BNP Paribas pourrait se voir infliger une (très) lourde amende aux USA

 |   |  267  mots
En France, les revenus de la banque de détail affichent une progression de 0,5% à 1,71 milliard d'euros.
En France, les revenus de la banque de détail affichent une progression de 0,5% à 1,71 milliard d'euros. (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
La banque a prévenu mercredi qu'un litige avec les autorités américaines au sujet de paiements impliquant des pays sanctionnés par les Etats-Unis pourrait se traduire par une pénalité financière importante, supérieure à une provision de 1,1 milliard de dollars déjà constituée fin 2013.

La note pourrait s'avérer très salée. Alors que le New York Times révèle ce mercredi que les autorités américaines comptent attaquer BNP Paribas au pénal - la banque est soupçonnée de transactions avec des pays placés sous embargo américain -, la banque française prend les devants. Dans un communiqué, elle prévient:

"Il ne peut être exclu que la pénalité excède très significativement la provision constituée"."Les discussions qui ont eu lieu pendant le premier trimestre 2014, au sujet des paiements en dollar US concernant des pays soumis aux sanctions des Etats-Unis, montrent qu'il existe une très grande incertitude sur les sanctions qui pourraient être décidées par les autorités des Etats-Unis"

Des résultats supérieurs aux attentes

Par ailleurs, la banque française a publié des résultats supérieurs aux attentes au titre du premier trimestre dans une conjoncture que le groupe juge toujours "peu porteuse" en Europe. Son résultat net, en hausse de 5,2%, à 1,67 milliard d'euros, est ainsi supérieur aux attentes des analystes interrogés par Thomson Reuters qui anticipaient en moyenne un résultat net de 1,46 milliard d'euros.

En revanche, la banque voit son coût du risque augmenter de 19%, à 1,08 milliard d'euros, une hausse à mettre sur le compte d'une provision de portefeuille de 100 millions d'euros liée à la situation en Ukraine et en Russie ainsi que d'une augmentation des provisions pour créances douteuses en Italie.

En France, les revenus de la banque de détail affichent une progression de 0,5% à 1,71 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2014 à 12:32 :
C'est bizarre, ils ne sanctionnent pas leurs banques pour la catastrophe qu'elles ont

occasionnée en Europe à partir de 2008. C'est peu de dire qu'ils sont très malhonnêtes.
a écrit le 30/04/2014 à 12:11 :
Mais que fait l'UE? Qu'est-ce qu'elle attend pour juger puis ponctionner les banques américaines? Il n'y a aucune raison pour que de l'argent soit versé aux USA dont le gouvernement est au moins en partie responsable de la crise.
a écrit le 30/04/2014 à 9:15 :
"When bankers cheat people, they pay fine. When people cheat banks, they go to jail".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :