La Commission européenne n’exclut plus une sortie de la Grèce de la zone euro

Alors que l’Eurogroupe et un sommet extraordinaire se réunissent ce mardi 7 juillet, la Commission européenne presse, encore une fois, Athènes d’engager des réformes et menace désormais d’un "Grexit" dans le cas contraire.

3 mn

Pour Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission Européenne en charge de l’euro, un « Grexit » n’est pas exclut « si la confiance n’est pas restaurée entre Athènes et ses partenaires européens ».
Pour Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission Européenne en charge de l’euro, un « Grexit » n’est pas exclut « si la confiance n’est pas restaurée entre Athènes et ses partenaires européens ». (Crédits : Reuters François Lenoir)

Depuis le résultat du référendum de dimanche en Grèce, les déclarations se succèdent, quitte à devenir contradictoires au fil des heures. Car, si la plupart des dirigeants européens martèlent que la Grèce doit rester dans l'euro, ce n'est pas tout à fait le même son de cloche que l'on peut entendre ce mardi à Bruxelles.

Ainsi, à quelques minutes du début de la réunion de l'Eurogroupe, Valdis Dombrovskis, vice-président letton de la Commission européenne en charge de l'euro, a fait savoir qu'un "Grexit" n'était pas à exclure "si la confiance n'est pas restaurée entre Athènes et ses partenaires européens ».

Dans le même temps, il a néanmoins tenu à modérer ses propos « certainement, ce n'est pas notre but, ce n'est pas notre intention", se justifie-til devant la presse avant le début de la réunion de l'Eurogroupe. "Nous œuvrons au scénario où nous pourrons parvenir à un accord mais si la confiance n'est pas restaurée et s'il n'y a pas de paquet crédible de réformes en place, cela ne pourra être exclu."

Mais pour Valdis Dombrovskis, la balle est désormais dans le camp de la Grèce : "beaucoup dépendra de ce que le gouvernement grec présentera", a-t-il ainsi souligné, évoquant un "défi immense et immédiat" pour Athènes. Il demande que la Grèce mette en place une stratégie claire afin de regagner la confiance de l'Eurogroupe :

 "Ce qu'il nous faut maintenant, c'est une stratégie claire et crédible sur la sortie de crise de la Grèce, les moyens de restaurer la stabilité financière et le retour à la croissance économique".

 Une intégration de la Grèce dans la zone euro « très naïve »

De son côté, Sigmar Gabriel, le Ministre des finances allemand, martèle qu'une discussion sur un éventuel allègement de la dette n'est pas envisageable avant la mise en place de réformes par la Grèce. Dans un entretien au magazine hebdomadaire Stern, le vice-chancelier allemand avance qu'on ne peut « discuter de la possibilité de réduire les dettes que si le gouvernement grec montre qu'il met en œuvre des réformes". Des propos qui suggèrent peut-être une légère inflexion du discours du vice-chancelier, puisqu'il avait estimé le mois dernier qu'une réduction de la dette grecque serait inutile si Athènes s'empressait ensuite d'emprunter de nouveau.

Dans la même interview, le chef de file du SPD a admis que l'adhésion de la Grèce à l'euro avait été une erreur. « L'intégration de la Grèce dans la zone euro s'est faite de façon très naïve", a ainsi lâché le vice-chancelier au magazine allemand. « Le pire est que tout le monde s'est contenté d'observer pendant beaucoup trop longtemps » ce pays s'enfoncer dans la crise. Et poursuit, tout en affirmant qu'il ne « fallait plus jamais détourner le regard quand un pays ne se tient pas aux règles du jeu de l'Europe ».

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 08/07/2015 à 16:18
Signaler
Il ne faut pas s'arrêter là, la Grèce doit sortir de cette Union européenne échouée comme une baleine crevée et nous devons les rejoindre, dehors, toute..

à écrit le 07/07/2015 à 19:10
Signaler
Cela n'est pas une découverte, L'Europe et la zone Euro doivent méditer cette superbe fable de La Fontaine " La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf"; Lorsque des commissions européennes valident l'entrée de la Grèce dans la zone Eu...

à écrit le 07/07/2015 à 18:57
Signaler
La grece n'aurait jamais du rentrer dans l'europe, les criteres de convergence n'étant pas atteints, donc son départ ne pose pas de problème, au contraire elle en sortira grandie car elle n'est pas à cours d'idée pour son avenir

à écrit le 07/07/2015 à 15:59
Signaler
"le vice-chancelier allemand avance qu'on ne peut « discuter de la possibilité de réduire les dettes que si le gouvernement grec montre qu'il met en œuvre des réformes" Donc il faut commencer les réformes puis on discute la réduction de la dette... ...

le 07/07/2015 à 16:49
Signaler
En 2012 la Grèce a déjà bénéficié d'une réduction de 107 milliards d'€uros sur sa dette et les réformes essentielles sont toujours en attente ! NO MORE MONEY !!!

le 07/07/2015 à 20:47
Signaler
Ce que personne ne sait (en France), c'est que cette réduction (haircut) de 2012 à aussi touché les épargnants grecs. J'en connais qui ont vu leur bons ruinés. Des milliers d'Euros, épargne de toute une vie, envolés. Donc, ce n'était pas qu'un "cade...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.