Grèce  : le nombre de migrants bloqués attendrait 70.000

Le nombre de migrants « pris au piège » en Grèce s'établira à entre 50.000 et 70.000 personne en mars, estime le gouvernement grec.
Les pays des Balkans ont emboîté le pas à l'Autriche qui a décidé de limiter l'entrée des migrants.
Les pays des Balkans ont emboîté le pas à l'Autriche qui a décidé de limiter l'entrée des migrants. (Crédits : © Alkis Konstantinidis / Reuter)

La Grèce craint que le nombre de migrants bloqués sur son territoire puisse atteindre les 70.000 en raison des nouveaux quotas imposés par les pays des Balkans aux candidats à l'établissement en Europe. "Selon nos estimations, le nombre de ceux qui seront pris au piège dans notre pays s'établira entre 50.000 et 70.000 personne le mois prochain", a déclaré dimanche le ministre grec de la Politique migratoire, Yiannis Mouzalas. "Aujourd'hui, il y a 22.000 réfugiés et migrants" en Grèce, a-t-il dit dans une interview télévisée à la chaîne Mega Channel. Environ 6.500 migrants étaient bloqués dimanche au poste-frontière d'Idomeni, dans le nord de la Grèce, à la frontière macédonienne, après que quatre pays des Balkans eurent décidé d'imposer de nouveaux quotas pour endiguer l'afflux de migrants.

Les Balkans emboîtent le pas à l'Autriche

La Macédoine n'a laissé passer samedi que 300 personnes depuis le camp d'Idomeni prévu pour en accueillir 1.500, Skopje ayant décidé la semaine dernière de refuser l'accès à son territoire aux Afghans et de renforcer le contrôle des documents d'identité pour les Syriens et Irakiens. La situation devrait s'aggraver car la Slovénie et la Croatie, membres de l'UE, ainsi que la Serbie et la Macédoine ont annoncé vendredi limiter désormais à 580 le nombre quotidien d'hommes, de femmes et d'enfants transitant vers l'Europe du Nord. Ces pays des Balkans ont emboîté le pas à l'Autriche qui a décidé il y a plus d'une semaine de limiter l'entrée des migrants à 80 demandeurs d'asile par jour, et à 3.200 personnes en transit.

Campagne d'information

Yiannis Mouzalas espère toutefois que l'afflux des migrants finira par ralentir quand l'information sur les nouvelles restrictions parviendra en Turquie d'où part la majorité des candidats à l'immigration. "Je pense que l'afflux va diminuer quand les nouvelles de la fermeture du poste frontière d'Idomeni se diffuseront. Nous préparons une campagne d'information à destination de la Turquie", a dit le ministre grec.Il a estimé que cette initiative, ajoutée au déploiement prévu de navires de l'Otan en mer Egée, devrait réduire le nombre des arrivées en Grèce de 70%.

Le soutien insuffisant de l'Union européenne

Par ailleurs, un sondage publié dimanche dans le journal To Vima indique que pour 21% des Grecs la principale responsabilité de la crise revient à l'Union européenne. Le même pourcentage l'attribue aux troubles dans le monde arabe. Quelque 92% des Grecs jugent insuffisant le soutien de l'UE à la Grèce et 60% souhaitent que leur pays reste dans l'espace de libre circulation de Schengen. Enfin, 67% des personnes interrogées disent ressentir de la compassion pour les réfugiés, mais 55% ne souhaitent "plutôt pas" qu'ils s'établissent en Grèce.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 29/02/2016 à 13:48
Signaler
Vous feignez d'"oublier", cher patrickb, que vous êtes aussi un migrant. Un immigré qui se dit installé dans un pays dont il ne connaît aucune réalité : la Grèce. Un immigré qui, en outre, n'apporte absolument rien à son pays d'accueil (où personne n...

à écrit le 28/02/2016 à 20:21
Signaler
Plutôt que de ramener les "migrants" des iles Ioniennes vers Athènes, les ferries Grecs pourraient très bien les emmener vers Djeddah en Arabie Saoudite ou dans les pays du Golfe. Ces pays sont richissimes, avec la construction d'immeubles d'un kil...

le 28/02/2016 à 23:44
Signaler
Ok a 100%100 bien vu

à écrit le 28/02/2016 à 19:09
Signaler
L'union européenne est un vieux gros machin grabataire, incompétent et compromis dont il ne faut plus rien attendre. En plus pas de bol pour eux ils ont un gouvernement de gauche et ça l'europe elle n'aime pas ça du tout la gauche hein, c'est pas...

le 28/02/2016 à 23:42
Signaler
Bernardozorro l émigration c est du kk? Du Maghreb ?

le 29/02/2016 à 8:41
Signaler
Je ne comprends rien du tout à votre commentaire, soyez plus clair je vous prie, vous semblez enfermé dans une sémantique que seuls quelques uns d'entre vous sont capables de comprendre, merci.

à écrit le 28/02/2016 à 17:43
Signaler
les grecs sont en première ligne face à cet afflux alors ne les jugeons pas trop vite ; les pays musulmans ne sont pas tous en guerre ce serait plutôt à eux d'accueillir leurs frères plutôt qu'une europe moribonde et trop culturellement différente ; ...

à écrit le 28/02/2016 à 12:06
Signaler
Atteindrait et non attendrait..

le 28/02/2016 à 14:53
Signaler
Oui, mais il faut faire vite alors un peu de "Grèce" peu être dans les rouages des titres?

à écrit le 28/02/2016 à 11:45
Signaler
"92% des Grecs jugent insuffisant le soutien de l'UE à la Grèce". ce qui en clair veut dire: continuer à nous donner de l'argent ! La solution ? Soit la Grkce cesse d'accueillir les migrants, mais c'est aussi l'arrêt des fonds de l'UE, soit la Grèce ...

le 28/02/2016 à 17:52
Signaler
@ Patrickb Vos commentaires sont, une de fois plus odieux, racistes et tellement inutiles.

le 28/02/2016 à 18:09
Signaler
@Anna: jouer les bons samaritains, c'est bien, mais encore faut-il accepter d'accueillir chez soi et pas chez les autres...surtout quand on reçoit de l'argent de l'UE pour ce faire, n'est-ce pas :-) Quant au racisme, c'est celle qui pense que les mig...

le 28/02/2016 à 23:38
Signaler
Ok avec Patricb

à écrit le 28/02/2016 à 11:41
Signaler
et moi qui croyais que les grecs etaient de genereux communistes prets a tt partager! ou avais je la tete, ils preferent partager l'argent des partenaires europeens, plutot!! il faut avouer que c'est plus sympa de partager les biens des autres que ...

le 28/02/2016 à 17:57
Signaler
@ churchill Où avez-vous pris que les Grecs étaient communistes ?? Quant à l'argent des " partenaires " les Grecs le remboursent avec de gros intérêts. Ce pays ne vous doit rien Monsieur, c'est plutôt l'inverse.

le 28/02/2016 à 19:47
Signaler
Et bien sûr, vous êtes fin connaisseur de ce pays, vous en connaissez toute l'histoire et vous connaissez en détails la situation sur place ! Pas vrai Churchill ? Mais bon, manifestement en dehors de jouer au pro de la désinformation, qui refuse de v...

le 01/03/2016 à 6:10
Signaler
Avoir choisi ce pseudo.....ça en dit long sur un individu au raisonnement indigent....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.