"Stress tests" : pas de problème particulier pour les banques françaises

 |   |  282  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, ne s'attend pas à ce que les banques françaises rencontrent des "problèmes particuliers" pour réussir les "stress tests" européens qui commencent ces jours-ci. Il s'exprimait à l'occasion de la présentation du rapport annuel de l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP) du secteur financier dont il est le président.

La troisième vague de tests de résistance des grandes banques européennes commence ces jours-ci et sera coordonnée par l'Autorité européenne de supervision des banques (EBA). En ce qui concerne les banques françaises, "je ne m'attends pas à des problèmes particuliers, comme les fois précédentes, qu'il s'agisse des tests européens (menés en 2009 et 2010) ou de ceux que nous menons en interne" au niveau national depuis plusieurs années, a indiqué ce mardi matin, Christian Noyer,  gouverneur de la Banque de France, qui est aussi le président de l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP). Lors des précédents tests de résistance, quatre banques françaises avaient été mises à l'épreuve : BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et BPCE. Et elles avaient réussi l'examen.

L'optimisme de Christian Noyer sur cette nouvelle édition de "stress tests" est justifié par le fait qu'à la fin de l'année 2010, les grands groupes bancaires français présentaient "une rentabilité et une solvabilité de bon niveau", selon le gouverneur. "Les niveaux de fonds propres et de ratios se sont améliorés l'an dernier", a-t-il ajouté, soulignant que le ratio moyen de fonds propres, dit Tier One (fonds propres rapportés aux crédits accordés par la banque), était passé de 10% à 10,6% au cours de l'année.

Si la liste des banques testées en 2011 n'a pas encore été dévoilée, la secrétaire générale de l'ACP, Danièle Nouy, a indiqué que "la position française en la matière est de garder la même population que l'an passé, parce que c'est un gage de qualité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2011 à 9:09 :
C' est un peu comme la première étoile en ski pour les petits. C'est quasiment acquis.
a écrit le 30/03/2011 à 14:18 :
"chéri fait moi peur" Petit jeu entre gens bien éduqués du monde feutré de la finance! On en reparlera en cas de nouvelle crise (ce que je ne souhaite pas car c'est le "péquin" de base qui trinque et pas ce beau monde!)
a écrit le 30/03/2011 à 7:34 :
Franchement, c'est comique ce cirque des "stress test", dont les critères sont savamment soupesés en amont pour que tout un chacun s'en sorte honorablement. C'est l'école des fans de la finance !!
D'ailleurs, si on en croit les premiers stress tests, les banques irlandaises étaient en parfaite santé.
a écrit le 30/03/2011 à 5:40 :
Rires...Le gouverneur peut-il dire autre chose !!! En fait les stress tests ne sont pas crédibles tout simplement parcequ'ils sont effectués par des personnes dont la consanguinité avec les directions des banques est bien connue. Si l'on faisait faire ces stress tests par une équipe d'actionnaires et de salariés, les résultats seraient sans doute biene différents.
a écrit le 29/03/2011 à 17:51 :
si tout va si bien, pourquoi s'inquiéter
a écrit le 29/03/2011 à 17:00 :
"tout va très bien madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien"
a écrit le 29/03/2011 à 16:35 :
Si tous les actifs toxiques sont isolés dans des consortiums de réalisation, en effet, il n'y aura aucun problème. Naturellement, cela n'empêchera en rien la déroute, mais au moins, cela rassurera le populo qui ne sait même pas de quoi il s'agit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :