Trois grandes banques françaises dans le collimateur des autorités américaines

 |   |  261  mots
(Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
BNP Paribas, Société Générale et Crédit agricole sont l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent et violations des sanctions américaines contre l'Iran et le Soudan

Les banques françaises Société Générale, BNP Paribas et Crédit Agricole font l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent et violations de sanctions américaines contre certains pays, a indiqué vendredi à l'AFP une source proche du dossier.

"L'enquête veut déterminer si elles ont potentiellement blanchi de l'argent sale et violé l'embargo américain en faisant des affaires avec un certain nombre de pays comme Cuba, l'Iran et le Soudan", a dit cette source, confirmant des informations du Wall Street Journal.

D'autres grandes banques citées

D'autres grandes banques internationales seraient aussi citées dans l'enquête. Elle s'est en revanche refusée de dire quand cette enquête avait débuté et de préciser les noms des autres banques impliquées. L'enquête est menée conjointement par le Trésor des Etats-Unis, le département américain de la Justice et le régulateur des services financiers de New York.

D'après le Wall Street Journal, BNP Paribas serait en négociations avec les autorités américaines pour trouver un accord à l'amiable.

BNP Paribas a passé une provision

Lors de la publication de ses résultats annuels en février, la première banque française avait indiqué qu'elle avait passé une provision de 798 millions d'euros au quatrième trimestre, en lien avec une enquête des autorités américaines sur des paiements en dollars réalisés dans des pays soumis à un embargo des Etats-Unis.

Dans un dossier similaire, la banque britannique Standard Chartered avait payé 650 millions de dollars en 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2014 à 20:19 :
La provision pour risque est importante, c'est une forme de plaider coupable.
a écrit le 10/03/2014 à 10:28 :
Anti américain primaire, encore une bonne raison qui me conforte dans cette idée... Et l'UE est en négociation pour "améliorer" les échanges avec ce pays! Faut croire que aimons plus que de raison les coups de bâtons.
a écrit le 10/03/2014 à 8:06 :
Cela fait penser aux tribunaux asiatiques qui condamnes les entreprises américaines et vis-versa. Tout cela n'a rien à voir avec la justice c'est du protectionnisme et les pays européens seront une fois de plus les dindons de la farce.
a écrit le 09/03/2014 à 11:16 :
Et quand la France fera-t-elle une action contre les banques américaines qui nous ont plongé dans la crise ?
Réponse de le 09/03/2014 à 18:04 :
Que pourrait bien faire un nain face à un géant comme les USA? Envoyer Capitaine Pedalo dans le bureau de Obama pour froncer les sourcils?
Réponse de le 10/03/2014 à 10:39 :
Parceque, bien entendu, la crise est le seul fait de banques américaines. C'est pour ça qu'ils repartent et nous non... aucun problème structurel en France.
a écrit le 09/03/2014 à 10:35 :
Personne n'est plus étonné que la Société Générale et Crédit Agricole soient dans la liste, énième liste de faits divers, avec BNP Paribas.

Et les dirigeants de ces bankster sont toujours en liberté.
Réponse de le 10/03/2014 à 9:42 :
Si vous partez en vacances à Cuba et réglez via votre banque Française en Dollars, vous violez l'embargo US, et votre banques est complice...pourtant vous n'enfreignez aucune loi Française...et vous êtes toujours en liberté aussi, voilà un exemple, parmi tout un tas d'autre opérations aussi anodine de ce qui est reproché. La question a se poser est pourquoi tolère t on des US de nous reprocher des opérations légales en Europe,
a écrit le 09/03/2014 à 8:25 :
Je constate que l'on a pas le plaisir de lire les commentateurs habituels qui n'ont de cesse de fustiger les banques suisses, seraient-ils en vacance? Ou est-ce qu'ils ont une indignation sélective?
a écrit le 09/03/2014 à 7:43 :
Il faut être précis: ce qui leur est reprochée est d'avoir réalisé des transactions libellées en US$ avec ces pays et c'est en cela qu'elles auraient violé les règles de l'embargo US. Les faits remonteraient à presque 10 ans en arrière. D'autres banques sont concernées bien sur. Mais il est vrai qu'il y a énormément d'hypocrisie de la part des US dans ces affaires et que cela ressemble plus à du racket. Les accusations de blanchiment (si elles font effectivement partie de la procédure) permettraient de sortir du cadre de l'embargo et donc de poursuivre même si il n'est pas possible de prouver que les règles d'embargo US n'ont pas été respectées. Dès qu'une telle procédure est engagée aux USA, on sait qu'on va devoir payer après négociation. Nous n'aurons jamais le courage d'agir de la sorte envers de entreprises US opérant en Europe, hélas.
Réponse de le 09/03/2014 à 16:09 :
C'est du racket pur et simple. Depuis quand les banques françaises doivent faire valider leurs transactions financières par les USA?
Réponse de le 09/03/2014 à 17:46 :
Dans un débat sur le site d'Olivier Berruyer un banquier faisait la confidence suivante:
à savoir que tous les soirs sa banque avait obligation de faxer les résultats de la journée au Usa.Cela n'est donc pas une nouveauté.
Réponse de le 09/03/2014 à 21:08 :
@Kirk

Et vous trouvez cela normal qu'une entreprise française ait à rendre compte à une puissance étrangère? Pouvez-vous SVP nous indiquer un lien vers la source de votre affirmation?
a écrit le 08/03/2014 à 22:00 :
Eh oui, il faut bien maintenir la pression. A l'heure où les peuples européens sont en train de comprendre que le fameux traité transatlantique n'a que peu d'avantages et énormément d'inconvénients, et se révèle comme la primauté des grands groupes (US) sur les nations (européennes), et que le processus est bloqué car même les négociateurs de l'UE renâclent, un peu de pression là où ça fait mal permet d'arriver au résultat escompté.
Violation des sanctions américaines contre l'Iran et le Soudan. Tout est dit, quand les forfaits du système financier US ne se comptent plus et que se font attendre les mises en examen d'autres que les lampistes esseulés...
a écrit le 08/03/2014 à 21:26 :
Si tu veux faire du business aux USA tu respectes les lois du pays, faut pas s'étonner du résultat, et en plus on retrouve notre trio de tête dans l'arnaque du client !!!
a écrit le 08/03/2014 à 21:12 :
Ce que font les USA porte un nom, c'est du racket et de l'extorsion. Parce qu'ils mettent un embargo sur un pays on doit leur obéir? De quel droit nous imposent-ils leurs dictats? ! Ils n'ont aucun droit de décider pour les autres nations qui elles veulent fréquenter et avec qui elle veulent faire du commerce. C'est scandaleux, c'est pour cela que la plus part des gens les détestent! Ils font tout pour cela!
Réponse de le 09/03/2014 à 6:35 :
Les US font ce qu'ils veulent. Les entreprises qui travaillent la bas doivent respecter la loi un point c'est tout (de même que Microsoft, Google etc... doivent respecter la loi française/europeenne). Dans ce cas cela ça se régler a l'amiable ce qui veut sans doute dire que le trésor US aurait bien du mal a prouver de toutes manières que les banques françaises ont mal agi. Il faudra aussi comparer les montants de l'amende avec les profits réalisés sur toutes transactions sur plusieurs annees... Il est possible que les banques y ait gagne quand même au final...
Réponse de le 09/03/2014 à 8:23 :
Marrant:
Quand les USA s'occupent des banques suisses, le franchouillard dit "Salauds de banquiers suisses!"

Quand les USA s'occupent des banques françaises, le franchouillard dit " Salauds d'américains!"

Cela doit être cela le "french touch"
Réponse de le 09/03/2014 à 8:47 :
D'après vous les Américains sont blanc comme neige ? The Goldman Sachs Group, Inc. AUSSI ? Les USA n'ont ils pas des paradis fiscaux ? Non il veulent gérer
le Monde, à la Goldman Sachs. Il faut éliminer les autres. Je ne dis pas, que nous
Français, nous croyant plus malin, ne respectons pas toujours les régles dans ce
pays "Puritain"
a écrit le 08/03/2014 à 20:01 :
Du protectionnisme pur à l'américaine. Encore un joli coup de pied de l'âne, suite à la visite de Hollande chez Obama. Ca nous rappelle le choix du Gripen par les brésiliens au détriment du Rafale au lendemain de la visite du même au Brésil.
a écrit le 08/03/2014 à 19:02 :
Après avoir fait passer les banques Helvétiques sous les "Fourches Caudines" au tour des
Françaises, l'Oncle Sam attaque toujours les plus faibles, les risques sont moindre !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :