Grèce : l'Europe doit prêter au moins 36 milliards d'euros, d'après le FMI

Le Fonds monétaire international (FMI) a prévenu jeudi que la Grèce aurait besoin d'une prolongation des prêts accordés par l'Union européenne et d'une vaste annulation de dette si sa croissance économique est moins forte que prévu et si des réformes ne sont pas mises en oeuvre.
Les besoins de financement globaux du pays ont été aggravés par d'importants changements politiques à Athènes et sont estimés au total à 50 milliards d'euros d'ici à 2018, note le FMI dans un rapport publié jeudi 2 juillet.
Les besoins de financement globaux du pays ont été aggravés par "d'importants changements politiques" à Athènes et sont estimés au total à 50 milliards d'euros d'ici à 2018, note le FMI dans un rapport publié jeudi 2 juillet. (Crédits : Reuters Yannis Behrakis)

Dans un rapport publié jeudi 2 juillet , le FMI rapporte que le Grèce aura besoin d'une nouvelle aide de 36 milliards d'euros des Européens (Union Européenne et BCE) dans les trois prochaines années même si le pays accepte dimanche le plan des créanciers soumis à référendum.

L'institution financière a également revu à la baisse ses prévisions de croissance de 2,5% à 0% cette année, mais sans tenir compte de la mise sous contrôle des capitaux depuis lundi en Grèce. Les besoins de financement globaux du pays ont été aggravés par "d'importants changements politiques" à Athènes et sont estimés au total à au moins 50 milliards d'euros d'ici à fin 2018.

Des délais de remboursement repoussés

Le FMI estime par ailleurs que les Européens devront considérablement repousser les échéances de remboursement de la Grèce en "doublant" la durée de vie de leurs obligations et la période de grâce sur les intérêts.

Ils s'exposent toutefois à une perte sèche ("haircut") de plus de 53 milliards d'euros dans l'hypothèse où la Grèce ne tiendrait pas les objectifs budgétaires du plan des créanciers, indique ce rapport préliminaire sur la dette grecque : "Si le paquet de réformes actuellement à l'étude est davantage affaibli, un haircut sur la dette deviendra nécessaire", précise le texte dont la publication a été exceptionnellement avancée en raison du scrutin de dimanche.

Un allègement de la dette nécessaire

Depuis plusieurs semaines, le Fonds répète que ses partenaires européens doivent faire un geste pour alléger la dette de la Grèce, qui flirte avec les 180% de son Produit intérieur brut (PIB). C'est néanmoins la première fois que l'effort requis est précisément chiffré :

"Pour s'assurer que la dette est soutenable avec une forte probabilité (...), de nouveaux financements européens seront nécessaires dans les prochaines années", écrit le FMI, l'un des trois créanciers de la Grèce avec l'Union européenne et la Banque centrale européenne.

Le FMI met l'aggravation "substantielle" des besoins de financement grecs sur le compte de changements politiques "plus tôt cette année", en référence à l'arrivée au pouvoir à Athènes du parti anti-austérité Syriza avec lequel les Européens ont rompu les négociations.

Mais les chiffres avancés par l'institution financière pourraient être encore plus alarmistes : le FMI précise que les derniers soubresauts du pays (fermeture des banques, contrôle des capitaux, défaut vis-à-vis du FMI) ne sont pas pris en compte. Le rapport écrit que ces derniers événements auraient un important "impact négatif".

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 76
à écrit le 05/07/2015 à 0:16
Signaler
Je vous signale un article fort intéressant sur mediapart: http://blogs.mediapart.fr/blog/makis-malafekas/040715/non-oui-guerre-et-paix

à écrit le 04/07/2015 à 11:18
Signaler
Il ne s'agit pas de savoir ce dont la Grèce a besoin , il s'agit de savoir si ce pays a fini de vivre sur des emprunts qu'il ne remboursera jamais , et pour l'Europe de décider d'arrêter ses dons en milliards de 'Euros , qui ne servent à rien. Une s...

le 06/07/2015 à 19:41
Signaler
Il faudra reformuler cette question à vos gouvernements qui apparement, n'osent pas avouer à leur contribuables qu'ils ont volontairement joué leur argent à la roulette Russe (oui car la BCE est terriblement fauché n'est-ce pas? )

à écrit le 03/07/2015 à 19:31
Signaler
2005. Referundum français . Résultat non .2007 malaxage des anciens traités et ratification d un nouveau traité simplifier à oui . Fevrier 2008 explication du president sur la non utilité d un nouveau referundum . " ce nouveau referundum n etait pas ...

à écrit le 03/07/2015 à 18:40
Signaler
Faute de mettre en oeuvre les réformes requises (c'est-à-dire notamment supprimer un certain nombre de privilèges, réduire le nombre ahurissant de fonctionnaires, lutter fermement contre la fraude fiscale, ...), la Grèce non seulement ne remboursera ...

le 04/07/2015 à 15:25
Signaler
Pour ceux qui ont gobé l'intox, la Grèce avait un taux de fonctionnaires dans la moyenne européenne [mal formés, très, très mal répartis (ailleurs en sureffectfs, ailleurs en souseffectifs), mal encadrés, parfois travaillant vainement pour nourrir le...

à écrit le 03/07/2015 à 17:21
Signaler
l'expression "les conseilleurs ne sont pas les payeurs" prend dans cet article tout son sens. Le FMI est donc favorable à un "haircut" sur la dette grecque de 53 milliards d'Euros, qui serait supporté bien entendu par les seuls créanciers européens. ...

à écrit le 03/07/2015 à 16:51
Signaler
On a fait assez confiance à ce beau parleur le 1er ministre grec qui trahit tout le monde !!!!... ça suffit.. Maintenant éjectons la Grèce de l'euro et que l'on finisse de payer pour les grecs. Il faut demander aux grecs d'aller bosser et payer leurs...

le 04/07/2015 à 14:41
Signaler
Au contraire il ne trahi pas ses electeurs car il fait un referendum car lui est pour le non et...a ete elu avec le non.... En France tous nos gvrts sont elus sur des promesses..non tenues...

à écrit le 03/07/2015 à 15:05
Signaler
Le FMI se rend insupportable pour favoriser sa prochaine sortie souhaitée du dossier. Les européïstes devraient voter une indemnisation spécifique à la Grèce en 3 ou 4 versements suspendus à un bon comportement du pays à son égard. Un mécanisme de co...

à écrit le 03/07/2015 à 13:26
Signaler
V

à écrit le 03/07/2015 à 12:59
Signaler
Moi aussi j'aimerais bien que ma retraite ne diminue pas mais que par contre les impôts baissent ! Et si les armateurs et autres privilégiés payaient des impôts ?

à écrit le 03/07/2015 à 11:52
Signaler
Cette nouvelle aide de 36 milliards d'euros, c'est autant à ponctionner chez les contribuables des autres "partenaires" européens, source d'aggravation de leurs déficits -déjà colossaux- et de non investissement dans des travaux d'intérêts généraux :...

le 03/07/2015 à 14:11
Signaler
Merci a Merkel plutôt. A cause de son refus d'affronter le problème il y a 5 ans, nous avons maintenant a remettre la main a la poche !

le 04/07/2015 à 11:28
Signaler
Oui , merci mme Merkel , nous n'avons pas à "affronter " le problème grec ,qui est ce qu'il est depuis des décennies . Je ne pense pas qu'il y ai un seul grec qui ne conçoive pas qu'il est impossible de faire vivre une société dans ces conditions .

à écrit le 03/07/2015 à 11:51
Signaler
Prêter ou emprunter?

à écrit le 03/07/2015 à 11:23
Signaler
Ces grecs me remettent en mémoire le scetch de Coluche du conducteur benêt l'auto stoppeur sans-gêne ; non seulement il se fait transporter, mais qui plus est a l'outrecuidance de réclamer sans cesse, de critiquer mais de faire preuve de prétentions...

le 03/07/2015 à 12:50
Signaler
que dire ceux qui se font le plus de bile se sont les retraités au bas de l échelle idem pour le travailleur payait pot de balle non pas fraudait l état mais paieront pour la gabadgie des plus nantis comme dans tout les pays européens y en a qui ...

à écrit le 03/07/2015 à 11:15
Signaler
OUI ou NON n'a plus aucune importance économique.Les investisseurs privés grecs ou étrangers vont attendre.Les grecs vont encore plus renforcer leur économie parallèle et essayer de mettre leurs patrimoines a l'abris.Si l'argent de la Communauté euro...

à écrit le 03/07/2015 à 11:14
Signaler
Encore donner des milliards d'euros au gouvernement Grec qui vont trouver l'excuse qui pour pas rembourser, Depuis les élections de janvier ,il cherche le prétexte de pas rembourser. Ou est passé les milliards d'euros depuis la crise en Grèce .car...

à écrit le 03/07/2015 à 11:10
Signaler
Le vrai problème est bien celui du choix d'un type de démocratie. Ou la démocratie réelle ou la démocratie de type néo libérale. Il faut savoir que dans ce type de démocarte on fait des transferts massifs de pouvoirs des citoyens au bénéfice d'instit...

à écrit le 03/07/2015 à 10:58
Signaler
L'UE a su acheter l'attachement des grecs a l'Europe a coup de milliard, ils ont été droguer a l'euro, comment voulez vous qu'ils puisent penser autrement? Et cela est l'exemple type! Tout les pays sont sous tutelle comme des adolescents attardés! E...

à écrit le 03/07/2015 à 10:58
Signaler
Aaaahhh juste un petit rappel: 1) Pipeline Bourgas-Alexandropolis qui devait amener du pétrole russe vers la mer Egée -> annulé car la Bulgarie a subit des pressions par les USA pour empêcher le transit. Finalement la Russie a annulé ce projet. Au...

à écrit le 03/07/2015 à 10:40
Signaler
Emprunter serait peut être plus approprié

le 03/07/2015 à 11:00
Signaler
On n'en peut plus de preter tant de milliards à fonds perdus !!! Où sont passés les milliards déjà alloués qui, apparemment; ne sont jamais allés où ils devaient aller !!! détournés au profit de qui, de quoi ??? A ce train, la France est la Grèce d...

à écrit le 03/07/2015 à 10:39
Signaler
Ils sont gonflés ces Grecs, non seulement ils ont tinventé la démocratie mais en plus, ils veulent s'en servir.. « Le référendum est-il la bonne solution ? » D’ailleurs par extension, je me demande si les élections c’est une bonne solution car u...

le 03/07/2015 à 11:38
Signaler
+1

le 03/07/2015 à 14:13
Signaler
+1000 meme !

le 03/07/2015 à 16:28
Signaler
Les grecs sont parfaitement libres de quitter l'Union Européenne s'ils ne sont pas d'accord avec les règles. Les allemands seraint les premiers de s'en rejouir. Le problème, c'est que les Grecs ne veulent pas de cette "liberté", mais bien l'argent de...

le 03/07/2015 à 19:39
Signaler
Je crains que vous n'ayez en grande partie raison, mais il se trouve toujours des individus qui comme en 38 accepteront de perdre leur liberté en échange de ce qu'ils pensent être de la sécurité, au final ils perdront l'un et l'autre. quand aux 180,...

à écrit le 03/07/2015 à 10:33
Signaler
Parait il que le oui va gagner et que Tsipras démissionnera et restera aux commandes en attendant la nouvelle élection qui devra suivre , et à laquelle il se représentera . Devinez la suite .....

à écrit le 03/07/2015 à 10:25
Signaler
V

à écrit le 03/07/2015 à 10:13
Signaler
A chaque fois qui a un commentaire négatif sur la Grèce, ça coute 10€ en plus qu'ils doivent payer! Le pire, c'est qu'ils entrainent ces 10€ pour tout le monde, y compris ceux qui sont pour la Grèce!!! Quoi? Tu veux pas payer?? T'as assez de coui......

à écrit le 03/07/2015 à 10:07
Signaler
Il vaut arrêter cette machine folle. Le President Hollande doit organiser un référendum sur le sujet. Les français doivent s'exprimer sur ce sujet important.

à écrit le 03/07/2015 à 10:05
Signaler
Prêter encore 36 milliards d'euros...? ,pour financer du marxo/socialisme d'avant la chute du mur de Berlin ... c'est insensé ! pour des raisons évidentes du respect de la démocratie....,la question doit être soumise en l'urgence aux peuples europ...

à écrit le 03/07/2015 à 10:05
Signaler
L'Euro est un non-sens monétaire que la Grèce paye au prix fort. Mais la culpabilisation des Grecs permet de détourner les regards des vraies causes du désastre de l'Euro (donc de l'UE). La sortie de la Grèce de l'euro est une affaire de temps, tout ...

à écrit le 03/07/2015 à 9:59
Signaler
Varoufakis vient d'expliquer ce qu'il a en tête sur l'apres réféendum, et en cela il démontre que le référendum est une farce: "An agreement will be reached whether a 'Yes' or 'No' comes up through the ballot box," Varoufakis told the British broadc...

le 03/07/2015 à 11:49
Signaler
@Kida: Qu'attendiez vous juste d'autre après ce referendum? La fin du monde ? Le gouvernement grec n'a jamais dit autre chose que cela. Ce sont les européens qui ont lié ce référendum à une prise de position pour ou contre l'euro, pour ou contre l'a...

le 03/07/2015 à 15:21
Signaler
@DelapatriedeBricmont: vous n'avez apparemment pas compris. Pourquoi un referendum si Varoufakis veut signer un deal de toute maniere sur les termes qui ont ete proposés vendredi/samedi? Seules deux explications possibles: 1/ ils sont surpris du r...

à écrit le 03/07/2015 à 9:58
Signaler
Plus le buylling envers la Grèce est fort et fait chuter l'économie du pays, plus les créanciers devront mettre la mains au portefeuille et raboter la dette pour garder la Grèce dans leur système. La Grèce, pour l'heure, n'a aucun intérêt à relancer...

le 03/07/2015 à 10:42
Signaler
Est-ce la prise de direction du référendum qui commence à agir sur les nerfs de V_v pour qu'il devienne grossier??

le 03/07/2015 à 13:31
Signaler
Pourquoi devienne? Non non, je l'ai toujours été avec les créanciers ... mais en silence

le 03/07/2015 à 14:18
Signaler
Oui c'est assez énervant de subit les insultes, la propagande et les interventions exterieures pour tenter d'influencer un vote censé être simple. Je le comprends, ça me fait pareil, et on est des millions dans ce cas. Vous voulez voir ?

à écrit le 03/07/2015 à 9:52
Signaler
OK le gouvernement d’extrême, gauche arrivé au pouvoir, a aggravé la situation économique du pays en raison de trop longues négociations sans succès avec les créanciers et des mesures qu’il a dû prendre pour tenir le coup dans le cadre de cette négoc...

à écrit le 03/07/2015 à 9:51
Signaler
çà suffit de continuer à entretenir ce pays,Hollande comme toujours est généreux avec l'argent des autres .

à écrit le 03/07/2015 à 9:44
Signaler
Tout ça n'est qu'une grosse manipulation créée par les lobbyistes qui dirigent ce monde.

le 03/07/2015 à 10:33
Signaler
Oui c'est le vilain Skeletor qui tire les ficelles.^^

à écrit le 03/07/2015 à 9:38
Signaler
en FRANCE tout va bien !meme au pied du mur....

à écrit le 03/07/2015 à 9:32
Signaler
C'est simple, il faut leur donner un milliard par mois pendant quatre ans.

à écrit le 03/07/2015 à 9:30
Signaler
Je soutiens mes amis grecs et je les encourage à voter NON-OXI au référendum. Maintenant que l'Europe les a déçus, ils faut qu'ils se tournent vers les russes et les chinois pour leurs besoins de financement. Ils peuvent prendre le pari que les russe...

à écrit le 03/07/2015 à 9:20
Signaler
Fin 2010, la banque ING s’était essayée à une estimation des conséquences de la fin de l’euro. En France, sur trois ans, le PIB baissait de 10% et le taux de chômage atteignait 14%. ING prévoyait une « pression à la baisse des prix et des salaires ma...

le 03/07/2015 à 9:58
Signaler
en gros ...en votant oui, les grecs connaitront une austerité durcie + l'asservissement

le 03/07/2015 à 9:59
Signaler
vous dites tout et son contraire dans votre commentaire

le 03/07/2015 à 10:37
Signaler
non, relis bien bertrand. je dis simplement que les créanciers se trompent, et je l'explique en citant leurs arguments de 2010 et la réalité de maintenant

à écrit le 03/07/2015 à 9:19
Signaler
Quand va t on se décider enfin a larguer ce pays une bonne fois pour toute?

le 03/07/2015 à 10:04
Signaler
Excellente idee. Larguer un des pays fondateurs de l'euro. Pour quoi faire ? Pour que le problème se reporte sur le portugal, ou l'espagne ? Pour que la Russie profite de l'occasion pour étendre son emprise sur toute la méditerranée ? Pour que les ma...

le 03/07/2015 à 10:40
Signaler
voici une analyse d'une économiste portugaise. Le Portugal, la trahison du faux bon élève "Mauvaise foi", c'est en ces termes que Cristina Semblano, économiste, et professeur d'économie portugaise à l’Université de Paris IV – Sorbonne, juge les...

le 03/07/2015 à 14:01
Signaler
merci pour cet article . cela permet de remettre les points sur les i de ceux qui pronent à l'austérité pour les autres et effectivement voient en ces politiques ineptes l'alpha et l'omega de la potliqiue économique que toute l'europe doit suivre non...

le 03/07/2015 à 14:16
Signaler
Bonjour, Je n'ai pas tout lu, mais il y a ceci qui m'a attiré au regard " l’effondrement récent (2014) du troisième groupe financier portugais et deuxième groupe privé du pays – groupe Espírito Santo (GES) – en constitue la preuve irréfutable, quoi...

à écrit le 03/07/2015 à 9:10
Signaler
Pas un sous pour les grecs. Ces gens doivent assumer les conséquences de leur politique de "croissance" par la consommation.

le 03/07/2015 à 10:00
Signaler
Ah ah, vous etes marrant vous, c'est le monde entier qui croit grâce a la consommation et au credit. La Grece n'est que la première pierre a tomber de l'edifice, mais ne vous y trompez pas, tous les autres tomberont également !

le 03/07/2015 à 11:16
Signaler
Dommage que vous ne disiez pas la même chose pour l Ukraine La comme par miracle il n'y plus de problème. Comme quoi le problème de la Grèce est d'abord un choix de nature idéologique.

le 03/07/2015 à 12:46
Signaler
Absolument, surtout actuellement a seul chose qui importe a Angela Merkel est de faire tomber gouvernement de gauche a n'importe quel prix car elle les déteste d'abord et est gênés ensuite, et ceci en débit de tout bon sens ou réflexion économique ce...

à écrit le 03/07/2015 à 9:05
Signaler
C'est une sacrée somme! Où la France va-t-elle la trouver? Peut-être devrait-elle s'occuper des problèmes Français avant d'aider les autres! Nous en avons plus que marre!

le 03/07/2015 à 9:59
Signaler
Ce n'est pas la France qui va regler toute cette somme, il y a d'autres pays en Europe, hein ? Le problème c'est que la situation de la Grece coute a l'europe 2% de croissance par an. Effacer la totalité de la dette de la Grece couterait 3% du PIB d...

le 03/07/2015 à 10:40
Signaler
Les gouvernements élus d'Europe ne veulent pas en endendre parler parce que leurs opinions publiques y sont hostiles, et que ce genre de chose, en démocratie, ca se paye cash aux elections suivantes...et generalementpar le biais d'une extreme droite ...

à écrit le 03/07/2015 à 8:52
Signaler
Enfin bon, DSK avait déja prévenu, de même que Krugman et Stiglitz, rien de bien nouveau donc....

le 03/07/2015 à 9:56
Signaler
Piketty aussi, l'ancien conseiller économique de Barroso aussi, pas mal de libéraux aussi, l'ancien secrétaire du tresor américain aussi, ...

le 03/07/2015 à 10:43
Signaler
Sauf que krugman et Stigliz pense naivement qu'il suffit de sortir de l'Euro pour que ca aille mieux. Opinion taillée en piece par Varoufakis (et Piketty aussi). Une restructuration de la dette est necessaire, mais ne reglera pas non plus les proble...

à écrit le 03/07/2015 à 8:42
Signaler
Il faut simplement les aider a être autonome et a recréer leur propre monnaie pour ne pas rester sous tutelle comme les autres pays de l'UE! ( Ha! Ils veulent bien le faire pour les régions mais pour les pays?)

à écrit le 03/07/2015 à 8:40
Signaler
Prêter toujours plus, alors qu'il y a un quasi consensus pour trouver les montants de la dette insoutenable, prêter toujours plus alors que l'on nous rabâche les oreilles avec les excédents primaires... Non Merci! Angela, on te suit sur ce dossier: g...

le 03/07/2015 à 9:50
Signaler
Ben oui, ces gens là ne méritent pas que l'on s'occupe d'eux, y a qu'à les rejeter ç la mer, l'avantage c'est qu'elle n'est pas loin pour eux. Eh puis, ont-ils le droit de vivre, après tout ils nous coutent cher, plus de peuple donc plus de dettes......

le 03/07/2015 à 9:52
Signaler
détrompez vous, c'est Merkel qui n'a pas voulu de restructuration de la dette depuis des années, et qui n'en veut toujours pas. A cause d'elle, la Grece ne s'en remettra jamais et la facture s'alourdit de jour en jour pour les contribuables. Mais bon...

le 03/07/2015 à 10:46
Signaler
@Leconomiste: Pas seulement L'Allemagne, mais aussi les Pays BAs, la Finlande, la Slovaquie, les pasy Baltes, l'Espagne. L'italie et la France sont plu ambigues, mais leurs opi,ions publiques y sont hostiles egalement. ceci dit, la charge de la d...

le 03/07/2015 à 14:24
Signaler
Alors c'est quoi ? N'importe quoi, ce qui plombe la grece actuellement c'est bien les echeances de remboursement, pas les prets bilatéraux peut être, mais tout le reste vous l'oubliez ? et ça represente le plus gros morceau ! Comment pouvez vous écr...

le 03/07/2015 à 15:25
Signaler
@@KidA: non pas n'importe quoi: la charge de la dette actuelle est dans la moyenne de celle de l'eurozone. L'Italie a par exemple une charge de la dette tres nettement superieure a celle de la Grece. celle de la France est quasi identique. Et cela...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.