Schäuble suggère que les Grecs organisent un référendum

 |   |  273  mots
Wolfgang Schäuble a de nouveau marqué sa position intransigeante à l'égard de la Grèce.
Wolfgang Schäuble a de nouveau marqué sa position intransigeante à l'égard de la Grèce. (Crédits : © Fabrizio Bensch / Reuters)
Le ministre allemand des Finances a lâché une phrase provocatrice alors même que l'Eurogroupe s'achevait sur une note optimiste...

Wolfgang Schäuble n'a pas dévié de sa ligne dure à l'égard de la Grèce. Le ministre allemand des Finances a déclaré lundi 11 mai : "Si le gouvernement grec juge nécessaire un référendum sur la question de la dette, alors qu'il le fasse. Ce serait peut-être une bonne chose de laisser le peuple grec décider s'il est prêt à accepter ce qui est nécessaire ou s'il veut autre chose."

Le risque d'un Grexit

Cette phrase est une réponse aux rumeurs d'un référendum sur la question d'une restructuration de la dette grecque. Pour les Allemands, la tenue d'un tel scrutin est quitte ou double avec à la clé une énorme prise de risque pour le gouvernement d'Alexis Tsipras.Dans le cas d'un plébiscite en faveur d'une restructuration, Athènes s'expose au fameux Grexit (sortie de la Grèce de la zone euro), un scénario que Berlin n'exclut plus depuis quelques temps maintenant. Dans le cas contraire, le gouvernement grec sera tenu de conduire les réformes imposées par ses créanciers.

Pour Varoufakis, aucun projet de référendum pour le moment

Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, a pourtant indiqué que le gouvernement ne planifiait aucun référendum. "Pour le moment, il n'y a rien de ce genre qui soit dans notre radar", a-t-il déclaré en sortant de l'Eurogroupe lundi soir.

Ce nouvel échange tranche avec le ton conciliant issu de l'Eurogroupe dans lequel les Européens ont voulu afficher leur optimisme. Yanis Varoufakis avait lui-même étalé son optimisme sur un accord évoquant une "convergence considérable".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2015 à 15:51 :
Nous n'irons plus en vacances en Grèce si elle sort de l'euro.
Les petits arrangements entre amis vont précipiter sa chute.
Et maintenant voilà ! Les prêteurs ne reverront pas leur argent.
salut
a écrit le 24/05/2015 à 15:47 :
On demande aux grecs de choisir entre la peste et la choléra.
De toute façon, les créanciers subiront de grosses pertes et l'euro baissera.
C'était prévisible mais les politiques incompétents ont fermé les yeux.
a écrit le 14/05/2015 à 22:23 :
Sapir expliquait récemment pourquoi un referendum n'etait pas la solution. En gros parce que la sortie de l'euro est un problème technique, et pas politique, et donc pas du ressort du peuple. Je ne sais pas trop si il a raison ou tort, mais c'est vrai que le peuple est vraiment manipulable. Presque 3/4 des grecs préféreraient de nouvelles mesures d'austérité, plutôt que la sortie de l'euro, alors que des nouvelles mesures signifieraient une perte supplémentaire d'au minimum 30% de leur pouvoir d'achat, alors que d'après un article de bloomberg, a part quelques cas isolé, les 70 pays qui sont sortis d'une union monetaire depuis 1945 ont vu leur conditions s'améliorer des la première annee.
a écrit le 12/05/2015 à 17:57 :
Je ne suis pas particulièrement "fan" des Allemands, mais la position de Schauble a le mérite d'être claire :-)
Réponse de le 13/05/2015 à 9:37 :
Dans l'Histoire, y compris récente, il y a eu beaucoup d'hommes politiques qui ont eu un message clair. On évitera de donner des exemples extrêmes, mais c'est pas forcément ceux qui ont laissé le meilleur souvenir.
La clarté ne signifie pas justesse.
a écrit le 12/05/2015 à 12:56 :
Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise. Après avoir éliminé Karamanlis proposant justement un référendum l'Europe sainte nitouche et -quand ça lui chante- ressert le couvert façon plus démocratique.
Réponse de le 14/05/2015 à 22:19 :
C'était Papandreou, mais ça ne change rien a votre propos ;)
a écrit le 12/05/2015 à 11:17 :
je me demande parfois si on ne devrait pas organiser un référendum en Europe pour savoir si les peuples ont l'intention de supporter encore longtemps l'attitude arrogante et les diktats
de l'Allemagne.
Réponse de le 12/05/2015 à 13:33 :
Oui, ce serais trés bien d'organiser un référendum en Europe pour savoir si les peuples ont l'intention de payer pour les grecs sachant que ceci ne vont jamais rembourser.
Réponse de le 12/05/2015 à 18:50 :
@oreste: le problème actuel n'est pas de savoir si les Allemands sont des gentils ou des méchants, mais de savoir si la Grèce est capable d'honorer ses engagements :-)
Réponse de le 13/05/2015 à 11:05 :
"savoir si la Grèce est capable d'honorer ses engagements :-)"

Bien sûr qu'elle en est capable. Elle n'a cédé sur aucun des ses engagements vis à vis du Peuple.
Pour ce qui est de ses engagements financiers, il lui suffirait de signer un bout de papier et elle reçoit tous les milliards qu'elle veut (bien plus de 7).
Mais elle ne cedera pas. Voir premier paragraphe.
Réponse de le 13/05/2015 à 14:39 :
@Patrickb
ais je dit que les allemands sont méchants? ( ça me fait penser à Francis Blanche dans "Babette s'en va en guerre"...je sais c'est un peu désuet comme référence.)
je dirai seulement qu'on se trouve quasiment devant un abus de position dominante, ce qui à mon avis pose problème dans les rapports entre pays qui prétendent vivre harmonieusement ensemble
Réponse de le 15/05/2015 à 9:51 :
Ne faites pas attention aux réponses de Patrickb, ses raisonnements sont généralement tres douteux et sans vraie logique !
a écrit le 12/05/2015 à 10:45 :
C'est vrai que tout le monde est fatigué par cette indécision, cette perte de temps, une situation claire serai bienvenue et le référendum pourrai nous la donner!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :