Quel scénario à l'issue des élections grecques ?

 |   |  568  mots
Alexis Tsipras (Syrisa) retrouvera t-il son poste de Premier ministre à l'issue des élections législatives grecques?
Alexis Tsipras (Syrisa) retrouvera t-il son poste de Premier ministre à l'issue des élections législatives grecques? (Crédits : Reuters)
Une nouvelle fois les grecs sont appelés à voter ce dimanche pour élire leurs députés, faute de majorité absolue pour Syriza ou Nouvelle démocratie (droite), le pays pourrait alors se diriger vers un gouvernement de coalition. Explications.

Gouvernement monocolore, de coalition autour de Syriza (gauche radicale) ou Nouvelle démocratie (droite), ou grand rassemblement d'union nationale? L'issue des élections législatives de ce dimanche en Grèce reste ouverte.

- Un parti gagne la majorité absolue au Parlement : chances minces :

Syriza, le parti du Premier ministre sortant Alexis Tsipras, avait emporté 36,4% des suffrages en janvier, frôlant la majorité absolue au Parlement en obtenant 149 sièges sur 300 (le parti arrivé en tête obtient un bonus de 50 sièges). Il s'était allié ensuite pour faire le compte avec le petit parti souverainiste ANEL (13 députés) qui n'est pas sûr cette fois de franchir la barre des 3% de voix nécessaires pour revenir au Parlement.

Obtenir pour de bon la majorité absolue au scrutin de septembre était l'ambition de M. Tsipras, lorsqu'il a démissionné le 20 août. Cette démission était consécutive à la perte d'un quart à un tiers de ses députés les plus à gauche lors du vote du 14 août sur le nouveau plan d'aide à la Grèce, d'un montant de 86 milliards d'euros.

Mais, débarrassé sur sa gauche, M. Tsipras s'est fait surprendre à droite par la bonne performance réalisée en deux mois seulement par le nouveau patron de Nouvelle démocratie (ND) Vangelis Meïmarakis, et les derniers sondages donnent les deux partis au coude à coude, Syriza généralement en tête de quelques dixièmes.

En privé, un responsable de Syriza mise sur un score final du parti à 34%, en-dessous donc de celui réalisé en janvier.

A moins que la cohorte de près de 15% des indécis (pour une majorité d'anciens électeurs de Syriza) se porte en masse sur ce parti dimanche, M. Tsipras ne gagnera pas son pari de majorité absolue.

- Un gouvernement de coalition autour de Syriza ou ND : le plus probable

Sans majorité absolue, le parti arrivé en tête devra conclure des alliances pour obtenir une majorité parlementaire. Il ne pourra s'agir que de Syriza ou ND, car le troisième parti du pays, le néo-nazi Aube dorée, plafonne à 7% dans les sondages, et tous les autres sont en dessous, y compris le PASOK (socialistes), autrefois challenger permanent de ND.

Deux partis, qui, comme ND, ont voté avec la plupart des députés de Syriza le plan d'aide au mois d'août, devraient convenir comme partenaires à la fois à Syriza -- même si M. Tsipras évite d'être explicite sur le sujet -- et à ND.

Il s'agit de To Potami ("la Rivière"), 17 députés actuellement, parti de centre gauche créé en 2014 par un ancien journaliste de télévision, Stavros Theodorakis. Le PASOK (13 députés), dirigé depuis quelques mois par une femme, Fofi Gennimata, pourrait également participer à une coalition, dans les deux cas de figure.

- Un gouvernement de large union nationale : l'ambition de ND

M. Meïmarakis assure depuis son arrivée que ce qu'il faut à la Grèce, c'est un gouvernement de très large union nationale. "Je crois fermement que le nouveau gouvernement doit être constitué d'autant de partis que possible. Si (ND l'emporte) j'essaierai d'obtenir la plus large coopération possible des partis du front européen. Et j'inclurai certainement Syriza dans ce front", a-t-il encore déclaré samedi.

Mais pour l'instant, Alexis Tsipras a sèchement rejeté l'hypothèse de travailler en coopération avec Nouvelle Démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2015 à 17:03 :
Les clandestins de Lesbos peuvent-ils voter?
Réponse de le 20/09/2015 à 17:24 :
Pourquoi pas? les homosexuelles peuvent toujours voter en Grèce.
Réponse de le 22/09/2015 à 0:22 :
Commentaire de JP et réponse d'aube (dorée?) boudin, d'une stupidité affligeante, tous les deux
a écrit le 20/09/2015 à 16:29 :
Des élections ... ne vont pas changer grand chose au problème !
a écrit le 20/09/2015 à 15:44 :
Pour l'instant, la Grèce n'intéresse plus grand monde. Elle reviendra sur le devant de la scène politico-médiatique seulement si elle décide d'un Grexit. Pour l'instant elle est aux ordres de Bruxelles, elle n'a aucun intérêt.
a écrit le 20/09/2015 à 13:06 :
Quel scénario ? C'est pourtant très clair: l'argent de l'UE les intéresse, le reste OXI ! Leur sens de la solidarité, c'est: tu pédales, et moi je regarde le paysage :-)
a écrit le 20/09/2015 à 13:03 :
Un seul scénario : BONNET BLANC, BLANC BONNET. mdr
Réponse de le 20/09/2015 à 17:22 :
Vous auriez pu y ajouter : la misère ou la misère. Peu importe qui sera à la tête du gouvernement grec ça reviendra toujours au même scénario : la misère.
a écrit le 20/09/2015 à 12:29 :
En acceptant de fait les mémorandums, le débat de font est absent. En regardant le système électoral Grec, il vont soit vers un compromis soit vers une acceptation des mémorandums. Donc, je me demande pourquoi il votent...

Ces élections ont la même puissance politique que la coupe du monde de rugby. C'est une sorte de jeu qui sert à canaliser la populace.

Ces élections ne servent à rien étant donné que la politique grec pour les années à venir est déja écrite... Bref, triste période que nous vivons...
Réponse de le 20/09/2015 à 13:13 :
les mémorandums, c'est un peu comme la météo, une donnée du problème et non une option. Comme l'aurait dit la regrettée Margaret Thatcher, there is no alternative. Il faut donc faire avec et donc choisir ceux avec lesquels la Grèce a le plus de chances de construire une économie et une puissance publique viables.
Réponse de le 20/09/2015 à 15:12 :
Margaret Thatcher... Vous devriez éviter de la citer pour argumenter vos propos... Je trouve même insultant que vous répondiez à mon post par une citation de cette personne!

Triste époque en effet...
Réponse de le 20/09/2015 à 18:00 :
@bruno_bd: Let her rust in peace :-)
Réponse de le 22/09/2015 à 0:28 :
@bruno_bd > La "regrettée" ? Vous connaissez beaucoup de personnes qui la regrettent? Moi, je me souviens que les Angalis ont organisé de grandes boums à l'annonce de sa mort. Plutôt inhabituel pour un politique, n'est-ce pas? Surtout chez les flegmatiques...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :