Grèce : quand DSK s'en mêle

 |   |  500  mots
Intitulé Apprendre de ses erreurs, le document publié par Dominique Strauss-Kahn admet le caractère inepte ou désastreux des ajustements budgétaires sévères qui ont été la règle dans la zone euro dans la foulée de la crise.
Intitulé "Apprendre de ses erreurs, le document publié par Dominique Strauss-Kahn admet le caractère "inepte" ou "désastreux" des "ajustements budgétaires sévères" qui ont été la règle dans la zone euro dans la foulée de la crise. (Crédits : Reuters)
Dans un document posté sur son compte Twitter, l'ancien directeur du FMI et ministre français des Finances suggère aux Européens d'accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes.

Directeur du Fonds monétaire international au début de la crise grecque, Dominique Strauss-Kahn est sorti enfin de son silence. Par un tweet renvoyant à un document de trois pages, DSK est revenu dans le débat au moment où la Grèce s'approche comme jamais auparavant du défaut de paiement, en appelant les Européens à accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes.

Dans sa déclaration rédigée en anglais et en français, intitulée "Apprendre de ses erreurs", l'ancien ministre français des Finances suggère notamment que "la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une très large extension de la maturité et même d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques".

Plus d'obligations

Les pays européens se sont toujours opposés à un tel allègement de la dette grecque qu'ils détiennent. Mais Dominique Strauss-Kahn, qui avait participé aux premières discussions sur les risques liés à la colossale dette grecque (180% du PIB aujourd'hui) à partir de 2010, insiste :

"Cela libérera la Grèce de toutes ses obligations envers le secteur officiel (institutions officielles) pour les deux prochaines années."

Des choix difficiles mais indépendants

"Cela laissera le pays dans une contrainte budgétaire difficile puisqu'il ne pourra pas emprunter sur les marchés, ne recevra plus de ressources de l'UE ou du FMI et devra donc équilibrer son budget tout seul", observe-t-il encore.

Mais une telle solution permettrait du moins au Grecs de faire les "choix budgétaires difficiles" qui s'imposent, tels que la réforme fiscale, une bataille "contre l'oligarchie, les intérêts privés et la lourdeur de l'appareil de l'État", "eux-mêmes", sans contrainte venue de l'extérieur.

Une effacement progressif de la Grèce envisageable

Si cette idée fonctionne, la Grèce pourrait alors devenir "éligible à des effacements progressifs de sa dette", précise l'ancien directeur du FMI pour qui "seule la dizaine de milliards prévus pour la recapitalisation du système bancaire devraient être versée pour permettre à la banque centrale européenne" de poursuivre son programme d'aide d'urgence.

"Il n'est pas sûr que cela marche", reconnaît néanmoins Strauss-Kahn, appelant les autorités grecques au courage et à l'indépendance.

Le risque d'un précédent tragique

Dans son texte, il critique à plusieurs reprises le caractère "inepte" ou "désastreux" des "ajustements budgétaires sévères" qui ont été la règle dans la zone euro dans la foulée de la crise. Pour lui, "nous nous complaisons à répéter les mêmes erreurs":

"Forcer le gouvernement grec à céder créerait un précédent tragique pour la démocratie européenne et pourrait mettre en marche une réaction en chaîne incontrôlable", estime-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2015 à 1:20 :
Je regarde la photo et il me semble entendre le grognement sourd de la bête prête à bondir.
C'est pas un peu too much?
Le poids des mots,le choc des photos...
a écrit le 02/07/2015 à 21:33 :
les diplômes ne suffisent pas à faire une personne dans la vraie vie : combien de personnes politiques ont créé LEUR ENTREPRISE qui a prospéré et qui serait devenu multimillionnaire ? Ces personnes étant incapables de diriger une entreprise, ils préfèrent basculer vers le service public et aller dans les partis politiques pour ensuite saigner les français. Je ne crois pas que monsieur DSK ait amélioré une quelconque situation économique, que ce soit la France, à l'international ou pour lui même avec ses frasques personnelles. Grâce à lui, la France a été bien représentée...
a écrit le 02/07/2015 à 18:55 :
Et qu'en pense Nikos Aliagas...
a écrit le 02/07/2015 à 18:27 :
Mais non !!! Il faut en faire une dette perpetuelle comme la "war debt" britannique avec un intérêt de l'ordre de 3,5%, elle serait aisément négociée sur le marché (a x% de sa valeur faciale) et en 30 ans avec un tel taux supportable par les Grecs, on récupère la totalité du capital. Incompréhensible que l'on n'envisage pas cela !!!! Pensez aussi à la dette Ottoman qui a été traitee de la même facon.
a écrit le 30/06/2015 à 10:51 :
MALGRES CES DEPRAVATIONS SEXUEL? D H K .RESTE UN TRES GRAND ECONOMISTE PLUS INTELLIGENT QUE BEAUCOUP D ELUES RPS???
Réponse de le 30/06/2015 à 12:40 :
@verite: je demande à voir, car la seule chose que DSK ait à son actif, c'est un excellent carnet d'adresses, tout comme Madoff en son temps d'ailleurs. Sur le terrain, son entreprise LSK a été un échec. Les gens ont tendance à croire que parce qu'ils l'ont lu, entendu ou vu dans les médias, c'est vrai. Un peu plus de perspicacité serait bienvenue, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 02/07/2015 à 15:15 :
j'aime votre "LUS INTELLIGENT QUE BEAUCOUP D ELUES RPS?" s'il faut comparer à l'autre grosse truc de la dynastie des pilleurs en micro partis et frauders fiscaux, OUI
a écrit le 30/06/2015 à 9:28 :
vous auriez du écouter RMC ce matin vous auriez compris que les grecs n'y sont pour rien leur économie est meme excedentaire nous pas!!!
Réponse de le 30/06/2015 à 20:55 :
On nous dit bien ce qu'on veut. Les Grecs savaient parfaitement et on triché pour obtenir leurs prêts. Les préteurs aussi savaient et se doutaient qu'ils ne rembourseraient pas. Mais comme d'ab le méchant c'est toujours l'autre et jamais les deux!
Réponse de le 01/07/2015 à 22:36 :
Les grecs ont fait exactement ce que la France fait donc ce sera bientôt notre tour simple question de temps... On est (était) plus riche et plus nombreux mais patience notre tour arrive en fait on est déjà dedans...Mais chut faut pas le dire... Enfin bon ça commence à se voir!
a écrit le 30/06/2015 à 8:54 :
Après des études secondaires à Monaco, au lycée Albert-Premier, et à Paris, au lycée Carnot, il est admis à l'École des hautes études commerciales de Paris (HEC), dont il est diplômé en 1971, puis entre à l'Institut d'études politiques de Paris (IEP de Paris), dont il sort diplômé en 1972 (section Service public), et à l'Institut de statistique de l'université Paris-VI (ISUP). Il obtient, en 1972, une licence en droit public et, en 1975, un doctorat ès sciences économiques à l'université Paris X.

Sa thèse de doctorat, publiée en 1977, est intitulée Économie de la famille et accumulation patrimoniale17.
a écrit le 30/06/2015 à 1:18 :
Enfin quelqu'un qui réfléchit et qui pourrait etre source d'idée pour aider la Grèce à rester dans l'Europe. Nous n'avons pas le choix depuis que nous avons accepté l'entrée de la Grèce dans l'Europe; La Grèce n'est pas une filiale déficitaire dont on peut se séparer. C'est un pays fondateur de l'idée Européenne. DSK apporte un peu de bon sens dans cet imbroglio. Jean Luc
a écrit le 30/06/2015 à 0:32 :
Trop facile depuis des années de rien gérer et de vivre sur le compte des autres pays.
DSK a une proposition intéressante " laisser un peu de temps aux Grecs pour se remettre sur de bons rails, sans donner de la dette , et ou de l'argent supplémentaire ce qui les inciterait à continuer à ne rien faire pour assainir la situation du pays ".
Cette situation de fraudeur " institutionnel " du Grec dans toute sa splendeur n'a que trop duré !
a écrit le 30/06/2015 à 0:23 :
Mettre les Grecs, le FMI et l'UE, en position d'une résolution de leurs oppositions par le haut est du niveau de Talleyrand - DSK est digne du divin boiteux !
a écrit le 29/06/2015 à 21:29 :
DSK donne des conseils...lui le père des 35 heures....et associé d'une société dont le gérant s'est donne la mort....3 jours après la démission de DSK....comment peut-on lui donner encore du crédit....!
Réponse de le 02/07/2015 à 13:45 :
histoire de vous mettre du baume au coeur : la questiondu passage à 32 heures commence à venir à l'ordre du jour dans les milieux bien pensants ( en Allemagne, je crois ) ;-))) il faut souligner que la productivité a été multipliée par cinq en un demi-siècle ( quand on travailalit 39 heures )
a écrit le 29/06/2015 à 17:17 :
je n'ai aucune sympathie - c'est un euphémisme - pour DSK ; au moins peut-on lui reconnaîttre d'apporter ici une réflexion, contrairement à Valls et Sapin, qui se contentent de jouer les pleureuses hypocrites. Soyons claire : la dette grecque est odieuse et illégitime : elle a été imposée au peuple grec par des usuriers sans scrupules, financés par la BCE - i.e. par l'argent des contribuables -Et plus on jouera les pères nobles : " vous DEVEZ rembourser votre dette " et plus on met la Grèce dans l'impossibilité de le faire?/ Mais peut-être est-ce là l'objectif inavouable et inavoué : faire la "preuve" qu'il n'y a pas d'alternative au libérallisme échevelé, fût- ce humiliant le peuple grec, en niant son droit à choisir librement ce qu'il souhaite pour son pays ( la France a déjà donné : voir le sort réservé au référendum sur le T.C.E. - ) Tous à genoux devant Baal .....
Réponse de le 30/06/2015 à 17:24 :
Merci. ça fait du bien de voir un peu de bon sens au milieu de toutes ces réponses qui prennent des airs de comédie dramatique.
Réponse de le 02/07/2015 à 11:58 :
A vous lire il est évident que DSK n est pas un néolibéral et si on tire la ficelle , l idée du complot resurgit .
a écrit le 29/06/2015 à 16:52 :
Entendu ce matin : en Grèce il n'y a pas d'état, depuis longtemps. Donc pas de recouvrement de l'impôt, pas de cadastre, etc.
Mais le clergé ne paye pas d'impôt, ni les riches, ni tout les fraudeurs qui encaissent au black. En un mot, c'est l'anarchie, et cela ne date pas du gouvernement actuel, dont le seul tort est d'être très à gauche.
DSK a raison lorsqu'il craint une réaction en chaîne incontrôlable. Mais,cela ne signifie pas que cela arrivera. Quant à la vie dissolue du personnage, c'est une autre histoire.
Réponse de le 30/06/2015 à 9:41 :
vous auriez pu préciser que c'est le seul pays de la zone euro qui a une écomomie excedentaire et que le comportement de cette europe qui ne respecte pas ses promesses risque de rien de plomber de nouveau l'économie greque!!!!
a écrit le 29/06/2015 à 16:50 :
Ah bon ?? DSK vraiment est doué en économie ?? On pourrait en douter si on se souvient de l'affaire récente de son fond d'investissements - La société d'investissement LSK - qui a finit rapidement en faillite.
a écrit le 29/06/2015 à 14:08 :
Y a -t-il une place, pour Dodo la Saumure ?
a écrit le 29/06/2015 à 12:33 :
Il ferait mieux de se consacrer aux bunga bunga. c est un domaine ou il excelle

Pour le reste, il ne sert a rien d accorder un delai supplementaire aux grecs ou meme un abandon de creances car ils n en feront rien. gabegie un jour, gabegie toujours pourrait etre leur mode de pensee.

Les gecs sont dans l UE depuis 81, soit plus de 30 ans. et qu on ils fait des centaines de milliards qu ils ont recu de l UE ? contrairement a l irlande ou a l europe de l est : ils se sont contente de vivre sur la bete
Réponse de le 29/06/2015 à 14:01 :
Pas un mot sur les origines de la dette grecque:d'aucuns et non des moindres ont déclaré après commission d'enquête,que la dette est illégale.
Réponse de le 29/06/2015 à 15:14 :
D accord ac le speudo Olivier, il reste un économiste hors pair ! Le reste n est pas notre problème
Réponse de le 29/06/2015 à 16:12 :
L’Irlande est toujours cité en exemple de réussite. Mais en fait ce pays pratique le dumping fiscal pour survivre, et ne fait finalement rien de mieux que la Grèce. Au lieu de toucher des subventions comme la Grèce, l'irlande se contente de nous faire une concurrence déloyale. L'un dans l'autre, ce sont toujours les européens qui payent.
a écrit le 29/06/2015 à 12:10 :
C'est ça qui est formidable et incompréhensible (pour moi du moins), on donne la parole à des gens de moralité douteuse et on est prêt à élire un type condamné pour abus de bien sociaux, c'est-à-dire vol d'argent public, à la présidence de la France. Est-ce qu'on ne marcherait pas sur la tête par hasard dans ce pays ???
Réponse de le 29/06/2015 à 13:31 :
Patrickb
Vous melanger un peu tout!
C'est toujours un economiste de pointe. Le reste est une autre histoire.
Réponse de le 29/06/2015 à 13:57 :
Il n'a jamais été condamné,ni pour abus de biens sociaux ni pour autre chose.Et en quoi sa moralité est douteuse?.
Réponse de le 29/06/2015 à 15:50 :
@oliver: c'est oi qui mélanges un peu tout. Ce sont les gens intègres qui feront progresser le pays, pas les gens louches. Entre nous, on a pas mieux que ce genre de personnages pour assurer l'avenir du pays ?
@Onc: il n'a pas été condamé en France parce qu'il est très rare qu'un politique soit condamné, mais il a payé cher pour se sortir du pétrin aux US. Bon, il a permis à Nafissatou d'ouvrir son restaurant :-)
Réponse de le 30/06/2015 à 9:49 :
pour betty .La principale faute est celle de merkel et hollande. c'est vrai que hollande se dit socialiste mais pour cette gauche greque c'est en fait cette soit disant extreme gauche qui vous fait tant peur MDR.
a écrit le 29/06/2015 à 11:08 :
On ne peut pas lâcher la Grèce!!! Ce n'est pas possible. Oui ils ont abusé mais je pense que d'autres en ont profité au passage!!! Nous avons une histoire commune, des idéaux communs, nous défendons tous les mêmes valeurs universelles dans un monde qui a tendance à se replier sur lui-même. Il faut aller voir les retraités grecs pour voir qu'ils n'ont plus rien à donner. La solution proposée par DSK paraît sensée. On ne peut pas aider un pays en lui demandant de sacrifier une partie de sa population. Les mesures proposées jusqu'à maintenant ne font que les enfoncer davantage. Ça fait trop longtemps que ça dure!!! Mais on ne peut pas laisser tomber la Grèce! C'est facile de donner des leçons du haut de son piédestal. Quelle belle leçon de solidarité nous donnons à nos enfants et au reste du monde.
Réponse de le 30/06/2015 à 9:03 :
@Kro: sans doute doit-on sacrifier les nôtres pour sauver les leurs ? La Grèce a reçu des milliards, mais n'a absolument rien fait pour se reformer. C'est un pays bordélique où personne ne respecte rien ni personne. Quant à l'histoire et les idéaux communs et les valeurs universelles, faut que tu expliques, parce que le fait de ne pas honorer ses engagements n'est pas, selon moi, une valeur universelle; et la Grèce a été pendant 5 siècles dominée par les Ottomans. Sa culture et sa mentalité sont donc beaucoup plus proches des Arabes que des Européens :-) Et pour la solidarité, merci de nous confirmer le montant de ton chèque personnel aux Grecs !!!
a écrit le 29/06/2015 à 10:58 :
DSK ne dit ni plus ni moins que le problème est politique et qu'il met en danger la démocratie européenne.
Plus personne n'est dupe: l'UE est ancrée à droite et profondément antidémocratique.
Un gouvernement de gauche en Grèce, pour l'UE ce n'est tout simplement pas possible.
Avec la Grèce, l'UE ne négocie pas, elle exige. Ca ne peut que mal finir.
Réponse de le 29/06/2015 à 12:20 :
@ Valbel89 : J'adore ce bonhomme (pas vous, je parle de Dominique Strauss-Kahn) néanmoins je suis tout à fait d'accord avec votre commentaire, c'est bien ça.
Réponse de le 29/06/2015 à 16:29 :
A bon je n'avais pas remarqué que mr Hollande était de droite !!!!
Réponse de le 29/06/2015 à 17:34 :
@valbel89: il ne te reste plus que la Corée du Nord. Bon voyage mon cher :-)
a écrit le 29/06/2015 à 10:39 :
La majorité des Grecs semble encore préférer rester dans la zone Euro. Le gouvernement grec actuel ne dispose d'une majorité au sein du parlement qu'à cause d'une astuce constitutionelle grecque. Dans ce conflit, ce n'est pas le rôle de l'UE de forcer le gouvernement grec à céder, mais au souverain grec de choisir. A ce point de vue, le référendum est une bonne voie, mais il vient trop tard. Quitte au FMI d'accorder à la Grèce une extension de la maturité,c'est ça la proposition de son ancien directeur?
a écrit le 29/06/2015 à 10:26 :
DKSK était directeur du FMI en 2012, c'est donc lui qui a permis le transfert de la dette PRIVEE grecque accordée par les banques française, allemande, hollandaise et grecque en dette publique.
Réponse de le 29/06/2015 à 16:49 :
Il a demissione le 15 mai 2011
a écrit le 29/06/2015 à 10:05 :
c'est super. Merci beaucoup.
a écrit le 29/06/2015 à 10:02 :
Une ardoise de 50 milliards (potentielle) pour les contribuables français, et il faut encore supporter que des faillis viennent nous expliquer comment il faut passer des pertes, et renoncer aux biens de la Nation: le monde politique, et peut-être des médias, doit faire son mea culpa, et surtout, pour les responsables de cette farce, sortir définitivement du paysage politique, c'est à dire en charge de nos biens communs, de la chose publique, de notre Res Publica!
Réponse de le 29/06/2015 à 13:05 :
Les 50 Mds.€ sont déjà dans les comptes de l'Etat Français. Il n'y a donc pas de perte supplémentaire. La seule perte qu'il pourra y avoir c'est la non-perception des intérêts que les Grecs sont censés nous verser soit 10 € par an par habitant (2 bières pour simplifier). Ensuite DSK indique depuis le début de la crise Grecque que les créanciers devront accepter des pertes. S'il avait été écouté plus tôt nous ne serions pas dans la situation de M---- actuelle.
Réponse de le 29/06/2015 à 22:06 :
il a mis le feu en étant au FMI,et maintenant il veut jouer au pompier.qu'il gère ses affaires et point barre.
Réponse de le 30/06/2015 à 10:49 :
Si DSK nous explique qu'il va falloir passer des pertes, c'est que celles-ci ne sont pas évidemment dans les comptes. Ce qui est dans les comptes, ce sont les milliards que la France a empruntés pour soutenir la Grèce, mais qui sont à ce jour contrebalancés par une créance du même montant. Les français vont évidemment perdre cette somme, et devoir la rembourser, à moins de faire défaut.. Donc c'est bien 1000 euros que nous risquons de perdre par français, adultes comme enfants..
a écrit le 29/06/2015 à 9:53 :
Si l'on comprend bien notre brillant économiste et tombeur il faut faire payer les honnêtes citoyens européen pendant que les grecs continuent à frauder un maximum
Réponse de le 29/06/2015 à 11:22 :
Il a peut-être des vues sur quelques Grecques...
Réponse de le 29/06/2015 à 14:43 :
LES GRECS continuent de frauder ? Lesquels ? mais rassurez vous que ce soit en GRÉCE où ailleurs ce sont toujours les gens du peuple qui trinquent !
a écrit le 29/06/2015 à 9:23 :
Beaucoup de politicien dans la position consistant à critiquer les ajustements structurels !!! Le FMI les a toujours soutenus et ils ont bien réussi en Espagne, Irlande, Portugal et même Chypre, sans parler de la Suède, et des pays baltiques antérieurement.....Cela marche quand le populisme façon grecque ne s'en mêle pas !!! Alors, que DSK se prête a de telles contre-vérité, cela ne lui fait pas honneur, s'il lui en reste !!!! Pour ce qui de l'annulation de la dette grecque, c'est une mauvaise idée. Il faut la transformer en dette perpetuelle avec une clause de retour a meilleure fortune, mais ne pas l'annuler !!!
Réponse de le 29/06/2015 à 10:29 :
Ah bon c'est du populisme de refuser de crever de faim.... C'est vrai cela marche super en Espagne, en Irlande, en Chypre ou au Portugal... Enfin cela dépend pour qui ....
a écrit le 29/06/2015 à 9:13 :
La situation grecque démontre hautement l'inconséquence de nos chers politiques dans la construction ébahie de l'Europe. La Grèce cherche manifestement à faire porter le chapeau aux citoyens européens: en comme plus on triche, plus on est truqueur et malhonnête. Les actionnaires ne disent pas merci à tous ces politiques dont la suffisance est permanente...ces fonctionnaires qui sont des marquis poudrés vivent de plus que de nos impôts. Aux armes citoyens !
Réponse de le 29/06/2015 à 9:49 :
Il ne tient qu'à nous de les virer mais encore faut il en avoir la volonté...!
Réponse de le 29/06/2015 à 10:01 :
S'il vous plait, ne confondez pas citoyens et actionnaires...
Tout comme vous, je n'aime pas l'oligarchie qui nous dirige. Mais êtes vous aveugle au point de ne pas voir que c'est justement leur obstination à ne pas vouloir réduire la dette grecque, dans le seul but de protéger les actionnaires, qui nous à conduit dans la situation actuelle ?
Non, les citoyens ne devrait rien avoir à craindre d'un défaut de paiement des grecques, car ce sont les actionnaires qui ont joué, pas les citoyens. Enfin, normalement, car comme d'habitude, les pertes seront mutualisées...
Réponse de le 29/06/2015 à 11:53 :
Il y a des citoyens actionnaires et des actionnaires citoyens...essayez de comprendre les règles de l'économie avant de pianoter sur le clavier... L'esprit c'est comme un parachute, il n'ont tous les deux de sens que s'ils restent ouverts.
Réponse de le 29/06/2015 à 13:40 :
HIber
J'aime bien votre derniere phrase................
Réponse de le 29/06/2015 à 19:58 :
DSK a une ligne de conduite utile, sans autre chose, pourquoi ne pas la retenir ? Nous sommes dans le dur, les conneries périphériques sont sans intérêt. Si rien ne se fait, l'avis de DSK restera comme une solution qu'il aurait fallu retenir...hélas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :