Innovation : la France reste le 2e pays européen qui dépose le plus de brevets

 |   |  231  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La France se place au 6e rang mondial en termes de dépôts de demandes de brevets. En Europe, en 2012, les demandes de brevets ont progressé de 5,2% par rapport à 2011. L'Asie est le continent le plus important pourvoyeur en innovations au monde.

C'est bien connu, "les demandes de brevet d'aujourd'hui sont les innovations de demain", dixit Benoît Battistelli, le Président de l'Office Européen des brevets (OEB). Et d'après l'Office, on peut rester optimiste sur la capacité de l'Europe à rebondir face à la crise et à innover. En effet, la capacité d'innovation du Vieux continent "ne cesse de progresser", selon lui. En 2012, les demandes de brevets ont augmenté de 5,2% par rapport à 2011. Ce sont ainsi 257.744 demandes qui ont été déposées auprès de l'OEB.

Les sociétés françaises plus innovatrices en 2012

Si l'on se concentre sur les demandes émanant de sociétés françaises, on observe que celles-ci poursuivent leur progression: +2,2% en 2012 comparé à l'année précédente; soit 12.159 dépôts. Au niveau européen, la France est le deuxième pays le plus actif sur ce plan. "La croissance du nombre de demandes déposées par des entreprises européennes est un signe clair que celles-ci ont décidé d'innover pour sortir de la crise économique" estime le Président de l'OEB.

L'Asie, zone la plus innovatrice au monde

Toutefois, la plus forte croissance du nombre de demandes de brevets provient du continent asiatique:  +11,1% en Chine, +9,3% en Corée et + 9,1% au Japon.

Côté entreprises, Samsung demeure l'entreprise n°1 en termes de demandes de brevets au niveau mondial, en France, Alcatel-Lucent est en tête.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2013 à 14:16 :
L?innovation ne se décrète pas, elle se cultive
Surmonter la crise, relancer l?économie et améliorer la balance commerciale de la France (67 milliards d?euros de déficit en 2012) devrait figurer dans les objectifs de tous gouvernements afin d?améliorer la situation de l?emploi.

Dans les entreprises de certains pays tels que l?Allemagne, la Finlande, la Chine, le Japon et la Corée du sud, le partage de la valeur entre les dirigeants, les actionnaires et les salariés est plus équitable que chez nous. Les inventeurs notamment, source de l?innovation technologique, reçoivent une rémunération supplémentaire en relation avec le succès commercial de leur invention. Cette reconnaissance a pour effet de stimuler fortement la créativité, donc le succès commercial des entreprises. Résultat, par exemple, pour l?Allemagne : un excédent de la balance commerciale en 2012 de 188 milliards d?Euros.

L?office européen des brevets a publié ses chiffres 2012. Dans le classement par pays des brevets déposés, les Etats-Unis arrivent en tête (24,6%), suivis du Japon (20,1%), de l'Allemagne (13,3%), de la Chine (7,3%) et de la Corée (5,6%). Les pays européens les plus dynamiques derrière l'Allemagne sont la France (4,7%), la Suisse (3,2%), le Royaume-Uni (2,6%) et les Pays-Bas (2,5%).Parmi les dix premières sociétés figurent quatre entreprises européennes, quatre asiatiques et deux américaines. Siemens et de BASF. Robert Bosch (6e) et Ericsson (9e) sont autant d'entreprises européennes qui figurent parmi les dix premiers demandeurs de brevet. Avec ZTE, une société chinoise a intégré pour la première fois ce classement, passant de la 43e à la 10e place. Aucune entreprise française dans les 10 premiers du classement. Si on regarde le classement des brevets délivrés, on constate que l?Asie hors japon reste encore loin des nations occidentales mais leur progression est fulgurante à l?image de leur nombre de dépôt. Au lieu de se réjouir de la progression des dépôts l?OEB devrait s?inquiéter de la régression de l?Europe.

On note que dans les cinq premiers déposants 4 possèdent un système « juste » de rémunération des inventeurs salariés. Bien sur, leur succès n?est pas uniquement lié à cette disposition mais elle dénote une volonté et une clairvoyance qui fait cruellement défaut à la France qui clairement se dirige vers une relégation en deuxième division. Sans une motivation des acteurs humains, les mesures de structure n?auront aucun effet. Sans grands joueurs, on a jamais de grandes équipes, quelque soit les infrastructures mises en place.

Anne Lauvergeon va présider la commission Innovation 2030 avec une mission à priori claire : dénicher et aider les innovateurs français de demain et favoriser des entreprises porteuses « d'innovation de rupture » qui se développeront en France d'ici à 2030.

La commission est composée d?un philosophe (Michel Serres), une spationaute (Claudie Haigneré), des physiciens (Mathias Fink et Jean-Claude Lehman), des économistes (Philippe Aghion, Jean Pisani-Ferry), des entrepreneurs (François Bourdoncle, Didier Lombard), et même un journaliste (Jean-Louis Caffier).

On note avec plaisir la présence de l?inventeur chercheur Mathias Fink mais aussi comme c?est d?ailleurs une triste habitude aucun inventeur issue du privé. Si les multiples rapports soulignent le manque d?implication du privé pour la recherche alors que c?est la clef du redressement industriel de la France, on constate que les gouvernements successifs oublient simplement de demander l?avis de ceux qui représentent 90% des brevets déposés en France.

Cette commission pense dénicher un Apple en France, c'est confondant de naïveté. Comme si l'innovation se décrétait sans se soucier de l'environnement qui la favorise. Apple qui a surtout repris les idées d'autres en les vendant bien a montré l?exemple de la synergie entre un inventeur surtout visionnaire et un système de financement et de reconnaissance efficace. Mais là aussi si la vision start-up est extrêmement importante, pour dénicher la pépite encore faut-il qu?elle existe. C?est plus sur le processus de création et de développement de ces sociétés qu?il faut travailler et en partenariat avec les créateurs.

Il ne faut pas non plus se voiler la face, le renouveau de l?innovation en France passe aussi par les grosses et moyennes entreprises, par un management avec une vision de l?innovation à moyen et long termes, par la fin d?un système hiérarchique d?un autre temps et son remplacement par un vrai management collaboratif. La reconnaissance et la récompense à une juste niveau de chacun à travers ses réalisations est la clef du succès.

Le temps des hauts fonctionnaires ou équivalents nommés pour diriger une entreprise avec une vision de rentabilité financière court-terme est révolu. On se rappelle la fameuse société sans usine d?un dirigeant d?Alcatel, on voit le résultat en comparaison de son équivalent Allemand de l?époque Siemens.

Une fois de plus regardons ce qui se passe en Allemagne, la majorité des dirigeants ont comme on dit en France plus de 20 années de maison et savent que la recherche et l?innovation se développent sur un terreau adapté. L?innovation ne se met en place que dans un écosystème collaboratif ou les inventeurs et les ingénieurs sont au centre d?un cercle vertueux de créativité.

Une commission qui cherche à cueillir un fruit que l?on n?a pas cultivé cela a peu de chance de succès.

a écrit le 17/04/2013 à 20:42 :
Grossière erreur : le dépôt de brevets n'a jamais été un marqueur de l'innovation !!!
L'innovation c'est l'industrialisation d'inventions ayant données lieu à des brevets.
Mais bien souvent en France on dépose des brevets dans tous les sens mais très peu sont industrialisés... si c'était le cas nous n'aurions pas 5,3 millions de chômeurs!!!
En réalité, le classement officiel de l'OMPI en 2012, organisme officiel place la France à la 64ème place mondiale et à la 27ème place européenne sur... 27 pays membres de l'UE... pas de quoi pavoiser...
Cet article est de l'intox d'OSEO digne de la Pravda !
http://www.wipo.int/econ_stat/fr/economics/gii/
http://www.wipo.int/export/sites/www/freepublications/en/economics/gii/gii_2012.pdf
a écrit le 07/03/2013 à 15:54 :
Et il faudrait bien évidemment rapporter au nombre d'habitants. Sinon quelle est la valeur de cet indicateur? Les Allemands sont 82 millions et nous 16 millions de moins ! Va-t-on maintenant aussi comparer les PIB de la France, des USA, et de la Chine par exemple, sans rapporter aux nombres d'habitants? Du pur comique!
a écrit le 07/03/2013 à 15:54 :
Et il faudrait bien évidemment rapporter au nombre d'habitants. Sinon quelle est la valeur de cet indicateur? Les Allemands sont 82 millions et nous 16 millions de moins ! Va-t-on maintenant aussi comparer les PIB de la France, des USA, et de la Chine par exemple, sans rapporter aux nombres d'habitants? Du pur comique!
a écrit le 07/03/2013 à 15:45 :
Et il faudrait bien évidemment rapporter au nombre d'habitants. Sinon quelle est la valeur de cet indicateur? Les Allemands sont 82 millions et nous 16 millions de moins ! Va-t-on maintenant aussi comparer les PIB de la France, des USA, et de la Chine par exemple, sans rapporter aux nombres d'habitants? Du pur comique!
a écrit le 07/03/2013 à 15:32 :
Et il faudrait bien évidemment rapporter au nombre d'habitants. Sinon quelle est la valeur de cet indicateur? Les Allemands sont 82 millions et nous 16 millions de moins ! Va-t-on maintenant aussi comparer les PIB de la France, des USA, et de la Chine par exemple, sans rapporter aux nombres d'habitants? Du pur comique!
a écrit le 07/03/2013 à 15:31 :
Et il faudrait bien évidemment rapporter au nombre d'habitants. Sinon quelle est la valeur de cet indicateur? Les Allemands sont 82 millions et nous 16 millions de moins ! Va-t-on maintenant aussi comparer les PIB de la France, des USA, et de la Chine par exemple, sans rapporter aux nombres d'habitants? Du pur comique!
a écrit le 07/03/2013 à 8:31 :
comme quoi on en aurait toujours pour son argent avec ce crédit d'impôt recherche le plus généreux au monde . Le problème est que nous avons aussi les systèmes de retraite et d'indemnisation chomage aussi dans les plus généreux au monde . Et là aussi , nous en avons pour notre argent avec beaucoup de jeunes retraités et beaucoup de chômeurs ...
a écrit le 07/03/2013 à 6:33 :
déposer un brevet c'est bien,mais après quoi faire avec ? La France n'arrive plus à rien
exporter (ou mal vendre) alors ça sert à quoi ? Le suisses sont le no. 1 en Europe et savent bien les appliquer et vendre.Allez vous informer mieux en lisant la presse etrangère!!!!!!
Réponse de le 07/03/2013 à 13:16 :
Ben on en fait des voitures à moteur diesel avec des tas de gadgets électroniques qui ne servent à rien et puis un jour ... plouf !
a écrit le 07/03/2013 à 0:16 :
Excellente nouvelle mais qui ne portera ses fruits que dans quelques années malheureusement.
a écrit le 06/03/2013 à 23:22 :
Je ne sais pas si on peut mesurer la capacité d'innovation d'un pays ou d'une entreprise par le nombre de brevet déposé puisque le facteur culturel est déterminant. Aux usa, on peut poser un brevet sur n?importe quoi voire même sur un concept existant, le nombre de brevet déposé par une entreprise devient un argument commercial même si les brevets ne sont que du vent. Au japon, on adore les gadgets qu'ils soient utiles ou pas. Au contraire, je ne vois pas les allemands déposer un brevet si il n'y a pas quelque chose de derrière.
a écrit le 06/03/2013 à 22:12 :
comment peut-on écrire un tel article sans mentionner le premier pays européen ?

Venant de Là Tribune dont je suis lecteur assidu depuis de nombreuses années, ça me déçoit beaucoup.
a écrit le 06/03/2013 à 20:47 :
Selon les derniers Rapports très récents publiés au 2ème semestre 2012 INSEAD/OMPI
et IUS, Innovation Union Scoreboard 2011, Europa
La France est classée écroulée 64ème mondiale et 27ème européenne en matière d?efficacité de l?innovation?Voici un lien qui regroupe les liens directs vers les 2 rapports cités, celui de l?INSEAD/OMPI et celui d?Europa :
http://www.sylevra.com/la-france-a-mal-a-son-innovation.htm
Réponse de le 07/03/2013 à 12:23 :
En consultant ce site on constate que ce classement, est pour le moins étrange, voici les pays classés premiers ... : Les dix premiers pays selon l?indice mondial de l?efficacité de l'innovation
Chine
Inde
République de Moldova
Malte
Suisse
Paraguay
Serbie
Estonie
Pays-Bas
Sri Lanka
Ces pays ne sont pas spécifiquement connus pour leurs innovations industrielles ou autres ...
a écrit le 06/03/2013 à 20:45 :
Beaucoup auront compris, le premier pays a deposer des brevets de qualite en Europe sont les allemands. Les japonais sont aussi tres bien places,les asiatiques sont tres innovants d'ailleurs et enregistent beaucoup de patentes. Pendant que certains pays demandent de deposer des brevets les allemands les ont deja deposes. Vive la langue de bois du journal francais la Tribune.
Réponse de le 07/03/2013 à 3:54 :
Non seulement ils sont 1 er mais en plus ils en deposent 2 fois plus !
C vrai aussi que beaucoup de brevets ont un objectif juridique.
a écrit le 06/03/2013 à 18:57 :
Déposer des brevets, c'est bien, mais le problème, c'est la suite ! Et là, en France on vous pose de nombreux obstacles administratifs, fiscaux et même moraux, car créer une start-up, c'est vouloir s'enrichir... INADMISSIBLE !!!
Réponse de le 06/03/2013 à 19:31 :
C'est là que le mouvement des Geonpis revient poindre le nez, si vous ne trouvez pas d'investisseurs pour cause de taxation trop importante à la cession des actions et ben vous pouvez développer tous les brevets du monde... vous ne les exploiterez pas sans investissement -
a écrit le 06/03/2013 à 17:21 :
Ok noté... la France est trés administrative comme tout le monde le sait... mais combien de brevets sont financé et valorisé ... ? cà serait intéressant de connaitre le classement dans ce cas de figure ...?
a écrit le 06/03/2013 à 17:15 :
si seulement nous n étions pas gouvernés par des idiots des incapables et des faignants la France serait une puissance économique de premier plan
Réponse de le 06/03/2013 à 19:14 :
Vous pourriez rajouter a votre liste les mauvais eleves en orthographe...
Réponse de le 05/04/2013 à 11:59 :
@DRRW : +1000
a écrit le 06/03/2013 à 17:12 :
Le problème n'est pas de déposer les brevets mais combien de ces brevets débouchent sur une innovation (un produit issu du brevet)
a écrit le 06/03/2013 à 17:04 :
Ce type de discours sur les brevets et d'un ringard total. Il était valable du temps des pays en developpement et il l'est toujours pour ces derniers, mais pas pour la France. Pourquoi ? Le classement de la performance se fait par la lecture de celui des entreprises dans le Fortune Global 500. Le rythme de progression de ces géants face au reste du monde en terme de chiffre d'affaire laisse augurer que l'essentiel des autres entreprises vont disparaître, ce qui est en train de se faire. On semble croire qu'une entreprise de 2 personnes pourrait remplacer une autre de 50 mais ce n'est pas le cas on le voit bien. Lorsque l'on cesse de se cacher derrière son petit doigt le constat devient limpide. Des lors ces grandes entreprises achètent tout brevet car sont seules capables de son exploitation. Il est en effet inutile de developper un brevet si sa mise en oeuvre est impossible financièrement. La lecture de ces classements, simple indicatif lointain, n'a plus aucune valeur pratique. Au surplus un des moyens d'éviter d'être copié est souvent de ne pas déposer de brevet. De la même manière l'on ne peut confondre un brevet stratégique et celui du dessin d'une pelle à tarte. Evitons les discours simplistes.
a écrit le 06/03/2013 à 16:28 :
J'avais entendu dire que les japonais brevetaient souvent des idées, pas des réalisations. Le jour où l'idée débouche, se réalise, ouf, protégé.
Aux USA, je crois qu'on peut breveter n'importe quoi même déjà existant, il suffit juste que quelqu'un ne l'ai pas déjà protégé (et allonger les $$).
Racheter une entreprise en difficulté pour récupérer ses brevets, ça semble intéressant pour certains. Le nerf de la guerre.
Réponse de le 06/03/2013 à 19:27 :
>> Racheter une entreprise en difficulté pour récupérer ses brevets, ça semble intéressant pour certains. Le nerf de la guerre.

=> Pas qu'aux USA, comment croyez vous que les brevets de carte à puce de Gemplus ont quitté la France? Et ce n'est pas un cas isolé, loin de là -
Réponse de le 07/03/2013 à 8:41 :
Les brevets de Gemplus n'ont jamais quitté la France !
a écrit le 06/03/2013 à 16:03 :
Samsung ne demeure pas première entreprise à déposer des brevets, elle a atteint le premier rang en 2012, ce n'était pas le cas en 2011.
a écrit le 06/03/2013 à 15:48 :
" C'est bien connu, "les demandes de brevet d'aujourd'hui sont les innovations de demain", dixit Benoît Battistelli, le Président de l'Office Européen des brevets (OEB) " ---- Il est marrant le Monsieur ! Pas loin de 80% des demandes de brevet ne constituent pas une innovation... !
Réponse de le 06/03/2013 à 17:01 :
Effectivement, le nombre des demandes de brevet n'est pas un gage d'innovation puisque les innovation process ou procédé de fabrication sont souvent et généralement gérdées dans un régime de SECRET ... le nombre des demandes de brevet n'est pas un gage de crédibilité, de très nombreux brevets qui "ne tiennent pas" souvent contestables sont aussi souvent contestés ... d'autres violés ou contournés très habilement assez longtemps pour déstabiliser des détenteurs (affaires Apple Samsung) etc ...
Réponse de le 06/03/2013 à 17:17 :
Oui, surtout que nous sommes dans une phases technico-récéssinniste, la performance détruit des emplois comme la IT le fait à grande échelle. On pourra enfin parler des faux emplois, ces travailleurs inutils à l'industrie, sauf aux stratégies de concentration des populations sur les villes par les états, mais aussi de la fausse technologie destinée à ralentir l'innovation. Le procédé n'est pas nouveau : notre pays qui a inventé 3 fois l'automobile ne l'a jamais mise en oeuvre, persuadé qu'il s'agissait avec la mécanisation, d'instruments de guerre. Louis XIV a ainsi bloqué en Chine un religieux inventeur français pour éviter ce phénomène. La technologie de retardement dite fausse technologie a marqué le dernier siècle posant à nouveau la question des méfaits du progrès ... ou le contraire.
Réponse de le 06/03/2013 à 17:30 :
Exactement, le taux de réussite, c.à.d. le nombre de demandes déposées divisé par le nombre de vrai projets (produits) qui en résultent (et qui en plus créent un marché et/ou de l'emploi) est devenu très faible. Le dépôt de brevet est devenu une arme préventive juridique qui aujourd'hui sert plus à empêcher l'innovation chez le concurrent qu'autre chose.
Réponse de le 06/03/2013 à 18:08 :
Oui Corso, le progrès technique commence souvent par détruire des emplois. Rappelez-vous l'invention des machines à tisser et la révolte des canuts qui s'en suivit... Mais, il faut dépasser cet obstacle !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :