Grèce : l'Eurogroupe se réunit dans un climat de méfiance

 |   |  495  mots
A la fin de l'année, nous avions un espoir pour une reprise en Grèce mais ces derniers mois, cet espoir a été réduit à néant d'une manière incroyable, a affirmé le ministre des Finances allemand.
"A la fin de l'année, nous avions un espoir" pour une reprise en Grèce "mais ces derniers mois, cet espoir a été réduit à néant d'une manière incroyable", a affirmé le ministre des Finances allemand. (Crédits : reuters.com)
Les ministres des Finances de la zone euro doivent rendre samedi leur avis sur les nouvelles réformes proposées par le gouvernement grec en échange d'un troisième programme d'aide internationale. Les négociations seront "extrêmement difficiles", a déjà prévenu le ministre allemand Wolfgang Schäuble.

"Nous allons avoir des négociations extrêmement difficiles". En ces termes le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a défini la mission de l'Eurogroupe qui se réunit ce samedi après-midi à Bruxelles. Une mise en garde qui refroidit partiellement les espoirs d'un accord entre la Grèce et ses créanciers, suscités par les nouvelles propositions du gouvernement d'Alexis Tsipras.

Connu pour être partisan d'une ligne très dure vis-à-vis d'Athènes, Wolfgang Schäuble a en effet expliqué estimer que les propositions de réforme avancées par Athènes pour demander un nouveau plan de renflouement "sont loin d'être suffisantes", avant d'ajouter:

"Nous ne pouvons pas avoir confiance dans des promesses".

Le conservateur allemand a mis en cause la responsabilité du gouvernement grec de gauche radicale, arrivé au pouvoir en janvier. "A la fin de l'année, nous avions un espoir" pour une reprise en Grèce "mais ces derniers mois, cet espoir a été réduit à néant d'une manière incroyable", a-t-il affirmé.

Dijsselbloem aussi sceptique

L'expression de méfiance du ministre allemand faisait écho à celles d'autres membres de l'Eurogroupe. "Il y a un gros problème de confiance", a notamment déclaré le patron de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem en arrivant à la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles.

"Est-ce qu'on peut faire confiance au gouvernement grec pour qu'il fasse ce qu'ils promettent dans les prochaines semaines, (les prochains) mois ou (les prochaines) années ?", s'est-il interrogé.

"Plusieurs gouvernements, dont le mien, ont de sérieux doutes sur l'engagement du gouvernement grec et sur sa capacité à mettre en oeuvre (les réformes)" a pour sa part estimé le secrétaire d'Etat aux Finances néerlandais Eric Wiebes. "Les propositions auraient été bonnes dans le cadre du deuxième programme d'aide, mais j'ai peur qu'il soit insuffisant pour lancer un troisième programme", a même déclaré le slovaque Peter Kazimir.

Sapin évoque la nécessité d'un calendrier précis

"Il faut des réformes mises en oeuvre rapidement, c'est la clé de tout (...) pour débloquer un programme, pour traiter la question de la dette", considère le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, insistant sur "la volonté de mettre en œuvre les choses". Le ministre français Michel Sapin a par ailleurs laissé entendre que les créanciers allaient demander un calendrier précis et serré des réformes:

"Si on veut accord durable, il faut que les Grecs apportent des réponses sur quand ils vont décider, comment, à quel moment et à quel rythme".

Un peu plus optimiste s'est montrée la patronne du Fonds monétaire internationale, Christine Lagarde, qui à son arrivée samedi à Bruxelles a déclaré:

"Nous sommes ici aujourd'hui pour faire beaucoup de progrès".

Après la réunion cruciale de l'Eurogroupe de samedi, un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne est prévu dimanche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2015 à 13:05 :
CONJUGAISON…
« Je porterai le mépris des créanciers avec fierté. »
Tu porteras ta part de responsabilité- face à une Troïka qui rime avec truands et une Union de mafieux, de spéculateurs/racketeurs, d’escrocs et de profiteurs d’un système qui donne la vie à la dette et à la bourse et l’arrache aux Hommes- si tu ne fais rien pour changer les choses chez toi.
Il portera la responsabilité de sa servitude volontaire et de sa soumission à des représentants soumis, incompétents, malhonnêtes.
Nous porterons la responsabilité de notre passivité face aux chiens de garde qui nous gouvernent et qui n’hésitent pas à s’assoir sur nos votes.
Vous porterez de dégout de ceux qui vous représentent et de vous-mêmes face à vos enfants si vous vous contentez de leur léguer les injustices, les humiliations et l’esclavage comme héritage.
Ils porteront la fierté d’avoir dit NON, un OXI digne et massif et de s’être battus contre une bande organisée de suceurs de sang des peuples.



Le rossignol ne bâtit pas son nid dans une cage pour ne pas léguer l’esclavage, comme héritage, à ses petits.
Hamid Benzekri 12/07/2015
a écrit le 12/07/2015 à 11:38 :
L'Allemagne veut la peau de la Grèce pour que l'UE reste à droite, avec toutes les conséquences qu'implique une politique de "droite", conservatrice, antidémocratique, lobbyiste, clientéliste, pro-américaine, otaniste... Cela se vérifie dans les propos de Martino Rajoy qui promet aux Espagnols les mêmes douleurs que la Grèce, s'ils ne votent pas "bien". La Grèce doit servir d'exemple, de repoussoir. Le pari est risqué pour l'Allemagne, qui pourrait bien devenir dans l'histoire, le repoussoir de l'Europe. Les vieilles rancunes enfouies sous les cendres encore chaudes n'attendent qu'un peu de vent (mauvais) pour se rallumer.
a écrit le 12/07/2015 à 11:23 :
Mieux vaut suspendre la dette Grec et les inviter à sortir de l'Euro pour un délai permettant la reconstruction de leur économie sans intervenir dans leurs affaires .
a écrit le 12/07/2015 à 11:21 :
Alors là chapeau. Je suis pris à contre-pied. J'étais persuadé que l'Europe n'avait pas de colonne vertébrale pour soutenir une tête bien vide !!! Je suis détrompé avec les évènement car j'étais persuadé que le conseil européen allait avaliser des promesses n'engageant que ceux qui les reçoivent !!!
Heureusement que Hollande est intervenu, sinon tout passait comme une lettre à la poste !! Son soutien à Tsipras a décillé les yeux et surtout les interrogation des négociateurs, qui ont du se dire : "Tsipras est un double de Hollande, cad promesses non tenues !"
a écrit le 12/07/2015 à 11:02 :
Faisons confiance aux Grecs,ils ont décidé sur les conseils de Macron de relié les iles avec des autocars.
a écrit le 12/07/2015 à 10:57 :
LA FIN DE UNION EUROPEENNE EST ANNONCEE

Que les peuples reprennent la main .. car la plupart n'ont jamais donné leur accord à cette mascarade de politiciens traitres qui nous vendent aux américains et aux Bilderberg.
a écrit le 12/07/2015 à 10:33 :
La Grèce, avec le soutien de fonctionnaires français, a demandé € 52,5 milliards sur 3 ans. Or l'Eurogroupe suivant ses calculs considère qu'ils ont besoin de plus de € 72 milliards.
Cette grosse différence met aussi le focus sur la capacité de la Grèce de tenir ses engagements. Or depuis la dernière annulation de leur dette, ils n'ont jamais tenu ces promesses. Donc à priori la Grèce a vécu presque 9 ans de plus aux frais de l'Europe, mais ne veut pas le reconnaître.
Alors se pose la question si on peut risquer une perte supplémentaire de € 72 milliards ( ou plus ) . Pour Mr. Hollande cela ne semble pas un problème. Et il ne semble pas vouloir ( à la différence de beaucoup des ses homologues) ses concitoyens, en leur exposant exactement le risque inhérent.
a écrit le 12/07/2015 à 10:17 :
A la place des Allemands à force de me faire insulter ,je dirais vous avez raison donnez l'argent à la Grèce ,au lieu que c'est eux qui partent c'est moi qui me casse.Et alors Hollande il aura des dettes avec 3 ou 4% d'intérêts au lieux de 1% soit plusieurs milliards en plus dans les dents ,ils feront comment alors les gauchistes français :ils demanderont aux grecs ou alors ils nationalisent l'assurance vie des français ???
a écrit le 12/07/2015 à 10:02 :
Les autres décident, l´Allemagne paye. Cela fonctionnera jusqu´à ce que l´orgie de l´endettement des autres pays s´effondre...
a écrit le 12/07/2015 à 10:00 :
comme c´est bizarre on peut faire conf1iance aux socialos conservateurs ( et on voit ce qui se passe ) mais pas a ce nouveau parti!
Les grecs ne sont pas tout blancs, mais la peur de voir d´autres partis entrer au parlement europeen fait trembler les conservateurs et c est cela qui bloque seulement cela , regardez la campagne electorale espagnole et vs comprendrez
si vs votez socialiste et podemos l espagne sera comme la grece.
c, est vrai seul les consevateurs savent gouverner,depuis 40 ans ils ont fait leurs preuves sic
a écrit le 12/07/2015 à 8:55 :
A quoi peut-on s'attendre de la part des "nouveaux chiens de garde" et des "chiens de garde" , intellos de service, hommes ou femmes politiques au service d'un système assassin ?

CONJUGAISON…
« Je porterai le mépris des créanciers avec fierté. »
Tu porteras ta part de responsabilité- face à une Troïka qui rime avec truands et une Union de mafieux, de spéculateurs/racketeurs, d’escrocs et de profiteurs d’un système qui donne la vie à la dette et à la bourse et l’arrache aux Hommes- si tu ne fais rien pour changer les choses chez toi.
Il portera la responsabilité de sa servitude volontaire et de sa soumission à des représentants soumis, incompétents et malhonnêtes.
Nous porterons la responsabilité de notre passivité face aux chiens de garde qui nous gouvernent.
Vous porterez de dégout de ceux qui vous représentent et de vous-mêmes face à vos enfants si vous vous contentez de leur léguer les injustices, les humiliations et l’esclavage comme héritage.
Ils porteront la fierté d’avoir dit NON, un OXI digne et massif et de s’être battus contre une bande organisée de suceurs de sang des peuples.
a écrit le 12/07/2015 à 8:49 :
Il est temps que chaque pays reprenne son indépendance. Quand l'Allemagne aura chassé la Grèce de l'Euro, personne n'aura plus aucun moyen de pression sur ce pays pour orienter le devenir de sa dette. De facto, sa dette deviendra éternelle.
a écrit le 12/07/2015 à 8:49 :
Avant le referendum on parlait de 15 milliards,après de 30 puis de 50 maintenant 75 et a la fin ce sera 100 milliards soit 10 000,00 € par Grec :les gauchistes jonglent avec les milliards et trouvent normal de les distribuer sous prétexte qu'on manque de lait de bébé et d'insuline :il faut arrêter la démagogie même si c'est les grecs qui l'ont inventés.
a écrit le 12/07/2015 à 8:47 :
Comment peut-on faire confiance à l'Allemagne ? Telle est la question qu'il faudra se poser si l'Allemagne réussit à faire sortir la Grèce de l'euro après l'acceptation de toutes les conditions par la Grèce... D'ailleurs, même si la Grèce reste dans l'euro, la confiance sera grandement entamée...Les eurosceptiques n'en demandaient pas tant : merci Wolfgang !
a écrit le 12/07/2015 à 7:24 :
La vérité ,c'est que ...les démocrates européens n'ont pas abattu le mur de Berlin ...pour financer 26 ans après , du marxo/socialisme version grecque...
a écrit le 12/07/2015 à 6:25 :
La confiance est ruinée je le comprends. Tsipras n'est pas responsable de la dette, mais ils est responsable de l'arrêt de l'économie et de la rupture avec les partenaires européens et ses pairs chez d'Etats.
les ministres des finances tergiverses, c'est maintenant aux chefs d'Etats de montrer que la construction européenne est avant tout une construction politique, un projet d'avenir.
A eux d'arracher le compromis.
a écrit le 12/07/2015 à 4:39 :
Toutes ces tergiversations pour rien, alors qu'il suffit de tirer les leçons des nombreuses crises financières récentes.
Mais comme toujours les conflits d'intérêt font surface. Que font les instances institutionnelles au niveau de la supervision de la gestion pour éviter les prises de risques excessives ??? causes de l’instabilité des marchés financiers.
Le rôle de la sphère publique est, que je sache, de contribuer à la stabilité financière, équilibre entre stabilité et adaptabilité en permettant de Recapitaliser en Dernier Ressort, par des Investisseurs en Dernier Ressort, ou des Préteurs en Dernier Ressort.
Signé un citoyen lambda
a écrit le 12/07/2015 à 2:32 :
Incompréhension,
Comment un 1er Ministre Grec peut-il changer de Cap à ce point ?
Comment croire en un tel revirement sans un contrôle strict des propositions et la question subsidiaire est par qui ?
En Grèce, des retraites à 150% il y a quelques mois de cela, M. le Président de la France François Hollande, une TVA quasi inexistante, peu ou prou de moyens de collecte de l’impôt, des iles grecques aux avantages vaporeux, l’église orthodoxe grecque non imposable etc…
Nous gens du privé notre retraite est payée à 50% depuis des années. Le gouvernement français prélève un impôt direct de 50%, aucune augmentation des retraites depuis 3 ans alors que la vie augmente, plus de 8 catégories de sans-emplois… Monsieur le Président de la République auriez vous oublié la France ! Et cerise sur le gâteau nous payons l’impôt… et que de promesses électorales non tenues, des retraites payées par la CNAV et la MSA entre le 9 et le 14 du mois suivant bizarre une promesse de campagne aussitôt dite aussitôt oubliée ! Un nombre de sans emplois qui dépasse largement les 8 millions de Françaises et de Français, cela ne vous interpelle t-il pas…
Comment un homme politique avisé peut-il prôner le maintien de la Grèce dans la zone Euro sans évoquer la question d’un contrôle strict des engagements… et surtout pas comme ceux réalisés lors de son entrée dans la zone Euro… il est vrai que le ridicule ne tue pas ! Heureusement…
Comment un homme politique avisé peut-il justifier de l’entrée de la Grèce dans la zone Euro sans que personne au niveau des commissions reuropéennes ne se pose la vraie question ? Qui a produit des rapports tronqués et dans quel but, nous voyons où cela nous conduit : Chacun de nous donne de l’argent sans retour à un pays incontrôlé, incontrôlable !
Dans toute entreprise y compris en France les echecs sont décortiqués, analysés, pour que cela ne se reproduise point… Mais personne au sein de l’Europe ne parle de cela ! Impensable, Inénarrable.
Et pourtant, je suis un pro-européeen convaincu depuis des années, mais l’inefficacité des structures et des analystes européens aveuglés par le charme des îles grecques et du temps passé est pour le moins anormal, incompréhensible et vous, Monsieur le Président de la République François HOLLANDE, cela ne vous interpelle t-il pas… Il y a de quoi faire, pourtant !
Alors qu’attendez-vous ! Personne, je dis bien personne ne comprends une telle passivité…
Et pourtant c’est notre argent qui est utilisé… Non , je me trompe peut-être, quoi que !
Alain Georges Younes O’HARE
a écrit le 12/07/2015 à 0:14 :
L'absence totale de la France est vraiment incroyable. Comment a-t-on pu tomber si bas si vite ?
Réponse de le 12/07/2015 à 6:09 :
Nous ne sommes pas crédibles et nous sommes les champions des mauvais élèves. Tout comme la Grèce nous ne tenons pas nos engagements, nous souffrons de clientélisme et de corporatisme, notre classe politique s'est toujours défaussée sur l'Europe et notre FN de gauche fait toujours entendre sa démagogie....Pour ce qui est des réformes afin de rendre la France plus performante on attend toujours.
Réponse de le 12/07/2015 à 7:09 :
Qu'est-ce que vous en savez ?
Vous êtes dans la salle ?
Réponse de le 12/07/2015 à 10:02 :
@Jean: tu peux toujours ouvrir bien grand ton portefeuille si la Grèce te tient tellement à Coeur. Mais bon, c'est sûrement plus facile d'être généreux avec l'argent des autres contribuables, n'est-ce pas :-)
a écrit le 12/07/2015 à 0:13 :
Les faucons de l'UE veulent la tête de Tsipras et de Syriza. Même quand on accepte leurs conditions en leur rappelant leur promesse d'envisager une restructuration de la dette (depuis 2012 !), ça ne leur suffit pas. Ils ont toujours une objection en réserve...
Pendant ce temps grâce à l'étranglement financier administré par la BCE, l'économie grecque est à l'arrêt. Il y a le feu, mais on discute, on discute... pour empêcher de combattre l'incendie.
Ces gens relèvent d'un tribunal international.
Il ne faudra pas l'oublier.
a écrit le 11/07/2015 à 23:22 :
Le 4 em Reich arrive
Quand aux français qui critiquent les grecs ils feraient mieux de faire attention a eux
La Grèce est un test
Les prochains a être virés .... C est nous
Réponse de le 12/07/2015 à 6:14 :
Mettez vous à la place des Allemands 2 minutes, seriez vous ravis de prendre des engagements et des risques pour les Grecs et les Français?
L'hégémonie de l'Allemagne vient du fait que sa classe politique à fait le job, que sa santé économique financière et morale est bien meilleur que nous.
Réorientez votre amertume vers nos hommes politiques suffisamment lâchés pour ne pas faire les réformes, Crachez votre venin sur les partis ou règne la démagogie FN, Front de gauche unis dans le même combat, partageant les mêmes idées. L'Allemagne n'est pas votre ennemi, elle sauve l'Europe de part sa bonne santé.
Réponse de le 12/07/2015 à 9:15 :
De quelle Europe parlez-vous? De celle qu'on a mis 60 ans à construire et que l'Allemagne détruit? On voulait l'Europe des Peuples et on a obtenu l'Europe des Finances. Pitoyable!
a écrit le 11/07/2015 à 23:04 :
J'ai du mal à comprendre l'intransigeance de M.SRAUBLE qui est juste un ministre (donc pas à un élu), mais qui a l'air plus virulent que Madame MERKEL (élue par le peuple allemand) et je ne parle pas de Monsieur HOLLANDE qui est, quoi qu'on dise, un élu du peuple français. Si dans cette europe plurielle (de par l'histoire des différentes nations qui la composent) qui veut se construire, les membres des exécutifs ont plus de voix que les élus du peuple, alors,il faut reconnaître que le Général de Gaulle n'avait pas tort de parler de ce Grand Machin, en parlant du projet Européen. Il appartient au peuple européen de reprendre la main en donnant un plus grand poids au parlement européen. La participation aux élections européennes témoignera d'une prise en compte des enjeux essentiels de notre futur politique.
Réponse de le 12/07/2015 à 8:21 :
Le général de Gaulle parlait de l'ONU.^^,
Réponse de le 12/07/2015 à 8:54 :
le ministre allemand schauble est un député avant d'être ministre car en Allemagne on ne peut pas devenir ministre si on est pas député.
a écrit le 11/07/2015 à 22:31 :
Tricheurs, fainéants, menteurs! Dehors les Grecques!!!
Réponse de le 12/07/2015 à 7:07 :
Enfin, vous avez pu vous regarder dans le miroir. Maintenant, que vous vous êtes vu tel que vous êtes, mettez-vous au boulot.
Réponse de le 12/07/2015 à 7:10 :
Les Grecs
Réponse de le 12/07/2015 à 8:30 :
Sauf que vous n'êtes pas Grecques . mais le reste de vos propos vous correspondent assez bien.
a écrit le 11/07/2015 à 22:03 :
Tsipras est allé jusqu'au bout du bout pour enfin démontrer que l’europe refuse un gouvernement qui n’est pas de droite.
Depuis février ils ne veulent pas de règlement et surtout pas d’un tel gouvernement.
Maintenant il s’agit de "confiance" foutaise.
Ils veulent remettre en cause le suffrage de janvier et de juillet.
Un coup d’Etat en somme !
Réponse de le 11/07/2015 à 23:37 :
Il faut quand même dire que jusqu'ici la Grèce n'inspire pas confiance! 3 plans d'aide, plus de 300 milliards et... Toujours pas de réforme importante. Tsipras ressort les promesses faite pour le 1er plan, puis pour le 2ème, puis pour le 3ème, sans jamais réellement réaliser quoique ce soit! Alors on peut comprendre que l'on demande des garanties...
a écrit le 11/07/2015 à 21:28 :
Stop a cette Europe qui fait souffrir tous les peuples,esclavage dans les pays de l est et chômage au sud .il faut une nouvelle orientation de l Europe pas une Orientation allemande sinon les nationalistes vont vite arriver au pouvoir
a écrit le 11/07/2015 à 21:26 :
Qui gouverne en Europe ? l'Allemagne ? Le hollandais Dijsselbloem, qui sort d'on ne sait où ? Le luxembourgeois Juncker, qui sort aussi d'on ne sait où ? Les Etats-Unis via le FMI, qui s'ingèrent outrageusement dans les affaires internes de l'Europe ?
Réponse de le 11/07/2015 à 23:13 :
La France? Non, tous ensemble dans les matières demandant de l’unanimité. Un avis différent exprimé par une minorité est à respecter, comme aussi la majorité ne peut pas imposer sa volonté. D’ou la nécesssité d’arriver à un compromis qui au mieux permettra à chacun de garder sa face.
Réponse de le 12/07/2015 à 11:06 :
Celui qui paie l'addition normalement.
a écrit le 11/07/2015 à 21:19 :
Il faut que la caisse des depots garantisse les credits ELA de la Grece pour que cesse cette mascarade allemande. En echange, il faut que la Grece fasse defaut. Les Allemands ne recupereront rien de leurs credits, Merkel et Schaeuble seront chasses du pouvoir et on se debarrassera une fois pour toutes de cette austerite politicienne allemande qui est une catastrophe pour l'Europe.
Réponse de le 12/07/2015 à 11:11 :
La caisse des dépôts n'a pas les moyens de garantir la dette française,alors pour ce qui est de la dette grecque....On parle pas de la dette pour l'instant mais d'un nouveau prêt de 75 milliards en plus des 350 déjà donnés. De toute façon on ne récupère rien alors pourquoi encore en rajouter ??
a écrit le 11/07/2015 à 21:10 :
Quel que soit le résultat, l'accouchement se sera fait dans la douleur et, chacun peut l'imaginer, dans d'âpres tiraillements.
Une bonne nouvelle vis-à-vis des forces politiques dans les 19 pays actuels de l'Eurogroupe, au sein et en dehors des majorités qui gouvernent, souvent partagées comme en Allemagne.
Une bonne nouvelle pour les opinions publiques des états de la zone Euro et en dehors, qui ont rarement été aussi partagées.
Une bonne nouvelle, enfin, car une crise qu'on traverse sans se déclarer la guerre, c'est la paix qui poursuit sa consolidation. C'est quand même pas rien sur un continent qui a produit deux guerres mondiales, un génocide, ...

Après, que La Grèce sorte de la zone Euro ou pas, l'Union et les Etats Européens devront gérer, avec solidarité et dignité, les conséquences économiques, géostratégiques et humanitaires.
Dans les deux cas, les répercussions sur la construction de l'Europe seront nombreuses et il convient de procéder rapidement aux choix et aux ajustements institutionnels et économiques nécessaires pour consolider ce projet commun.

Le reste du Monde nous observe !
Les générations futures nous observent !
Les générations passées nous observent !
Alors, soyons à la hauteur !
a écrit le 11/07/2015 à 20:15 :
Quelle crédibilité reste t-il à un chef de gouvernement qui annonce un plan de réformes basé sur les mêmes propositions jugées inacceptables il y a 15 jours au point de convoquer un référendum où il a appelé à voter "non".
Je comprends l'Allemagne quand elle exprime des doutes quant à l'engagement pris par Tsipras pour appliquer les réformes... de tant plus que les 150 milliards d'euros prêtés à la Grèce ces dernières années n'étaient pas de l'argent que l'Allemagne, la France, etc avaient en trop. Ces milliards ont été empruntés par les gouvernements des membres de l'Eurozone sur les marchés financiers et vont devoir être remboursés... par nous, si la Grèce fait défaut.
a écrit le 11/07/2015 à 20:03 :
LAllemagne veut une Europe Allemande. Forte de ses succès économiques, elle pense enfin y arriver après les échecs de ses tentatives par les armes au cours de 2 dernières guerres. Schaüble n'a que cela en tête, soumettre les européens continentaux au leadership Allemand. Il faut reconnaître ici, la sagesse des Anglais qui semblent avoir vu les coup venir en n'intégrant pas l'Euro. L'UE et l'Euro vont exploser si Grexit il y a.
Réponse de le 11/07/2015 à 21:16 :
Gesticuler, se rouler par terre, hurler, délirer. Arrêtons cinq minutes les bêtises, lorsque l'Euro fût proposé aux Anglais, Tatcher a dit non en signifiant que jamais elle ne donnerait les commandes de l'Angleterre au gouvernement Français. Car l'Euro est une invention Française!
Réponse de le 11/07/2015 à 21:24 :
@valbel89: des prédicateurs autrement plus influants ont prédit la fin du monde...et on attend encore. La sortie de la Grèce sera une catastrophe pour la Grèce et un soulagement pour les autres :-) Après toi le déluge ? Non, après toi, il y en a un autre, c'est ça la réalité :-)
a écrit le 11/07/2015 à 20:03 :
Depuis la formation de lUE, nous ne constatons que régression grâce aux réformes!
Réponse de le 12/07/2015 à 12:04 :
@Patrickb
Des prédicateurs, il y en a certainement eu des plus "influents"...
La sortie de la Grèce sera une catastrophe pour l'UE, le moindre benêt peut comprendre cela. Si on n'est pas handicapé de surdité ou de vision, maux que l'on a pu aussi attraper au contact de la pensée unique, médiatique et manipulée, s'il reste dans les cerveaux contemporains quelques neurones de disponibles à la réflexion, alors le constat est sans appel.La sortie de la Grèce va changer profondément la vision des gens vis-à-vis de l'Europe, la méfiance, puis le défiance vont s'installer. L'UE n'étant pas capable (et certains groupes ne voulant pas) qu'elle se réforme, l'UE se disloquera et l'Euro avec. Et après moi, non pas le déluge, mais l'aridité vu la façon dont l'UE participe aussi activement au réchauffement climatique.B(
a écrit le 11/07/2015 à 19:30 :
La chienlit, substantif féminin, est entrée dans l'histoire de la politique de la France lors de son utilisation par le général de Gaulle d'abord en août 1944 lorsque, s'adressant à Georges Bidault, pendant la descente de l'Avenue des Champs-Élysées, de Gaulle lui dit « alors Bidault c'est la chienlit » puis en mai 1968 auquel a été attribué cette phrase : « La réforme, oui ; la chienlit, non », qu'il aurait prononcée, d'après le Premier ministre Georges Pompidou, répondant aux journalistes à la sortie d'un Conseil des ministres.---REF….https://fr.wikipedia.org/wiki/Chienlit…………..
Ici aujourd’hui nous en sommes ou …………. ??????????????
a écrit le 11/07/2015 à 18:49 :
@capitoul --> seriez vous provocateur ou tout simplement bête ?? Au regard de votre commentaire je pense qu'une relecture assidu des articles de Monsieur Godin vous ferez le plus grand bien ! Et la phrase facile "je sais je suis dans le métier ..", ah bon, vous aussi vous aidez à frauder le fisc ? Pour votre info vous n'avez rien payé du tout, sortez de votre bulle et informez vous réellement.
Franchement, lire ce genre de commentaire est révoltant, je vous souhaite de subir ce que subissent les "simples" grecs et ça m'étonnerais que vous appréciez le traitement imposé par le gouvernement Merkel !
a écrit le 11/07/2015 à 18:49 :
La dictature c'est "Ferme ta gueule" !

La démocratie c'est "Cause toujours" !

COLUCHE
a écrit le 11/07/2015 à 17:34 :
J'en ai vraiment assez d'imaginer que Herr Wolfgang Schäuble, et Frau Angela Merkel en arrière plan, peuvent, par leurs petites combines de politique interne, conduire tous les européens à la catastrophe.
Que cherchent-ils donc à imposer, au-delà de la "rigueur" qui les mène par le bout du nez, quand les hopitaux grecs ne peuvent plus s'approvisionner pour soigner les hommes, femmes et enfants de ce pays européen, tout aussi européen que le nôtre ?
Réponse de le 11/07/2015 à 18:24 :
désolé mais qu'ont ils fait des 150 md et plus ????? parce que c'est vous et moi qui avons payé.....oui on va nous jouer la corde sensible ces pauvres grecs..... on n'a qu'a prendre l'argent ou il est..... ils sont vecu depuis 1830 a crédit.??? crédit payé par les fournisseurs??? ils n'ont qu'a acheter des médicaments avec le fric dépensé pour surarmer ce pays.....et faire rentrer les impots 'la grece ne sait pas faire entrer l'argent des impots voila la vérité....je sais je suis dans ce métier....
Réponse de le 11/07/2015 à 18:46 :
Il va falloir organiser le boycott des produits Allemands très vite!
Réponse de le 11/07/2015 à 23:29 :
@Zorba: Croyez-vous vraiment que cela puisse réduire le chômage en Grèce?
a écrit le 11/07/2015 à 17:17 :
Des besoins oui mais assortis de devoirs , sinon c'est une arnaque pour LA MASSE des citoyens des 18 autres démocraties Europèenne !!!!... "Il faut des réformes mises en œuvre rapidement, c'est la clé de tout" un vote immédiat avec une mise en route simultanée , qui déclencherai aussi de suite les 53 milliards espérés , sinon c'est le chat échaudé qui a perdu toute confiance en la Grèce qui risque de dire NON ! La France doit se mèfier de l'effet miroir !...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :