Le check-up des banques par la BCE : une arme à double tranchant

La Banque centrale européenne (BCE) a dévoilé la méthodologie qu’elle emploiera pour évaluer la solidité des principales banques de la zone euro. Un exercice destiné à rassurer enfin les investisseurs, mais qui pourrait se révéler vain, en l’absence d’accord sur un mécanisme de résolution unique des crises bancaires.
Christine Lejoux

4 mn

La BCE exigera des 128 banques qui seront sous sa supervision unique qu'elles affichent un ratio de solvabilité de 8%, au moins. REUTERS.
La BCE exigera des 128 banques qui seront sous sa supervision unique qu'elles affichent un ratio de solvabilité de 8%, au moins. REUTERS. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le bilan de santé du secteur bancaire européen, que la BCE (Banque centrale européenne) s'apprête à effectuer, "renforcera la confiance du secteur privé dans la solidité des banques de la zone euro", a affirmé Mario Draghi, le 23 octobre, à l'occasion de la présentation de la méthodologie de ce "check-up."

Le président de la BCE semble très sûr de son fait. Trop, peut-être. Il est vrai que la BCE a sorti l'artillerie lourde, pour mener à bien sa revue de la qualité des bilans des 128 banques qui se trouveront sous sa supervision unique à partir de novembre 2014, dans le cadre du projet d'union bancaire européenne.

 Dès le mois prochain, et jusqu'en octobre 2014, l'institution francfortoise passera au tamis l'actif et le passif de ces établissements, qui représentent 85% des actifs bancaires de la zone euro. Et parmi lesquels figurent treize banques françaises, dont BNP Paribas, la Société générale, le Crédit agricole, le groupe BPCE, la Banque Postale, le Crédit Mutuel, mais également Bpifrance - la Banque publique d'investissement -, ainsi que Banque PSA Finance et RCI Banque, les filiales de crédit des constructeurs automobiles PSA et Renault.

 Les prêts nantis d'arriérés de plus de 90 jours assimilés à des créances douteuses

 Liquidités, sources de financement, effet de levier (endettement)… La BCE va passer au peigne fin tous les risques susceptibles de peser sur les banques. Elle assure ne rien vouloir laisser au hasard non plus concernant leurs portefeuilles d'investissement - notamment leur exposition aux dettes souveraines - et leurs engagements auprès des ménages et des entreprises.

 Au sujet des crédits, justement, la BCE utilisera un critère particulièrement sévère, puisqu'elle considèrera les prêts nantis d'arriérés de plus de 90 jours comme des créances douteuses. Voilà qui pourrait faire mal aux banques espagnoles, italiennes et portugaises, qui font déjà face à un cumul de 250 milliards d'euros de pertes potentielles sur des prêts aux entreprises, selon le Fonds monétaire international (FMI). Et que dire des banques slovènes, dont les créances douteuses s'élèvent à près de 8 milliards d'euros, au total, soit 22,5% du produit intérieur brut du pays !

 Les banques devront afficher un ratio de solvabilité de 8%

 Stricte, la BCE l'est également au chapitre de la solvabilité, les 128 banques en question devant afficher un ratio de fonds propres durs de 8% au moins. Et cette exigence pourrait se durcir lorsque l'établissement de Francfort soumettra les banques à des « stress tests » en 2014, afin d'éprouver leur capacité de résistance à d'importants chocs économiques et financiers, a-t-il prévenu.

Certes, le ratio de solvabilité aurait pu être plus élevé encore, au niveau de la future règlementation internationale de Bâle III, par exemple, qui fixe un seuil de 9,5%. Mais, d'ores et déjà, cinq à dix banques risquent d'échouer à l'examen de santé mené par la BCE, et de devoir lever au total 50 milliards d'euros, préviennent les analystes de Morgan Stanley.

 La dernière chance de réconcilier les investisseurs avec les banques européennes

 Si la BCE promet d'être aussi pointilleuse dans son état des lieux des 128 banques bientôt sous son autorité, c'est parce qu'après la crise des dettes souveraines dans la zone euro, il s'agit là « de la troisième et de la dernière chance de restaurer la confiance (des investisseurs dans le secteur bancaire européen) », a récemment averti Jörg Asmussen, membre du directoire de l'institution de Francfort.

 La troisième et dernière chance, parce que les deux séries d'évaluation de la solidité des banques, menées ces dernières années par l'Autorité bancaire européenne (ABE), avaient très largement sous-estimé l'exposition des banques irlandaises et espagnoles, notamment, à un marché immobilier en chute libre, lequel les a entraînées, ainsi que leurs pays respectifs, dans une crise profonde.

 Toujours pas d'accord sur le mécanisme de résolution unique

 Le hic, c'est que le souci de la BCE de faire toute la lumière sur les bilans des banques européennes risque de se retourner contre ces dernières. Car à quoi sert de dévoiler des failles si l'on n'a pas les moyens de les combler, sinon à renforcer la défiance des investisseurs à l'égard du secteur bancaire européen ? Des investisseurs qui ont d'ailleurs sanctionné les cours de Bourse des banques de la zone euro par une baisse de 2%, en moyenne, mercredi, en séance.

 Il faut dire que la BCE ne dispose pas - en tout cas, pas encore - d'un traitement à administrer aux banques malades, les ministres des Finances de l'Union européenne n'étant toujours pas parvenus à s'entendre sur le second pilier de l'union bancaire européenne (après la supervision unique). A savoir la création d'un mécanisme de résolution unique, chargé de renflouer ou de liquider les établissements en difficulté.

Christine Lejoux

4 mn