Litige américain : le patron de BNP Paribas se dit "très confiant"

 |   |  311  mots
BNP Paribas a provisionné 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre 2013 pour ce litige. REUTERS.
BNP Paribas a provisionné 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre 2013 pour ce litige. REUTERS. (Crédits : Reuters)
BNP Paribas continue à discuter avec les autorités américaines de ce litige relatif à des transactions en dollar, qui pourrait coûter une lourde amende à la banque.

Le directeur général de BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé, a affiché mercredi sa confiance face aux sanctions que la banque française encourt aux Etats-Unis pour des paiements en dollars réalisés dans des pays soumis à un embargo américain. "Je suis très confiant dans la capacité de la banque (...) à gérer cette situation, qui est évidemment difficile", a déclaré M. Bonnafé, lors de l'assemblée générale du groupe.

BNP Paribas continue à discuter avec les autorités américaines de ce litige portant sur des transactions en dollar potentiellement illégales au regard du droit américain, a précisé le directeur général de BNP Paribas : "Les discussions se poursuivent naturellement (...) Nous avons fait évoluer tout notre dispositif de contrôle pour nous assurer que ce type de manquement ne pourrait pas intervenir à l'avenir."

"C'est une situation qui est évidemment difficile, mais, pour des raisons juridiques, je ne peux pas vous apporter davantage de commentaires. Le conseil d'administration est (...) et sera bien entendu régulièrement informé des développements sur ce sujet (...) Nous sommes extrêmement mobilisés pour gérer cette situation qui est très particulière et très compliquée", a-t-il ajouté. Le dirigeant a souligné qu'il était impossible de communiquer un calendrier pour la suite de l'évolution de cette procédure.

BNP Paribas a provisionné 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre 2013 pour ce litige mais a prévenu le 30 avril qu'une éventuelle amende pourrait largement dépasser ce montant. Le Financial Times et la presse américaine avaient avancé mercredi le montant de 3,5 milliards de dollars.

Depuis 2010, les enquêteurs cherchent à déterminer si la banque française a contourné les règles américaines d'embargo entre 2002 et 2009 dans le cadre d'activités de financement, notamment dans le négoce de matières premières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2014 à 12:20 :
On s'en fout qu'il soit confiant. Ce qui nous importe, nous, clients de cette banque, c'est que toutes ces amendes et autres pénalités fragilisent la banque. La responsabilité de ses dirigeants c'est de ne pas mettre la banque dans une telle situation. A quoi ça sert de percevoir un salaire annuel de plus d'un milllion d'euros???
a écrit le 15/05/2014 à 10:19 :
Ouf on a eu chaud les gars, BNP Paribas ne devra pas se faire renflouer par ses actionnaires...purée et moi qui croyait que cette banque avait une haute appréciation du risque...Bon résumons en ce qui concerne les banques françaises: Crédit Lyonnais en son temps : faillite, Natixis pas loin, Dexia faillite, Crédit Agricole et SocGen pas loin d'une très grosse recap (merci la BCE) etc… etc… et la fameuse autorité de contrôle prudentiel français qu'a-t-elle fait ? Que fait Noyer avec ses copains d'école ou de promo ? Qu’ont fait ses prédécesseurs? Et on charge, sauf erreur, une française venant de cette « autorité » à la BCE pour contrôler les banques européennes, les systémiques comme on dit, une dure à cuire parait-il, mais là STOP car on a peur, très peur à juste titre.
a écrit le 15/05/2014 à 9:40 :
Nous sommes naïfs dans ces questions. Il ne s'agit pas de s'opposer à GE sur le dossier Alstom, mais d'engager des procédures en France contre tous les groupes Américains pratiquant "l'optimisation fiscale" de manière à regagner un peu d'équilibre dans les rapports évidemment de force.
a écrit le 14/05/2014 à 23:22 :
Pour en remettre une couche: Signer un accord de libre-échange avec ce pays? Certainement pas, les US , c'est ultra-libéralisme, impérialisme, un pays procédurier, paradis des avocats, justice "pro-américaine" etc...etc...Même pas besoin d'être anti-américain primaire pour se rendre compte que faire du commerce avec ce pays selon leurs conditions nous mènera à la ruine.
a écrit le 14/05/2014 à 23:13 :
Le problème vient de transactions en dollars vers des pays sous embargo américain, même pas émises à partir des US... La France est un pays souverain(en principe) qui ne devrait pas avir à se conformer aux embargos (Diktat) américains. Si les US ne veulent pas qu'on utilise leur monnaie (de singe), nous en serions fort contents.. Et que fait l'Europe dans ce domaine? Nos euros valent bien les dollars, ils valent même 30% plus...
a écrit le 14/05/2014 à 19:39 :
Sommes nous toujours indépendant? Devons nous subir le diktat des USA et de ses multinationales? Tout ceci laisse augurer de ce qui se passera en pire en cas de ratification du traité USA UE
a écrit le 14/05/2014 à 18:41 :
Je serai son conseiller en communication , je lui dirai de se taire...l'arrogance française est extrêmement mal vue outre atlantique...
Réponse de le 14/05/2014 à 23:08 :
L'arrogance americaine est egalement mal vue ici.lol
Réponse de le 15/05/2014 à 10:17 :
Pour emoi, un français doit se soumettre à ses maîtres, les banksters de wall street ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :