Espagne : Bankia sera privatisée par étape, selon son président

 |  | 280 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'épilogue prendra du temps. Selon son président, la banque espagnole Bankia, symbole des errements immobiliers dans la péninsule ibérique, et qui avait été nationalisée au prix fort par l'Etat espagnol, sera privatisée, mais en plusieurs tranches.

L'Espagne vendra par étapes sa participation majoritaire de 68% dans la banque Bankia, nationalisée en 2012 au prix d'un sauvetage historique, a affirmé son président José Ignacio Goirigolzarri dans une interview publiée dimanche.

L'Union européenne a donné jusqu'à 2017 au gouvernement espagnol pour privatiser Bankia, quatrième banque en Espagne par la capitalisation, qui avait bénéficié en 2012 d'une injection étatique de quelque 20 milliards d'euros lors de son sauvetage.

Cette opération avait poussé le pays à demander une aide européenne de 41,3 milliards d'euros pour son secteur bancaire, profondément fragilisé. "Il serait raisonnable pour le processus de privatisation qu'il soit semblable à ce qui est fait avec (la banque britannique) Lloyds (Banking Group). C'est à dire une opération par étapes sur deux ou trois ans", a déclaré M. Goirigolzarri dans un entretien publié par le quotidien ABC.

Le président de Bankia faisait référence à la vente de 6% du capital de Lloyds Banking Group en septembre dernier par l'Etat britannique, cinq ans après son sauvetage par le gouvernement britannique lors de la crise financière de 2008. La banque britannique a indiqué récemment qu'elle préparait un nouveau désengagement de l'Etat.

Selon le président de Bankia, le gouvernement espagnol prévoit que les premières tranches de privatisation partielle seront moins importantes que les suivantes. "Les premières tranches seront plus petites que les suivantes. Nous avons à réfléchir sur un début se situant entre 5 et 10%" du capital, a-t-il précisé.

Bankia a annoncé début février avoir dégagé un bénéfice net de 509 millions d'euros en 2013, après avoir subi une perte record de 19 milliards d'euros en 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2014 à 8:57 :
Ils ont joué. Ils ont empoché les gains. Quand la chance a tourné, ils ont laissé une ardoise que le contribuable a payé. 20 Milliards, une paille !. Et maintenant ont va leur permettre de recommencer. Jusqu'à quand ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :