Grèce : le Parlement valide les nouvelles propositions de Tsipras

 |  | 424 mots
Lecture 2 min.
Alexis Tsipras a néanmoins enregistré les défections de dix députés de son parti de gauche radicale Syriza qui se sont abstenus ou, pour deux d'entre eux, ont voté contre ce paquet de mesures.
Alexis Tsipras a néanmoins enregistré les défections de dix députés de son parti de gauche radicale Syriza qui se sont abstenus ou, pour deux d'entre eux, ont voté contre ce paquet de mesures. (Crédits : ALKIS KONSTANTINIDIS)
Le Parlement grec a approuvé, dans la nuit de vendredi à samedi, le plan d'accord soumis jeudi par le gouvernement aux créanciers du pays. Alexis Tsipras doit le présenter à l'Eurogroupe samedi. Vendredi, les créanciers de la Grèce ont pour leur part jugé "positive" la nouvelle proposition de Tsipras.

La dernière proposition d'accord soumise aux créanciers de la Grèce par le gouvernement d'Alexis Tsipras a reçu, dans la nuit de vendredi 10 à samedi 11 juillet, le feu vert du Parlement grec.

Le Premier ministre, qui avait fait de ce scrutin un choix de "haute responsabilité nationale", a recueilli 251 votes positifs sur un total de 300 députés. Il pourra donc aller négocier avec les créanciers du pays (UE, BCE, FMI) sur la base de ce nouveau plan d'accord.

Une "base de négociation"

Cette proposition sera notamment examinée samedi par les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, qui se réunira à partir de 15h heure française. Dans ce cadre, elle pourra dans le meilleur des cas déboucher sur "un accord politique", selon une source européenne, avant un sommet extraordinaire des 28, dimanche, qui pourrait relancer officiellement les négociations.

Les créanciers de la Grèce (UE, BCE, FMI), qui ont examiné vendredi la nouvelle proposition soumise par Alexis Tsipras, l'ont néanmoins déjà jugée "positive", y voyant "une base de négociation" en vue d'un troisième plan d'aide .

Défections au sein de la majorité

Lors du vote de la nuit du vendredi au Parlement grec, Alexis Tsipras a néanmoins enregistré les défections de dix députés de son parti de gauche radicale Syriza qui se sont abstenus ou, pour deux d'entre eux, ont voté contre ce plan d'accord. Parmi ces huit abstentionnistes figurent notamment trois personnalités de sa majorité: le ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis et le ministre délégué aux caisses d'assurance sociale Dimitris Stratoulis, de l'aile eurosceptique de Syriza, ainsi que la présidente du Parlement Zoe Konstantopoulou, troisième personnage de l'Etat.

Certains commentateurs politiques estimaient samedi que ces défections au sein de la majorité pourraient entraîner des changements politiques, peut-être sous la forme d'un remaniement ministériel.

Varoufakis absent

Plusieurs députés Syriza étaient par ailleurs absents pour le vote, dont l'ex-ministre des Finances Yanis Varoufakis. Le texte a donc été adopté avec les voix de l'opposition, notamment des socialistes et des conservateurs. La majorité gouvernementale compte en effet 149 députés Syriza ainsi que 13 députés du petit parti de droite souverainiste Anel. Ces derniers ont voté pour la proposition d'accord.

Alexis Tsipras, tout en défendant le paquet de mesures proposé par le gouvernement, avait admis, face aux parlementaires, qu'elles étaient "difficiles" et loin des promesses électorales de la gauche radicale.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2015 à 16:42 :
Je lis les dernières déclarations de Schauble et de Disselbloem : je rêve ou l Union Européenne est en train de se suicider en direct ?!
Réponse de le 12/07/2015 à 9:22 :
Vous ne rêvez pas. Ces 2 là font sauter l'Europe et tout le monde laisse faire... Merci à la Grèce de nous avoir montré leurs vrais visages et de continuer à lutter!
a écrit le 11/07/2015 à 13:57 :
Qui refuserait un don de 75 mds...apres 300 mds
Les contribuables sont la Liliane Bettancourt de l europe....et nous on paye car on ne sait plus quoi faire de notre argent en France... on n a pas de malheureux...et ceux qui touchent 300€ de retraite en slovaquie ou autre doivent etre ravi de l importance des grecs en europe...???
Réponse de le 11/07/2015 à 15:21 :
@Der: rendez-vous dans 2 ans maxi pour un nouveau plan d'aide. ça te laisse donc un peu de temps pour économiser :-)
a écrit le 11/07/2015 à 13:25 :
et si l'on donnait ces milliards distribués à perte au descendant du menteur Socrate à nos pauvres paysans ...
a écrit le 11/07/2015 à 13:14 :
Dans l'UE les intérêts privés sont toujours primordiaux par rapport aux intérêts public! Qui mène le monde?
a écrit le 11/07/2015 à 11:53 :
avez vous remarquer que ce monsieur porte une montre suisse de la marque Richard Mille? à 600.000 pièce Pour un rouge écarlate !!!
a écrit le 11/07/2015 à 11:46 :
les deux droites parralèles ne se rencontrent jamais c'est le théorème d'Euclide poyr les nuls. Alors bye bye les Grecs les drachmes vous attendent impatiemment Chiao ^_^
a écrit le 11/07/2015 à 11:46 :
les deux droites parralèles ne se rencontrent jamais c'est le théorème d'Euclide poyr les nuls. Alors bye bye les Grecs les drachmes vous attendent impatiemment Chiao ^_^
a écrit le 11/07/2015 à 11:34 :
S'ils réfléchissent , ils ont loupé une belle occasion de se remettre à niveau en 2010 en quittant l'Euro Zone , alors que la Grèce ne comptait que 110 milliards de dette qui c'est vite transformée en 300 milliards .
Réponse de le 11/07/2015 à 13:01 :
Ils étaient a 15% du PIB de deficits presque le double de dépenses par rapports aux rentres
Ils auraient fait un saut dans un puit sans fond
A calculer peut être !!
a écrit le 11/07/2015 à 11:17 :
Il serait souhaitable que Tsipras et les gauchistes partent, cependant il est bien pour ce pays qu'une certaine unité prenne le dessus sur la démagogie. Un gouvernement réduit de transition pourrait alors s'affirmer. Ce parlement devra revoter chaque mesure lorsqu'il sera question de l'appliquer. Sous quelle rédaction et quelle structure technique le texte sera-t-il présenté et mis en place ? Une tutelle extérieure bienveillante devrait se mettre en place de toute évidence. Rapidement un euro hybride sera nécessaire. Les européîstes quant à eux vont très certainement séquencer chaque étape avant plus tard d'organiser un plan avec le FMI. Espérons que les grecs restent calmes car la route est longue et pénible. On aura compris avec ces épisodes ce qu'est l'idéologie européïste : le siphonnage de certains pays par d'autres. On objecte facilement que de toute manière les petits pays seraient déclassés. Toute la question posée est de savoir dans ce contexte si toute cette précipitation de les dominer est bien nécessaire car une fois dénudés, ils sont à notre charge ... ou bien faut-il les abandonner comme une canette vide ? Dire Non à l'euro tel qu'il est présenté revient à poser ces limites d'altérité, loin du replis sur soi il s'agit souvent d'une respiration pour les autres.
a écrit le 11/07/2015 à 11:04 :
Et le Muppet Show continue :-) On sent quand même le parfum du référendum de 2005 en France qui lui aussi avait été inversé par les parlementaires. Cela dit, les Grecs gagnent du temps (et 53 milliards) et on revient à la case départ dans 2 ans maximum si les créanciers acceptent :-)
Réponse de le 11/07/2015 à 14:02 :
Si ils accepteront car ce sont des creanciers publics...donc l argent du contribuable...ils ont deja transfere 270 mds de creanciers prives (banques et autres) sur le contribuable.... grace à des prets ...publics...
a écrit le 11/07/2015 à 10:53 :
Ce type a organisé un référendum pour obtenir un "non" aux propositions de l'UE et cinq jours plus tard il les fait adopter par le parlement. Comprendra qui pourra?
Réponse de le 11/07/2015 à 14:05 :
Scenario de chantage pour obtenir plus et mieux...et à priori ca fonctionne..avec la complicité de l europe. Les politiques diront...on a gagné Tsipras a capitulé...suffit d ecouter les infos...desinformantes
a écrit le 11/07/2015 à 10:49 :
La TVA à taux complet sur les îles grecques, ok. Et après, la Corse, la Réunion, la Martinique......
Voir ici : http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F23567.xhtml
Comment pourra t-on justifier des taux minorés dans un pays dont la situation économique est largement plus favorable que celle de la Grèce ?
a écrit le 11/07/2015 à 10:38 :
Yanis Varoufakis était absent mais a voté oui par procuration. Il s'en est expliqué dans un twitt.
a écrit le 11/07/2015 à 10:17 :
Quelle garantie que ces mesures seront bien respectées par les grecs? un exemple: dans un reportage vu dans "c'est dans l'air", l'émission de FR5, on voyait des commerçants et un garagiste expliquant qu'en se faisant payer en espèce, cela évitait les factures, donc la TVA. Les grecs ont déjà beaucoup retiré de liquide.....comment les obliger à changer de méthode de paiement ? Tant qu'ils auront cette possibilité et cette habitude, le gouvernement n'est pas prêt de récupérer ses 23% de TVA .....
Réponse de le 11/07/2015 à 11:09 :
Posez la même question à un commerçant en France, et vous aurez exactement la même réponse. La plupart des caisses enregistreuses possèdent des possibilité cachées de double comptabilité...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :