La Chine entre dans la guerre des monnaies

 |   |  1686  mots
La Chine cherche à importer de la croissance, aux dépens des autres économies émergentes et avancées.
La Chine cherche à importer de la croissance, aux dépens des autres économies émergentes et avancées. (Crédits : reuters.com)
Le cours pivot du yuan face au dollar a été abaissé de 2 %. Une dévaluation présentée comme technique par Pékin, mais qui traduit le manque d'alternative du pays pour relancer sa croissance.

La Chine a donc décidé de dévaluer le yuan ce 11 août de près de 2 % face au dollar des Etats-Unis. Le mouvement n'est pas anodin. C'est tout simplement la plus forte évolution quotidienne du renminbi (RMB, « monnaie du peuple », nom officiel de la monnaie chinoise) depuis 1994.

Le régime de change du yuan

Pour comprendre ce qui s'est passé, il faut comprendre le régime de change du yuan. Entre 1994 et 2005, la Chine a adopté un système de taux de change fixe face au dollar étasunien, un « ancrage » (« peg » en anglais). La Banque centrale chinoise, la Banque populaire de Chine (connu sous son acronyme anglais de PBoC), assurait le taux officiel via un strict contrôle des changes. Lorsque le développement chinois s'est accéléré, au début des années 2000, ce système s'est révélé inadapté. Il a fallu s'ouvrir davantage pour attirer les investisseurs étrangers. En 2005, la Chine a donc décidé d'adopter le « flottement contrôlé » de sa monnaie. Désormais, le yuan peut évoluer dans une fourchette par rapport à un « cours central » défini lui-même sur un « panier » de grandes devises. Ce système a été suspendu pendant la crise entre 2008 et 2010. Mais en 2014, la fourchette de variation a été élargie de 1 % à 2 % quotidiens.

Ajustement technique ?

L'ambition de Pékin est de faire du renminbi une devise internationale, de transaction, mais aussi de réserve. L'ambition est économique, mais aussi clairement géopolitique. Il s'agit de faire de l'ombre au maître dollar. Pour cela, la Chine a engagé une libéralisation progressive de l'accès au yuan. Et la dévaluation de ce 11 août est présentée comme un moyen de renforcer ce mouvement. En effet, cette nouvelle fixation du cours du yuan a pour but de permettre, à partir de ce jour, de favoriser un prix « dépendant de l'offre et de la demande et des mouvements des grandes monnaies. » Comme le cours central était de plus en plus éloigné du cours de marché, en raison de l'affaiblissement de l'économie chinoise et de la perspective d'une remontée des taux de la Fed, la PBoC ramène ce cours à sa valeur de marché pour permettre au nouveau système de bien fonctionner. C'est donc, officiellement, une mesure « exceptionnelle » visant à favoriser une nouvelle étape vers une évolution guidée par le marché du yuan.

Entrer dans le panier des DTS du FMI

La Chine peut espérer que ce mouvement favorise une de ses obsessions : faire entrer le yuan dans le très restreint club des monnaies formant la « monnaie » du FMI, les droits de tirage spéciaux (DTS, en anglais SDR). Ce serait faire du « billet rouge » une monnaie de référence mondiale. Aujourd'hui, le cours du DTS est déterminé par quatre monnaies seulement : l'euro, le dollar des Etats-Unis, la livre sterling et le yen japonais. L'institution de Washington a promis de réviser le panier des DTS en septembre 2016. Pour entrer dans ce club fermé, il faut avoir une place importante dans les transactions internationales et être « librement utilisable. » La réforme pourrait donc aider, si cet ajustement est effectivement « unique. » Mais une autre réalité, bien moins réjouissante, pourrait se dissimuler derrière cet « ajustement » du renminbi.

Marasme économique

La réalité, c'est que l'économie chinoise est en plein marasme. Certes, les chiffres officiels font encore rêver la planète entière avec une croissance de 7 % visée, mais beaucoup ne prennent guère au sérieux le niveau de cette croissance et préfèrent s'en tenir à la tendance. Laquelle est clairement à la baisse. Et le front des exportations est particulièrement inquiétant. En juillet, les exportations ont reculé de 8,3 % sur un an contre une baisse de 1,5 % attendue par les analystes. Dans un pays encore largement dépendant des exports, ce chiffre est plus qu'inquiétant. D'autant que le pays subit encore une baisse notable du crédit, du moins en ce qui concerne les crédits aux entreprises non-financières et aux particuliers. A cela s'ajoute la tourmente boursière qui a fait perdre à la Bourse de Shanghai près d'un tiers de sa valeur en trois mois.

Où trouver de la croissance ?

La PBoC intervient activement depuis novembre pour relancer l'activité : elle a baissé son taux directeur de 5,6 % à 4,85 %, mais rien n'y fait. La Chine est en réalité prise en tenaille entre des injonctions contradictoires. Il lui faut de l'investissement et de la dette pour soutenir sa croissance, mais de nombreux secteurs comme la métallurgie, le secteur minier ou le secteur solaire sont déjà en surcapacité et, souvent, surendettés. Le même phénomène se produit avec les gouvernements locaux, avides consommateurs de grands projets sans réel intérêt économique et désormais croulant sous les dettes. Par ailleurs, pour favoriser le rééquilibrage de l'économie vers la consommation, l'inflation faible est une bonne nouvelle, mais elle pénalise l'activité industrielle et l'investissement, tout en rendant le poids de la dette plus lourd. Les prix à la production ont reculé en juillet de 5,4 %.

Bref, la solution la plus simple est de relancer l'économie par les exportations afin d'importer de la croissance qui permettra de créer un socle « sain » pour l'investissement tout en réduisant le poids de la dette par la reprise de l'inflation. Or, ceci était impossible avec un cours central du yuan particulièrement élevé par rapport aux grandes monnaies émergentes comme le real brésilien, la roupie indienne ou le rand sud-africain, mais aussi par rapport aux monnaies asiatiques comme le won coréen et les dollars de Singapour et Taiwan.

Le risque pris par la PBoC

On comprend donc mieux le mouvement de ce 11 août qui, comme le notent les équipes de RBS, « illustre les défis croissants de la Chine. » Car l'argument de la libéralisation ne tient pas réellement. Si la Chine n'avait pas bougé pendant si longtemps sur le front de sa monnaie, alors que l'on savait déjà que la Chine ralentissait et que la Fed pensait relever ses taux, c'est précisément parce qu'il voulait instiller dans l'esprit des investisseurs l'idée que le yuan était une monnaie stable et fiable. Le mouvement de dépréciation autoritaire de la monnaie chinoise remet précisément en cause ces efforts, même si la rhétorique officielle peut se montrer rassurante.

La Chine se lance dans la guerre des monnaies

En réalité, la Chine se jette à son tour dans la guerre des monnaies et répond à la Banque du Japon, à la BCE et à la dépréciation rapide de plusieurs monnaies émergentes. Compte tenu de la place de la Chine dans l'économie mondiale, cette dévaluation accompagnée d'une évolution plus conforme à la situation du marché tend à favoriser une dépréciation continue de la monnaie. Les investisseurs sont, du reste, prévenus : si la situation ne s'améliore pas, la BPoC pourra toujours « ajuster » à nouveau le niveau du yuan. Car cette dévaluation de 2 % ne règle pas la question du fort taux de change réel du pays. Le marché va sans doute anticiper cette volonté chinoise d'avoir une monnaie faible, ce qui est précisément le but de la manœuvre.

Impact sur les matières premières

Les conséquences de cette offensive chinoise sur l'économie mondiale risquent d'être importantes. Et négatives, dans l'ensemble. Cette dévaluation du yuan va d'abord peser sur les cours des matières premières libellées en dollars, déjà déprimés par le ralentissement chinois et la surcapacité dans l'empire du milieu. Les économies qui dépendent de ces matières premières vont en subir le choc direct. Ce sera notamment le cas de l'Australie, du Canada, des pays du Moyen-Orient et du Brésil. Ce dernier cas est particulièrement préoccupant, car la récession brésilienne emporte l'ensemble des économies d'Amérique latine, même les plus solides comme l'Uruguay, par exemple.

Affaiblissement des marchés émergents

De plus, un peu plus compétitive, la Chine pourrait prendre des parts de marché à ses concurrents directs, émergents principalement. Bref, l'Asie émergente risque aussi de souffrir de cette décision qui, comme toute dévaluation, favorisera la production interne plutôt que la production extérieure. Il y a fort à parier que plusieurs pays réagissent en cherchant à déprécier à leur tour leur monnaie. Cette course risque, au final, d'affaiblir l'ensemble de la zone émergente, seule vraie ressource de croissance jusqu'en 2012 pour les économies avancées, particulièrement pour la zone euro dont la seule stratégie à long terme consiste dans l'amélioration de la compétitivité externe. Par ricochet, les croissance européennes et américaines risquent donc de pâtir de cette décision.

Défi pour la zone euro

Du reste, pour la zone euro, cette dévaluation est un défi. Elle va accentuer la pression déflationniste, ce qui devrait fortement déplaire à une BCE qui tente de redonner de l'air inflationniste à l'économie de la région. Il va donc falloir maintenir, voire intensifier la politique de rachats d'actif pour faire encore baisser l'euro. La zone euro est donc à son tour contrainte de s'engager plus avant dans la guerre des monnaies.

Le plus inquiétant est sans doute que ce mouvement ne règlera pas entièrement les maux structurels (endettement, inégalités, faiblesse de la consommation des ménages, surcapacités) dont souffre l'économie chinoise. En réalité, tant que la Chine dépendra de sa demande extérieure pour sa croissance, elle ne sera pas un élément de stabilité pour la croissance mondiale.

Il y a donc fort à parier qu'il n'y aura pas de relance chinoise venant compenser les effets de la dévaluation sur le commerce mondial. Une fois terminé le rattrapage actuel de la demande intérieure de la zone euro, compter sur un moteur chinois et émergent sera décidément bien délicat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2015 à 8:45 :
...heureusement , en France ...tout va très bien ...mme la marquise ...tt va très bien ...!
je pense que finalement , c'est le message à retenir de cet article .
( je conseillerai aussi de l'archiver ...mr Godin nous a habitué à du dogmatisme ).
a écrit le 13/08/2015 à 6:34 :
Hum, ami Romaric Godin, léger problème ? Comme qui dirait une certaine (sic) déconnection avec "la new's" ? En effet, depuis hier et votre 2%, les chinois en ont remis une couche avec un 1.6% de plus ! Et il est possible/probable (???) que ce ne soit pas fini ? Attention ? Faut suivre hein ? Pis ça va viteeeeeeee !
Un 10% tiens ? Un chiffre rond quoi ? Bah ! Y a rien là ? La France de la quatrième république faisait ça ... souvent ! Et entre 3.6 et 10 ? Il n'y a jamais que ...6.4% ?
En deux ou trois coups ? Ça s'fait bien ? Pfiouuuuuuuuuuuu !!!
a écrit le 12/08/2015 à 15:57 :
Le problème du capitalisme spéculatif, c'est que ça rapporte plus de parier à la baisse. Car il est plus facile de couler une économie que de faire de la croissance. La crise de 1929 nous avais montré ce qu'il ne fallait pas faire, mais on a recommencé tout pareil... Et c'est pas les "gardes fous" placebo qu'on nous avait promis qui vont améliorer quoi que ce soit !
a écrit le 12/08/2015 à 13:19 :
Çe sont les americain qui vont être contant ( umoristique ) ... Il n'arriver deja pas à empêcher les délocalisations, et ils vas devenir plus dure de lutter contre les importation chinoise.... En plus ne pas oublier que la dette ( monstrueuse ) des USA çe trouve entre les main des chinois....je vois très bien le partis communiste de Chine acheter des central atomiques, ou faire des OPA sur les marchés avec tous se
papier Americain.... La crise n'est pas finis, les USA vont devoir payer..... Apres tous se sont eux qui profite le plus de ce monde mis en place.... Il est difficile de se priver de quelque chose, cela le sera encore plus pour la super puissance....
a écrit le 12/08/2015 à 12:22 :
C'est plutôt une bonne nouvelle pour la planète sauf si la baisse du prix du pétrole fait remonter sa consommation et que la consommation globale augmente. Pour espérer éviter une catastrophe climatique mondiale, il faut éviter que la Chine et l'Inde entre autre ne consomment comme des européens et qu'en parallèle les américains et européens divisent leurs émissions de co2 par 2 voir 4 dans les 35 ans à venir... Au rythme actuel, c'est pas gagné, sachant qu' il n'y a qu'une moyenne de 5° degrés qui nous sépare de l'aire glaciaire et qu'au rythme actuel, sans changement, on va vers un scénario de +4° d'ici à la fin du siècle...il faut empêcher ces pays très fortement peuplés de consommer comme nous et que nous relocalision notre consommation
a écrit le 12/08/2015 à 9:49 :
On voit toute la difficulté pour les autorités chinoises de passer d'une économie basée sur les exportations à une économie basée sur la consommation intérieure. Beaucoup de raisons peuvent être invoquées pour expliquer que les consommateurs ne prennent pas le relai à l'industrie chinoise.
Une des raisons est que le consommateur chinois a peur de l'avenir et prefere thesauriser. Le gouvernment chinois n'a jamais cherché à developper une politique sociale avec la mise en place d'un fonds pour les retraités, pour les malades, pour le chômeurs..
Dans ce conditions, il sera difficile d'esperer que la consommation interieure prenne le dessus sur le secteur des exportations.
a écrit le 12/08/2015 à 8:06 :
Ce n'est pas une guerre, c'est la concurrence, la monnaie y participe puisque c'est un "moyen" d'échange. Ce n'est pas un "but", politique et financier, comme pour l'euro!
Réponse de le 12/08/2015 à 9:28 :
Le jour où les échanges entre le pays du BRICS (et d'autres) se feront avec leurs divises (plus en US dollar) alors nous pouvons attendre à une vraie dégringolade des économies occidentales.
a écrit le 11/08/2015 à 21:02 :
C'est juste pour relancer les exportations chinoises qui étaient au ralenti à cause du dollar faible. Désormais on verra qui est qui dans cette guerre, si les Chinois avec des prix imbattables ou si l'Occident et ses tarifs au US dollar et à l'euro et la main d'oeuvre la plus chère du monde.
a écrit le 11/08/2015 à 20:45 :
On parle d’une guerre des monnaies, gardons à l’esprit que l’Europe fait des excédents et a baissé l’euro de 20%... La France fait des déficits, l’Allemagne des excédents, on annonce un record en 2015, avec une balance négative. Quand nous importons du mobilier d’Europe et de Chine en exportant des bois ronds, n’a-t-on pas un souci de définition pour valeur ajoutée industrielle ? On publie qu’on couperait du bois et que la moitié ne serait pas exploitée et qu’on ferait fermer des scieries, n’est-ce pas bizarre ? On crée des emplois chez nos voisins alors qu’il s’agit d’une des premières préoccupations ? On entend dire que l’Etat ne saurait pas pourvoir aux emplois, est-ce l’incurie ? Pour l’industrie, on perdrait plus de parts que nos voisins, on aurait au PIB européen une part plus faible… Pour la question de la création de richesses, le fameux pib et l’emploi, ne devrait-on remettre en cause l’Europe ? On y exclut largement les jeunes de la vie active. Le PIB par habitant en 2014 est sous le niveau de 2007, combien de dettes avons-nous fait pour produire une baisse du niveau de vie ? On aurait moins d’ETI que nos voisins et une augmentation de la précarité à 90% cdd alors qu’on ferait des fonctionnaires. On parle de 5 faillites de banques en Europe en 2015, on décerne des médailles pour pertes alors qu’on fait des records de faillites, on parle de 2 fermetures de pharmacies par jour. On parle dans la presse de mal logés en Palace, il ne s’agit pas des moins de 25 ans sans droits alors qu’on fait des dettes pour payer des retraites. On pourrait imaginer une relance parquet ! Pour la création d’emplois on pourrait subventionner la fraise, on préfère importer plutôt que produire ? N’a-t-on pas dans les hauts comités, l’ivresse des hauteurs et la tête dans les nuages à comme les sapins des alpages, on fait euh dans le pelleteux de nuage, fonctionnaire sérieux ou bien fureur dyslexique, dictateur social qui fabrique le chômage. Pour le taux d’emploi en 2014, on publie selon Eurostat : Pour le taux d’emploi général : USA à 71,8 Japon à 77,5 Norvège à 79,6 RU 76,2 Suède 80,0 Pays-Bas 75,4 Autriche 74,2 Allemagne 77,7 Danemark 75,9 UE28 à 69,2 ZE19 à 68,2 France 69,9 Italie et Espagne 59,9 Grèce 53,3. Pour les femmes : les Américains à 66,0 les Anglais à 70,6 la Suède à 77,6 ou les Japonais à 67,6 font mieux que les Européens : EU28 à 63,5 et la ZE19 à 62,7… l’Allemagne à 73,1 Grèce à 44,3 Espagne à 54,8 Italie à 50,3 France 66,2. Pour les jeunes : UE à 22,8 France à 23,4 Pays-Bas 11,3 Italie 42,7 Portugal 35,4 Allemagne 7,8 Grèce 56,8 Espagne 53,9. N’avons-nous pas un problème moral en Europe, une vaste destruction humaine avec un PIB à la baisse et une croissance molle ? Pourquoi ne pas protester alors qu’on fait dans la cherté des logements et qu’on prône l’inflation ? Quelle est la définition pour développement économique ?
Réponse de le 12/08/2015 à 3:52 :
La réponse à cette question est la place du libéralisme dans notre démocratie très sociale. Plus on libère l'économie, plus on lutte contre le chômage et plus on renforce les uns et les autres à se prendre en charge.
Il faut pour cela que le débat soit pause et que l'on cesse de diaboliser le libéralisme. Il convient simplement d'ajuster le curseur.
Réponse de le 12/08/2015 à 9:56 :
Votre texte est tres interessant. Il peut se resumer en un mot: desequilibre
Quand on retrouvera un equilibre en termes de prix, en termes d'emploi ou de taux de change, on pourra esperer sortir de la crise dans laquelle nous sommes profondement embourbes.
a écrit le 11/08/2015 à 20:05 :
LA GUERRE DES MONNAIES A LA BAISE NE SUFIRAS PLUS A AUCUN PAYS ?ONT NE FAIS PAS BOIRE UN ANE QUI N A PAS SOIF? AUTRMENT DIT QU ANT LE PARCHE EST SATURE PAR LA SURPRODUCTION ? IL FAUT CHERCHE AUTRE CHOSSE? ET JE CONTINUE A DIRE. QUE LE MONDE ECONOMIQUE DOIT ALLEZ VERS UNE DECROISANCE RAISONNE .NON PLUS VERS LE PROFIS A TOUS PRX MAIS VERS LES REELS BESOINS DES PEUPLES???
a écrit le 11/08/2015 à 19:10 :
L'économie chinoise n'est pas en marasme a proprement parler..., elle est en mutation, et se déporte plus vers les services et moins vers l'industrie. Ce qui explique la baisse du yuan car pour aborder une mutation il faut baisser sa monnaie pour éviter un atterrissage trop brutal. Il y a 1.5 million de chinois et 1.5 million d'indiens qui vont continuer a produire mais pas la même chose qu'avant, il vont évoluer vers une économie de plus de services donc de plus de richesse et ils vont ainsi devenir plus riches, plus gros, plus américains... quoi...
a écrit le 11/08/2015 à 18:39 :
bon c'est juste 2% ! c'est pas 20%, faut arrêter avec vos délires !
Réponse de le 11/08/2015 à 19:06 :
tout à fait : je rappelle que l'euro a perdu 20 % par rapport au dollar en 4 ans
Réponse de le 12/08/2015 à 13:27 :
Pour l'euro, il faut bien payer les plan d'aide, ensuite pour maintenir un semblant de relance economique , il a fallut sortir la planche a billet.... Ne pas oublier que nous sont soumis au diktat economique de l'OMC, qui a pour bute une auguementation des bénéfice par la mise en concurence des Mase laborieuses.... Ensuite l'union Europeen n'a pas proteger l'emploi dans notre union , encore moins les condition de travail et les acquis sociaux.... Il faut dire que celui qui gouverne n'a jamais travailler....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :