La Grèce s'accorde avec ses créanciers sur des réformes pour débloquer l'aide financière

 |   |  272  mots
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. (Crédits : Reuters)
Ce lundi, les ministres des Finances de la zone euro se réunissent pour approuver ou non l'accord trouvé samedi entre Athènes et ses créanciers (l'Union européenne et le FMI), avec à la clé le déblocage d'une nouvelle tranche de 5 milliards d'euros du troisième plan d'aide à la Grèce.

La Grèce et ses créanciers de la zone euro sont parvenus samedi à un accord préliminaire sur les réformes qu'Athènes doit mettre en oeuvre dans le cadre de son programme d'aide international, une étape qui pourrait permettre au pays de sortir de ce plan d'aide en août.

Des mesures politiquement sensibles

L'accord porte sur une série de mesures politiquement sensibles, couvrant notamment des questions budgétaires, des réformes du marché du travail et de celui de l'énergie, les mauvaises créances et les privatisations.

"Nous avons conclu l'accord au niveau des négociateurs", a précisé à des journalistes le ministre des Finances grec Euclid Tsakalotos.

"Les institutions européennes ont atteint un accord au niveau des négociateurs avec les autorités grecques concernant les mesures liées au programme de stabilité européen", a dit de son côté l'Union européenne dans un communiqué.

Cet accord entre la Grèce et des représentants aussi bien de l'Union européenne que du Fonds monétaire international (FMI) doit désormais être approuvé par les ministres des Finances de la zone euro, qui doivent se réunir lundi.

Une aide cumulée de 270 milliards d'euros

En cas d'approbation, cinq milliards d'euros pourraient être débloqués dans le cadre d'un plan d'aide de 86 milliards, le troisième accordé à la Grèce depuis 2010.

Après sept années d'austérité imposées par ces plans d'aide, qui auront totalisé quelque 270 milliards d'euros, la Grèce espère qu'il n'aura pas besoin d'un quatrième plan après l'expiration du troisième en août 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2017 à 19:05 :
Ubuesque, l'UE prête à la Grèce l'argent qu'elle doit lui rembourser, et ça va durer longtemps.
Réponse de le 04/12/2017 à 10:48 :
Mais non, vous n'y etes pas. Le tonneaux des Danaides, vous vous souvenez ? C'est une invention grecque. Faut bien qu'elle serve, ca va durer encore tres longtemps, comme le mythe, mais a vos frais.
a écrit le 03/12/2017 à 17:42 :
Quand on pense que c'est Goldman Sachs qui a truqué la comptabilité de la Grèce à la demande du gouvernement greque de l'époque afin qu'elle puisse rentrer au sein de l'UE avec l'aval de cette dernière on peut quand même se demander si tout ceci valait le coup au final, pour le peuple grec bien entendu étant donné que les riches eux y ont forcément gagné.

"Comment la Grèce a maquillé ses comptes publics depuis 1997" http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2015/09/07/29002-20150907ARTFIG00257-comment-la-grece-a-maquille-ses-comptes-publics-depuis-1997.php
a écrit le 03/12/2017 à 14:09 :
Nous avons crée ce trou , à nous de le boucher. Je vous rappelle qu'il y a des êtres humains derrière les chiffres, méditez sur cela.
a écrit le 03/12/2017 à 13:47 :
Il faut stopper ce trou sans fond et les virer de l'UE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :