Grèce : la BCE et la Commission changent la nature du référendum

Les institutions européennes s'engagent, avec des menaces et des pressions, en faveur du "oui" au 5 juillet. Une politique contestable.

8 mn

Les institutions s'engagent dans la campagne référendaire
Les institutions s'engagent dans la campagne référendaire (Crédits : Reuters)

La décision de la BCE de geler dimanche 28 juin le plafond de l'accès des banques grecques à la liquidité d'urgence (le programme ELA) a modifié entièrement la nature du référendum qui se tiendra dimanche 5 juillet en Grèce. En théorie, la question posée aux électeurs grecs sera de savoir s'ils acceptent ou non les dernières propositions soumises officiellement par les créanciers le 25 juin dernier. Mais ce gel du programme ELA a rendu inévitable l'instauration de restrictions bancaires importantes. Et depuis que ce lundi 29 juin, les banques helléniques sont fermées et que les rues de Grèce se sont couvertes de longues queues devant les distributeurs de monnaie, la vraie question à laquelle l'électeur grec devra répondre est très différente.

La BCE fait campagne pour le « oui »

La manœuvre est subtile de la part de la BCE. En choisissant de mettre la pression sur les banques grecques durant la campagne référendaire, elle prévient implicitement que l'électeur aura le choix entre la réouverture des banques le 7 juillet ou la poursuite de leur fermeture. Elle inquiète naturellement une partie des déposants grecs qui se souviennent du sort des comptes chypriotes en 2013 et qui savent que, pour eux, la limite de 100.000 euros appliquée à Chypre ne sera sans doute pas valable. Elle crée aussi une tension qui, ce lundi, était de plus en plus palpable à Athènes. Tout ceci a évidemment un but politique : arracher un « oui » à la population.

Certes, la BCE peut se dissimuler derrière des arguments solides : l'ELA est conditionné à la perspective d'un accord car si l'Etat grec fait faillite, les banques deviennent insolvables. Mardi, le plan « d'aide » deviendra caduc, aucun accord n'est donc possible. Mais, dans ce cas, pourquoi ne pas avoir, comme le demandait le président de la Buba Jens Weidmann, couper l'ELA purement et simplement ? Si la BCE estime que le référendum apporte encore l'espoir d'un accord grâce à un « oui », elle aurait dû fournir aux banques grecques les liquidités suffisantes jusqu'au vote, pour ne pas l'influencer. Elle a préféré un jeu plus subtil qui lui permet, en réalité, de peser lourdement dans la campagne. En faveur du « oui », bien sûr. De ce point de vue, la BCE sort de son rôle purement monétaire et devient un acteur politique de l'affaire grecque. Elle tente de maintenir la Grèce dans la zone euro en se débarrassant du gouvernement Tsipras.

Jean-Claude Juncker s'engage

Le but des dirigeants européens est évidemment le même. Et pour le satisfaire, ils ont été plus francs dans leurs déclarations. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, lundi midi, n'a pas caché qu'il en faisait un vote pour ou contre le maintien dans la zone euro et dans l'Union européenne :

« Si le peuple grec, responsable, conscient du rôle et national et européen qu'il joue, votait "oui", le message tel qu'il serait reçu dans les autres pays membres de la zone euro, et au-delà de l'Union européenne, et au-delà de la société mondiale, voudrait dire que la Grèce veut rester ensemble avec les autres pays membres de la zone euro et de l'Union européenne », a déclaré le président de la Commission.

Un peu plus tard, Matteo Renzi, a twitté en anglais que l'enjeu du vote était « euro vs Dracma (sic). C'est cela le choix. »

 Menaces européennes

Le but des créanciers est donc clairement de dramatiser l'enjeu du referendum pour faire entendre au people grec qu'il ne peut être question de poursuivre les négociations avec le gouvernement en cas de « non. » Or, c'est un des arguments d'Alexis Tsipras : en cas de « non », le premier ministre grec promet que la Grèce sera en position renforcée pour engager de nouvelles discussions sur la base du même programme que celui de Syriza : réduire l'austérité en se maintenant dans la zone euro. Un argument que les dirigeants européens qui, ce lundi, sont entrés en campagne pour le « oui » s'acharnent à démonter en faisant croire qu'ils sont prêts à provoquer le Grexit en cas de vote contraire. Pire, Jean-Claude Juncker indique que la place de la Grèce dans l'UE serait en jeu, ce qui n'a guère de sens.

Peur européenne du « non »

Cette position pose problème. D'abord, il s'agit d'une ingérence dans la vie politique d'un Etat membre, ce qui est assez contestable. Il en résulte une radicalisation visible des positions au sein de la population entre les forces pro-institutions et les autres qui se révèle déjà palpable sur les réseaux sociaux et dans les média. Cela présente un risque élevé dans un pays rongé par la crise et soumis à une fermeture des banques.

Surtout, il cache une peur certaine du « non ». La BCE a montré encore dimanche que si elle était un adversaire d'Alexis Tsipras, elle rechignait encore nettement à engager la mécanique du Grexit en coupant l'ELA. Or, elle seule peut provoquer la sortie de la Grèce de la zone euro. Les chefs d'Etats et de gouvernements de la zone, quoi qu'ils en disent, ne peuvent pas provoquer le Grexit, ils ne peuvent que provoquer le défaut de la Grèce. La question reste donc la même : la BCE est-elle prête à exclure un membre de la zone euro en créant un précédent dangereux ? Et : les gouvernements sont-ils prêts à accepter de prendre des pertes sur les prêts à la Grèce ? La réponse semble encore être non. Et la meilleure preuve en est précisément cette campagne agressive pour le « oui » au référendum, afin de ne pas se trouver dans la possibilité de devoir faire face à un « non », donc à un choix désagréable : engager le Grexit ou de nouvelles négociations ? Jean-Claude Juncker ce lundi a exhorté les Grecs à ne pas « choisir le suicide par peur de la mort. » Mais cette peur de la mort semble aussi partagée par les institutions européennes. D'où cette campagne très vive pour le « oui. »

Le « oui » serait-il une solution à la crise ?

L'ennui, c'est que le « oui » sera peut-être un piège aussi redoutable que le « non » pour les créanciers. Alexis Tsipras peut respecter ce vote comme il l'a laissé entendre et s'engager à appliquer le plan des créanciers. Mais les relations avec la troïka seront forcément exécrables et le gouvernement ne manquera sans doute pas une occasion de contester ce plan pendant sa durée. Surtout, le gouvernement grec pourrait se montrer moins coopératif dans d'autres domaines de la politique de l'UE, on pense notamment aux relations avec la Russie.

Mais le scénario le plus probable est celui d'une démission du gouvernement Tsipras. Selon une source grecque, « tous les ministres, même les plus modérés, sont décidés à ne pas appliquer le plan des créanciers. » Les créanciers auront alors réussi leur pari : se débarrasser de ce gouvernement. Mais ensuite ? Un mois après, de nouvelles élections risquent de replonger la Grèce dans une crise politique. Syriza reste très populaire en Grèce, pour des raisons indépendantes des négociations, qui sont son « innocence » dans le système clientéliste grec. Tout peut changer après le 5 juillet. Mais il est possible que Syriza gagne à nouveau ces élections. Les dernières enquêtes indiquent que même en se regroupant, les partis « pro-mémorandum » (Nouvelle Démocratie, Potami et Pasok) ne passeraient pas devant Syriza (36 % contre 39 % dans le dernier sondage Alco). Cette réélection serait une impasse politique pour la Grèce. Reste le scénario rêvé par les Européens : une victoire des forces « pro-européennes » précitées. Dans ce cas, il est à souhaiter que la médication européenne permettent à la Grèce de disposer d'une croissance forte et bien redistribuée (mais on peut en douter).

Car Alexis Tsipras pourrait autrement rapidement jouer le rôle de recours en s'auréolant du statut de celui qui a résisté pendant six mois à la troïka, victime d'un « coup d'Etat financier. » Il pourrait alors tenir le rôle du « grand homme » grec du 20e siècle, Eleftherios Venizélos, qui a, plusieurs fois, quitté la vie politique pour être rappelé en héros dans les années 1920 et 1930. A moyen terme, la stratégie des Européens apparaît d'autant plus risquée que cette ingérence et les humiliations subies par le pays durant les négociations ne vont pas manquer dans l'avenir de peser lourd dans les relations entre la Grèce et l'Europe. On pourra le cacher quelque temps, mais les plaies resteront longtemps ouvertes.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 255
à écrit le 02/07/2015 à 20:51
Signaler
NON à la DICTATURE EUROPÉENNE et à ses complices Vive la DÉMOCRATIE quoi qu'il en coûte !. CATAVRIO.

à écrit le 01/07/2015 à 18:30
Signaler
On vous amuse "de" mocratiquement . Non , on vous coupe les vivres qu on vous a déjà couper . Oui , on vous coupe la tête qu on n a pas encore couper . Les paresseux innocents contre les travailleurs innocent . Tout le monde trinque sous la pression ...

à écrit le 01/07/2015 à 15:19
Signaler
Avant que cet article ne disparaisse des écrans . Je félicite le chargé de la mise en page photographique pour son choix . Même pas besoin de lire l article de Mr Godin tout est dans la photo , encore félicitation.

à écrit le 01/07/2015 à 9:31
Signaler
Il n’y a pas une poussière dans l’univers qui appartienne à qui que ce soit mais il faut être un animal pour le savoir. Ceux qui créent les crises sont ceux qui dirigent votre vie et qui vous font croire même que vous pouvez être propriétaire de votr...

à écrit le 01/07/2015 à 9:13
Signaler
mr Godin , l'Europe ne fait que son devoir d'information de SES citoyens ( dont les grecs ). Juncker ne " change pas la nature " du referendum : il denonce le mensonge ( un de plus ) de ( votre héros ? ) Tsipras ...futur " grand homme grec du 20e s...

à écrit le 01/07/2015 à 7:07
Signaler
M. Godin a pris fait et cause pour le gouvernement populiste d'extrême-gauche grec. Du coup, ses articles que je lis se transforment systématiquement en éditoriaux. C'est son droit. Mais du coup, la seule couverture que La Tribune nous propose de la ...

à écrit le 01/07/2015 à 7:07
Signaler
M. Godin a pris fait et cause pour le gouvernement populiste d'extrême-gauche grec. Du coup, ses articles que je lis se transforment systématiquement en éditoriaux. C'est son droit. Mais du coup, la seule couverture que La Tribune nous propose de la ...

le 01/07/2015 à 8:26
Signaler
@Julien Nuland Vous satisferez votre choix "plus équilibré" dans les 99,9 % de la presse restante..!! Voilà donc pourquoi m GODIN est un must, c'est si rare l'indépendance dans les dictatures de la bien pensance et tiens j'ose le mot, dans la dictat...

le 01/07/2015 à 9:17
Signaler
..." c'est si rare l'independance ..." c'est surtout si rare l'humour ; ce serait meme risible , si le sujet etait moins triste ;

le 01/07/2015 à 13:15
Signaler
Grémillon a tout à fait raison.C'est la raison pour laquelle je viens de prendre un abonnement à la Tribune.C'est le seul journal économique pluraliste.

à écrit le 30/06/2015 à 20:31
Signaler
Ce qu'il faut comprendre, c'est que lorsque ca arrivera à l'Espagne, au Portugal, et à la France ca va être pareil !!! Les banquiers feront la lois !!!! Il suffirait de 15 milliardaires qui mettrait un dixieme de leurs fortune pour aider tout un peup...

le 01/07/2015 à 9:20
Signaler
et dejà , pour la part de la France , que la dette soit effacée par le versement , par chaque français de 600 euros ... vous voulez un n° de CCP , pour etre celui qui va montrer l'exemple ?

le 06/07/2015 à 21:02
Signaler
Bonjour, il ne suffirait pas de 600€ par Français pour renflouer la dette grecque, car les Grecs ont choisi de ne pas faire d'effort et de continuer à dépenser plus qu'ils ne produisent en refusant les réformes proposées à ce pays. La Grèce est un to...

à écrit le 30/06/2015 à 20:27
Signaler
Pour les politiciens européens, si la Grèce gagne, ce sera la porte ouverte pour d'autres contestataires comme Podemos en Espagne et d'autres dans l'Europe qui veulent une politique plus sociale. C'est à terme le choix entre un suicide de la politiqu...

le 01/07/2015 à 10:38
Signaler
Y a-t-il toujours des cryptomarxistes pour opposer politique sociale et politique financière? Les deux se tiennent. Sans politique financière, pas de politique sociale. Si les tenants de la politique sociale veulent préserver leurs acquis, il faut to...

le 02/07/2015 à 0:46
Signaler
"Si les tenants de la politique sociale veulent préserver leurs acquis, il faut tout simplement que les finances publiques soient en ordre". Vous n'avez rien compris ! désolé de vos le dire ! Il faut surtout éviter que la capitaliste prenne enc...

le 06/07/2015 à 21:10
Signaler
Joao vous pensez que le moteur du capitalisme est l'accumulation, et bien même si c'est vrai, c'est plus sain que le moteur du socialisme qui est la jalousie : à toujours vouloir répartir la richesse de façon égale et injuste, sans se soucier de qui ...

à écrit le 30/06/2015 à 20:19
Signaler
La commission européenne a horreur de la démocratie, cette technostructure ne veut pas s’encombrer de l'opinion du petit peuple. On en sait quelque chose en France, on a beau voter non, on en tient pas compte.

le 01/07/2015 à 10:50
Signaler
Soyez francs, croyez-vous vraiment que le "petit peuple" est en état de se former une opinion sur les questions de macro-économie qui donnent déjà du fil à retordre aux spécialistes??? La démocratie ne consiste pas à demander à la masse de s'exprimer...

le 01/07/2015 à 13:09
Signaler
Voilà un partisan du vote censitaire.Je vous rappelle M.Stuart qu'on est au XXIe siècle et plus au XIXe, depuis belle lurette. .Le système représentatif n'est plus démocratique,il faut le changer ,car des parlementaires qui sont élus pour 5 ans et qu...

le 01/07/2015 à 15:29
Signaler
Mr Stuart ne fait que signaler que la démocratie s'exprime avant tout par le travail de représentants du peuple qui ont été élus à notre place en fonction de nos affinités politiques afin d'effectuer un travail parlementaire qui permet a force d'audi...

à écrit le 30/06/2015 à 19:43
Signaler
Les peuples européens ne s'en sont pas rendu compte (y compris les français) mais le pourvoir a déjà été transféré à Bruxelles et à Francfort, suite aux référendum respectés ou non. ,

à écrit le 30/06/2015 à 19:43
Signaler
Pour paraphraser l'autre ... "it is just a matter of time"... si ce n'est pas cette fois-ci après tout ce cirque ce sera dans quelques mois ou lors de prochaines échéances de paiement quand il faudra renégocier une rallonge des créanciers pour rembou...

à écrit le 30/06/2015 à 19:30
Signaler
Décidément, les peuples du Nord ne comprendront jamais ceux du Sud Juncker pense que dire aux Grecs qu'ils doivent voter "oui" sinon ils vont sortir de l'euro est une "kolossalle finesse" qui va coincer Tsipras. Dans la psychologie latine élémentair...

le 01/07/2015 à 1:40
Signaler
Pas faux, mais la loi dite du "j'ai pas envie de perdre mon pognon" gagne généralement contre la loi du "si on me dit de répondre ou alors je répond non".

à écrit le 30/06/2015 à 19:15
Signaler
Comme la question concerne les conditions de l'appartenance à la zone euro, il est bien normal que les leaders européens fassent connaître leur position avant le vote pour que les électeurs grecs sachent à quoi s'en tenir. Qu'y a-t-il de "contestable...

le 30/06/2015 à 20:05
Signaler
La méthode. La méthode est contestable. Je commence à me poser de sérieuses questions sur la façon de faire de nos institutions européennes.

à écrit le 30/06/2015 à 17:38
Signaler
les banques doivent être à notre service et non le contraire. Elles ne doivent pas priver les clients de l'argent que ces derniers ont déposé sur leur compte. Ces clients ont payé pour un service qui doit être rendu. Autrement les banquiers sont hors...

à écrit le 30/06/2015 à 15:36
Signaler
Personne ne change la nature du référendum car l'on ne change pas ce qui est inutile. Il eut fallu pour cela qu'il ait une signification, il n'en a pas. Vous pouvez décider théoriquement si vous souhaitez manger du poisson ou de la viande, mais si vo...

à écrit le 30/06/2015 à 15:32
Signaler
La boutique Europe est tenue par les banquiers alors a quoi vous attendez vous de la part de personnes qui prospèrent avec l'argent des autres??

le 30/06/2015 à 18:06
Signaler
Mr Godin joue les militant d extrême gauche Il ferait mieux d'expliquer ce que risque de subir la grece en prenant exemple sur l'Argentine Le possible retour de l'armée et l'entrée dans le tiers monde

à écrit le 30/06/2015 à 15:01
Signaler
Certains croient aux inepties des médias qui font des grecs la cause de tout ce drame. Or, le problème grec, c'est la soumission des démocraties aux intérêts économiques allemands et aux intérêts stratégiques Bruxello-americains. D'où l'idée formidab...

à écrit le 30/06/2015 à 14:48
Signaler
http://www.lemonde.fr/economie/twitter/2015/06/30/grece-reprise-des-negociations_4664714_3234.html il semblerait que Tsipras renoue les négociations....

à écrit le 30/06/2015 à 14:24
Signaler
Comme depuis des années, les européens - allemagne, france, bce, ... - mentent autant aux Grecs qu'aux électeurs européens. Dans un système reposant exclusivement sur la voyoucratie, le délit de démocratie doit être sanctionné. Il ne saurait être que...

à écrit le 30/06/2015 à 13:47
Signaler
La nature politique des actions de la BCE est aussi un message aux autres pays. D'un certain côté c'est tant mieux, ils tombent enfin le masque.

à écrit le 30/06/2015 à 13:26
Signaler
Excellent article! Je crains qu'en votant oui, ils recolteront l'austerite, de nouvelles elections et in fine...la sortie de la zone euro. Pourquoi ne pas voter oui pour s'epargner de tous ces maux? La peur est mauvaise conseillere.

le 30/06/2015 à 14:23
Signaler
C'est l'histoire d'un type qui se retouve face a un cobra et il se demande s'il doit fuire ou lui marcher dessus pour poursuivre son chemin. Et Yaniv L lui dit:"la peur est mauvaise conseillere tu sais. Vas y, marches dessus, il t'arrivera rien."

le 30/06/2015 à 16:29
Signaler
Cher Kida, on connait ce que la premiere option (a savoir les politiques d'austerite) ont donne. Desormais, les grecs doivent se comporter des patriotes en oubliant leurs interets personnels et penser aux interêts de la patrie!

le 30/06/2015 à 22:26
Signaler
Bravo donc Armateurs rapatriez votre argent d'Allemagne vers la Grèce

le 01/07/2015 à 11:01
Signaler
Cher Yaniv: meme si tous vos voeux se réalisent et que la grece sort de la zone euro, j'ai un scopp pour vous: l'austerité continuera en grece car le cout de la vie va exploser dans c cas la, l'epargne grecque aura disparue et le gouvernement grec de...

le 01/07/2015 à 13:23
Signaler
Cher Kida: Vous avez raison, dans les deux cas, il y aura austerite. Mais, en l'etat actuel des choses, appliquer une politique d'austerite en restant dans la zone euro ne produira aucun resultat. En clair, elle sera vaine du fait du niveau de l'euro...

le 01/07/2015 à 15:21
Signaler
@Yaniv: si c'etait le niveau de l'euro le probleme en Grece, celle-ci serait deja repartie fortement economiquement entre la chute de 17% des salaires et la baisse forte de l'Euro. Ca n'est pas le cas, ce qui montre que le probleme est ailleurs. C'es...

à écrit le 30/06/2015 à 13:22
Signaler
Le but des créanciers est de dramatiser l'enjeu! C'est pour le peuple grec un retour aux sources que cette dramaturgie à l'européenne. Ce pourrait être bientôt le seul pays où la traduction dans les faits d'une idée majoritaire s'appliquerait dans l'...

à écrit le 30/06/2015 à 12:11
Signaler
La Grèce aurait été humiliée ! Personne n'a demandé à ce que les statistiques soient trafiquées. Pendant 8 ans, la Grèce s'est endettée à pas cher pour verser les salaires des fonctionnaires, les retraites, les aides sociales alors que le système ...

à écrit le 30/06/2015 à 11:38
Signaler
Excellente analyse de la situation !

à écrit le 30/06/2015 à 11:28
Signaler
Plus l ue s' impliquera plus le non montera ,juncker est le meilleur allié de tsipras et il le sait ,plus vite la grece sera hors de l euro mieux ce sera pour eux et pour nous ,l ue doit repartir sur de nouvelles bases strictes.

à écrit le 30/06/2015 à 11:09
Signaler
ce référendum est du plus pur populisme:autant demander aux grecs s'ils voudraient plus d'argent pour eux memes ou la retraite a 46 ans!je ne comprends pas que les institutions démocratiques européenne puissent tolérer des référendums orientés qui co...

le 30/06/2015 à 11:58
Signaler
Bonjour lecteur, Ainsi selon ce que vous exprimez consulter le peuple, assommé par des impöts et des privations sans précédent serait du "populisme3 ? Heureusement que Jaurèes n'est plis de ce monde vous l'auriez attristé. C'est de la responsabilit...

le 30/06/2015 à 13:17
Signaler
Elu ps???Mais faites moi donc rire...Le ps pour vous represente la democratie??Vous representez les bankster de la finance dont vous faites surement partie!!

le 30/06/2015 à 13:38
Signaler
@bizarre:"moi qui suis élu associatif et un AUTHENTIQUE socialiste":LOL,trouvez vous un vrai travail a votre age!

le 30/06/2015 à 14:26
Signaler
@vous avez dit bizarre: non ce qui est démagogue en revanche c'est de faire voter un peuple en 6 jours sur un sujet qui engage l'avenir de plusieurs générations, et le tout en demandant de voter sur un texte qui n'est pas fourni aux grecs, qui n'exis...

à écrit le 30/06/2015 à 11:08
Signaler
On parle d'une bulle de 200.000 milliards (oui, bien 200.000 milliards) de dollars qui pourrait éclater. Rien que Deutsche Bank est exposé à 63.000 milliards. Et tout ça pour quoi? Parce que nos technocrates créanciers n'ont pas voulu débloquer...

le 30/06/2015 à 11:54
Signaler
D'où sortez vous ces chiffres ? pouvez-vous donner la source ? Merci.

le 30/06/2015 à 14:28
Signaler
hmmm chiffres fantaisites. L'exposition de la zone euro en grece est forte, mais pas dans ces montants la. Les créanciers ont DEJA integré qu'ils perdraient une partie de leur créance. ils ne veulent simplement pas financer ad vitam eternam la Gre...

le 30/06/2015 à 17:36
Signaler
Non Messieurs ces chiffres ne sont pas fantaisistes. Il n'y a pas de données précises seulement des estimations, mais la finance de l'ombre existe, irrégulée, de gré à gré entre institutions financières (Banques, assurances, hedge funds, fonds de pen...

à écrit le 30/06/2015 à 10:43
Signaler
Cette façon permanente qu'a Monsieur Godin d'imputer telle ou telle position à la BCE ou à la Commission sous prétexte qu'elles ont pris telle ou telle décision conforme à la défense de leurs intérêts et de la protection de l'ensemble des européens e...

à écrit le 30/06/2015 à 10:25
Signaler
De toute façon l'UE a déjà perdu. Si le OUI passe, l'UE devra lâcher des dizaine de milliards de plus pour "remercier" le peuple grec qui aura sauvé les rentes de situation de la commission. Si le NON passe, ce sera la preuve que nos milliards perdus...

à écrit le 30/06/2015 à 10:24
Signaler
Excellente analyse, qui pèse le pour et le contre, bravo.

le 30/06/2015 à 13:01
Signaler
je suis tout à fait d'accord avec vous je pensai j'allais le dire. M Godin est un execennt jourlaliste très bien documenté sur al chose. Regardez les Bulgares ils sont heureux mais heureux avec leur 400 lev (200 euros) par mois. Voyez vous tout est r...

à écrit le 30/06/2015 à 10:22
Signaler
"humiliations subies par le pays"!? Je viens avec un programme qui rase gratis, qui est une insulte à tous les Européens qui ont fait ceinture pour redresser la situation dans leur propre pays et c'est moi qui suis humilié alors que je veux qu'on eff...

le 30/06/2015 à 11:31
Signaler
Je cherche la ceinture qu'a subit la France...comment aurait réagit le "peuple" français si on lui avait appliqué le même programme qu'aux autres pays du sud (Grèce, Espagne, Portugal, ...), vu les rejets qu'il y a eu à la moindre réforme sur les dép...

le 01/07/2015 à 8:18
Signaler
Delsu, rien que pour vous je me répète, "à tous les EUROPEENS", c'est écrit assez grand??^^,, Un peu de lecture plus attentive svp.

à écrit le 30/06/2015 à 10:21
Signaler
SI J ETAIS GREQUE JE VOTERAIS/// NON/// CAR LES SEULS A PROFITER DE CES MANIPULATIONS SONT LES BANQUIERS GRECSET EUROPPEENS ?ILS ONT RUINE DES MILLIONS DE PAUVRES GENS? ET S IL FONT FALLITTE ILS AURONT RECUE UNE BONNE LECON D ECONOMIE PARS LE PEUPLE ...

le 30/06/2015 à 12:33
Signaler
Il n'y a plus que des dettes d'état Vous devriez vous inscrire en 1 Er annee eco

le 30/06/2015 à 13:02
Signaler
100% d'accord! Ce qui sont pour l'Oui, pour UE ne se rendent pas compte qu'il est en train de défendre les intérêt des banquiers, dans un système moderne d'esclavage. Aujourd'hui la Grèce, demain la France... Di j'étais Grecque, moi aussi voterai...

le 30/06/2015 à 17:05
Signaler
Un de plus à penser ainsi; et leur souhaiter de revenir à la drachme. A parité, les touristes iront quand même en Grêce; ne serait ce que grace aux actions terroristes sur la rive sud de la Méditerranée. Les allemends pourront y investir dans des hôt...

à écrit le 30/06/2015 à 10:16
Signaler
Je pense que les pouvoirs financiers en Europe ne veulent pas d'une dissidence d'un petit pays qui puisse échapper à la tonte quotidienne de l'économie grecque dirigée sur le petit peuple ouvriers et retraités barre d'ajustement choisie par la troïka...

le 01/07/2015 à 12:02
Signaler
c'est évident ! Mais le système est à bout de souffle . Mais il peut aussi perdurer malheureusement longtemps à l'aide de replatrages . C'est sans doute une question d'une une ou deux décennies. Malheureusement "la fenêtre de tir" pour aller vers u...

à écrit le 30/06/2015 à 10:04
Signaler
Mais bien sûr que les Grecs vont voter "OUI". Il y a 200 ans que la Grèce vit de ses créanciers, comme les Monarchies du golfe vivent du pétrole. Alors ils vont les garder leurs créanciers croyez moi. Sinon de quoi vivraient-ils.? Un peu de bon sens ...

le 30/06/2015 à 11:33
Signaler
Petit génie. Pourriez-vous étayer un peu votre modeste argumentation?

le 30/06/2015 à 11:33
Signaler
Petit génie. Pourriez-vous étayer un peu votre modeste argumentation?

à écrit le 30/06/2015 à 9:57
Signaler
Le "problème grecque pose questions. D'abord celle ci: les traités n'avaient pas prévu que la démocratie d'un des pays de l'Union viendrait contrer la technocratie de l'Union elle même? Ensuite, quand les médias disent que "la France va payer" et ann...

le 30/06/2015 à 10:34
Signaler
Ce sont les Etats Européens qui ont preté a la Grece depuis 2010, soit directement, soit indirectement via le FESF devenu MES. or d'ou provient l'argent des Etats? ----> des citoyens via leurs impots. Pas la peine de réfl"chir midi a quatorze h...

le 30/06/2015 à 11:18
Signaler
Un moratoire sur la dette Grecque due par les autres états est il envisageable . Si oui pas de panique la ligne perte et profit de la BCE s alourdira de quelques Mds supplémentaires . Si non le fn a de beaux jours devant lui . Va falloir choisir !!!

le 30/06/2015 à 11:25
Signaler
malheureusement aujourd'hui l'argent des états (du moins frnaçais) via des marchés. Les contribuables ils ne paieront ni plus ni moins qu'aujourd'hui. Les emprunts de l'état français pour aider la Grèce sont déjà intégrés dans la dette public. Donc "...

le 30/06/2015 à 13:11
Signaler
Ils ont le pouvoir de faire croire aux peuples qu'il sont concerné par cette histoire. Les citoyens français sont inquiets avec la dette grecque, mais il faut voire autrement tout ça. C'est toujours le peuple que paye tout... nous sommes tous au-dess...

le 30/06/2015 à 14:31
Signaler
@celui qui répond sans pseudo: S'il faut recapitaliser le MES et la BCE, les français devront soit payer plus (option 1) soit bénéficier de moins de dépenses publqiues en france pour compenser tout en maintenant le meme niveau d'impot (option 2). Un...

le 30/06/2015 à 14:33
Signaler
"esclaves par l'endettement"/ il ya un excellent et unique moyen pour etre libre de ce point de vue la: établir régulierement des budgets en excedent primaire et se desendetter. une fois desendetter, la liberté est totale.

le 30/06/2015 à 16:16
Signaler
Il y a une autre façon de ne pas être esclaves de l endettement . C est de se conduire en état souverain !

le 01/07/2015 à 15:25
Signaler
@Le Paysan. les Etats souverains n'echappent pas aux contingences budgetaires. Mes condoléances si vous ne le saviez pas. une Grece hors UE et hors zone Euro sera toujours confronté au meme impératif d'equilibrer ses comptes (encore plus, vu que p...

le 02/07/2015 à 10:37
Signaler
KidA . Comme vous avez choisi les exemples qui vous donnent raison on peut en déduire que vous n êtes pas sûr , du fond de votre raisonnement , car avouez qu il y a plein d autres pays comme par ex la Corée du nord qui s en sortent très bien ...

à écrit le 30/06/2015 à 9:54
Signaler
Vraisemblablement la consigne dans les rédactions atlantistes c'est de ne pas piper mot à ce sujet, mais il y a eu (et il y aura dans les prochains jours) des rassemblements-monstres de Grecs dans tout le pays pour le "Non" (OXI, en grec). Un bon édi...

le 30/06/2015 à 10:35
Signaler
Si c'est dans les journaux. Ce genre de rassemblement (rarement spontané) en faveur d'un accord ou contre un accord ont lieu tres frequemment ces dernieres semaines. Ca ne veut rien dire ni dans un sens ni dans un autre.

le 30/06/2015 à 14:17
Signaler
Nom de Dieu, je suis étonné de tant de naïveté concentrée dans si peu de mots. Au mieux, vous faites de la provocation ; au pire, vous racontez n'importe quoi. À vous de choisir.

le 01/07/2015 à 15:26
Signaler
@cd: apparemment vous n'avez donc rien suvi a l'actualité grecque si vous ignorez qu'il ya des manifestations reguierement pour ou contre l'euro.

à écrit le 30/06/2015 à 9:42
Signaler
L'appel à voter pour le oui est ridicule et contre-productif. Mais personne ne voudra assumer l'échec des négociations, on le voit déjà. Il y a quand même une crise humanitaire aux portes de l'Europe qui menace....Bien sûr, l'Europe devrait en réalit...

le 30/06/2015 à 10:51
Signaler
Zaratoutca J'aime votre allusion a Kerviel car enfin les crediteurs de la Grece savaient tres bien ce qu'ils faisaient depuis le debut. Ils jouaient,,,,,,,,,,

à écrit le 30/06/2015 à 9:41
Signaler
je ocmprends le désespoir de beaucoup de grecs mais de la à suivre un Tsipras qui a beaucoup menti qui a fortement détérioré la situation économique de la Grèce qi a fait beaucoup de démagogie sans avoir la solution .... espérons que le peuple gre...

le 30/06/2015 à 10:59
Signaler
Côté mensonges, les Grecs sont furieux à cause des mensonges de J.C. Junker qui a menti de manière éhontée en soutenant que la troika n'a pas demandé d'amputer les retraites. Avant qu'il ne finisse même son discours, il était épinglé même par des j...

à écrit le 30/06/2015 à 9:41
Signaler
je ocmprends le désespoir de beaucoup de grecs mais de la à suivre un Tsipras qui a beaucoup menti qui a fortement détérioré la situation économique de la Grèce qi a fait beaucoup de démagogie sans avoir la solution .... espérons que le peuple gre...

à écrit le 30/06/2015 à 9:34
Signaler
V

à écrit le 30/06/2015 à 9:20
Signaler
Sachant que tout ce qui est prêté à la Grèce, ne sera jamais remboursé, il est insensé et irresponsable de continuer à financer le gouvernement et les banques grecques. Pour ne pas trop peser sur le référendum, tout au plus peut-on maintenir le goutt...

à écrit le 30/06/2015 à 9:08
Signaler
"la limite de 100.000 euros appliquée à Chypre ne sera sans doute pas valable. " probablement pas, et cela du fait du gouvernement grec, et ce pour une raison tres simple: 1- les gros comptes ont deja fuit la grece, il ne doit plus rester suffis...

le 30/06/2015 à 10:01
Signaler
Les comptes étant bloqués pour qu elle raison Tsipras s approprierait il du peu qu il reste , certainement pas pour payer le FMI . Les jours à venir éclairciront nos interrogations !

le 30/06/2015 à 10:39
Signaler
@Le paysan: pas pour payer qui que ce soit en dehors de Grece, mais pour éponger la faillite des banques grecques. Si l'Etat n'est pas ccapable de garantir lui même en dernier ressort les comptes a moins de 100.000... (comme en l'espece) alors ceu...

à écrit le 30/06/2015 à 9:06
Signaler
Finalement le référendum est une bonne chose car 1° Le "oui" l'emporte et nous sommes probablement débarrassés de cette clique de gauchistes immatures (Pléonasme) 2° Le "non" sort gagnant et on cesse enfin de remplir le tonneau des Danaides en...

à écrit le 30/06/2015 à 9:01
Signaler
LA BCE et tou sles pays de l UE devrait faire compagne pour le non. comme ca les grecs seraient contraint de sortir de l euro et porbablement de l UE et on serait debarasse d un boulet. Et certains pensent que le tonton Vladimir va les subventionn...

le 30/06/2015 à 11:38
Signaler
Dites, vous n'arrivez pas à écrire un seul commentaire sans citer le nom de Vladimir Poutine ? nom de Dieu quelle obsession ! vous êtes journaliste ? si c'est le cas…. ;-)

le 30/06/2015 à 14:19
Signaler
Yes mais à temps partiel seulement.

à écrit le 30/06/2015 à 8:59
Signaler
"Les humiliations...ne vont pas manquer dans l'avenir de peser lourd dans les relations entre la Grèce et l'Europe....et entre n'importe quel pays européen et l'Europe. Rendez-vous en Espagne sans les prochains mois.

le 30/06/2015 à 9:57
Signaler
Pourquoi avez-vous oublié le Portugal ?…. et l'Irlande ?..... et l'Italie ?…. et la France par la suite ?…

le 30/06/2015 à 10:09
Signaler
Surtout dès qu'on apprend que l'endettement de la France continue de grimper du fait d'un déficit public trop élevé. Aujourd'hui il est à 97,5% du PIB. Le pays s'expose donc au risque d'une remontée des taux d'intérêt, pas bon pour la relance, du tou...

le 30/06/2015 à 11:08
Signaler
Heureusement que la France a la tradition de dire NON aux néolibéraux lors des référendums. Et ce NON nous inspire. 2005-2015, déjà dix ans. Ca doit se fêter, n'est-ce pas? Par un nouveau non

le 30/06/2015 à 13:44
Signaler
Quand les Français disent non, il suffit de faire voter l'AN pour que le oui passe...

à écrit le 30/06/2015 à 8:54
Signaler
Mr. Godin porte parole du gouvernemen grec, c'est Tsipras qui a changé la nature du tout. Les propositions du 25 n'etait qu'une étape de négociation, négociation qui allait bon train, et le texte du 25 était DEJA dépassé lorsque tsipras a annoncé qu'...

le 30/06/2015 à 9:21
Signaler
Interprétation de comptoir qui ne juge que l instant sans se rappeler du passé .Amalgame de qui et qui et qui fait quoi pour arriver à une conclusion qui caresse les élites Bruxelloises qui comme tous le monde à pu le constater sont imbus d eux même...

le 30/06/2015 à 10:44
Signaler
@l'esprit: hormis votre blabla, vous avez un argument a soumettre? Si ca n'est pas le cas, vous ne faites que du proces d'intention. les faits sont têtus et vous semblez incapable de les contredire: Tsipras organise bel et bien un referendum su...

le 01/07/2015 à 9:01
Signaler
@Kida . Vous avez peut être raison , mais la manip peut être inversé qui ment ? Pour ma part je n ai jamais lu dans la presse ce que propose tsiras et jamais non plus ce qu exige la troika . Partant de ce constat il est plus probable que tsiras est r...

à écrit le 30/06/2015 à 8:27
Signaler
Deux grands "nobels" déconomies et non des moindres interviennent dans le débat et apportent un soutien sérieux au gouvernement Syriza: Dans une interview au "Time", Joseph Stiglitz considère que les créanciers de la Grèce ont une "responsabilit...

le 30/06/2015 à 15:14
Signaler
Enfin un commentaire lucide et raisonnable.

à écrit le 30/06/2015 à 8:14
Signaler
Il faut bien que cette Europe bâtie sur des fonds "merdiques" (puisque ce sont ceux du capitalisme) périclite à un moment donné. L'économie libérale poursuit (?) sa "construction" avec ses recettes dogmatiques ( comme à l'époque le "socialisme" à la...

le 30/06/2015 à 8:56
Signaler
"Europe bâtie sur des fonds "merdiques" (puisque ce sont ceux du capitalisme) " ------> C'est sur que les Etats qui se cont construit sur le collectivsime (le seul et unique contre-modele jusqu'a present) ont tous ete d'une réussite extraordinaire...

le 30/06/2015 à 9:25
Signaler
Ah que ça serait beau... s'il n'y avait pas l'insolente réussite des pays de l'Est qui une fois débarrassés des oripeaux du communisme ont tous bien décollé. C'est de réformes semblables à celles qu'ils ont mené que la Grèce (ainsi d'ailleurs que la...

le 30/06/2015 à 20:54
Signaler
Je croyais avoir été clair pourtant ! Je reformule donc: Je voulais dire que l'on retrouve le même dogmatisme dans la société libérale que dans la société socialiste du temps de la "grande" URSS . A une nuance prés d'importance toute fois, si l'on s...

à écrit le 30/06/2015 à 7:39
Signaler
Oui, la BCE sort de son champs d'action. Mais pas en gelant l'ELA qui concerne le financement des banques. Par contre sa participation aux négociations au côté du FMI et de l'Eurogroupe pose problème car la BCE n'est pas un créancier de la Grèce.

le 30/06/2015 à 8:38
Signaler
163 milliards d'aprés ce que j'ai compris

le 30/06/2015 à 8:53
Signaler
La BCE a massivement acheté la dette grecque autrefois détenue par le secteur privé, c'est pour cela que les prochains gros paiements dûs par la Grèce seront à payer à la BCE.

le 30/06/2015 à 8:58
Signaler
@Arcmatic: si elle l'est a deux titres: 1- sur les obligations grecques qu'elle a racheté sur le marché secondaire et 2- sur les obligations grecques dont elle dispose en collétaral pour financer les banques grecques. La BCE a donc bel et bien de...

le 30/06/2015 à 11:15
Signaler
@ arc Eh, oui, l'important, c'est de sauver les banques, les fondements sacrosaints de notre civilisation. Si la Grèce était une banque, on la sauverait illico, en versant des milliers de milliards d'euros dans ce qui ne serait plus considéré comm...

le 30/06/2015 à 14:39
Signaler
@Vassilis: la BCE a racheté ses créances pour AIDER le gouvernement grec. Créances rachete au rabais APRES que les creanciers privé"s ait DEJA perdu 70% de leur mise (ce qui constitue la plus grosse tole de l'histoire du capitalisme en matiere de det...

à écrit le 30/06/2015 à 7:37
Signaler
L’Europe et l’Euro c’est un ménage à 19 (18 + Grèce). Les créanciers se sont 18 pays Européens et 118 (117 + Grèce) pays dans le monde représentés par le FMI. La Grèce a largement bénéficié des crédits Européen de développement depuis 1980 (probablem...

le 30/06/2015 à 8:28
Signaler
"d’autant que la sortie de la Grèce pourrait favorisait l’entrée de la Turquie dans l’Europe, cette entrée était en grande partie bloquée par les Grecs" Demande à Erdogan si c'est la Grèce qui bloque l'entrée de la Turquie dans l'UE! Tu vas être ...

le 30/06/2015 à 9:50
Signaler
@V_v Demande aux Français accessoirement aussi... Il est clair que la Turquie ne rentrera jamais dans l'UE, pour des simple raison de démographie et d'économie, arrêtons le délire!

à écrit le 30/06/2015 à 7:01
Signaler
les institutions européennes ont raison de dire que le vote de dimanche est un oui ou un non à l'Euro. on ne peut pas être dans une monnaie commune et jouer seul surtout de cette manière. l'économie grecque se redressait avant l'élection de Tsipras. ...

à écrit le 30/06/2015 à 2:27
Signaler
Cette analyse n'est pas conforme à la réalité puisque l'actuel gouvernement grec avait plus de 6 mois pour organiser ce référendum et qu'il tente une pirouette de dernière minute inacceptable vis à vis des 18 autres démocraties de l'Union européenne....

le 30/06/2015 à 8:19
Signaler
Vous représentez l'opinion majoritaire Se faire cracher dessus comme les allemands alors qu'on les a sauvé à leur demande c'est fort de café Ils dépensaient le double de leur recettes et n'en plaise a Mr Godin ce n'est pas nous qui avons gaspillé ...

à écrit le 30/06/2015 à 1:53
Signaler
C'est bien; ça fait varier; d'habitude les français ont chacun leur solution pour gérer la RATP, la SNCF, et Air France; là, ils donnent leur avis sur un pays ! Changement d'échelle; ils se sentent importants... S'ils ne sont pas fous, les grecs dev...

le 30/06/2015 à 9:22
Signaler
La naiveté, c est plutôt d avoir cru a la sériosité de responsables politiques ... Ces "nantis allemands qui ne rèvent que d esclave..." ont quand même apporté 90 milliards d´aides à la grèce ( sous forme de cautions) mais apres le défaut ce...

le 30/06/2015 à 9:30
Signaler
La nouvelle monnaie grecque ne pourra conserver une quelconque parité avec l'€ parce que si la Grèce exporte peu, elle importe beaucoup, à commencer par du pétrole. Une balance des paiements trop déséquilibrée induit inéluctablement une dépréciation ...

à écrit le 30/06/2015 à 1:39
Signaler
Pour moi Tsipras n'est pas fiable. Hier encore je m'interrogeais, soit qu'il ne souhaitait pas assumer les concessions faites aux créanciers soit qu'Il veuille jouer au martyr du fait de son échec dans les négociations (car il a rien obtenu de ses at...

le 30/06/2015 à 8:16
Signaler
@ Caféine: " Le peuple Grec n'a pas besoin d'un martyr maudit mais d'un homme d'Etat." Sur ce point, on vous répondra que charitée bien ordonée commence par soi-même. Avant de labelisé les "hommes d'états" des pays Européens, vous seriez plus inspiré...

le 30/06/2015 à 9:35
Signaler
Chavez et le chavisme ont pu tenir parce que les revenus pétroliers permettait une redistribution massive. Permettait parce que tant le sous-investissement de PDVSA trop ponctionnée par l'état que la baisse des cours du pétrole ont mis à mal ces rev...

à écrit le 30/06/2015 à 1:37
Signaler
Il veut se poser en recours, c'est très finement joué de sa part! En meme temps, il a fait exploser le mémorandum, donc créé des faits accomplis... Fidélité à ses idéaux, sens tactique accompli, il a de l'étoffe d'un grand guerrier.. C'est lui qui fe...

le 30/06/2015 à 9:02
Signaler
C'est surtout lui qui va entrainer la Grece hors sone euro, ce qui conduira mécaniquement a une austérité sans précédent faisant passer ces 5 dernieres années pour une broutille. Les grecs vont rafoler de Stiraps c'est sur une fois leur épargne disp...

le 30/06/2015 à 11:29
Signaler
@Charlot J'espère bien que l'on arrivera à casser la rigueur en Europe, pas seulement pour notre compte, mais pour le compte de tous les Européens qui en souffrent. Et notre échec signifiera l'échec de tous les peuples européens qui seront bientôt...

à écrit le 30/06/2015 à 0:12
Signaler
Suggestion à ce journaliste ; lancer et soutenir des actions de crowfunding en faveur de la Grèce ; vu le nombre de commentaires anti-Europe, sûr qu'il pourrait collecter des milliards.

le 30/06/2015 à 8:36
Signaler
Pourquoi s'approprier le mot anti-Europe? Anti-Europe néolibérale sans doute, mais certainement pas anti-Europe des peuples.

à écrit le 30/06/2015 à 0:00
Signaler
Attention Mr Godin, à force d'être le seul à faire exercer votre esprit critique sur ce dossier, je crains pour votre travail :) Félicitations derechef pour cette analyse

à écrit le 29/06/2015 à 23:47
Signaler
Formidable théorie du complot de M. Godin. C'est sans doute la défiance irréductible des États membres qui explique que l'aide financière massive à la Grèce s'est, en dépit des faibles accointances et difficultés indéniables, poursuivie sous le gouv...

à écrit le 29/06/2015 à 23:35
Signaler
C'est confirmé, le gouvernement grec démissionnera en cas de victoire du OUI, et des élections seront organisées ... de préférence le dimanche 9 aout et non pas 2 aout (si quelqu'un pouvait passer le message)!!!

le 30/06/2015 à 9:30
Signaler
Je n'ai pas vu passer cette information sur les canaux officiels. Tsipras a affirmé qu'en cas de victoire du OUI, il continuerait a negocier en tenant compte de l'avis des Grecs !

le 30/06/2015 à 11:44
Signaler
Fx, non non le gouvernement démissionera en cas de victoire du OUI, et de nouvelles élections.

à écrit le 29/06/2015 à 23:25
Signaler
Manifestement les deux choix sont douloureux. Au moins, au bout de 5 mois de temps perdu, c'est du vrai money time, alea jacta est!

à écrit le 29/06/2015 à 22:59
Signaler
"Le « oui » serait-il une solution à la crise ?" Très bon paragraphe, très bonne analyse M. Godin. Avant même de vous lire, c'est exactement ce que je pense. Même si le OUI devait l'emporter, il y aura certainement des élections, et tous ceux qui ...

le 29/06/2015 à 23:34
Signaler
Quel intérêt pour la grèce de rester dans la zone euros' il n'y a plus de financement par les européens : ils perdraient en plus les avantages d'une dévaluation, tout en subissant les inconvénients du défaut !!!

le 30/06/2015 à 9:42
Signaler
Si une coalition du "non" se mettait en place et compte tenu du système peu démocratique du bonus (c'est d'ailleurs le même principe qui va probablement en France permettre au FN de s'emparer de la région Nord-Pas de Calais-Picardie) il faudra qu'une...

à écrit le 29/06/2015 à 22:58
Signaler
Difficille a comprendre cette immixion de l' Europe dans les affaires d'un Etat membre

le 30/06/2015 à 9:43
Signaler
Un état membre qui a sollicité l'UE pour qu'elle lui prête plusieurs centaines de milliards...

à écrit le 29/06/2015 à 22:34
Signaler
Il me semble qu'il ne faut pas oublier que la CE aurait dû, depuis longtemps (2010 ? ), donner de fortes amendes à la Grèce pour non respect des règles de l'Euro (déficit, dette, ...) !!! Le fardeau va être lourd !!! Sinon, inutile à jamais, pour l...

à écrit le 29/06/2015 à 22:22
Signaler
Romaric Godin a publié son article à 18 heures 13. Sept minutes plus tard, un événement historique a eu lieu. Je dis bien : un événement historique. C'est un moment historique, ce soir. Lundi 29 juin 2015, à 18 heures 20, la Grèce se décl...

à écrit le 29/06/2015 à 22:03
Signaler
Toujours dans le rôle des pompiers pyromanes. Si la Grèce devait sortir de l'Europe, les pompiers pyromanes n'aimeraient pas voir leur nom dans l'histoire . C'est aux Politiques de prendre leurs responsabilités, qu'ont-ils fait de l'Europe, ils l'on...

le 29/06/2015 à 23:29
Signaler
En même temps... y a qu'un pays qui a quitté la table des négociations : la Grèce ! Après ... le pseudo référendum grec peut être mis en parallèle avec un référendum dans le reste de la zone euro : " voulez-vous que les grecs remboursent leurs dette...

le 29/06/2015 à 23:53
Signaler
L'histoire est écrite par les vainqueurs...

le 30/06/2015 à 9:07
Signaler
@vincent la phrase exacte est: l'histoire couche avec les vainqueurs. C'est plus joli.

à écrit le 29/06/2015 à 22:02
Signaler
Mr Godin, les grands principes de l economie ne sont-ils pas d equilibrer ses depenses et recettes? Depuis des lustres la Grece fait payer aux contribuables europeens son manque de serieux au niveau de l etat. Le peuple grecque n y est pour rien. Mai...

le 30/06/2015 à 0:43
Signaler
c'est fatiguant cette association lepen / mélenchon... ça serait bien de se renseigner un peu.

le 30/06/2015 à 9:11
Signaler
En effet, Melenchon se fait discret...lui qui ne parle meme plus d'effacement de la dette grecque, mais d'ingenierie pour l'allonger sur une longue periode. melenchon a du finir par comprendre ce que ca voulait dire pour les citoyens francais l'ef...

à écrit le 29/06/2015 à 22:00
Signaler
"la BCE est-elle prête à exclure un membre de la zone euro en créant un précédent dangereux" Là je ne suis pas d'accord. La BCE ne peut pas expulser la Grèce de la zone €, elle peut juste couper le robinet des liquidités, et ça peut inciter (forte...

le 30/06/2015 à 9:12
Signaler
@V-v: effectivement. Comme quoi on peut être d'accord parfois ;)

le 30/06/2015 à 9:49
Signaler
En invoquant le fait que la Grèce a bidonné ses stats lors de l'adhésion à l'UE, il doit être possible, non de l'expulser de la zone € mais de déclarer caduque son adhésion. Un peu comme un salarié recruté sur la base de faux diplômes dont le contrat...

le 30/06/2015 à 10:51
Signaler
@bruno_bd: La Grece (ni aucun Etat membre) n'est pas expulsable. En revanche, elle sortira d'elle même de l'euro encas de non et avec la fermeture du programme ELA.µ par ailleurs, un gouvernement Syriza-ANEL ne tardera pas a prendre des legislation...

à écrit le 29/06/2015 à 21:42
Signaler
Romaric, un gauchiste déguisé en journaliste.

le 29/06/2015 à 21:52
Signaler
Quand les gens font des articles qui ne correspondent pas à ce que vous pensez, ce sont des gauchistes ? Bel exemple de dictature de type Corée du Nord....

le 29/06/2015 à 22:02
Signaler
T'as bien raison de dire UN gauchiste ... parce que tout le reste sont des droitistes du système.

le 29/06/2015 à 22:32
Signaler
gauchiste ou pas, Romaric semble être le seul, à La Tribune, à traiter de la Grèce ; et toujours sur le même registre. On est donc obligé de lire d'autres journaux pour avoir une diversité d'avis. Et, à la fin, on ne lit plus du tout les articles ...

le 30/06/2015 à 8:58
Signaler
Keizer, le droitiste, pourrait il avancer des arguments constructifs ?

à écrit le 29/06/2015 à 21:40
Signaler
C'est fou ce que l'oligarchie dirigeante a peur pour rien si les plus grands risques sont vraiment pour le peuple Grec et pas pour sa situation et ses postes : c'est ce qu'on doit appeler un altruisme désintéressé... Parce qu'il suffirait d'attendre ...

le 30/06/2015 à 10:16
Signaler
l'oligarchie européenne sait parfaitement qu'au rythme de la dégradation de la situation grecque depuis l'arrivée de Tsipras, dans quelques mois c'est une aide humanitaire d'urgence dont la Grèce aura besoin pour éviter à la population de, tout simpl...

le 30/06/2015 à 10:55
Signaler
ce qui fait peur aux gens qui raisonnent un minimum ce sont deux choses: 1/ voir un pays situe au nationalisme ardent, situé a la pointe entre les balkans et l'asie mineure et assis sur un énorme stock d'arme, s'appreter a redevenir un pays en voie ...

à écrit le 29/06/2015 à 21:37
Signaler
"Le but des créanciers est donc clairement de dramatiser l'enjeu du referendum pour faire entendre au people grec qu'il ne peut être question de poursuivre les négociations avec le gouvernement en cas de « non. »" M. Godin a parfaitement raison d'...

le 30/06/2015 à 9:19
Signaler
@V-v: Tsipras joue depuis le debut pour faire sortir la Grece de l'euro mais san en avoir a assumer le blame, car il sait l'opinion publique opposée à cela. C'est la seule et unique chose qui puisse expliciter ce qui s'est passé ces derniers jours et...

à écrit le 29/06/2015 à 21:27
Signaler
Ahhhh... Junker... Ce midi j'ai failli lancer ma tranche de jambon eco x sur ma télé! J'en avait les yeux qui saignent! Junker avait enfilé sa veste de Cassandre! Bref, je l'avait bien dit, le rat dos au mur tente un dernier coup de bluffe. Bientô...

à écrit le 29/06/2015 à 21:25
Signaler
(2)- ( suite système de base, et son lien avec le système actuel) ... En clair, actuellement, lorsque Jacques emprunte 10 euros à Pierre qui a travaillé pour gagner ces dix euros, il existe bien une dette de 10 euros de Jacques envers Pierre. Ma...

le 30/06/2015 à 1:13
Signaler
Faux. Une banque doit avoir des depôts pour pouvoir prêter. Sinon elle doit emprunter. C'est donc bien l'argent de quelqu'un qui est prêté ( en fait de beaucoup de personne, risque systémique...)

le 30/06/2015 à 1:13
Signaler
Faux. Une banque doit avoir des depôts pour pouvoir prêter. Sinon elle doit emprunter. C'est donc bien l'argent de quelqu'un qui est prêté ( en fait de beaucoup de personne, risque systémique...)

le 30/06/2015 à 9:45
Signaler
Comment peut-on tenir des "raisonnements" aussi étranges (Litote) ? "Mais le capital n'est pas une dette ; il ne devrait pas être remboursé ou peut être qu'en très faible partie" Apparemment l'analyse économique n'est pas votre domaine ...

à écrit le 29/06/2015 à 21:20
Signaler
Nos élus politiques jouent la carte de leurs potes, les financiers.. Bref ! Quel est le problème de la Grexit ? Qu'est ce qui ne va fondamentalement pas avec la finance internationale ? En fait le piège des financiers est assez grossier…Il leu...

à écrit le 29/06/2015 à 21:17
Signaler
Que Tsipras introduit une 2ème question dans ce référendum: Oui ou NON pour rester dans l'€. Comme !a, !a fera taire directement les créanciers. Le résultat probable au référendum sera NON pour les mesures d'austérité et OUI pour rester dans...

le 29/06/2015 à 22:21
Signaler
C'est ça, le beurre, l'argent du beurre et le c de la crémière Merkel. Désolé la vrai question, c'est euro ou drachme.Faites votre choix, amis grecs.

à écrit le 29/06/2015 à 21:10
Signaler
Mr Godin, Un peu de sérieux ... votre parti pris vous aveugle. Je vous ai d'abord lu avec passion et grand intérêt ... le temps passant j'ai commencé à vous lire avec scepticisme tant vos propos sont a charges et jamais a décharge des instituti...

le 29/06/2015 à 22:22
Signaler
Et si tu ouvrais tes yeux à toi d'abord? Pour que tu ais raison, il faudrait que ce soit les créanciers qui aient plier aux exigences de Tsipras. Or, ce n'est pas le cas et c'est plutôt Tsipras qui se trouve loin, très loin même de ses promesses élec...

le 30/06/2015 à 1:27
Signaler
@Wait a minute Tout a fait d'accord avec vous

le 30/06/2015 à 6:27
Signaler
@V-v + 1000

le 30/06/2015 à 9:20
Signaler
"Que le gouvernement Syriza, à l’encontre de ses propres engagements électoraux, ait accepté de se couler dans la logique du mémorandum et de jouer le jeu de l’ajustement budgétaire n’était pas encore assez : car la Troïka ne demande pas qu’un object...

le 30/06/2015 à 9:25
Signaler
@V-v: " Pour que tu ais raison, il faudrait que ce soit les créanciers qui aient plier aux exigences de Tsipras. ----------> en l'occurence les creanciers etaient en train de ceder sur deux points majeurs: 1- la restructuration de la dette grecqu...

à écrit le 29/06/2015 à 21:05
Signaler
J'aurai aimé une analyse sur les accusations de Juncker, qui traite carrément le PM de menteur, voir de corrompu. Par exemple, est-il vrai que Tsipras refuse de toucher aux impôts des armateurs? Je pense que c'est sur de genre de chose qu'on peut se ...

le 29/06/2015 à 22:39
Signaler
question intéressante...mais pour aller plus loin on peut se demander si l'augmentation de l'impot des armateurs a du sens tout de suite. C'est le meme problème que la réduction du poids des retraite ou de la hausse de la TVA ....ca pourrait rapporte...

le 29/06/2015 à 22:44
Signaler
même le journaliste du Financial Times Peter Spiegel (très critique de Tsipras) a noté que le menteur aujourd'hui, c’était Junker ! Tsipras n'a jamais refusé de toucher aux armateurs, le nouveau code des impôts était en train d’être revu. Par contre...

le 30/06/2015 à 9:29
Signaler
"Tsipras n'a jamais refusé de toucher aux armateurs" Si si, Tsipras n'a jamais voulu taxer les armateurs. Est-)ce un hasard si Tsipras refuse justement la seule et unique proposition (venue de la Commission en plus, pas de STipras) qui propose d'a...

à écrit le 29/06/2015 à 21:00
Signaler
Mr Godin soutient les grecs qui sont seul contre 18 méchants pays sur 19 la méchante BCE le mèchant FMI le mèchant Eurogroupe Les méchants financier Quand tous le monde pense l'inverse de vous il faut peut être se demander si il n'ont pas raiso...

le 29/06/2015 à 21:57
Signaler
On a vu avec la crise des subprimes ce que valait la parole de ces "tout le monde". C'est aussi "tout le monde" qui a donné le pouvoir à Pétain en 1940. Heureusement qu'un Général qui n'était pas "tout le monde" a redonné de la dignité à la France....

le 29/06/2015 à 22:48
Signaler
Tellement vrai... En plus: "Les Echos : Cette dette ne doit-elle pas être restructurée pour que l’économie grecque soit viable ? BC: D’abord, elle a été aménagée à trois reprises, depuis 2012. En cumulant la restructuration et le rachat de la de...

à écrit le 29/06/2015 à 20:59
Signaler
Simplement félicitation pour cet article informatif et objectif. Surtout continuez à nous donner vos hypothèses. Ne lâchez rien.

à écrit le 29/06/2015 à 20:55
Signaler
"la BCE et la Commission changent la nature du référendum ... la vraie question à laquelle l'électeur grec devra répondre est très différente." ATTENTION les grecs risquent de se faire bouffer par les créanciers dans ce piège qu'ils tendent au peu...

le 30/06/2015 à 1:35
Signaler
Arrêtez un peu votre char, si le résutlat c'est "non" c'est la sortie de l'euro et vous le savez très bien. Les Grecs n'auront pas d'autre choix que d'imprimer de la monnaie pour payer les fonctionnaires

le 30/06/2015 à 9:06
Signaler
Le payement peut se faire électroniquement via transfert bancaire de compte à compte, et pas spécialement en liquide. De même, les payement et autre facture des particuliers et des entreprises peuvent se faire électroniquement. Depuis 2010, c'est pl...

le 30/06/2015 à 9:31
Signaler
@Véve: le pire c'es tque ca prendra des mois au gouvernement grec pour etre capable d'imprimer une nouvelle monnaie. C'est Varoufakis lui même qui l'explique sur son blog.

à écrit le 29/06/2015 à 20:41
Signaler
Selon Romaric, le gouvernement grec a le monopole de la démocratie, et lui seul aurait le droit d'avoir une opinion! Bien sur, le plan d'aide est gelé tant que l'issue du referendum n est pas connue. Et puis quoi encore? Il aurait fallu continuer d...

le 29/06/2015 à 22:45
Signaler
Nous "fêtons" le dixième anniversaire du référendum sur la constitution européenne. Nous avions aussi le droit d'avoir une opinion. ce droit nous a été confisqué. Saluons alors ceux qui se battent encore.

le 30/06/2015 à 9:34
Signaler
@Zorba; vous dites n'importe quoi. Feu le TCE a été rejeté par les francais et n'est donc JAMAIS rentré en vigueur. Il existe des differences notables entre le TCE et le traité de Lisbonne, avce notamment l'insertion de nombreuses clauses visant a...

à écrit le 29/06/2015 à 20:32
Signaler
C'est bien. Romaric prend conscience que la bataille en cours est très probablement perdue et il essaie déjà d'imaginer une bataille future dans laquelle son camp pourrait triompher. Pourquoi pas mais ça n'est pas très fair play. Attendons le résulta...

le 29/06/2015 à 22:04
Signaler
On sait depuis longtemps que les Syrizanomics, qui ne sont que le mauvais remake du chavisme, lui même héritier du vieux communisme d'Europe de l'Est sont une vaste fumisterie qui stérilise l'économie. Dans un passé encore asse récent un grand pays e...

à écrit le 29/06/2015 à 20:26
Signaler
Il faut sauver le soldat euro comme depuis ..10 ans, la fébrilité des politiques est palpable dans les des médias aux ordres ..lesquels sont unanimes dans la condamnation du démocrate TSIPRAS, cela annonce une belle semaine en perspective.. Pensez ...

le 29/06/2015 à 22:05
Signaler
L'€ survivra facilement au départ des grecs. La réciproque n'est pas vraie.

à écrit le 29/06/2015 à 20:06
Signaler
qu'est ce qu'ils se sont raconté, A.Tsipras et le president Poutine, a deux reprises ?

le 30/06/2015 à 9:35
Signaler
Que la Russie n'avait pas les moyens de subventionner la Grece, mais par contre que la Russie veut bien fabriquer un pipeline lui permettant de vendre du gaz.

à écrit le 29/06/2015 à 20:03
Signaler
Malgré la date butoir du 30 juin j'ai comme l'impression qu'on n'en a pas encore fini avec la Grèce...

à écrit le 29/06/2015 à 20:01
Signaler
" Il pourrait alors tenir le rôle du « grand homme » grec du 20e siècle" Sans nul doute que Tsipras restera dans l'histoire pour son courage, et vous, certes plus modestement, vous resterez comme le journaliste qui aura été l'honneur de la professio...

le 29/06/2015 à 21:00
Signaler
J'en pouffe de rire, c'est la meilleure blague de la journée

le 29/06/2015 à 22:08
Signaler
Il est beaucoup plus probable que Tsipras et sa bande finissent en prison pour haute trahison du pays et sabotage économique.

le 30/06/2015 à 1:38
Signaler
Tispras : l'homme qui a joué l'avenir son pays comme on joue au casino et qui a tout perdu

à écrit le 29/06/2015 à 19:57
Signaler
Le oui à quoi? On ne connait même pas la question... Et si Romaric Godin, fer de lance de l'extrême gauche, fait allusion à une question sur les propositions des créanciers, il oublie de dire que les propositions n'ont plus lieu d'être puisque l'éché...

le 29/06/2015 à 20:40
Signaler
Quand tu subis 5 ans de récession (plus que la grande guerre), à -40% de ton pouvoir d'achat et que tu ne vois pas le bout du tunnel, que tu endettes tes générations futures et qu'en plus on te dit de te la fermer et continuer à jouer le zouave pour ...

le 29/06/2015 à 22:09
Signaler
-40%, vous avez fait la moitié du chemin nécessaire, dans ou hors la zone €.

le 30/06/2015 à 9:37
Signaler
@Aristote: n'exagerez pas: -25%. La Grece est revenue a son niveau de richesse de 2001, avant qu'elle n'enclenche sa bulle à credit. En revanche, avec le grexit, preparez vous a perdre effectivement la moitié de ce qu'il reste....hyper-inflation ...

le 30/06/2015 à 15:40
Signaler
Ah ! La bonne question ..merci Aristote ... Je pense que la faute se trouve chez ceux qui ont vécu largement au dessus de leurs moyens. On peut discuter 100 ans sur ce qu'il aurait fallu faire ou ne pas faire pour sauver le soldat Grec par après...

à écrit le 29/06/2015 à 19:57
Signaler
Pour rien au monde je ne raterais la nanalyse de Romaric Gadin et ses elucubrations hellenophiles. Je suis d'accord sur un point, la sortie de la Grece serait un desastre politique. Mais tres sincerement comment oser utiliser les termes de chantage, ...

le 29/06/2015 à 20:35
Signaler
En attendant, le chantage est fait par l'eurogroupe et ses satellites. La question n'est pas si la Grèce à se moderniser. Se moderniser ne veut pas dire s'engouffrer dans un modèle qui endette les générations futures et qu'en plus ne fait pas voir le...

le 30/06/2015 à 9:41
Signaler
@Aristote: " La Grèce produit actuellement plus qu'elle en dépense." C'est faux, sa balance commerciale est deficitaire et le budget n'est deja plus a l'equilibre primaire (alors imaginez avec les nouvelles depenses que l'aile gauche de syriza veu...

à écrit le 29/06/2015 à 19:55
Signaler
Et si l'Autriche sort de l'Euro et de l'Union européenne -le référendum est en cours - que vont dire Juncker et consorts ?

le 29/06/2015 à 21:02
Signaler
Excellente remarque en effet: que va dire Juncker?

le 30/06/2015 à 2:00
Signaler
???

à écrit le 29/06/2015 à 19:55
Signaler
Un grand chef d'Etat n'a pas raison, seul contre tous, sauf quand il affronte la dictature, ce qui n'est pas le cas de la Grèce, contrairement à ce que Mr Tsipras et Mr Godin veulent le laisser croire. Les créanciers sont principalement des Etats de ...

le 29/06/2015 à 20:49
Signaler
Attention au budget communautaire. La Grèce était la championne des budgets non utilisés qui rentrent à Bruxelles. Sauf qu'après, ils sont dispatchés d'une manière plus discrète L'effacement de la dette ne sert à rien si vous continuez le même progra...

le 30/06/2015 à 2:07
Signaler
Cher Aristote, Ok pour vos précisions sur le budget communautaire. Merci pour ces précisions. Qui est responsable de la non utilisation du budget ? Désolé, mais je ne partage pas votre vision manichéenne. Certes, la rigueur demandée n'a pas fonction...

à écrit le 29/06/2015 à 19:43
Signaler
On verra bien ce que les grecs vont voter, et j'espère bien que certains parlements (allemands, finlandais..) vont s'opposer à la poursuite des gabegies, et l'engagement des maigres ressources françaises en Grèce. Alors, pour une fois, je suis global...

le 29/06/2015 à 20:17
Signaler
Ce n'est pas tant le referendum qui pose probleme, apres tout vous avez raison, que les grecs tranchent la question une fois pour toute, mais surtout la façon dont tsipras a instrumentalisé les institutions européennes en faisant semblant de négocier...

le 29/06/2015 à 20:18
Signaler
c'est au peuple grecque de décider. Si retour au Drachme, il est fort à parier que le tourisme batte des records de fréquentations dans les années à venir, que des pays hors zone euro réinvestissent en Grèce et que paradoxalement l'économie de la Grè...

à écrit le 29/06/2015 à 19:40
Signaler
No comment ! http://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-

à écrit le 29/06/2015 à 19:34
Signaler
Elle est belle la démocratie européenne...Tout est faux semblant et manipulation. Comme en France...

le 29/06/2015 à 19:48
Signaler
Et Tsipras, il ne joue pas les postures, la manipulation et la désinformation ?

à écrit le 29/06/2015 à 19:33
Signaler
Si les Grecs votent "oui", ils continueront avec une austérité accrue et plus aucun espoir d'en sortir ni aucun respect des institutions européennes et des dirigeants étrangers. S'ils votent "non", ils feront l'économie de plus de 300 milliards d'eur...

le 29/06/2015 à 19:53
Signaler
Sérieux dans le monde niveau liberté ... y à vraiment pire que là Grèce ? Corée du Nord, Cuba... ils sont tellement libre et en particulier qu ils ont le luxe de choisir comme des grands dans 6 jours...

le 29/06/2015 à 19:54
Signaler
Le défaut grec ne signifie pas que sa dette soit étente, pire, les créanciers pourront utiliser tous les moyens pour rentrer dans leurs fonds. Par contre plus personne ne leur prêtera plus jamais rien et la tentation sera grande de leur faire payer a...

à écrit le 29/06/2015 à 19:27
Signaler
petite info au passage, la cessation de paiement est presque actee http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/eurokrise/griechenland/schuldenkrise-griechenland-will-seine-iwf-rate-nicht-bezahlen-13675537.html ' selon un representant du gouvernement gre...

à écrit le 29/06/2015 à 19:19
Signaler
Monsieur Godin, La BCE fait tout pour que l'euro garde sa crédibilité à laquelle sont attachés 18 pays sur 19 de l'eurozone. C'est l'essentiel. Si les grecs veulent sortir de l'euro, qu'ils en sortent . L'euro s'est apprécié de 0.35 % aujourd'hui. D...

le 29/06/2015 à 19:58
Signaler
L'UE ne peut rester indifférente à la catastrophe humanitaire qui se prépare en Grèce. Ce pays va couler à pic économiquement, personne ne lui accordera plus la moindre confiance. Il faut envisager rapidement un programme humanitaire de grande ampleu...

le 30/06/2015 à 10:33
Signaler
@ bruno_bd: Alors là, vous pouvez arrêter de rêver! Si vous voulez aider la Grèce, faites un virement en faveur du Ministère des Finances de la Grèce, mais en aucun cas vous ne devriez penser que mon fric puisse être utilisé en Grèce. Je paye mes imp...

à écrit le 29/06/2015 à 19:16
Signaler
Ce qui m a préoccupé en lisant cet article c est de savoir si les déposants retrouveront leur euros en cas de crise grave avec la commission . Il me semble que les banques sont solidaires des dépôts autant les grecques que celles des autre états .

à écrit le 29/06/2015 à 19:09
Signaler
Nous découvrons ici une nouvelle facette de ce cher Romaric. Il se fait correcteur grammatical en indiquant "sic" après le "dracma" sans h de M.Renzi. Le hic du sic est que M.Renzi, italien, connaît sa langue et a raison. Dracma s'ecrit sans h en ita...

le 29/06/2015 à 20:06
Signaler
sauf que son message est en anglais et non en italien...

le 29/06/2015 à 20:29
Signaler
Bien vu. Si Romaric commence a corriger les fautes d'orthographe des autres, c'est vraiment la porte ouverte a toutes les fenêtres... Ceci dit, j'ai bien aimé le "dramatiser l'enjeu du referendum pour faire entendre au people grec". C'est beau co...

à écrit le 29/06/2015 à 19:04
Signaler
"coup d'état financier". Ce sont encore les banques qui sont derrière tout cela Mr GODIN ? Arrêtez un peu votre cirque. Que les grecs votent "non", qu'ils réelisent syriza et reviennent à la drachme. Après, ce sera le système "G", et le merveille...

le 29/06/2015 à 20:04
Signaler
Il est surtout à craindre une dérive autoritaire du régime grec (l'alliance de fait Syriza ANEL Aube Dorée ne présage rien de bon) car le communisme étant incompatible avec la démocratie il ne peut se maintenir que dans le cadre d'un régime autoritai...

le 30/06/2015 à 11:51
Signaler
à bruno bd Vous venez de remporter le concours de la plus grosse bourde 2015 (bien qu'il nous reste encore 6 mois jusqu'à la fin de l'année, il m'est difficile d'en imaginer une plus grosse, sauf si vous récidivez). PS J'utlise le mot "bourde" ...

à écrit le 29/06/2015 à 18:58
Signaler
Le choix par l'Europe de maintenir le programme ELA, est un détournement des démocraties des pays créancier. Il permet de continuer le financement de la Grèce, sans passez par le vote des parlements.

le 29/06/2015 à 20:06
Signaler
Ah oui, il aurait certainement mieux valu laisser les banques grecques faillite hier ou aujourd'hui.

à écrit le 29/06/2015 à 18:56
Signaler
Non, mais voyons ! comment la BCE et la Commission Européenne peuvent-elles interférer dans le libre arbitre d'un pays ? la Grèce a le droit de faire un référendum sur n'importe quel sujet, c'est le droits des citoyens de s'exprimer, quoi !! a-t-elle...

le 29/06/2015 à 19:53
Signaler
A ma connaissance, le ELA est conditionné à un plan d'aide qui finit demain soir ... Et normalement, le montant est réévalué une fois par semaine mais on l'a déjà fait au moins 3 fois la semaine dernière. Si le gouvernement grec voulait consulter...

le 29/06/2015 à 20:08
Signaler
La Grèce peut faire tous les référendums qu'elle veut du moment qu'elle en assume toutes les conséquences.

à écrit le 29/06/2015 à 18:50
Signaler
C'est sur que les européens se souviendront longtemps du chantage grec à la sortie de l'euro pour continuer de bénéficier des largesses européennes sans espoir de retour. Les contribuables européens apprécieront de financer les fonctionnaires et retr...

à écrit le 29/06/2015 à 18:49
Signaler
les grecs sont morts s'ils votent pour les reformes, tsipras va demissionner, vu qu'il n' a pas ete elu pour ca; il faudra organiser des elections dans deux trois mois, alors que les banques sont exagues et qu'il n'est plus question de financer ce j...

le 29/06/2015 à 19:57
Signaler
En effet, les Grecs ont tout intérêt à sortir de l'euro et subir le choc de suite du retour de la drachme. Rapidement, la croissance reviendra et ils seront libérés de la servitude de la dette. Un oui signifierait encore plus d'austérité imposée par ...

le 29/06/2015 à 20:14
Signaler
S'ils votent oui ils limiteront quand même la casse. La décision d''accepter le programme de réforme des institutions s'imposera à la coalition Syriza-ANEL. La solution sera le remplacement du gouvernement Tsipras un gouvernement d'union nationale c...

le 29/06/2015 à 22:28
Signaler
Donc en gros vous proposez de remplacer un gouvernement légitime et démocratiquement élu par une junte """"""d'experts"""""" vendus aux banques, en attendant de pouvoir choisir vous-même le nouveau gouvernement. Je ne vois pas pourquoi vous vous em...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.