La dette publique espagnole atteint un niveau record

 |   |  273  mots
Le ministre de l'Economie Luis de Guindos, lors d'une conférendce de presse au ministère de l'Economie, le 6 juillet.
Le ministre de l'Economie Luis de Guindos, lors d'une conférendce de presse au ministère de l'Economie, le 6 juillet. (Crédits : REUTERS/Andrea Comas)
Après avoir terminé l'année à 99% du PIB, la dette publique de l'Espagne repart à la hausse depuis le début de l'année. En juin, elle a atteint un nouveau record, à 1.100 milliards d'euros.

La dette publique continue de progresser en Espagne. En juin, elle a même franchi le cap symbolique des 1.100 milliards d'euros, inscrivant un nouveau record, selon les statistiques publiées mercredi par la Banque d'Espagne, ce qui équivaut, selon le ministère de l'Economie, à 100,9% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Au premier trimestre, la dette avait atteint 100,5% du PIB, un record (déjà) depuis 1909, dernière date à laquelle l'endettement dépassait la richesse générée dans le pays.

Lire aussiBruxelles renonce à sanctionner l'Espagne et Portugal, mais exige plus d'austérité

L'Espagne, qui vient d'échapper à une amende de la Commission européenne pour déficit excessif, vise une dette à 99,1% du PIB à la fin de l'année, après 99% en 2015. Dans un communiqué, le ministère de l'Economie affirme que cet objectif n'est pas remis en cause.

Une prévision de croissance revue à la hausse

"Il y a de fortes variations saisonnières qu'il faut prendre en compte", écrit-il. "En ayant cela à l'esprit (...) l'accroissement de la dette publique continue de ralentir, comme c'est le cas depuis 2013."

La dette publique espagnole a augmenté de 18,5 milliards d'euros au mois de juin, selon les données de la Banque d'Espagne.

Malgré le blocage politique persistant à Madrid, l'Espagne connaît l'une des plus fortes croissances économiques de la zone euro, et le gouvernement par intérim a récemment relevé sa prévision de croissance pour 2016 à 2,9% contre 2,7% précédemment. Le mois dernier, le pays avait enregistré la plus importante baisse du chômage - qui s'établit désormais à 20% de la population active - depuis près de six ans.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2016 à 10:18 :
Ce n'est rien c'est seulement la malédiction de l'austérité Bruxelloises qui s'est abattue sur ce pays. On a vu ce que ça a donné en Grèce et c'est toute l'europe qui se fera dépecé par les actionnaires milliardaires, propriétaires des dettes souveraines et donc des politiques qui y sont imposées.

Tant que les riches deviennent plus riches tout va bien, le reste ils s'en tapent.

Peut-être que nous devrions organiser des collectes européennes afin de donner des pots de vins à nos politiciens plus importants que ceux qu'ils reçoivent de la part de la ploutocratie, ils s'occuperaient afin de faire ce pour quoi ils ont été élus, s'occuper des citoyens européens.
a écrit le 18/08/2016 à 9:32 :
Et pourtant, l'Espagne est montrée par certains comme un modèle... En plus, la croissance est liée à la consommation interne (et non pas avec les exportations), qui se fait avec une explosion de l'endettement....Tout va bien....
a écrit le 18/08/2016 à 8:43 :
La dette publique augmente .... Et les espagnols ont bien raison : quand on a un taux de chomage de 20 % (50 % pour les jeunes), on se fout de la dette publique, on essaye d'augmenter l'activité.. Il est bien dommage que les "économistes" européens n'aient pas compris ça à temps (il semble que certains commencent à revenir sur cette idée qui a conduit l'Europe dans le mur), mais c'est un peu tard : les dégâts sont là.
a écrit le 17/08/2016 à 17:12 :
france et Espagne au meme " niveau record ", donc ça va, où est le problème ?
a écrit le 17/08/2016 à 16:36 :
Ah non tout va très bien madame la marquise tout va très bien tralala tralala tsoin tsoin. On se demande jusqu'où ira cette dette infernale(voit les Chinechines en embuscade). Et surtout cela ne concerne pas que l'Espagne, la Grèce, le Portugal voir notre douce France
a écrit le 17/08/2016 à 16:26 :
Apres l'Italie, l'Espagne ?
Ces deux pays nous sont présentés comme des modèles qui ont fait des reformes, bla, bla bla, ... ne seraient donc que des baudruches percées ?

Finalement , le modèle français n'est peut-être pas si mal.
Réponse de le 17/08/2016 à 18:47 :
modèle français?? chômage 3.6 MILLIONS A 6 MILLIONS ABCDE, dette record, déficit le plus mauvais des "grands" pays européens, croissance nulle 0% dernier trimestre, des records d'assassinats et d'attentats, oui, oui bisounours, comme dirait hollande "ça va mieux".
Réponse de le 18/08/2016 à 9:35 :
Il ne faut pas oublier :

- explosion de la dette = Nicolas SARKOZY
Sous-compétitivité de l'industrie franaçaise = Nicolas SARKOZY
Bulle immobilière = Nicolas SARKOZY
Emprunts à risque des collectivités (DEXIA et autres) = Nicolas SARKOZY
a écrit le 17/08/2016 à 16:13 :
Quel que soit la solution adopté, tous "foutent le camp" sauf les touristes! C'est pour ça que cela a l'air d'aller mieux.... sauf que si vous augmentez les impôts, alors là, il n'y aura plus personne!
a écrit le 17/08/2016 à 14:31 :
Que la France balaie devant sa porte, avant de regarder chez les autres!
Réponse de le 17/08/2016 à 16:54 :
Si je vous comprends bien, en publiant des infos sur la dette espagnole, le journal la Tribune critique ce pays au nom de la France et sans critiquer la France. Vous êtes sérieux? La liberté de la presse et de l information ça vous parle pas?
Réponse de le 17/08/2016 à 16:56 :
Ca sert à rien de trouver cela vexant, et je ne vois pas pourquoi on devrait taire cette information. La France n'a effectivement pas de leçons à donner, puisque son niveau de la dette est dans les mêmes eaux.
Il y a quelques nuances importantes toutefois. La rapidité de la progression de la dette n'a rien à voir, elle est très rapide en Espagne puisqu'avant la crise elle était à 36,3% du PIB (!!), ce qui fait craindre une progression rapide vers 110, 120% etc. En France cela fait des décennies qu'on se traîne une dette importante certes, mais qui augmente très lentement en comparaison de l'Espagne.

Le deuxième élément, c'est la soutenabilité de cette dette: en France les ménages sont peu endettés (contrairement à l'Espagne), il y a bcp d'épargne, et des banques plus solides que les espagnoles qui gardent encore bcp de créances douteuses. C'est pour ça qu'on prête à un taux plus bas à la France.
Réponse de le 17/08/2016 à 22:15 :
Où est le problème, je ne comprends pas ? Qui pourrait m'expliquer ? Merci. Le taux d'endettement français va dépasser l'Espagnol. 97.9% fin 2015 pour la france + Déficits 2016 : 3.5% couverts par de l'endettement = 101.4% d'endettement pour la france, sur le P.I.B Annuel, fin de cette année, et le pouvoir estime celà bon. Pourquoi est-ce dramatique pour l'Espagne avec un taux de croissance du P.I.B du meme ordre que l'Allemagne 3.5% Deux fois et demi celui de la france 1.4% : et dont le pouvoir est Très Très Content.
a écrit le 17/08/2016 à 13:26 :
il est est temps pour l'Espagne d'augmenter les impots plutot que d'endetté le pays encore plus comme l'a fait notre cher Sarkozy !
Réponse de le 17/08/2016 à 18:51 :
Sarko a endetté la France dans les mêmes proportions que l'Allemagne, la GB et moins que l'Italie EN PERIODE DE CRISE 2008/2010 or depuis l'arrivée de"çavamieux" mai 2012 l'Allemagne se désendette, la France cumule duranrt la péridoe 2012/2016 350 MILLIARDS DE DETTE SUP. et ce sans crise, là est le véritable problème, de plus avec la hausse des impôts et taxes depuis 2012 impossible de presser plus les camardes travailleurs francais. DONC AVEC "CA VA MIEUX" POINT DE SOLUTION.
Réponse de le 18/08/2016 à 9:50 :
Bilan SARKO :

Déficit FRANCE 2008 = 3.3 % du PIB. Donc déjà hors des clous.

Déficit Allemagne 2008 = 0.1 % du PIB.

:Déficit FRANCE 2011 = 5.2 % du PIB. .

Déficit ALLEMAGNE 2011 = 1 % du PIB

Donc, la FRANCE as augmenté son déficit de 1 % de plus que l'Allemagne..
Alors même qu'il était déjà trop élevé avant la crise....
Réponse de le 26/08/2016 à 17:27 :
QUOI? je pense que tu ne sais pas de quoi tu parles je suis en espagne et a salaire equivalent je paie 3 x plus d impots qu´en france
a écrit le 17/08/2016 à 13:08 :
Ça alors, ils ont fait toutes les réformes demandées, de l'austérité à fond, la croissance est repartie à fond, le chômage baisse ... et la dette n'arrête pas grossir ??! On se demande bien pourquoi (ah ben en fait, non, on le sait déjà :-) !).
a écrit le 17/08/2016 à 12:37 :
Si c'est sans conséquences aucune que la Bce achète les créances pourries des banques en créant de l'oseille électronique exnihilo ad nauséam pourquoi n'en fait elle pas autant pour les états ?Pour les régions ?et les particuliers ?
Réponse de le 17/08/2016 à 15:03 :
Je vous rassure:la BCE est autorisée a racheter des titres d'états et de collectivités locales ,ainsi que des organismes sociaux.Les particuliers,ça se fait indirectement via les banques privées

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :