Schäuble vante les efforts de la Grèce

 |   |  485  mots
Si le gouvernement grec respecte tous les accords, les ministres des Finances européens pourraient finir l'évaluation le 22 mai et permettre le déblocage de la prochaine tranche d'aide (5,4 milliards d'euros, Ndlr), assure Wolfgang Schäuble.
"Si le gouvernement grec respecte tous les accords, les ministres des Finances européens pourraient finir l'évaluation le 22 mai et permettre le déblocage de la prochaine tranche" d'aide (5,4 milliards d'euros, Ndlr), assure Wolfgang Schäuble. (Crédits : © Fabrizio Bensch / Reuters)
Le ministre allemand des Finances estime que la Grèce a effectué de gros progrès sur la voie des réformes demandées par ses créanciers internationaux, et se dit optimiste sur le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide en mai. Athènes a dû accepter de réduire les pensions de retraite et de diminuer les allègements fiscaux.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a assuré samedi que son gouvernement allait "atteindre les objectifs" pour conclure le 22 mai un accord avec ses créanciers devant permettre le déblocage d'une nouvelle tranche de crédit à la Grèce.

"Le tableau général est que nous allons atteindre les objectifs pour obtenir la conclusion (d'un accord) le 22 mai", a déclaré M. Tsipras à Bruxelles, en référence à la date du prochain Eurogroupe, réunion des ministres des Finances de la Zone euro.

Les créditeurs de la Grèce, la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international (FMI) ont repris mardi leur audit des réformes mises en oeuvre par la Grèce pour satisfaire ses créanciers.

Le porte-parole du gouvernement Dimitris Tzanakopoulos a déclaré qu'en cas d'accord, les réformes pourront être approuvées par le parlement d'ici le 15 mai.

Réduction des pensions de retraite

Sous la pression de ses créanciers, la Grèce a accepté en avril de réduire les pensions de retraite en 2019 et de diminuer les allègements fiscaux en 2020. Ces mesures doivent permettre des économies de quelque 3,6 milliards d'euros, condition à la poursuite du versement des prêts à la Grèce.

Cependant, M. Tsipras a déclaré qu'il ne procèderait pas à ces coupes sans engagement clair sur des mesures devant permettre un allègement de la dette de la Grèce.

Par ailleurs, des divergences subsistent concernant la dérégulation du marché du travail et la privatisation partielle de la compagnie de fourniture d'électricité PPC, deux sujets sensibles pour le gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras.

Réunion à l'Eurogroupe le 22 mai

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, estime que la Grèce a effectué de gros progrès sur la voie des réformes demandées par ses créanciers internationaux.

"Si le gouvernement grec respecte tous les accords, les ministres des Finances européens pourraient finir l'évaluation le 22 mai et permettre le déblocage de la prochaine tranche" d'aide (5,4 milliards d'euros, Ndlr), dit-il dans une interview à un groupe de journaux allemands publiée dimanche.

Interrogé sur ce qui motivait son optimisme, Wolfgang Schäuble a évoqué "la grande détermination" déployée durant les négociations et le fait que le gouvernement grec entend "adapter plus encore le système des retraites à la réalité économique"."Ce n'est pas facile, je le sais. Et il veut aussi améliorer la collecte de l'impôt pour faire en sorte que les rentrées fiscales augmentent à nouveau à partir de 2020", dit-il.

Les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, se réuniront le 22 mai à Bruxelles pour discuter des progrès réalisés par Athènes pour mettre en oeuvre les réformes exigées avant tout nouveau déblocage de fonds, soit environ sept milliards d'euros.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2017 à 9:26 :
Que doit ou devra faire la France pour satisfaire ce monsieur. pas sûr que les avis de monsieur Schauble soient mobilisateur pour Monsieur MACRON. L'intelligence serait que les instances européennes (Schauble, commission des affaires sociales etc.)se taisent plus elles s'expriment plus elles font indirectement monter MLP!
a écrit le 01/05/2017 à 18:31 :
Les grecques souffrent et ça ça lui plaît à Schauble, il est content.
a écrit le 01/05/2017 à 17:48 :
Une petite caresse pour traire encore les "vaches"!
a écrit le 01/05/2017 à 17:19 :
Très cynique, 10 millions d'habitants passés au rouleau-compresseur néo-libéral qu'il faut féliciter pour s'être résignés à leur sort. L'image de l'Europe n'en est pas ressortie grandie.
a écrit le 01/05/2017 à 14:30 :
Il a parfaitement raison de vanter les résultats obtenus et à obtenir du massacre grec.
Au suivant, doit-il escompter.
a écrit le 01/05/2017 à 9:59 :
le chemin va etre long, et pour tt le monde!
ce qui est inquietant avec les grecs c'est qu'ils passent leur temps a dire que comme ils ont atteint les objectifs, ils peuvent redepenser l'argent qu'on va leur effacer....
c'est dommage de vendanger son travail comme ca, vu qu'ils ont fait bcp plus de reformes que les francais, qui eux, n'ont rien fait et donnent des lecons de morale a tt le monde!
a écrit le 01/05/2017 à 8:13 :
Sauf, cher BH, que l'intervenant auquel vous répondez avec plein d'erreurs a parfaitement raison. C'est bien la france qui a manoeuvré avec Goldman Sachs pour que la Grèce (qui ne demandait d'ailleurs rien à personne) entre de force dans la zone euro et c'est toujours dans le but officiel de sauver les banques françaises que les "aides" ont été imposées depuis plusieurs années à la Grèce. Dans les deux cas - et ce sont les versions officielles admises partout, sauf par vous - ces manoeuvres étaient destinées à faire sauver les banques françaises par les trop naïfs et courageux Grecs. Les banques françaises n'ont pris aucune perte, comme vous tentez de la faire croire erronément. Elles ont été deux fois sauvées par le peuple grec qui contribue toujours à faire vivre les banques françaises et à permettre à la bce d'engranger un fabuleux trésor de guerre. La vérité vous dérangerait-elle à ce point ? Seriez-vous à ce point accro aux fake news distillées, il est vrai, à foison par les medias et politiciens français ?
Réponse de le 01/05/2017 à 14:54 :
Un peu de sérieux sur un sujet sérieux et qui a de forts impacts sociaux en Grèce.. Par exemple..(le Monde n'est pas connu pour un journal lié à Goldman Sachs, très respectable à mon avis..).
http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/02/24/la-crise-grecque-a-coute-13-milliards-d-euros-aux-banques-francaises_1647872_1581613.html
a écrit le 30/04/2017 à 18:28 :
"...obligée de réduire les pensions de retraite...". Tout est dit. Bon courage à tous : parce qu'il va nous en falloir beaucoup si on ne brise toujours pas le dominium allemand sur l'Europe...
Réponse de le 01/05/2017 à 8:36 :
En france il y a de la marge. Les retraités ont un niveau de vie superieur aux actifs. Et leur faire payer les dettes qu ils ont crees en votant Mitterrand, Chirac et Sarkozy ne serait que justice
Réponse de le 01/05/2017 à 9:31 :
Dites nous pour qui voter, vous qui êtes très malin... à critiquer vos ainés, honte !
a écrit le 30/04/2017 à 17:31 :
Avec Tsipras les Grecs malheureusement se le sont fait mettre profond, mais tant qu'ils ne se révolteront pas plus férocement contre cette Europe qui les accablent (Allemagne en tete) ils souffriront le martyre, tout cela pour les banques ????
Réponse de le 01/05/2017 à 14:05 :
@grand: bon, la France peut leur donner Hollande, qui va être libre dans quelques jours, pour redresser le pays :-)
a écrit le 30/04/2017 à 14:32 :
Laissez "vos" banques tranquilles ? Dommage pour vous que vous n'ayez aucune connaissance de la vérité historique. Alors, pour votre édification : 1- c'est "votre" psdt grand amateur de diamants africains qui s'est "arrangé" avec Goldman Sachs pour faire entrer de force dans la zone euro. le but de la manoeuvre étant de permettre aux bq française d'inonder la Grèce avec des prêts afin de renflouer "vos" bq françaises en perdition. Voilà, en tout cas, pour la version officielle qui n'a jamais (et ne peut jamais être, forcément) contesté. 2- toujours de manière officielle, les pseudo-"aides" à la Grèce n'ont été imposées à ce pays que dans le seul et unique but de... sauver une nouvelle fois "vos" bq mal gérées (et dans une nettement moindre mesure, certains bq allemandes). La Grèce n'avait aucunement besoin d'"aides" mais "vos" bq françaises en avaient un besoin impérieux. C'est en tout cas la version officielle approuvée par l'eurogroupe et le fmi. maintenant, si vous ne voulez pas vous en rendre compte, c'est votre problème. "Vos" bq françaises se sont fait (comme la bce d'ailleurs) un vrai trésor de guerre sur le dos des courageux Grecs. Ca, c'est l'Histoire et la Vérité. Le reste, ce ne sont que des fake news pour gogos décérébrés. Alors : qui vit aux crochets de qui ???
Réponse de le 01/05/2017 à 9:00 :
Genre Fake news rien à dire vous êtes en première place.Incroyable vos propos digne de la propagande national socialiste qui a conduit aux partis extrémistes démocratiquement au pouvoir en Allemagne. On connait la suite pour ceux qui se souviennent des dernières guerres Européenne et mondial.
Réponse de le 02/05/2017 à 8:51 :
Pauvre de vous ! Même le fmi et l'eurozone reconnaissent et affirment officiellement (c'est écrit noir sur blanc dans leurs précédents rapports) que les aides à la Grèce ont été imposées pour garder les bq françaises hors de l'eau. Ah oui, c'est vrai : vous vous fiez à la presse française. Bon, si vous n'avez pas plus sérieux e compétent comme source, évidemment...
a écrit le 30/04/2017 à 11:09 :
"coupe dans les retraites" ? C'est la 14e (!!!!) coupe dans les retraites grecques en 7 ans. Tout ça à cause d'un eurogroupe qui n'a aucune base juridique et légale (et donc pas plus que ses diktats et juste pour sauver les banques françaises en perdition systématique (c'est la 2e fois que les Grecs sauvent les banques françaises mal gérées !!) Qui sont la es plus courageux ? Et qui sont les parasites fainéants et profiteurs ?
Réponse de le 30/04/2017 à 11:37 :
Les banques, notamment, françaises ont pris leurs pertes en Grèce, et ce sont les états qui ont pensé que ce travail de financement du système grec était facile.. Donc laissez nos banques en dehors de cette question.
Réponse de le 30/04/2017 à 15:46 :
@retraite: 1) "Selon les chiffres officiels fournis par le ministère des finances grec dans sa base de données Helios, au mois de mars 2015, la Grèce comptait un peu plus de 2,6 millions de retraités. La pension moyenne brute s’élevait à 960,66 €" dixit Le Monde. Ce chiffre est certes faible, mais j'ai aussi lu que la retraite française moyenne se situait aux alentours de 800 euros. Petite différence aussi avec la France, c'est que les Grecs sont très majoritairement propriétaires de leurs habitations (pas de loyers ridicules à payer donc). Quant au sauvetage des banques étrangères, si tout le monde en Grèce payait ses taxes et impôts, ils se sauveraient eux-mêmes pas mal :-)
Réponse de le 30/04/2017 à 17:18 :
@patrickb

Si le montant moyen de la pension brute de droit direct, tous régimes confondus, s'établit à 1.306 euros bruts mensuels en décembre 2013, la pension nette, elle, s'élève à 1.216 euros. Mais attention, il s'agit d'une moyenne du montant des pensions. Elle mélange donc tous les retraités qu'ils aient eu une carrière complète ou incomplète. Pour ceux pouvant justifier d'une carrière complète, cette moyenne monte à 1.730 euros mensuels Les pensions servies aux personnes déjà retraités ont été revalorisées de 1,3% au 1er avril 2013, tandis que l'indice des prix a augmenté de 0,69%. La pension des personnes déjà retraitées en 2012 augmente ainsi de 0,61% en euros constants dans les principaux régimes de base. A noter que la pension moyenne des retraités de 66 ans augmente de génération en génération. Ainsi, les hommes nés en 1947 ont une pension supérieure de 11% à celle des hommes de la génération 1938 au même âge et hors revalorisation légales. Ceci s'explique par des carrières plus favorables qui entrainent mécaniquement des pensions de retraite supérieures.Si l'on se concentre sur les seuls retraités de droit direct à carrières complètes, le montant mensuel moyen (brut) de la pension s'élève à 1.760 euros pour les salariés du régime général (régime de base, ne comprenant donc pas l'Arrco et éventuellement Agirc) , 2.510 euros pour les fonctionnaires civils d'Etat, 2.290 euros pour les militaires, 1.710 euros pour le MSA salariés, 2.420 euros pour les allocataires de régimes spéciaux (SNCF, RATP, Banque de France, etc.), 1.830 euros pour les fonctionnaires territoriaux, 1.060 euros pour les commerçants au RSI, 2.610 euros pour les retraités des professions libérales.La Tribune mai 2015
Réponse de le 30/04/2017 à 19:14 :
@lachose: pas du tout ce que j'ai lu et ce que mes connaissances en France me disent. 1730 euros me paraissent beaucoup. Pourrais-tu citer tes sources, car le sujet m'intéresse :-)
Réponse de le 01/05/2017 à 16:47 :
Tiens Patrickb fait de la désinformation.

J'ai vu aussi des chiffres similaires à ceux donnés par la chose.

Pourtant, cela ne manque pas les articles rappelant que le revenu moyen net des retraités français sont seulement un peu plus faibles que celui des actifs.
Cependant, il convient d'indiquer qu'une partie provient de revenus autres que ceux de la retraite par répartition.
Pour avoir des renseignement plus précis, il suffit d'aller sur le site de l'insee. J'ai la flemme d'aller vous chercher le lien internet. J'ai d'autes choses à faire.
Il convient aussi de rappeler que contrairement aux paradis capitalistes, ces chiffres ne prennent pas en compte le fait que l'assurance santé est en grande partie publique et n'est donc pas payé. Lorsque vous comparez avec les revenus des retraités d'autres pays ayant un système de santé essentiellement privé, ceux-ci doivent payer plusieurs centaines d'euros par mois supplémentaires / mois pour leur assurance santé.
Je suppose qu'en Grèce, ils ont plutôt un système de santé public mais ils doivent certainement aussi se serrer la ceinture de ce côte-là.
Réponse de le 02/05/2017 à 8:23 :
@rryv: 1) je cite Le Monde. Par conséquent si quelqu'un fait de la désinformation, c'est Le Monde et pas moi. 2) au lieu d'affirmer, donne tes sources :-)
a écrit le 30/04/2017 à 10:45 :
Pauvre peuple grec
Au lieu de faire un défaut de paiement , et renégocier la dette gigantesque du pays,du a des des interets sur interets, de la deushblank , bnp etc (cette population qui ne va jamais en prison) , le traite à la nation, Alexis Sipras, a préféré retounrer sa veste, une fois élu, et étaler cette dette au détriment de tout le peuple grec, qui meurt chez lui, faut de moyens pour se soigner.
a écrit le 30/04/2017 à 10:33 :
Personnellement je ne suis pas un économiste, mais si Mr schaubre dit que çe pays à fait des effort , je suis prêt à le croire ... Cela est un bonne nouvelle pour les zone euro et tout les créanciers de la Grece.... Maintenant espérons espérons que çe pays sorte vite de la spirale de l'endettement.... Chose importante à envisager dans beaucoups de pays europeen , France ,Italie , par exemple.... Si faire des efforts et des réforme et difficile , cela est toujours positive au génération future....
Réponse de le 30/04/2017 à 11:41 :
C'est certainement vrai que les grecs ont fait beaucoup, et que la situation est gérable actuellement. Mais je crois que tous redoutent un changement politique qui réduirait en moins de 6 mois les efforts réalisés (cela était la tendance quand Varouflakis était aux manettes). Et personnellement, je ne donne pas mandat aux dirigeants français pour dépenser les moyens de la Nation en dehors de notre territoire pour des causes humanitaires (moins sérieuses que celles de beau nombre de pays africains, comme le FMI l'avait fait justement remarquer).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :