Le nombre de faillites d'entreprises continue d'augmenter

En progression de 1,5% sur les douze derniers mois par rapport aux douze mois précédents, les défaillances concernent surtout les secteurs des activités financières et des assurances, de l'hébergement et de la restauration. Mais l'industrie est de moins en moins touchée.

1 mn

Le recul du nombre de défaillances dans l'industrie s'est confirmé en août avec une baisse de 0,9% du nombre de faillites enregistrées en douze mois, par rapport aux douze mois précédents.
Le recul du nombre de défaillances dans l'industrie s'est confirmé en août avec une baisse de 0,9% du nombre de faillites enregistrées en douze mois, par rapport aux douze mois précédents. (Crédits : Reuters)

En un an, 63.149 entreprises se sont retrouvées en cessation de paiement. Leur nombre a progressé de 1,5% sur douze mois à fin août en glissement annuel, par rapport aux douze mois précédents, a annoncé la Banque de France dans son rapport mensuel, jeudi 9 octobre.

Le rythme d'accumulation des défaillances a légèrement progressé par rapport à juillet. De juillet 2013 à juillet 2014, un total de 63.168 cas avaient été enregistrés, 1,4% de plus qu'au cours des douze mois précédents.

Les assurances souffrent, l'industrie va mieux

Le nombre de faillites a augmenté dans les secteurs des activités financières et des assurances (+11,5%), de l'hébergement et restauration (+5,1%). Les transports et entreposages ont également été touché avec une hausse de 3,5%.

Selon la Banque de France, la tendance s'est inversée dès juillet dans l'industrie, pour la première fois depuis février 2013. Le recul du nombre de défaillances dans ce secteur s'est confirmé en août avec une baisse de 0,9% du nombre de faillites enregistrées en douze mois, par rapport aux douze mois précédents.

Les secteurs de l'informatique et de la communication sont en meilleure forme également puisqu'ils connaissent une réduction d'entreprises en cessation de paiement de 1%.

Augmentation des défaillances des micro-entreprises

La Banque de France a souligné par ailleurs que les défaillances concernent surtout les micro-entreprises, (9 cas sur 10), et qu'elles augmentent dans cette catégorie. Le nombre de cas est stable pour les autres PME, et nettement en baisse pour les sociétés de plus grande taille.

1 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 10/10/2014 à 16:44
Signaler
Cet article, c’est presque du n’importe quoi ! Celui qui l’a écrit n’y connaît rien en économie puisque déjà, statistiquement, 2 entreprises sur 3 nouvellement crée ferment deux ans après leur création. On se retrouve déjà à 6-7 entreprises sur...

à écrit le 09/10/2014 à 20:44
Signaler
Pas étonnant. La France sera bientôt un pays sans entreprises, sans emplois, et sans riches (puisqu'ils seront partis comme moi, ou devenus pauvres par la grâce du gouvernement socialiste). Nicolas Sarkozy 2017 et vite !

à écrit le 09/10/2014 à 18:10
Signaler
Il faut bien faire le constat dece que les CCI et leurs dépendances les Greffes de Commerce ont à leur lourd passif ces déclins infernaux du commerce et de l'industrie

à écrit le 09/10/2014 à 17:27
Signaler
En nombre de faillites d'entreprises la France cartonne.

le 09/10/2014 à 18:22
Signaler
@Elliot: tu compares par rapport à qui et à quoi ? ou peut-être affirmes-tu sans avoir de chiffres solides :-)

à écrit le 09/10/2014 à 17:00
Signaler
Ce gouvernement n'est fait que de discours et de promesses jamais tenus . ils ne sont pas capables de voir ce qui se passe dans le vrai monde Le tout c'est de ne jamais toucher à son électorat

à écrit le 09/10/2014 à 16:47
Signaler
ces défaillances d'entreprises sont un mauvais signe pour les rentrées des caisses sociales.peut etre faudra t il encore augmenter les cotisations pour combler les déficits,c'est un cercle vicieux

à écrit le 09/10/2014 à 15:49
Signaler
il en reste ??

à écrit le 09/10/2014 à 15:47
Signaler
La récession cachée en cours depuis 2008 montre ses effets. C'est tout. Pourquoi s'affoler..??

à écrit le 09/10/2014 à 15:02
Signaler
Les TPE n'ont droit à aucune faveur ni des Banques ni du CICE et une fragilité à n'être payées qu'à 60 ou 90 jours au lieu de 30, donc elles meurent plus facilement. What did you expect ?

le 09/10/2014 à 15:44
Signaler
60 jours est encore acceptable, lorsque l'on gère bien sa trésorerie. A condition de savoir ce que c'est... Sinon, pensée triste aux "fournisseurs" de la "grande" distribution... Les pauvres.

le 09/10/2014 à 18:20
Signaler
@revanchard: 90 jours quand on a de la chance, car souvent il faut faire plusieurs rappels avant d'être payé :-)

à écrit le 09/10/2014 à 14:17
Signaler
Tu n'as même pas gagné 1 centime qu'on vient te matraquer d'impôt, de taxes, .. Quand tu as gagné 1 euro, l'état t'en pique combien,, je vous laisse deviner????? Puis, après on vient nous expliquer que ça va mal et que les entreprises/pme/ etc.. fe...

le 09/10/2014 à 19:22
Signaler
Le Tabac,est un bon exemple du lobbying. quand on constate que la réduction de l'espérance de vie est prise en compte pour diminuer les versements de retraite on hallucine Mais nous méritons le châtiment car nos suffrages ont été mauvais?

le 09/10/2014 à 21:31
Signaler
ce gouvernement est contre les gens qui travaille ,preuve si vous travaillez vous paierez des impots !!!!mais si vous ne faites rien on s'ocupe de vous !!!!nourrie loge grace aux idiots comme nous et en plus la cmu pour avoir de belle dents sans avoi...

à écrit le 09/10/2014 à 14:15
Signaler
Enfin un indicateur qui progresse !

à écrit le 09/10/2014 à 14:14
Signaler
Les faillites ont commencées bien avant l'élection du président !

à écrit le 09/10/2014 à 14:07
Signaler
My goverment is pro bussiness,but my président is not.Donc c'est bon pour les liquidations judiciaires

à écrit le 09/10/2014 à 13:54
Signaler
Merci Flamby.

à écrit le 09/10/2014 à 12:54
Signaler
Aussi longtemps que le matraquage fiscal sera aussi violent, les entreprises disparaitront les unes après les autres. Cela fait les beaux jours du chômage qui prend l'ascenseur.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.