Grèce : Schäuble juge "irresponsable de laisser passer la chance d'un nouveau départ"

 |   |  415  mots
Le ministre conservateur a dû se faire violence, lui qui il y a tout juste un mois proposait une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro.
Le ministre conservateur a dû se faire violence, lui qui il y a tout juste un mois proposait une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro. (Crédits : AXEL SCHMIDT)
Le ministre allemand des Finances a certainement dû se faire violence pour défendre devant les députés ce 3e plan d'aide financière en faveur de la Grèce, lui, le tenant d'une ligne extrêmement dure vis-à-vis d'Athènes.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a défendu mercredi 19 août le plan d'aide à la Grèce devant les députés allemands alors que le Bundestag doit voter dans l'après-midi ce troisième programme censé sortir Athènes de l'ornière.

"Évidemment, avec l'expérience de ces dernières années et de ces derniers mois, il n'y a pas de garantie que tout marchera et le doute est permis. Mais, dans la mesure où le Parlement grec a déjà adopté une grande part des mesures, il serait irresponsable de laisser passer la chance d'un nouveau départ en Grèce", a martelé le ministre, considéré comme le tenant d'une ligne extrêmement dure vis-à-vis d'Athènes.

Les députés allemands devraient en grande majorité suivre l'avis du gouvernement, comme ils l'ont fait à chaque vote sur la Grèce, et ce malgré une montée des voix contre dans le parti conservateur CDU de la chancelière Angela Merkel.

     | Portrait Wolfgang Schäuble, l'énigmatique européen

Insistant sur le fait que ce nouveau programme, pouvant apporter quelque 86 milliards d'euros à la Grèce en différents versements, était soumis à des conditions que la Grèce doit remplir, ce qui sera régulièrement vérifié, Wolfgang Schäuble a expliqué que le but des nombreuses réformes demandées était "que la Grèce se remette économiquement debout sur ses propres jambes le plus vite possible". Le ministre conservateur a dû se faire violence, lui qui il y a tout juste un mois proposait une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro.

La participation du FMI "indispensable"

Il a par ailleurs a réaffirmé être "tout à fait confiant" dans le fait que le Fonds monétaire international (FMI) s'associerait finalement à ce plan en octobre, si les conditions sont remplies. "Une participation du FMI, également financière, est indispensable", a insisté le ministre.

    | Lire Wolfgang Schäuble explique pourquoi la dette grecque ne peut pas être effacée

L'institution internationale, qui avait participé aux deux premiers programmes d'aides à la Grèce, réclame un allègement "significatif" du poids de la dette grecque. L'Allemagne est opposée à tout effacement pur et simple d'une partie des créances, mais est en revanche prête à jouer sur les taux d'intérêt et les maturités des créances, ce qui toutefois laisse une marge de manoeuvre "limitée", a reconnu Wolfgang Schäuble.

 (avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2015 à 16:47 :
Peut-être que les Allemands prennent peur d'affaiblir LEUR euro en voyant ce qui se passe en Chine et en Asie?? Après tout les Allemands font des bénéfices en Grèce; ils ont intérêts à rester bien à l'abri derrière le bouclier
Réponse de le 22/08/2015 à 11:52 :
En attendant, ce sont eux qui font les plus gros chèques pour prêter encore et encore des milliards à la Grèce. S'ils pensaient d'abord à leur intérêt, ils ne les feraient pas et laisseraient la Grèce sortir de l'UE, puis ils rachèteraient les aéroports et autres actifs pour encore moins cher. Aucun pays européen ne soutient la Grèce par intérêt, car ils ne peuvent qu'y perdre. C'est uniquement idéologique, "pour l'Europe", à tort ou à raison. Ceux qui ne l'ont pas compris sont aveugles..
a écrit le 19/08/2015 à 18:13 :
Tous ceux qui ont jeté Schauble aux orties, qui l'ont accusé de couler la Grèce et de torpiller les nouveaux accords de prêt devraient présenter leurs excuses pour leur stupidité et leur mauvaise foi.
Réponse de le 19/08/2015 à 19:41 :
La braderie grecque est ouverte. Schlaübe s en frotte les mains...
a écrit le 19/08/2015 à 14:47 :
La Grece a longtemps emprunté avec des taux de l ordre de 12%. A ce prix là, les creanciers se sont en partie couverts contre le risque de défaut. Il ne serait donc pas illégitime qu une partie de la dette soit effacée.
12% = spéculatif. Tout est dit !
Réponse de le 19/08/2015 à 16:22 :
C'était avant l'entrée de la Grèce dans l'euro. L'essentiel de la dette grecque a été contractée à des taux bien moindres.
Réponse de le 19/08/2015 à 17:07 :
Faux! La dette grecque a doublé voire triplé ces dernieres annees!
Merci d ailleurs a goldmann sachs d avoir maquillé les comptes grecs lors du proces d adhesion à la zone euro. Mais ça, personne n en parle!!
a écrit le 19/08/2015 à 13:56 :
Apparemment Mélenchon n'aime pas trop chaud bleu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :