La ville de Montreuil aura bientôt sa monnaie

 |   |  784  mots
Les monnaies locales se développent en France
Les monnaies locales se développent en France (Crédits : DR)
Troisième ville de banlieue parisienne, Montreuil aura en novembre sa propre monnaie, la "pêche"

A partir du mois de novembre, les habitants de Montreuil (Seine-Saint Denis) pourront payer en "pêches" plutôt qu'en euros chez une trentaine de commerçants volontaires, une première expérience de monnaie locale en Ile-de-France qui donne déjà des idées à ses voisins.
"Ici on a la Pêche!", voilà le slogan qui s'affichera sur la vitrine des boutiques participantes, signalant aux Montreuillois qu'ils peuvent venir y dépenser leurs billets libellés en pêches, explique Bastien Yverneau, responsable de l'association Montreuil en Transition, à l'origine du projet.

Inciter à consommer local

Pour tenter l'expérience, il faudra se rendre à l'office de tourisme ou à la mairie, afin échanger ses euros contre ces billets, au graphisme réaliste et imprimés sur papier sécurisé.
Le but: inciter à consommer local, chez les petits commerçants plutôt que dans les grandes chaînes, et sans passer par le circuit bancaire, donc sans "participer à la spéculation ou alimenter les paradis fiscaux", souligne Bastien Yverneau.
Un discours qui a reçu un écho favorable à la mairie de Montreuil, dirigée depuis 2008 par l'écologiste Dominique Voynet.

Une subvention de 30.000 euros devrait être votée lors du prochain conseil municipal, le 26 septembre, pour aider au démarrage du projet (frais d'impression des billets, mise en place de points de change des euros en pêches, etc.).
"La question de la relocalisation de l'économie fait évidemment partie de nos principes, de nos ambitions", souligne Florence Fréry, maire adjointe au développement économique et à l'emploi.


Centres municipaux de santé

Au delà de ce soutien financier, la ville souhaite aussi être "prescripteur", explique l'élue. Les habitants pourront ainsi payer en pêches dans les centres municipaux de santé et les centres de quartier, une première pour une monnaie locale en France.
Cette implication donne de l'ambition à ses créateurs, qui voient déjà la pêche en pionnière d'une monnaie alternative de dimension régionale.

Contacté par des associations du XIème arrondissement de Paris et du Val-de-Marne, Bastien Yverneau leur propose ainsi "de reprendre notre projet, clé en main, pour qu'ils n'aient pas repartir de zéro et puissent lancer la pêche en trois mois".
 Si les monnaies complémentaires fleurissent en France, avec une vingtaine d'initiatives en quelques années, à Toulouse, à Romans-sur-Isère ou au Pays basque, elles restent très marginales, avec "au mieux un millier d'utilisateurs", observe Jérôme Blanc, maître de conférence en sciences-économiques à Lyon II.

Des commerces alternatifs a priori favorables


Mais à Montreuil, la pêche trouve "un ecosytème favorable", affirme Montreuil en Transition.
 La troisième ville la plus peuplée de la banlieue parisienne, avec un peu plus de 100.000 habitants, compte en effet un tissu associatif très dense, un niveau élevé de participation citoyenne, et plusieurs commerces alternatifs emblématiques, tels que les supermarchés coopératifs des Nouveaux Robinsons.
Tout se jouera dans la capacité à recruter au-delà des commerçants, à convaincre des médecins, des plombiers, ainsi que les fournisseurs des commerçants, de se laisser payer en pêches, estime Bastien Yverneau.

Pour l'instant, le projet n'en est pas là. Quelques enseignes ont déjà donné leur accord, dont la librairie Folies d'Encre, dans le centre commercial de la Croix de Chavaux, mais la majorité des commerçants rencontrés n'est pas au courant de l'initiative. Tout au plus en ont-ils entendu parler par un voisin, ou ont-ils reçu un prospectus, mais le mécanisme du projet reste flou.
Farid Aït Slimane, gérant du bar restaurant de quartier Harmony, dans le Bas-Montreuil, attend de voir pour se lancer: "Cela dépendra du succès rencontré. Je suis commerçant; si les gens jouent le jeu, je vais jouer le jeu".

Ne pas jongler avec trois monnaies

De l'autre côté de la rue, au Manhattan, la pêche a moins bonne presse. "On reste à l'euro, c'est plus sûr", lâche le patron, Aissa Bouarroudj. Ses clients sont plus loquaces: "On a déjà assez de pièces dans la poche, on ne va pas jongler avec trois monnaies", s'exclame Jean.
Un scepticisme que partage Grégory Micheletti, propriétaire de quatre commerces sur la rue de Paris: "L'économie réelle, elle n'est pas locale", estime-t-il, donnant l'exemple de ses fromages, livrés en direct depuis les Cévennes et le Gers.

Le projet est "rigolo" et "fera parler de Montreuil", mais à l'heure où les commerçants courent après la trésorerie et où les particuliers jonglent avec le débit différé de leur carte bleue, la pêche "ne s'adresse qu'à la population la plus aisée", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2013 à 16:46 :
L'analyse est bonne: mettre fin au monopole de l'euro qui ne profite qu'au secteur financier (avec des intérêts, frais et commissions élevés car sans concurrence). La solution est mauvaise: recréer une monnaie centralisée est couteux ne résoudra pas les problèmes. Il vaudrait mieux s'appuyer sur un logiciel libre (gratuit) et mondial comme bitcoin. Les échanges locaux seront favorisés car un logiciel libre se déploit de manière virale et parce que la logique financière est brisée par la monnaie "valeur" qu'est bitcoin.
a écrit le 24/09/2013 à 11:58 :
Les monnaies locales sont légales, mais la monnaie officielle qui a court reste l'Euro. Cependant ces "monnaies" sont des petites fantaisies d'elus qui coutent très chers qui sont la généralement utilisées pour du blanchiment et de la fraude fiscale.
a écrit le 23/09/2013 à 17:01 :
Inventer une monnaie est amusant, sans plus. Voir le bitcoin, rien de plus bocal, aussi. Sauf que vous l'indexez sur quoi, votre truc..?? Au Zimbabwe, ils sont passé au dollar... En Bretagne, je sens que je vais inventer le Choux-fleur. En le mettant en batterie, ça devrait donner un max.
a écrit le 23/09/2013 à 7:37 :
Vous n'avez plus d'argent dans vos caisses! Vous souhaiteriez battre monnaie mais, à cause de l'Europe, vous ne pouvez plus!
Inventez en une et ruinez votre ville!

Je vais inventer une nouvelle monnaie: le flansoc : 1 flansoc = 0,01 EUR. La variation est de 10% en fonction de la côte de popularité des socialistes!

M'enfin si ça arrivait à Lyon, j'échange 1 Euro contre 100 de leur monnaie de merde!
Quant au très judicieux commentaire de vert pomme... vous connaissez le proverbe: "Femme au volant.... "! Ce n'est donc pas une surprise!
a écrit le 22/09/2013 à 23:00 :
Question subsidiaire : en terme de comptabilité, comment son rempli les déclarations de tva, etc : en pêches ? Ne s'agissant d'une monnaie ayant cours légal, la conversion en euro est obligatoire et dans ce cas, bonjour la double comptabilité !! Sinon, c'est du troc organisé avec non paiement des taxes afférentes aux échanges commerciaux, et là, c'est aux services fiscaux d'aller mettre leur nez dans cette organisation !!
a écrit le 22/09/2013 à 22:54 :
Après Cécile Duflot qui veut jouer au constructeur d'immeubles, Dominique Voynet veut battre monnaie : elles feraient mieux de jouer au Monopoly ensemble cela couterait moins cher aux contribuables !!
a écrit le 22/09/2013 à 22:49 :
Un Office de Tourisme à Montreuil ?!! .. y a quoi à faire à Montreuil ? Je n'y avais pas pensé, mais pour un prochain voyage...
a écrit le 22/09/2013 à 18:38 :
il sont mignons, ils ont vraiment du "fric à foutre en l'air", certains rêveurs font ça à Berlin,
Le taux de change sera sur l'euro ou la roupie ?
a écrit le 22/09/2013 à 18:19 :
Une initiative pour attirer les bobo et avoir leur bulletin de vote, alors que Montreuil manque cruellement d'energie entre le bas de Montreuil bobo et le haut, pauvre...ville divisee en deux, ou les deux mondes s'evitent.
a écrit le 22/09/2013 à 18:04 :
seuls les états ont le droit de frapper "monnaie", .les gens n'ont pas encore compris que la fiat monnaie décrétée par le pouvoir, non adossée à l'or ou argent métal finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque C.A.D .zéro tenter d'y échapper en faisant la même chose abouti au même résultat que cela s'appelle la pèche, la gourde ,le sesterce ou le nirvana.C'est la notion de monnaie qui n'est pas comprise ni connue,les cours d'économie primaire ne sont pas à l'ordre du jour de l'éducation nationale
Réponse de le 23/09/2013 à 8:13 :
Sans vouloir défendre aucunement cette initiative qui me semble un peu en limite de légalité, voudirez vous m'expliquer en quoi une monnaie qui est une unité d'échange devrait être appuyée sur l'or, l'argent ou le crottin de chameau? Que sa valeur dépende de votre capacité à imprimer ou du contenu de votre sous sol ne paraît pas plus rationnel en terme de capacité d'échange d'une unité de monnaie. Navré d'avoir dormi pendant les cours d'économie primaire....;-)
a écrit le 22/09/2013 à 17:04 :
Et les billets de Monopoly ? Ils n'y ont pas pensé ? Dommage car ils étaient déjà imprimés : 30 000 euros d'économie que la Maire de Montreuil va certainement avoir à coeur de rembourser...aux gogos qui auront marché !
a écrit le 22/09/2013 à 16:26 :
Dans un an , tout cela aura disparu car ingérable.
De plus, 30 000 ? (dans un premier temps ) dépensé pour cette opération n'est pas négligeable. Avec cet argent ,on aurait pu loger des SDF ou réhabiliter des logements insalubres.
Comme quoi Montreuil sous Bois a de l'argent à perdre.
a écrit le 22/09/2013 à 16:02 :
Une subvention de 30000 euros , une bagatelle pour une ville ultra riche ! je crois me souvenir d'un stade ou d'un mur des "grands pechers" , mais bof !
a écrit le 22/09/2013 à 13:04 :
petit rappel de droit ' l'euro a cours LEGAL et FORCE'; en clair les gens qui battent une autre monnaie sont des faux monnayeurs, passibles de la perpetuite; j'espere que les banques, a commencer par la banque de france, vont deposer plainte et se porter partie civile, et que l'ensemble des gens concernes, elus compris, seront envoyes au bagne pour le reste de leur existence
Réponse de le 22/09/2013 à 13:53 :
Vous ecrivez n'importe quoi, comme d'habitude... Dommage d'y associer un si grand homme par votre pseudo :-(
Renseignez-vous un peu sur le status juridique des monnaies locales complementaires... Quand à vos chers UK, ils sont le plus en pointe sue le sujet avec les Local Exchange Trading System.
Je precise que je n'y suis pas favorable comme jeff plus bas, pas assez sur et cout pour le congrgibuable, mais pour autant il ne faut pas raconter n(importe quoi!
a écrit le 22/09/2013 à 12:56 :
Encore une initiative d'élus qui veulent faire parler d'eux. Quel est le coût de ce projet? Impression des billets, fonctionnaires travaillant sur le projet ou embauchés à cet fin...juste pour que quelques gus jouent avec une monnaie locale. Et après on va augmenter les impôts locaux alors que la ville n'est pas très riche. Quel gâchis!
En période de prospérité ce projet serait sympathique, mais temps de crise budgétaire c'est pathétique.
Désolé d'être aussi dur mais les contribuables en ont marre de payer pour ce genre de fumisterie. Voilà!
Réponse de le 22/09/2013 à 14:31 :
Ni sympathique, ni pathétique, mais pragmatique. Les municipales approchent. Cette association aura la pêche pour soutenir la campagne de la sortante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :