Athènes et la zone euro parviennent à un accord, "le Grexit a disparu"

 |   |  810  mots
Le fonds de garantie des privatisations grecques proposé par l'Allemagne, et initialement envisagé au Luxembourg, serait finalement basé en Grèce.
Le fonds de garantie des privatisations grecques proposé par l'Allemagne, et initialement envisagé au Luxembourg, serait finalement basé en Grèce. (Crédits : Reuters)
Cet accord, qui survient après une nuit de tractations entre les dirigeants de la zone euro, donne le feu vert politique pour le lancement des négociations sur un troisième plan d'aide pour la Grèce. Une sortie du pays de la zone euro est évité, assurent François Hollande et Jean-Claude Juncker.

Publié le 13/07/2015 à 09:34. Mis à jour le 13/07/2015 à 12:50.

Après quelque 17 heures de négociations marathon, un accord a été trouvé entre la Grèce et ses créanciers. Le président du conseil européen Donald Tusk l'a annoncé sur Twitter:

"Le sommet de la zone a trouvé un accord à l'unanimité. Nous sommes tous prêts pour un programme d'aide pour la Grèce via le Mécanisme européen de stabilité (MES), avec des réformes sérieuses et un soutien financier."

Cela "permet à la Grèce de rester dans la zone euro, c'était l'objectif"

L'accord donne le feu vert politique pour le lancement des négociations sur un troisième plan d'aide pour la Grèce pour un montant évalué entre 82 et 86 milliards d'euros sur trois ans.

Le texte de l'accord dans son intégralité (version anglaise) :

"Les ministres des Finances seront chargés de définir les mesures d'accompagnement à court terme de la Grèce, le temps de sceller l'accord final", a annoncé François Hollande dans la foulée. Le président de la République s'est également montré satisfait, puisque cela "permet à la Grèce de rester dans la zone euro, c'était l'objectif".

"Le Grexit a disparu", a renchéri le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dans une brève déclaration à l'AFP.

Passage devant les Parlements nationaux

"Dans les prochains jours, mardi ou mercredi, les Grecs légiféreront. Le plan dans son ensemble devra être approuvé, mais aussi les premières actions" exigées par les créanciers, a précisé le président de l'Eurogroupe Dijsselbloem.

"Une fois que cela a été fait, nous aurons un Eurogroupe téléphonique, probablement mercredi, qui sera le signal pour les autres Parlements (...) mercredi, jeudi ou vendredi", a-t-il ajouté, rappelant que les Parlements sont souverains.

La France a prévu de solliciter son Parlement, ainsi que l'Allemagne, notamment. Angela Merkel a déclaré qu'elle recommanderait au Bundestag d'autoriser l'ouverture de négociations avec la Grèce sur un troisième renflouement.

Les principaux points de l'accord

Dans la liste de conditions à l'obtention d'un nouveau programme d'aide dressée par les dirigeants de la zone euro, la Grèce devra notamment:

  • Demander une poursuite du soutien du FMI à partir de mars 2016.
  • Adopter d'ici le 15 juillet des mesures de simplification de la TVA et en élargira l'assiette, réduira les retraites et l'institut de la statistique Elstat deviendra indépendant.
  • Réformer d'ici le 22 juillet son système judiciaire civil et mettre en œuvre les règles de l'Union monétaire sur le renflouement des banques hors appel aux finances publiques ("bail-in rules").
  • Fixer un calendrier clair pour mettre en œuvre les mesures qui suivent:
  • Réformer les retraites, mais également l'activité économique (en autorisant notamment le travail du dimanche et touchant en particulier les pharmacies, laiteries et boulangeries).
  • Privatiser son réseau de distribution électrique.
  • Mettre en œuvre des mesures de privatisation, en transférant notamment des actifs à un fonds indépendant basé en Grèce qui devra planifier une collecte de 50 milliards d'euros d'actifs dont les trois quarts seront utilisés pour recapitaliser les banques du pays et réduire la dette.
  • Réduire le coût de la fonction publique et réduire l'influence qu'a sur elle la sphère politique. Les premières propositions en la matière devront avoir été transmises d'ici le 20 juillet.

Ces critères ci-dessus sont le minimum exigé par les dirigeants de la zone euro pour que s'ouvrent des négociations avec les autorités grecques sur les points suivants:

  • Les besoins de financement d'Athènes sont situés entre 82 et 86 milliards d'euros et une décision sur une nouvelle aide s'impose d'urgence au vu de besoins de financement de 7 milliards d'euros d'ici le 20 juillet et de 5 milliards d'euros d'ici la mi-août.
  • Un éventuel nouveau programme du Mécanisme européen de stabilité (MES) devra intégrer l'apport d'un matelas de fonds propres de 10 à 25 milliards d'euros pour les banques.
  • Un reprofilage de la dette éventuel mais pas de décote nominale.

L'euro et la Bourse de Paris en hausse

Après l'annonce de l'accord, l'euro remontait légèrement face au dollar lundi matin. Vers 9h30 heure française, la monnaie unique valait 1,1157 dollar, contre 1,1149 vendredi soir. La devise européenne était même montée à 1,1194 dollar avant l'ouverture des marchés à 8h57.

La Bourse de Paris a pour sa part ouvert en nette hausse lundi matin (+1,67%), puis même accéléré, pour gagner plus de 2% dans les premiers échanges. A 9h heure française, l'indice CAC 40 prenait 82,07 points à 4.985,14 points. Vendredi il avait bondi de 3,07%.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2015 à 13:47 :
ESSAI
a écrit le 15/07/2015 à 13:45 :
Non, le "Grexit" n'a pas disparu du tout, il a été reporté (de façon totalement artificielle et hypocrite !) de 6 mois, c'est tout !
a écrit le 14/07/2015 à 20:43 :
Bravo, beau coup d'état ...
a écrit le 14/07/2015 à 9:40 :
Pour aider la Grèce endettée, on lui ajoute 80 milliards de dettes supplémentaires. Elle est donc guérie et va devenir prospère..... Sa seule industrie, c'est l'emploi public, les fonctionnaires. Quid d'en faire une grande productrice d'énergie solaire ?
a écrit le 14/07/2015 à 1:03 :
les cancres sont solidaires,
si la Grèce sortait, la France se retrouverait seul "à coté du radiateur" !!, à n'avoir rien fait au niveau des réformes et être le dernier de la classe en terme de progression de la croissance et de l'emploi...

donc la démagogie et les mensonges sont martelés afin de faire oublier le fond : les dépenses galopantes et supérieures aux recettes, les gaspillages publics monstrueux et laissés en place, l'absence de réformes majeures, la destruction du peuple par le chômage induit par les impôts et charges pour financer ce tonneau des danaides...

les "valeurs" qui en fait détruisent le peuple...!!
on protège ses privilèges et on compense sa culpabilité comme on peut !
a écrit le 14/07/2015 à 0:03 :
extraordinaire de renoncement et fourberie pour garder le pouvoir au détriment du peuple :
- tsipras dit ou au programme de Junker
- il rentre en Grèce et affirme qu'il faut un référendum et il invite à voter non,
- le peuple vote non
- il accepte le programme initial contre l'avis du peuple !!

les grecs doivent se sentir un peu floués..

et hollande qui se gausse d'avoir défendu la Gréce, est donc d'accord pour un plan drastique sur le peuple grec, et donc mettre en place les réformes que lui n'a pas mises en oeuvre en France et qui sont indispensables pour relancer l'économie...

décidément aucune confiance possible à ces mauvais politiciens et la preuve en est qu'il ne travaillent pas pour le peuple mais uniquement pour leurs élections et leur soif de pouvoir
a écrit le 13/07/2015 à 19:03 :
et bien voilà , c'est ( enfin ) de l'information , sur La Tribune
alors ? etait ce si difficile que celà ?
a écrit le 13/07/2015 à 19:00 :
Une réflexion s'impose face à la pantomime européenne : "....Bien sûr la lutte des classes existe encore, je le sais bien et pour cause, c'est nous qui l'avons gagnée. ..!.."
W.Buffet
a écrit le 13/07/2015 à 17:06 :
Mais à qui profite le crime????A un marché qui fait des bonds et s'en met plein les poches!!
Réponse de le 14/07/2015 à 14:48 :
Je ne sais pas si c'est un crime, mais les grecs vont recevoir 80 milliards, qu'ils ne rembourseront probablement jamais. Je veux bien être une victime comme ça.
a écrit le 13/07/2015 à 15:34 :
Le Grexit n'a pas disparu il est reporté jusqu'à épuisement des 8O milliards. Par contre, le signal est donné et d'autres pays vont s'engouffrer dans la brèche ouverte par les Grecs.
Sur la ligne de départ, je vois bien l'Espagne. Ainsi va et ira l'Europe jusqu'à sa fin inéluctable.
Réponse de le 13/07/2015 à 17:07 :
le signal d'une europe une nouvelle fois antidémocratique a effectivement bien été reçu!!!
Réponse de le 13/07/2015 à 17:24 :
La France, comme l'Europe, est spécialiste des appels d'air.
a écrit le 13/07/2015 à 15:34 :
Le Grexit n'a pas disparu il est reporté jusqu'à épuisement des 8O milliards. Par contre, le signal est donné et d'autres pays vont s'engouffrer dans la brèche ouverte par les Grecs.
Sur la ligne de départ, je vois bien l'Espagne. Ainsi va et ira l'Europe jusqu'à sa fin inéluctable.
a écrit le 13/07/2015 à 14:47 :
Tsipras a été élu pour ne pas respecter les accords signés par ses prédécesseurs. Il va demander à son parlement de ne pas respecter le vote du référendum d'il y a une semaine. C'est un spécialiste de la violation des accords. Qui peut croire qu'il va respecter les nouveaux accords, s'il les signe ?
a écrit le 13/07/2015 à 14:15 :
Fondamentalement nous ne pouvions pas rejeter "Europe" hors de l'Europe...
Quite à
- reprendre une partie de leur biens à ceux qui ont profités de la Grèce (anciens dirigeants corrompus et ceux concernés du secteur économique européen)
- contribuer pour qq dizaines d'euros à la réduction de cette dette (que nous récupérons immédiatement en accroissement de valeur)
a écrit le 13/07/2015 à 14:12 :
Résolument, je ne comprend pas. Tsipras dit: “nous avons pu, dans cette lutte très dure, obtenir une restructuration de la dette et un financement à moyen terme”.
Donc les grecques ont obtenu un plan de restructuration de leur dette ??? Si c’est le cas, alors il s’agit d’une belle victoire pour Tsipras !
Réponse de le 13/07/2015 à 15:53 :
Non, il faut lire le document en anglais, l'accord sur la restructuration de la dette n'est pas formel du tout. Il y a beaucoup de "possible" "to consider" et "after implementation".
Cordialement
Réponse de le 16/07/2015 à 15:06 :
je crois que oui
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/le-fmi-plaide-pour-un-allegement-de-la-dette-grecque-492058.html
attendons avant de juger comme des idiots
a écrit le 13/07/2015 à 14:09 :
#ThisIsACoup C'est un robinet d'eau tiède politique et un coup d'état financier, les politiciens ont sauvés leur poste en condamnant leurs peuples à rembourser indéfiniment une dette de papier.
a écrit le 13/07/2015 à 14:00 :
Une vraie victoire à la Pyrrhus... Hollande aurait tout sacrifié pour se donner encore une toute petite chance d'être réélu... Quant à l'Europe, elle est morte ce week end : moi même, avant un fervent défenseur de l'UE, je suis totalement écœuré... Fini pour moi, je ne la soutiendrai plus.
Réponse de le 13/07/2015 à 17:26 :
Rassurez vous, de toute façon votre soutien ne s'était pas remarqué.
a écrit le 13/07/2015 à 13:54 :
Erreur, le Grexit n'est pas évité, il est différé. Et cela coutera encore plus cher le prochain coup. La Grèce est fichue et ne se relèvera pas. L'argent injecté est perdu. Et tout est de la faute de Hollande. Mais il s'en fiche, il ferait n'importe quoi pour faire le malin et être réélu. C'est un scandale ! Nous exigeons un référendum pour refuser cette gabegie d'un démagogue dangereux et incapable !
Réponse de le 13/07/2015 à 14:29 :
La belle-fille de mon oncle Anatole nous a raconté que Tsipras est en fait terrifié à l’idée d’un Grexit, ayant été prévenu par Varoufakis que le pays risquait d’y exploser. Ce qui justifierai donc l’impréparation totale dans laquelle la Grèce semble être face à cette éventualité qui se précise chaque jour un peu plus.

Comme quoi si cela s’avère exact, Tsipras est allé dans les négociations entièrement au bluff.
C’est en tout cas un énorme gâchis politique: il s’est fait confirmer par le peuple, puis par son parlement, ça devrait tout de même l’inciter à franchir le pas.

Ou alors qu’il démissionne dès demain.
a écrit le 13/07/2015 à 13:53 :
Alors que la plupart des commentateurs ont mis l'accent sur l'état de bien-être de la Grèce, une grande partie de déficit de la Grèce a été causé par les dépenses militaires excessives. Même si son économie effondre et le gouvernement fait (mineur) coupe dans les dépenses sociales, le budget militaire de la Grèce reste parmi les plus importantes dans l'Union européenne.
a écrit le 13/07/2015 à 13:37 :
Et les banques renflouees..nationalisees??? non les dirigeants restent les actionnaires ne perdent rien...la belle vie continue....
a écrit le 13/07/2015 à 13:34 :
Les politico financiers ont reussi leur coup 80 mds...plus qu esperé. Les banques ont reussi à refiler aux contribuables leurs dettes pourries sur la Grece.... et le peuple applaudira...panem et circenses
a écrit le 13/07/2015 à 13:32 :
la grèce va recevoir 80 milliards,la france en payera 16.ou trouver cet argent?deux solutions,soit une hausse de la csg de 1% soit une hausse de la tva identique.tout le monde y gagnera:si la grèce saute,c'est tout le système bancaire européen et vos économies qui sautent,sinon vos assurances vies et autres placements seront protégés
a écrit le 13/07/2015 à 13:20 :
On comprend pourqquoi Tsipras s'il a signé ça ne pourra pas revenir en Grèce, c'est dela folie douçe faut pas s'étonner si les marchés et l'Euro sont en hausse.
Que lui a-t-il pris de signer cela la BCE va rire......
a écrit le 13/07/2015 à 13:06 :
Bank Imperators

Ce Crash test Européen a abouti à un numéro de cirque.
Cela a commencé avec un spectacle de clowns parfois drôle, parfois pitoyable,
mais comme il faut démontrer le pouvoir tout puissant des imperators face à de « vulgaires populations », à la fin, on jette les esclaves aux lions pour montrer qui commande !

Une stratégie de guichetier de banque (ou d’huissier) en lieu et place d’une union politique, ou même financière. Cela démontre simplement l’impuissance de l’union européenne face à quelques malheureux créanciers.
Au final, c’est une solution perdant/perdant qui l’emporte.
a écrit le 13/07/2015 à 13:03 :
Normalement les grecques devraient refuser et sortir de l'Europe

Tsipras est vraiment un petit joueur
Il avait promis la fin de l austérité et voila que c est 3 fois pire

Il a fait un référendum et il s'assoit dessus

Il va au bras de fer en slip contre ces créanciers qui le tiennent par les parties

Il y a 3 mois il pouvait négocier aujourd'hui il est mort

Mr Godin va devoir ramer sévère pour lui trouver encore de grandes compétences

a écrit le 13/07/2015 à 12:43 :
A quand le prochain plan d'austérité
a écrit le 13/07/2015 à 12:37 :
"Quid de la dette et des aides financières
a écrit le 13/07/2015 à 12:34 :
"Le Grexit a disparu!" . La Grèce aussi! Ce matin la Grèce n'est plus qu'un gouvernat allemand sous la direction du gauleiter Tsipras qui fera le sale boulot pour le compte de Schauble. Ah l'Europe ça fait rêver...
a écrit le 13/07/2015 à 12:33 :
@Martien: les seules banques qui vont profiter de cela sont les banqes grecques....puisqu'elles resteront en vie, au lieu de couleur avec l'epargne des classes populaires et moyennes grecques (les plus riches ayant deja transferé leur argent hors de Grece).
Mais peut etre préfereriez vous que les Grecs perdent effectivement completement leurs économies?
a écrit le 13/07/2015 à 12:26 :
Splendide bras d'honneur au peuple Grec ainsi qu'à la démocratie.
Asselineau a encore une fois raison : Tsipras n'est que le pantin des banques.

Les grecs vont continuer à être saignés (+43% de mortalité infantile depuis 2009, triplement du taux de suicide, doublement du nombre d'enfants abandonnés....), les marchés financiers et les banques à se gaver ; bref tout continue bien dans le meilleur des mondes.
a écrit le 13/07/2015 à 12:25 :
Ouf les banquiers respirent, allemands et français en tête, on va faire chauffer la photocopieuse à billets...enfin non, le cash n'a plus la cote. Un petit tour de passe passe sur ordinateur et hop les banques revoient leurs actifs (virtuels) dans le vert, l'orange ? On ne sait plus très bien.
Sûr que les grecs n'ont verront pas la couleur, depuis le temps qu'on leurs balance des milliards, Ils s'enfoncent dans la précarité...
Ah il faut respecter la soif du spéculateur, du rentier, de l'actionnaire allons donc !
On ne mort pas la main qui donne, c'est la règle n°1 en politique. Regardez les dans leur odieuse satisfaction. Les grecs vont galérer encore plus...et s'ils n y avait qu'eux.
Mais le piège abscons se referme inéluctablement, la constriction continue, je suis même persuadé que nos "dirigeants" savent qu'il ne reste plus grand chose de la queue du serpent.
Chez l'oncle Sam, ça a rué dur pour que l'accord fasse l'unanimité ...
Déjà que la finance occidentale a du mal à masquer ses failles, pas le moment rater un replâtrage.
Nous somme sauvés, suite au prochain épisode...
Réponse de le 13/07/2015 à 13:25 :
on s'en fout,la bourse remonte,c'est l'essentiel,mon patrimoine va continuer a augmenter
a écrit le 13/07/2015 à 12:20 :
Il faut s'attendre, devant l'austérité promis par Tsipra, à une vague de migrants hellénique vers la France en attendant que cela se tasse. Les jeunes Grecs ne sont pas prêts à subir des privations supplémentaires.
Réponse de le 13/07/2015 à 13:04 :
Voila pourquoi il fallait cogner les retraites qui ont voter depuis 40 ans
Réponse de le 13/07/2015 à 13:25 :
Nous sommes prêts à les accueillir. Au moins en France, il y a la CMU, le RSA et puis on les héberge gratuitement.
a écrit le 13/07/2015 à 12:08 :
Oui, vous avez raison Monsieur Juncker, le Grecit a disparu pour une journee. Demain, mardi, le melodrame recommencera. Quand on tient de tel propos, on n'est pas a la hauteur pour la fonction de president de la Commission europeenne.
a écrit le 13/07/2015 à 12:04 :
Accors très dur... mais pouvait il en etre autrement sachant que la Grece, avec son bank run et son controle des capitaux desomrias obligatoire pour quelque temps, est obligé de demandr un nouveau plan de 80 milliards...et demande donc que les citoyens de la zone Euro renflouent une deuxieme fois les banques grecques?

Tsipras se sera finalement montré responsable dans l'ultime ligne droite...tandis que Schauble a peté une durite avec son "grexit temporaire" aussi illégal qu'infaisable. Le pire devrait etre évité (sauf accident dans un parlement finlandais ou slovaque).... mais une chose est certaine, le spectacle donné par tous les acteurs n'est pas a la hauteur de l'enjeu.
Il va desormais falloir que la Zone Euro réflechisse SERIEUSEMENT sur sa gouvernance, au risque de voir un jour prochain se repeter le spectacle ou les extremistes des deux bords bloquent toute avancée et menace de faire sombre l'edifice européen.
Réponse de le 13/07/2015 à 12:29 :
L'accord est un véritable coup de massue et on peut se demander s'il va être approuvé par le Parlement Grec et si les dates des 15 et 22 juillet vont être respectées.
En parcourant les textes européens, on constate que ce n'est pas mal fait. Il y a probablement des améliorations à effectuer car le système est récent.
En revanche, il est certain qu'il y a des pays (dont nous) qui ne suivent pas la gouvernance.
Cordialement
a écrit le 13/07/2015 à 11:56 :
et bien voilà quand meme une avancée ;
on aimerait entendre ( lire ) mr Godin , sur le dénouement ...
finalement , son " copain " Tsipras , a eu beau eviter de porter cravatte , il l'a avalée quand meme .
attendons la suite , à 3 jours déjà , et à 5 ans ensuite , là seulement nous pourrons voir qui avait raison ( au sujet d'un grexit de 5 ans ).
a écrit le 13/07/2015 à 11:46 :
Bienvenue dans le IV ème Reich.
Réponse de le 13/07/2015 à 12:58 :
Pourquoi ? vous en faisiez partie ?
a écrit le 13/07/2015 à 11:46 :
Heureusement que SARKOZY était là...Sinon...:-)
Réponse de le 13/07/2015 à 13:31 :
Y avait longtemps que je n'avais pas eu d'usurpateur de mon pseudo ! Cela montre tout de suite la lâcheté de ceux qui n'ayant pas le courage de leurs opinions se cachent derrière d'atres, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 13/07/2015 à 17:33 :
Je n'aurais pas dit mieux :-)
a écrit le 13/07/2015 à 11:40 :
Je ne sais pas ce qu'il en a été au coeur de ces négociations mais Tsipras va avaler son chapeau, c'est encore plus de rigueur pour les gens ,alors que c'est la corruption qu'il faut combattre pour augmenter l'efficacité de l'état et un état d'esprit général aussi laxiste à changer c'est long dans le temps. L'allemande n'a pas été top non plus avec son handicapé à la mine patibulaire, c'est vrai qu'il paie et nous aussi. Tant mieux si ça marche. Mais si c'est raté au bout d'un an alors Grexit s'impose. Remarquez que nous aussi on est pas mal placé sur ce cercle infernal: dette, impots, taux d'intérets. Un journaliste mal fâmé a dit l'autre matin à la radio : une augmentation de 1% du taux d'intérêts des emprunts sur le marché ce serait 40 milliards d'€ à trouver pour Bercy: j'en conclus que notre dette est de 4000 milliards, ouaouh !!!!
a écrit le 13/07/2015 à 11:36 :
Nos fins négociateurs n'ont pourtant pas les mines réjouies qui sciéraient à un accord.
a écrit le 13/07/2015 à 11:28 :
Vous êtes des menteurs si vous aviez lu le document le grexit est toujours prévu en cas de non respect de la tutelle sur les réformes législatives, entrre crochets dans le texte.
Réponse de le 13/07/2015 à 12:42 :
@lefrançois
Vous avez raison: il faut les étapes législatives (15 et 22 juillet) et donc que cet accord extrêmement dur soit approuvé par le Parlement Grec.
Je me demande si ce n'est pas un Grexit déguisé: aide urgente et don de temps permettant à la Grèce d'organiser le retour au Drachme.
Coridalement
a écrit le 13/07/2015 à 11:23 :
Tout ce que Tsipras a récolté c'est un durcissement des conditions et contraintes liées au plan de sauvetage ... Il a enfoncé un peu plus le peuple Grec.

Le magicien et son référendum abracadabrantesque ...

On n'entend plus Mr Godin et Mélenchon ...
Réponse de le 13/07/2015 à 12:13 :
Tout a fait, les grecs ont vote "non" pour plus de mesures d'austerite que celle propose par le plan du 25 juin. En disant "non", les grecs voulaient signifier que les mesures d'austerite n'etaient pas assez forte. C'etait toute la subtilite du referendum. Le "oui" aurait evite tout cela.
a écrit le 13/07/2015 à 11:12 :
C'est reculer pour mieux sauter. Les médecins de Molière en action, des saignées
qui vont anémier l'économie et un plan qui va coûter des centaines de milliards aux contribuables européens.
a écrit le 13/07/2015 à 11:08 :
''Angela Merkel a déclaré qu'elle recommanderait au Bundestag d'autoriser l'ouverture de négociations avec la Grèce sur un troisième renflouement.''
Toute une nuit pour trouver un accord pour l'ouverture de négociations avec la Grèce, un accord pour trouver un accord ???? Quelle langue de bois.
a écrit le 13/07/2015 à 11:05 :
Le Grexit arrive tôt ou tard, plus il arrive vite moins cela sera douloureux pour la Grèce et l'Europe, plus il arrive tard, plus la souffrance sera dure. En effet, toutes les monnaies qui ne sont pas basées sur des fondements économiques se sont toutes cassées la figure, car elles étaient fondées sur des préceptes politiques, il en va de l'euro.
Réponse de le 13/07/2015 à 11:14 :
Toujours la même rengaine depuis dix ans, et l'euro est toujours là...
Réponse de le 13/07/2015 à 12:27 :
L'URSS a bien duré 70 ans....
Réponse de le 13/07/2015 à 12:32 :
A. Greenspan:
"It is just a matter of time".

Les partenaires européens jouent la montre, ils savent très bien que la Grèce fera défaut...ou bien ils sont stupides (ce qui n'est pas à exclure aussi).

Ils attendent juste qu'une croissance plus robuste revienne dans la zone euro et à ce moment on n'aura plus trop de remord d'acter le Grexit et se conséquences. C'est cynique mais c'est la stratégie en place.
a écrit le 13/07/2015 à 10:56 :
Les échéances de la Grèce seront décisives dans les prochains jours. Heureusement, le système à la Ponzy de l'Eurogroupe va les sortir d'affaire...Maddof était donc un précurseur.
a écrit le 13/07/2015 à 10:55 :
Ils en ont de la chance...
Pas comme en France où les sanctions contre les assurés sociaux se multiplient et passent sous silence journalistique; la Franchise d'un ancien ministre, quelle belle fumisterie !
Un exemple: vous êtes à cent pour cent un jour de votre vie, et on vous le fait payer après. La notre ( sous forme de franchise ) est plus que salée et peut courir sur dix ans et plus... Tant pis, la prochaine fois, je n'irai pas chez le médecin, je préfère crever chez moi.
a écrit le 13/07/2015 à 10:54 :
Eh oui encore un accord conclu lamentablement !!! Pauvres grecs et pour les plus pauvres d'entre eux il va falloir encore se serrer la ceinture... Lamentables tous ces dirigeants qui enfoncent les plus faibles et honte à ce dirigeant grec qui, en l'espace d'une semaine, bafoue un vote démocratique...
Prochaines étapes : bis répétita pour la Grèce et effondrement progressif de la zone euro (n'oublions pas que nous sommes comme les grecs.... que nos caisses sont vides et qu'il n'y a pas de relance économique réelle en vue!!!)
a écrit le 13/07/2015 à 10:21 :
Maintenant il va falloir à Tsipras se trouver une nouvelle majorité en 2 jours puisque bien entendu on voit mal Syriza et ANEL voter comme un seul homme l'accord. Sans doute devra-t-il pactiser avec le PASOK, To Potami voire Nouvelle Démocratie pour, avec ce qui lui restera de Syriza, voter les réformes.
a écrit le 13/07/2015 à 10:20 :
l'euro est irreversible....jusqu'a la mort exclusivement, c'est belzebuth qui vous le dit !
a écrit le 13/07/2015 à 10:20 :
Monsieur le Président de la République Française François HOLLANDE,
La question est maintenant :

Comment allez-vous contrôler pas simplement le vote du parlement grec… simpliste, mais tout simplement la mise en place réelle des décisions communes européennes et des propositions du 1er Ministre Grec refusées hier et proposées aujourd’hui?
Monsieur le Président de la République Française, nous nous souvenons tous de la tricherie flagrante lors de l’adhesion de la Grèce à la zone Euro qu’aucune commission européenne n’a relevée…

Quels moyens vont être mis en place par l’Europe afin que cette nouvelle aide de plus de 83 milliards d’euros ne s’évaporent pas comme les précédentes dans je ne sais quoi ou je ne sais où ?

C’est sur ce sujet que se fera la différence dans de 2 ans maintenant et sur nombre de promesses les retraités en France eux perçoivent une retraite pleine et entière à 50%, l’Etat Français se permet d’en prélever 50% sans regret et la retraite perçue par nos Ex Présidents de la République, des sénateurs et des députés est-elle aussi perçue à 50% comme celle de chaque retraité Français… Si ce n’est pas le cas, il est possible de prévoir un nouveau 49-3… pour enfin mette en valeur notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité »

Un peu d’humour en cette belle journée de notre Fête Nationale, jour de naissance de feu mon Père Grand Invalide de Guerre.
Cordialement
Alain Georges Younes O’HARE
a écrit le 13/07/2015 à 10:16 :
Merci à Sorkozy et à Juppé d'avoir réveiller FH. Sans lui, la Grèce serait sortie de la zone Euro.
Réponse de le 13/07/2015 à 10:31 :
C'est au minimum du 3eme degré :-)
Réponse de le 13/07/2015 à 10:54 :
ce n'est pas parce qu'on n'a pas entendu Hollande qu'il a été inactif.il a replacé la france au centre du jeu européen en calmant Merkel et en forçant Tsipras a appliquer les réformes.
Réponse de le 13/07/2015 à 11:33 :
C'est Amusant de voir que certaine personnes crois que hollande à force tsipiras à appliquer ces réformes. Au dernière nouvelle elle ne sont pas encore prête à être appliquée. Peut faut il rappelle que des milliards d'euros ont quitté la Grèce, la mise en place d'un cadastre n'est toujours pas effective. La fonction publique grecs est pléthorique et à double en 10 ans. La corruption est toujours très importante, la fraude fiscale est colossal...
a écrit le 13/07/2015 à 10:13 :
c'était gros comme un;... pret a la grece.... politiquement on a réglé la question.... a condition que les lois soient votées en grece a trois mois.... mais qui va payer... le contribuable a chaque fois.... oui la grece va rester dans l'europe et elle va nous piquer du fric un peu pour nous faire croire qu'elle va rembourser et le reste pour assoir le pouvoir de ces comiques d'extréme gauche.... bravo la révolution au pouvoir (faut dire que l'ancienne gestion n'était pas triste... ou est passé l'argent.... ) donc hollande va nous dire j'ai sauvé l'europe .... et on part en vacances....mais la grece ne ferra rien..... rien.....etmeme si on vote des lois qui ira encaisser la tva a 23 % ...on va ajouter 80 a 85 ME a une dette que l'on devra un jour effacer.....
a écrit le 13/07/2015 à 10:13 :
ça y est, c'est bon. Les grecs vont devoir brader leur maison pour survivre. Il faut être sur le coup. Déjà, le prix des villa sur la côte ont perdu 30% de leur valeur.
a écrit le 13/07/2015 à 10:08 :
Dommage

Une sortie de la zone euro négociée aurait donné plus de marges à la Grèce et surtout l'aurait placé face à son destin.

LA Grèce n'a plus de PME plus d'industrie... Avec un euro fort et la crise actuelle c'est une catastrophe.

De toute façon le pays est dans une situation pire que l'argentine....
Réponse de le 13/07/2015 à 15:53 :
Yanis VAroufakis

"Les Grecs, à juste titre, tremblent à la pensée de leur expulsion de l’union monétaire. Sortir de la monnaie commune, ce n’est pas comme si on sectionnait un tendon important, comme la Grande-Bretagne l’a fait en 1992, illustré par ce célèbre épisode où Norman Lamont l’a annoncé en chantant sous la douche, le matin où la sterling a quitté le mécanisme de taux de change (ERM) européen. Hélas, la Grèce n’a pas de devise relié avec avec l’euro par un tendon que l’on peut couper. Elle a l’euro – une devise étrangère complètement administrée par un créancier hostile à la restructuration de la dette non viable de notre nation.

Pour sortir, nous devrions créer une nouvelle devise à partir de cette rupture. Dans l’Irak occupé, l’introduction d’un nouveau papier-monnaie a pris presque une année, environ 20 Boeing 747s, la mobilisation de la puissance des militaires américains, trois sociétés d’imprimerie et des centaines de camions. Faute d’un tel soutien, le Grexit serait l’équivalent de l’annonce d’une grande dévaluation plus de 18 mois à l’avance : le meilleur moyen pour liquider tout le stock de capital grec et le transférer à l’étranger par tous les moyens disponibles."


http://reseauinternational.net/yanis-varoufakis-derriere-le-refus-allemand-daccorder-lallegement-de-la-dette-de-la-grece/
a écrit le 13/07/2015 à 10:03 :
Et qui va payer ? Qui va rembourser ? Les pépettes, qui va les sortir ? Les sousous, c'est Ki ?
a écrit le 13/07/2015 à 10:01 :
Voila le résultat de 6 mois de tsipras

Son pays qui allait mieux il est au fond du trou il a cédé sur tous les sujets

Mr Godin va pouvoir manger son chapeau avec ces analyses de bluff européens etc
Angela a tenu bon les grecs n'ont qu'à réformer leur pays Apres on verra pour un haircut qui viendra évidemment

Tsipras a insulté la troïka le FMI l'Allemagne et cette nuit ont lui a rendu la monnaie

Quand on est faible et endette on insulte pas son banquier
a écrit le 13/07/2015 à 10:01 :
Bravo au rôle joué par la France. Mais notre influence eu été considérablement supérieure si nous avions fait les réformes pour redresser notre économie et si nous avions associé d'avantage l'Italie.
Réponse de le 13/07/2015 à 10:18 :
Oui, un grand merci à Sarkozy qui a su faire jouer son réseau.
a écrit le 13/07/2015 à 10:01 :
Du pipeau, c'est juste pour calmer les marchés et éviter l'effet domino qui s'en suivrait si la Grèce aurait quitté l'eurozone. Le problème est loin d'être réglé, tout le monde le sait, mais il faut une trêve (estivale?) pour les marchés et pour repenser d'autres stratégies pour contrer l'offre énergétique de la Russie envers la Grèce. Les Américains s'y sont mêlés dans l'anonymat, Merkel n'a rien gagné car les Allemands étaient plutôt pour une sortie de la Grèce de la zone euro. Le problème reste là, on a inventé une trêve car…. il fait chaud et il faut partir en vacances, bien entendu.
Réponse de le 13/07/2015 à 12:34 :
C'est pas cela, c'est que les USA ne veulent pas que la Grèce quitte l'UE et, par conséquent, l'OTAN. Ils craignent que la Russie installe une base militaire en territoire grec. Donc il n'a suffit qu'un coup de fil d'Obama pour qu'on trouve "une solution" à la hâte à Bruxelles ce matin. Pour la Grèce on verra dans quelques semaines, attendez voir….
a écrit le 13/07/2015 à 9:53 :
grâce à MONSIEUR HOLLANDE l'Europe sort grandie de ce cirque. François a été ferme sur ses positions, un pas pas en avant deux pas en arrière, il a mis Merkel KO debout, du grand art, merci François, ton aura mondiale en sort renforcée, ta capacité à négocier a vaincu tout sur son passage, les Grecs ont tout cédé (enfin presque), les Allemands mangent dans ta main et saluent en TOI le Grand Président de la France, celle que l'Europe envie pour ses résultats économiques chômage au plus bas (voir courbe s'inversant par le haut), dette (2100 mds soit plus par habitant 31600 que les Grecs 29616 euro), déficit à 4% et autres victoires de notre Grand Président. ceci est un message du PS par la voix du bouledogue leroux et du gouvernement.
Réponse de le 13/07/2015 à 10:16 :
MERCI MERKEL. Grâce à votre fermeté et votre bon sens, vous n'êtes pas tombée dans le piège de la démagogie et vous avez pu imposer vos conditions. Et ce, malgré votre "allié" Hollande qui n'a jamais rien compris aux chiffres et qui était prêt à signer n'importe quoi pour se donner des allures de sauveur.
Réponse de le 13/07/2015 à 10:52 :
Ne pas oublier monsieur SARKOZY qui a su faire fonctionner son réseau.
a écrit le 13/07/2015 à 9:46 :
La fermeté allemande a payé. Tsipras sera jugé par les grecs. Hollande va essayer de faire croire qu'il a fait quelque chose. Il a surtout mis la France dans une situation ambiguë qui montre que le choix des déficits est le sien. La France paiera tôt ou tard son manque de sérieux.
Réponse de le 13/07/2015 à 10:04 :
Des sottises que vous racontez là, mon grand, je viens d'un séjour en Crète, les Grecs sont tous derrière Tsipras, vos propos sont ceux d'un Antillais qui parle de ski alpin. Le peuple grec veut se libérer de l'UE, c'est cela que j'avais ressenti dans toutes les conversations avec les Grecs ces derniers jours.
Réponse de le 13/07/2015 à 10:21 :
Alors souhaitons que les décisions prisent ce weekend soient soumis au référendum du peuple Grec.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :