Le patron d'Airbus veut un marché du travail plus souple pour aider les réfugiés

 |   |  312  mots
L'Allemagne, qui s'attend à accueillir jusqu'à un million de migrants en 2015, devrait être plus pragmatique et ouvrir plus largement son marché du travail aux réfugiés, assure Tom Enders.
L'Allemagne, qui s'attend à accueillir jusqu'à un million de migrants en 2015, devrait être plus "pragmatique" et ouvrir plus largement son marché du travail aux réfugiés, assure Tom Enders. (Crédits : Reuters)
Dans une tribune parue ce lundi 26 octobre dans la presse allemande, Tom Enders, le patron d'Airbus, propose un assouplissement du marché du travail permettant de créer plus d'emplois - moins rémunérés - pour venir en aide aux réfugiés.

Le patron d'Airbus, l'Allemand Tom Enders, appelle son pays à plus de flexibilité sur son marché du travail, une nécessité, selon lui, si l'on veut intégrer les migrants dans le pays.

L'Allemagne, qui s'attend à accueillir jusqu'à un million de migrants en 2015, devrait être plus "pragmatique" et leur ouvrir plus largement son marché du travail, écrit Tom Enders dans un contribution au journal allemand Süddeutsche Zeitung parue ce lundi 26 octobre.

"Nous devrions avoir le courage de (le) déréguler", poursuit M. Enders, prenant pour exemple le modèle mis en pratique aux Etats-Unis."Cela peut paraître difficilement imaginable maintenant. Mais aux Etats-Unis, les migrants sont intégrés avec succès parce qu'on les autorise à travailler très vite après leur arrivée", poursuit le patron d'Airbus Group.

Un travail précaire préférable aux allocations, selon le patron d'Airbus

Il propose ainsi de faire des aménagements dans le salaire minimum, introduit en Allemagne en début d'année, et de faire preuve de plus de flexibilité dans les contrats à durée déterminée.

"Des centaines de milliers de jeunes personnes dans les centres de réfugiés ne devraient pas être condamnés à (...) ne rien faire. Ils ne trouveront une porte d'entrée sur le marché du travail que si nous l'ouvrons et le rendons flexible", poursuit-il.

"Il est préférable pour eux d'entrer sur (ce) marché (...) par le biais" de petits emplois peu rémunérés "que de ne pas avoir de travail, de vivre des allocations et d'être condamnés à l'oisiveté et à la frustration", estime-t-il.

Un temps prompts à s'enthousiasmer pour l'arrivée de centaines de milliers de réfugiés, les milieux économiques et industriels allemands se sont récemment faits plus frileux, s'inquiétant notamment des coûts et des effets sur le marché du travail.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2015 à 13:43 :
Il me semble important de faire un petit rappel sur le sujet de cette entreprise, elle existe du fait des efforts financés de deux grand pays membres, et qu'il y a des millions d'européen sans travail, donc avant de vouloir donner du travail au migrants, il me semble important de donner du travail au européen... Qui on de bon bagage solaire et qui sont travailleur ( pour beaucoup d'entre eux). Ensuite immigration ne durera pas indéfiniment car bientôt , il n'y aura plus d'argent pour soutenir ce peuplement, et il y aura malheureusement un rejet en masse de cette état de fait....
a écrit le 27/10/2015 à 21:27 :
Major Tom... il est président de Airbus Group ou il fait de la politique?
Je pense qu'il est meilleur pour le premier job!
Sinon il est prêt pour bosser comme il le préconise?
Certainement pas vu le paquet d'oseille qu'il prends grâce au board de Airbus Group(qui s'en met plein les poches aussi en passant...)
Les salariés du groupe seront appréciés ses propos....Lui qui sait si bien mettre la pression a ses troupes avec sa fausse gentillesse.
a écrit le 27/10/2015 à 17:33 :
C'est dire le respect que peut avoir cet individu pour ces collaborateurs , quelle honte , comment peut t'on travailler avec dirigeant qui méprise ces salariés !?
a écrit le 26/10/2015 à 23:06 :
@ BONSOIR : Vraiment quelle bonne idée le patronat développe : "monter" les ouvriers français contre els envahisseurs et vice et versa . Les travailleurs en situation illégale dans notre pays seront plus malléables pour se faire exploiter ; pas de syndicat, pas de revendication et revoilà le servage pas mal le patron d'AIR FRANCE !
a écrit le 26/10/2015 à 22:35 :
Air de France et d’ailleurs …
Non la nomenklatura au pouvoir n’est pas humaniste …

Ce que veulent l’oligarchie et la voyoucratie politique c’est de la main d’œuvre pas chère …
En accueillant les immigrés, les dirigeants européens vont saturer le marché du travail et ainsi forcer les populations locales, nous à accepter des salaires de misère …

Ce n’est pas de l’humanisme, cela s’apparente à de l’esclavagisme …

A nous de savoir répondre a cela en envoyant un message très fort lors des prochaine élections …
a écrit le 26/10/2015 à 19:55 :
Avec Major Tom on n'est jamais déçu. One more Tom, play it again.
Quand on sait le temps nécessaire pour intégrer des jeunes sortis de l'école dans une activité aérospatiale on sent que ça va être une vraie ballade de santé d'intégrer des migrants payés au lance pierre. Si Tom l'a oublié, il peut se rémémorer les sympathiques débordements d'amitié franco-allemande qu'a entrainé la différence de salaire entre cableurs allemands et français sur l'A400....Les familles de chomeurs indigènes qui ne trouveront pas de boulot pour leurs enfants pour cause de migrant sous payés apprécieront. Continue Tom, tu nous est de plus en plus sympathique.....
Réponse de le 27/10/2015 à 17:36 :
c'était pour l'A380 mais pour le reste c'est tout à fait vrai .
Chez Airbus seul l'actionnaire compte le salarié n'a pas le droit au chapitre , une communication béton qui cache bien des misères ...!
Réponse de le 27/10/2015 à 19:43 :
Oui, navré pour ce lapsus, il s'agissait bien du 380, mais j'avais aussi en mémoire le 400 qui s'est vautré à Séville et pour lequel la com. Airbus est un peu moins volubile....
a écrit le 26/10/2015 à 19:39 :
Je ne vois que deux solutions pour sortir de ce qu'il faut bien appeler un "merdier":
La Révolution ou la Guerre. Je n'ai aucune préférence, mais devant l'arrogance de types comme Enders, Gattaz et tellement d'autres capitalistes profiteurs , adeptes du "suage de burnous": "There is no alternative". Des exemples seront nécessaires et c'est au minimum au "trou" que ces gens doivent finir.
a écrit le 26/10/2015 à 18:19 :
Le vrai visage des vampires se révèle...
a écrit le 26/10/2015 à 18:13 :
Au moins c est très clair
On sait pourquoi Merkel veut en prendre presque 1 million
Et ainsi on sait pourquoi notre gouvernement va même chercher ceux qui ne veulent pas venir en France
PS ou pas PS la colution politiques grandes entreprises est claire
a écrit le 26/10/2015 à 17:26 :
On croit rêver ... Après avoir dégagé des milliers d'ingénieurs sous traitants de ses bureaux d'études pour cause de fin de développement des programmes Airbus, Tom voudrait maintenant des employés low cost ...
Qu'il commence par embaucher nos jeunes diplomés ! Y'en a un certain nombre au chomage. Et s'il les trouve pas en Allemagne, il peut toujours ouvrir des postes à Toulouse
a écrit le 26/10/2015 à 16:39 :
Quelle bonte d'ame!
a écrit le 26/10/2015 à 16:36 :
"C'est la lutte des classes. Ma classe est en train de la gagner et elle ne le devrait pas."
Warren Buffet
a écrit le 26/10/2015 à 16:17 :
Je croyais qu'il était illégale de faire travailler des réfugier. Il faudrait que les journalistes lisent un peu la convention des droit de l'homme pour s'en assurer. Ce monsieur ne commettrait-il pas dans ce cas une incitation au délit. Et depuis quand l'oisiveté est-elle interdite ?
a écrit le 26/10/2015 à 16:16 :
Sachant que le patron de Volks a été remercié avec un chèque de 58M Eur à combien devrait s élever le chèque de remerciements de celui ci au cas ou il y aurait un problème majeur chez Airbus. (afin qu il puisse se réintégrer).
a écrit le 26/10/2015 à 16:01 :
De l étoffe de vainqueur comme chez nous. Ah finalement Merkel et compères ne valent pas mieux que les nôtres. Il faut préserver les 2%.... les Français sont des Bœufs mais ils ne sont visiblement pas seuls.
a écrit le 26/10/2015 à 15:46 :
Meilleur idéé, et si on baissait son salaire jusqu'a tant qu'il gagne environ 20 000 euros et la différence serai utilisé pour payer dignement ceux qui font des minis jobs ? on multiplie par tous els patrons qui gagne des millions et cela pourrait aider des milliers de personne.
Une autre idée de la responsabilité et solidarité?
a écrit le 26/10/2015 à 13:27 :
Le masque tombe. Le patronnant veut des migrants pour avoir de la main d’œuvre pas chère. Ils n'en ont rien à faire des problèmes d'intégration culturelle....
Mais comme les patrons vivent dans les beaux quartiers entre "blancs", ils se moquent de ça
Réponse de le 26/10/2015 à 14:41 :
Septembre 2015 :
Pierre Gattaz vient de l'exprimer dans les colonnes du Monde, en y publiant une tribune dont le titre est limpide : «Les migrants sont un atout pour la France». Pour le patron des patrons, «l'accueil décent des migrants est un impératif moral, mais c'est également une occasion économique à saisir».«Accueillons-les et sachons tirer profit de leur dynamisme, de leur courage, de leur histoire aussi», intime un Pierre Gattaz résolument optimiste. Un raisonnement qui permet aussi au patron des patrons de réclamer au passage de nouvelles réformes. «Accélérons enfin nos réformes pour être capables de les intégrer pleinement dans la durée», glisse le président du Medef.
Réponse de le 26/10/2015 à 15:33 :
Tout est normal : le medef et l'ensemble du patronat est redevenu le comité des forges de 1929-39. "Nous offrons du travail : le salarié doit payer pour cela."
Réponse de le 26/10/2015 à 15:39 :
Enders et Gattaz font du bon boulot,on ne s'en sortira qu'en augmentant la profitabilité des entreprises.La hausse décriée des dividendes sert a attirer de nouveau investisseurs,c'est un point positif!
Réponse de le 26/10/2015 à 16:59 :
Bien d'accord! En plus, cela fait des dizaines de millliers (ou plus) de consommateurs dans les carrefour, auchan, décathlon, darty... avec les aides sociales distribuées! Bien à l'abris dans leurs quartiers chics, avec une fiscalité bien optimisée, les patrons et élites gagnent sur les deux tableaux.
a écrit le 26/10/2015 à 13:16 :
On veut pas d'eux c'est clair ? Qu'est ce qu'il nous raconte celui là ? Que nous devons faire des sacrifices pour accueillir des gens dont on ne veut pas ?
Réponse de le 26/10/2015 à 15:21 :
ON, vous devriez utiliser le JE.
Réponse de le 26/10/2015 à 17:56 :
Explication de texte pour Gringo : le pronom personnel "on", certes quelque peu imprécis, désigne ici "une très large majorité de Français et d'Européens"
a écrit le 26/10/2015 à 13:15 :
Super !! le salaire horaire va bientôt passer a 5 Euros de l heure et le reste en bakchich si le le travailleur est gentil..le rêve américain quoi
a écrit le 26/10/2015 à 13:00 :
On devrais plutôt augmenter les taxes sur son salaires et ses dividendes pour payer les salaires des migrants. Peut-être qu'après il réfléchirons à deux fois avant de raconter des bêtises.
a écrit le 26/10/2015 à 12:52 :
Qu'un des plus grands vendeurs d'armes au monde, vienne parler d'une crise de réfugiés de guerre et déjà d'un cynisme inouïe!

Et qu'il profite de cette crise pour demander des changements défavorables aux ouvriers et très favorables à ses profits et un second cynisme dérangeant!

Enfin on peut se demander si c'est le rôle d'un dirigeant d'entreprise de faire de la politique, son action ne sert pas les actionnaires ni aucune partie prenante.
a écrit le 26/10/2015 à 12:42 :
il pose aussi indirectement un vrai problème:doit on résever une partie du gateau de l'emploi aux nouveaux arrivants réfugiés afin de mieux les intégrer?ce serait probablement plus rentable que de payer un accompagnement social.
Réponse de le 26/10/2015 à 14:38 :
@elu ps pour une fois une remarque "a propos" en effet le vrai débat est là qu'est-ce qui est le mieux le système à l'anglo saxonne avec libre concurrence à tout prix mais sans filet social ou le modèle français avec règlementation et filet social. C'est un vraie question et un élu ps digne de ce nom devait voir le piège plutôt que de tomber dans le macronisme libéral mais vous n'en êtes pas à une provoc près!
Réponse de le 26/10/2015 à 15:19 :
Justement il pause une mauvaise question car le problème de l'emploi n'est pas du tout celui là, il nous enferme dans un cadre trop réduit.

Il existe des pays sans droit du travail et avec un chômage énorme, il existe aussi de nombreux pays avec un droit du travail protecteur et développé et un chômage faible.

Le problème du chômage n'est pas un problème de droit du travail, d'ailleurs avant la crise de 2008 la France et l'ensemble des pays européens avait des droits du travail plus développés et des taux de chômage plus faible.

Poser ces deux seules alternatives est une supercherie, donc répondre à cette question n'a aucun sens!
a écrit le 26/10/2015 à 12:41 :
Avec cela on risque fort de partir en déflation généralisée et accentuée ... Et la BCE qui va procéder à des QE à répétition pour finir comme le Japon avec un niveau de vie pour la majorité des français qui va s effondrer ... C est paraît il le progrès social :)
a écrit le 26/10/2015 à 12:32 :
Quelle opportunité pour les grands groupes que de voir déferler sur l'Europe et ailleurs, une flopée d'esclaves qui ne leur coûteront rien !!! Mais chut, il parait que c'est le prooooogrèèèèèès de réformer le "marché du travail" partout en Europe !!!
a écrit le 26/10/2015 à 12:07 :
Y a 6 millions de chômeurs ! Qu'il aille se faire voir !
a écrit le 26/10/2015 à 11:35 :
Ca y-est le pavé est lancé dans la mare! Est-ce que ce Monsieur est prêt lui à remettre en cause son salaire? et sûr que tous les partis populistes vont prendre la balle au rebond pour relacer le débat sur les migrants . Vive l'Europe sociale! mais pour les libéraux l'Europe c'est le paradis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :