JO Paris 2024 : quelles sont les chances de Budapest ?

 |   |  644  mots
La politique menée par Viktor Orban, le Premier ministre hongrois est-elle compatible avec les valeurs olympiques ? Le Comité international olympique (CIO) devra trancher.
La politique menée par Viktor Orban, le Premier ministre hongrois est-elle compatible avec les valeurs olympiques ? Le Comité international olympique (CIO) devra trancher. (Crédits : Reuters/Sergio Perez)
La capitale hongroise fait figure d’outsider face à Paris et Los Angeles pour l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

Après les abandons de Rome, Boston et Hambourg, elles ne sont plus que trois. Pour organiser les Jeux olympiques et paralympiques en 2024, seules trois villes concourent et s'affrontent : Paris, Los Angeles et Budapest.

Face aux deux poids lourds que sont Paris et Los Angeles, Budapest fait figure d'outsider, voire de simple figurante. Bien sûr, tant que les dés ne sont pas jetés, tant que le nom de la ville hôte des Jeux qui succéderont à ceux de Tokyo n'est pas connu, les chances de la capitale hongroise ne sont pas nulles. Toutefois, plusieurs éléments viennent fragiliser sa candidature.

Un projet à monter de toutes pièces

Tout d'abord, sur le plan des infrastructures, Budapest part d'une page blanche ou presque. Sur la page d'ouverture du site Internet du comité d'organisation Budapest 2024, un petit film résume assez bien la situation actuelle du projet. Il met en scène un skate-boarder qui virevolte sur un trottoir ainsi qu'un tandem de rameuses qui part à l'assaut du Danube. C'est tout. Pour en savoir plus sur les sites de compétition, il faut faire un voyage dans le futur. Sur ce site, le comité d'organisation précise en effet les équipements qu'il faudra construire pour accueillir les Jeux.

Contenir les prix, pour éviter l'hémorragie des candidatures

Dans un passé récent, une ville, en dépit d'équipements lacunaires, pouvait remporter la mise. Ce fut le cas à Pékin en 2008, à Londres en 2012, à Sotchi en 2014 et à Rio de Janeiro en 2016. Attribués à Tokyo, les Jeux de 2022 coûteront également très cher en raison des investissements nécessaires. Or, le Comité international olympique (CIO) veut désormais contenir le coût de cet événement, et ce, pour une raison simple : les candidates se font de plus en plus rares. Les retraits de Boston, Rome et Hambourg ne s'expliquent pas autrement : lorsqu'ils furent consultés, les citoyens de ces villes se sont opposés à cette initiative, pour éviter d'avoir à payer, via une hausse des impôts, une facture... olympique.

De fait, que ce soit à Paris, Los Angeles ou Budapest, le débat au sein de la société civile reste vif sur ce sujet.

La politique ultra-conservatrice de Viktor Orban fait tache

Un autre élément est également à prendre en compte : la politique ultra-conservatrice menée par Viktor Orban, le Premier ministre hongrois. Depuis le début de la crise migratoire provoquée par les combats en Irak et en Syrie, celui-ci multiplie les prises de position et les mesures contre les réfugiés. Dans un entretien accordé en septembre 2015 au quotidien britannique The Guardian, il a présenté les musulmans comme un danger pour la civilisation européenne. Au regard de ces déclarations, on serait étonné que Budapest puisse représenter les valeurs de l'olympisme, même si, comme l'explique un expert, "certaines décisions du CIO ont heurté par le passé", citant le choix de Pékin pour les jeux d'été en 2008 et d'hiver en 2020, ainsi que celui de Sotchi en 2014. "Les droits de l'homme ne sont pas toujours respectés en Chine et en Russie", poursuit ce fin connaisseur de l'institution de Genève.

Le choix des villes moyennes

Enfin, un dernier élément pourrait peser sur la candidature de Budapest. La capitale hongroise est une ville de taille moyenne. Si le CIO a pu porter son choix sur des villes de taille comparable, voire plus modestes pour l'organisation des Jeux d'hiver - ce fut par exemple le cas d'Albertville en 1992, de Lillehammer en 1994 ou de Sotchi vingt ans plus tard, elle a toujours désigné des villes importantes pour ceux d'été. Qu'elles soient des capitales ou non. Certes, si le CIO devait choisir Budapest, il donnerait des espoirs à de nombreuses villes moyennes. Mais il prendrait le risque de nuire au prestige de l'événement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2017 à 22:38 :
Pourquoi nos politiques n'organisent-ils pas un référendum auprès des parisiens sur cette organisation des jeux à Paris?
Car la majorité des parisiens seraient probablement contre. Ok, c'est une hypothèse mais pas plus stupide que d'affirmer le contraire. De toute façon, le budget sera dépassé et payé par nos impôts pour que nos politiques, nos syndicats, nos nantis s'amusent. Les JO ne favorisent pas le tourisme, et l'économie contrairement à une exposition universelle qui dure plusieurs mois (voir Milan).
Le cio devrait s'assurer que les habitants des villes candidates approuvent cette candidature.
Comment faire du lobbying anti Paris auprès des membres du Cio?
a écrit le 01/02/2017 à 7:25 :
Pourquoi les jeux du cirque ne pourraient-ils pas se faire a Budapest ? Que vient faire Orban la dedans ?
Les jeux de 36 avec le fou aux gouvernes de l'Allemagne ont bien existes. On voudrait nous faire croire que tout cela s'est moralise ? Foutaises.
Les jeux seront a LA, vu la corruption du comite, rien de + simple.
a écrit le 30/01/2017 à 2:54 :
Si c'est comme pour le brexit et l'élection impensable de Mr Trump,Budapest va gagner....
a écrit le 29/01/2017 à 12:07 :
Le journalists a t Il ete a Budapest.
Il y a tres les infrastructures Sur l ile Margueritte.
Bien plus qu Il be pourra jam is y avoid ailleurs.
Par ailleurs Budapest Est au Coeur de nombreux pays. 100km bratislava-presbourg. 150 de vienne. 150 de la croatie. 200 serbie. 300 roumanie ou tchequie. Des liens forts avec la pologne l Ukraine et la russie.

Beef le village francais Est mal barre.
Frisco la bobo guere mieux...
a écrit le 29/01/2017 à 10:49 :
Donc Budapest va gagner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :