LaTribune.fr

Edition quotidienne
du 5 mars 2015

L'analyse

La commission européenne de plus en plus keynésienne !

Si elle prône toujours la baisse du déficit, la commission admet désormais l'impact négatif des coupes budgétaires sur l'économie. Un euro de dépense publique en moins provoquerait un euro de baisse du PIB, reconnaissent les experts, s'agissant de la France. Une manière d'admettre la théorie keynésienne du multiplicateur. Cela n'empêche pas Bruxelles de préconiser une rigueur accrue.
Keynes
John Maynard Keynes (Crédits : Reuters)
Mot de passe oublié

Merci de saisir l'adresse mail fournie lors de la création de votre compte, un email vous sera envoyé avec vos informations de connexion.

Si vous ne parvenez toujours pas à accéder à votre compte, n'hésitez pas à nous faire une demande par e-mail afin de modifier les paramètres de votre compte : diffusion@latribune.fr

Retour à la page de connexion
Mot de passe oublié

Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.

Retour à la page de connexion