terminal CB par commerce non équipé, contre l'économie réalisée sur les pièces et billets non fabriqués.
L'état grec verra ses ressources augmenter significativement! Les taux appliqués sur les biens essentiels (eau, électricité, chauffage, ...) pourront même tomber à zéro !!
Réponse de le 09/11/2015 à 20:59 :
Comme moyens de paiement traçables, il y a aussi les virements SEPA, plus modernes que les chèques.
Réponse de le 10/11/2015 à 1:18 :
Effectivement il faudrait faire en Grèce ce qui est presque arrivé en Suède : la suppression du liquide ! Ce serait plus efficace que d'augmenter des impôts un peu fictifs...
a écrit le 09/11/2015 à 19:59 :
Et oui l'Allemagne importe des réfugiés pour faire tourner ses usines en d'autres temps c'était le STO. Maintenant elle dit stop car son contingent est rempli et donc demande à la Grèce de garder ceux qui arrivent et comme Stipras est un bon élève de la TROIKA il les gardera et affamera un plus le peuple Grec. M Godin il n'y a qu'une seule chose à faire supprimer le peuple,le vote c'est déjà fait grâce à Junker.
Réponse de le 10/11/2015 à 0:55 :
C'est du n'importe quoi. Sans connaissance de langue et souvent du savoir faire nécessaire, une bonne part des réfugiés ne vaut rien sur le marché du travail.
a écrit le 09/11/2015 à 19:29 :
300 000 expulsions au plus, c´est un mini subprime imputable aux grecs eux-mêmes et à leur système bancaire (souverain) trop généreux dans l´analyse du risque et dans l´accord des prêts. Il va sans dire que la responsabilité financière revient aux créanciers des banques grecques qui ont tout simplement fermé les yeux....C´est à eux de payer l´ardoise, la présenter au contribuable européen serait vraiment d´un très mauvais goût....et punirait les contribuables européens ayant renoncé au projet de construction par manque de visibilité...?????
a écrit le 09/11/2015 à 16:53 :
Même avec M.Godin en metteur en scène, ce deuxième film, "Tsipras, le retour", sera moins passionnant que le premier.. Il est vrai que les moyens de la production sont plus faibles que pour le premier épisode.
a écrit le 09/11/2015 à 16:15 :
La vérité de la promesse européenne est bien mise en valeur ici. Même les efforts grecs ne suffiront pas, car la réalité est celle des intérêts de la finance. Les puisances du Nord sont là pour le rappeler : Junker, Schaüble et Dijsselbloem (avec leur caniche Moscovici) sont nos nouveaux seigneurs. L'Europe, avec l'affichage de valeurs emphatiques et creuses, est une imposture. On s'en rend compte de plus en plus.
Réponse de le 09/11/2015 à 17:24 :
Tout à fait. Malgré la progression des partis populistes anti ue, les volontés indépendantistes, l UE continue sa politique ultra libérale...
Et que dire du " échange migrants contre souplesse dans les réformes" ? Le monde va mal !!
a écrit le 09/11/2015 à 15:11 :
Toujours agréable à lire vos articles... Ou fait rare (à mon avis !) par rapport aux autres éditorialistes de nombreux journaux, c'est le lecteur qui prend ici position entre les différentes options proposées... Continuez ainsi afin que le lecteur ne soit pas "lobotomisé par une pensée unique" !
Réponse de le 10/11/2015 à 0:28 :
Romaric Godin est surtout un idéologue gauchiste dont le parti pris est évident. Je ne parle pas de cet article en particulier (je ne connais pas assez le sujet pour me prononcer) mais dans d'autres articles (dont je connais bien le sujet comme par exemple la Belgique), l'auteur enchaine les contre vérités. Je me demande juste s'il raconte des mensonges sciemment ou bien si c'est juste un ignorant parlant de sujets qu'il connait pas (attitude typiquement francaise).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :