L’Allemagne met sur pied une cyberarmée pour contrer la Russie

 |   |  536  mots
Le 5 avril 2017, Ursula von der Leyen, ministre de la Défense de l'Allemagne, a inauguré le tout nouveau cyber commandement militaire : le Kommando Cyber-und Informationsraum (commandement  pour l’espace informationnel et informatique, KdoCIR en abrégé). Elle est accompagnée par le chef d'état-major de cette nouvelle unité high-tech, Ludwig Leinhos (béret noir, extrême gauche), et par Volker Wieker (au centre), chef d'état-major des forces armées allemandes (Bundeswehr).
Le 5 avril 2017, Ursula von der Leyen, ministre de la Défense de l'Allemagne, a inauguré le tout nouveau cyber commandement militaire : le "Kommando Cyber-und Informationsraum" (commandement pour l’espace informationnel et informatique, KdoCIR en abrégé). Elle est accompagnée par le chef d'état-major de cette nouvelle unité high-tech, Ludwig Leinhos (béret noir, extrême gauche), et par Volker Wieker (au centre), chef d'état-major des forces armées allemandes (Bundeswehr). (Crédits : Reuters)
L’armée allemande a fait l’objet de 284.000 attaques informatiques au premier trimestre 2017. Pour y remédier, la première unité de cyberdéfense du pays est désormais officiellement en fonction. Un article de notre partenaire Euractiv.

Le nouveau commando de lutte contre les cyberattaques comptera 13.500 hommes d'ici juillet. À titre de comparaison, la marine allemande emploie 16.000 soldats et l'armée de l'air 28.000. L'Allemagne espère inspirer d'autres forces armées européennes pour que celles-ci s'attaquent également aux cyberattaques.

Cible principale : la Russie

Les législateurs allemands ont indiqué que la nouvelle unité se concentrera sur la lutte contre le piratage informatique russe. Elle sera dirigée par Ludwig Leinhos, vétéran chevronné de l'armée et général spécialiste de l'informatique le plus compétent du pays.

Les experts du Conseil de sécurité informatique allemand ont salué le progrès. Son président, Philipp Saldern, a confié à Euractiv Allemagne que la nouvelle unité était « absolument nécessaire » et pouvait servir de modèle pour d'autres programmes gouvernementaux.

Les obstacles à une cyberarmée européenne

Il y a en revanche peu de chances que l'idée soit reprise dans l'immédiat pour créer une cyberarmée européenne. En effet, cela semble utopique à l'heure actuelle étant donné que les pays européens utilisent des infrastructures et programmes technologiques différents.

Il en va de même au sein de l'Allemagne, puisque les régions, les municipalités et les autorités au niveau fédéral éprouvent des difficultés à échanger des informations. Les blocages rencontrés dans le dossier des meurtres commis par le groupe terroriste Nationalsozialistischer Untergrund (« Parti national-socialiste souterrain ») au début des années 2000 illustrent parfaitement la situation.

Des cyberattaques, oui mais sous contrôle parlementaire ?

Si le but principal de la nouvelle unité sera de défendre l'Allemagne face aux cyberattaques, ses membres seront également formés à lancer des offensives et des attaques eux-mêmes. C'est un aspect du programme qui a déjà été critiqué par les députés allemands.

Konstantin von Notz, membre du parti écologiste allemand, a souligné que « l'armée aurait besoin d'un mandat parlementaire pour mener des cyberattaques ». Son parti a reproché au gouvernement de ne pas avoir traité la question avec assez de transparence. Hans-Peter Bartels, du SPD, a également indiqué que la force de défense fédérale (Bundeswehr) devrait obtenir une permission spécifique du Bundestag.

Difficultés de recrutement à venir, face aux salaires du privé

Les forces armées doivent aussi affronter le problème du recrutement. Rien que pour cette année, 1.000 nouveaux soldats et 800 administrateurs informatiques devront être embauchés. Or, la compétition avec le secteur privé, où les salaires offerts sont beaucoup plus élevés, est rude. Les experts du piratage et de la défense peuvent gagner près de dix fois plus dans le secteur privé que dans l'armée.

Philipp Saldern a reconnu qu'il était « difficile de convaincre » des spécialistes expérimentés à rejoindre les rangs de l'armée. Il a donc proposé que l'armée forme son propre personnel. Un modèle européen en la matière pourrait être l'armée estonienne, qui forme ses propres spécialistes informatiques.

___

Par Andreas Maisch, Euractiv.de (Allemagne) [traduit par Emilie Buffet]

(Article publié le jeudi 6 avril 2017)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2017 à 14:12 :
Le problème est plus évident, il n'est pas possible à l'heure actuelle de mettre sur pieds une défense européenne, dans n'importe quel domaine que ce soit. Et justement, en partie à cause de l'Allemagne. Un article intéressant glané il y a peu: https://www.europa-blog.eu/une-europe-de-la-defense/
Réponse de le 19/04/2017 à 18:48 :
Oui oui oui, c'est toujours à cause des autres, c'est toujours à cause de l'Allemagne....c'est toujours les autres, c'est jamais vous !!! MDR, toujours la meme excuse, toujours la meme rengaine, toujours la meme pleurniche... On a l'habitude...le chomage, c'est à cause des autres. La corruption c'est à cause des autres. Tout est à cause des autres !!
a écrit le 09/04/2017 à 9:21 :
Le Kremlin de Poutine/FSB innonde de propagande de nombreux pays. Il a déjà ses représentants en France avec le Pen, Mélenchon, Fillon, Asselineau, Cheminade et Dupont-Aignan. Un site pour relever la multitude de nouvelles erronées en provenance du FSB : Kremlin Watch : http://www.stopfake.org/en/news/
a écrit le 08/04/2017 à 12:27 :
Propagande contre propagande, décidemment l'Allemagne fait de plus en plus peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :