Royaume-Uni : sous pression, May abandonne la "taxe sur la démence"

 |   |  615  mots
Theresa May s'exprime à Wrexham, au Pays de Galles, lundi 22 mai.
Theresa May s'exprime à Wrexham, au Pays de Galles, lundi 22 mai. (Crédits : REUTERS/Toby Melville)
En grande difficulté depuis la fin de semaine dernière sur son projet de réforme de la protection sociale, la Première ministre a fait machine arrière. Certainement peu rassurée par un sondage donnant les travaillistes à 9 points des conservateurs contre 23 fin avril, Theresa May a affirmé qu'un plafond sur le coût des soins à domicile pour les personnes âgées serait conservé, contrairement à ce qu'affirmait le programme de son parti pour les législatives.

Une mesure impopulaire, un week-end mouvementé, et au final, un "U-turn" pas vraiment contrôlé de Theresa May. La Première ministre a apporté lundi à Wrexham, au Pays de Galles, des précisions sur son projet de modification du système de financement des soins pour les personnes âgées.

Le programme des conservateurs, présenté jeudi, prévoyait en effet la fin du plafond pour les dépenses engagées pour les soins à domicile ou en maison de retraite. Concrètement, un retraité dont la santé nécessite une prise en charge dans son lieu de vie a actuellement l'assurance de garder sur son compte en banque un minimum de 23.500 livres et, à partir de 2020, de ne pas dépenser plus de 72.000 livres. Avec la réforme proposée par Theresa May, cette même personne aurait la certitude de garder 100.000 livres d'actifs dont, pour la première fois, la valeur du domicile, et plus du tout de limite sur les dépenses à engager.

| Lire Royaume-Uni : May "la pragmatique" s'attaque aux retraités et promet moins d'immigrés

La mesure baptisée "Taxe de la démence" par l'opposition

Si les conservateurs se sont empressés d'assurer qu'aucun patient ne serait contraint de vendre sa maison pour financer ses soins, la mesure a été accueillie froidement par les retraités - majoritairement électeurs des conservateurs - et par les travaillistes. Le principal parti d'opposition a notamment pointé le fait que les retraités modestes pourraient être amenés à payer davantage et, au final, répercuter les coûts sur leur famille.

Malgré les explications de May sur la nécessité de moduler le financement de la protection sociale pour répondre au vieillissement de la population, la fronde s'est accentuée. Rapidement baptisée "Dementia Tax" (taxe sur la démence) - les maladies dégénératives nécessitant généralement des soins à domicile longs et coûteux -, la proposition s'est retrouvée contestée jusque dans le camp de la Première ministre lorsqu'a émergé le fait que son gouvernement n'avait pas été consulté au préalable. Dimanche, Theresa May elle-même s'est retrouvée en difficulté face à une électrice en désaccord sur la question, lors d'un porte-à-porte.

Un plafond finalement conservé... mais lequel ?

Finalement, après avoir tenté de recentrer la campagne sur le Brexit puis d'accuser les travaillistes de propager des "fausses informations", Theresa May a fini par céder. Certainement peu rassurée par un sondage donnant les travaillistes à 9 points des conservateurs contre 23 fin avril, la Première ministre a affirmé qu'un "plafond" serait conservé, sans préciser lequel. Avec un brin de mauvaise foi, la leader des conservateurs a soutenu dans la foulée qu'il n'avait jamais été question de le supprimer. La semaine dernière, pourtant, son propre ministre de la Santé confirmait la disparition de la limite, comme le relève la journaliste du Guardian Jessica Elgot.

Pour la Première ministre, la campagne risque de se compliquer. Moquée pour ce rétropédalage, le deuxième en quelques semaines après sa promesse non-tenue de ne pas convoquer d'élections anticipées, Theresa May voit sa crédibilité s'effriter. Celle qui revendique un "leadership fort et stable" se voit désormais taxée de "faible et instable". Reste à savoir si elle parviendra à transformer ces quelques jours compliqués en un simple accident de parcours ou si ce lundi marque le point de départ vers une improbable perte de l'imperdable, le 8 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2017 à 0:21 :
Le Brexit a rendu les très riches encore plus riches, (c'est pour ça qu'on nous affirme que tout va bien dans la maison UK) et il est en train d'appauvrir la classe moyenne et le prolétariat. Comme ceux qui ont entraîné les Anglais dans cette histoire de fous n'avaient rien préparé, le gouvernement anglais cherche du fric de tous les côtés.
a écrit le 23/05/2017 à 8:35 :
Une question me hante : comment comptez vous faire pour mourir en bonne santé ?
a écrit le 22/05/2017 à 22:10 :
May peut remercier le ciel que son adversaire soit le désastreux Corbyn, beaucoup trop radical pour avoir la moindre chance de l'emporter.
a écrit le 22/05/2017 à 19:11 :
Faire peser sur les retraités l'essentiel de l'effort pour pérenniser le système de protection sociale n 'est pas ce que l'on peut appeler une mesure sociale juste, et quand on considère qu' il s'agit d'une tranche d'âge qui a tendance à voter conservateur et dont le poids démographique augmente, c'est plutôt surprenant .
Réponse de le 22/05/2017 à 23:38 :
Johningalls, ce sont des libéraux. Comme notre nouveau gouvernement...
a écrit le 22/05/2017 à 18:46 :
Les 'mes-dits-ca-ment' à "vie" cela finit par peser lourd quand on n'enseigne pas... au jeunes du vrai auto-responsable ! Une fois âgés, ils n'ont pas pris le plis de corriger le tir comme j'ai dû par moi-même le décider de le faire, pas rendu chez le médecin depuis presque 40 ans !
https://nouvelelvis.wordpress.com
Réponse de le 23/05/2017 à 7:29 :
Vous etes un chanceux, beneficiant d'une bonne genetique. Bcp n'ont pas ce privilege. Toutefois, vous devriez prendre un RV, en vieillissant tout cela se deglingue, on n' est jamais a l'abri d'une mauvaise surprise.
Un exemple : Une relation de 40 ans, partit, il y a quelques semaines jouer au golf. Tjrs optimiste, il est mort sur le green d'un arret cardiaque foudroyant. S'il avait consulte, il serait encore en vie, son toubib l'aurait avise des probables ennuis.
Cordialement.
Réponse de le 23/05/2017 à 8:32 :
Vous semblez très "fier" de votre bonne santé. Mais sans vouloir vous vexer, des gens en bonne santé avant la vieillesse, il y en a pas pal... D'autres sont moins chanceux et n'ont pas de raison d'avoir honte ! J'espère pour vous que vous resterez en bonne santé encore longtemps, sachant qu'un jour ou l'autre ça ne sera plus le cas (comme tout le monde) et qu'alors vous ne coûterez pas trop cher à la solidarité nationale (oui ! je sais ! vous ne comptez pas dessus ...comme beaucoup de personnes très sures d'elles)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :