Les banques sont-elles si fragiles ?

Pris dans la tourmente des marchés, les établissements européens sont en moyenne valorisés à 0,7 fois leurs fonds propres, bien loin de leur niveau d'avant la crise.

3 mn

Latribune Infographie
Latribune Infographie

La valorisation du secteur bancaire touche un point bas historique atteint en mars 2009. Crise des dettes souveraines, dégradation de la note des États-Unis, prévisions de ralentissement économique, rumeurs en série... Ce cocktail s'est révélé explosif pour les titres des banques françaises et européennes, qui ont dévissé mercredi et joué au yo-yo jeudi 11 août.

L'actif net rapporté à la capitalisation boursière révèle que les établissements bancaires européens sont valorisés en moyenne à 0,7 fois leurs fonds propres selon les analystes financiers (0,7 fois pour les banques espagnoles, 0,5 fois pour les françaises, et 0,3 fois pour les italiennes). En France, le niveau de valorisation est estimé à 0,6 pour BNP Paribas, 0,4 pour Société Générale; Générale et Natixis, et 0,3 pour Crédit Agricole. « Il cristallise toutes les craintes sur les dettes souveraines et le manque de visibilité du marché quant à la solvabilité et à la capacité du secteur bancaire à créer des revenus et à générer du cash », explique Alex Koagne, analyste chez Natixis. Avant la crise financière de 2008, la valorisation des banques pouvait atteindre plus de 2 fois le montant de leurs fonds propres. Le cabinet Fox Pitt Kelton évaluait ainsi le niveau de valorisation de Société Généralecute; Générale pour 2006 à 2, celui de Crédit Agricolegricole à 2,1 et celui de BNP Paribas à 1,9.

Si les banques sont aujourd'hui sous-évaluées, leurs bases demeurent néanmoins solides. « Les évolutions récentes des marchés boursiers n'affectent pas la solidité financière des banques françaises », a martelé Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, dans un communiqué jeudi. La solvabilité des banques françaises est en effet élevée, même si les contours de Bâle III ne sont pas encore finalisés. Frédéric Oudéa, PDG de Société Généralecute; Générale, a certifié que la banque dépassera les 9 % de ratio de fonds propres durs (« core tier one ») à l'heure de l'entrée en vigueur de Bâle III en 2013, sans recourir à une augmentation de capital. À fin juin 2011, son ratio « core tier one » s'établit à 9,3 % contre 8,5 % fin 2010. Et celui de BNP Paribas s'élève à 9,6 % contre 8,4 % l'an dernier. « Les niveaux de capital, appréciés par les fonds propres les plus durs, sont adéquats, et les programmes de refinancement à moyen et long terme sont réalisés dans des conditions tout à fait satisfaisantes », confirme Christian Noyer.

Et si le renforcement des fonds propres a pu peser sur la rentabilité de Société Généralecute; Générale, dont le ROE (« return on equity », rentabilité des fonds propres) passe de 10,9 % à 7,8 % entre juin 2011 et 2010, ceux de BNP Paribas et Crédit Agricolegricole augmentent légèrement, respectivement de 10 et de 30 points de base. La valorisation très basse du secteur laisse néanmoins les analystes perplexes : « Par rapport à leurs actifs nets, c'est évident que les banques sont sous-évaluées. Mais est-ce que cela veut pour autant dire qu'il faut en acheter ? Là, la question est plus délicate », s'interroge Alex Koagne.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 13/08/2011 à 10:25
Signaler
Pour rappel, en décembre dernier, la banque centrale helvétique a imposé à Crédit Suisse et UBS un "core tiers one" de 18% (à comparer aux 9% de Bâle III), dont 9% de common equity (capitaux propres purs), à comparer aux 4,5% de Bâle III. Zurich fait...

à écrit le 13/08/2011 à 0:20
Signaler
complètement stupide tout cela .... m'étonnerait que les banques françaises détiennent à 100% de leur capital de la dette Grecque qui elle même pourrait peut être baisser dramatiquement de 30% ??? mais bon il faut faire peur au peuple pour qu'il acce...

à écrit le 12/08/2011 à 16:57
Signaler
les banques doivent cesser de prendre des risques avec l'argent des déposants...les dépôts ne devraient être investis que via des véhicules financiers du type opcvm spécialisés ( prêts immobiliers,prêts à la consommation,obligations,actions,etc. ) av...

à écrit le 12/08/2011 à 15:50
Signaler
Paradoxalement les banques excédentaires en fonds propres utilisent cette capacité pour emprunter et investir ces liquidités sur les marchés. Dans le cas contraire, le refinancement bancaire ne fait que financer les crédits distribués. Les établissem...

à écrit le 12/08/2011 à 14:32
Signaler
Les banques sont tres fragiles pour une raison simple, elles sont peuples d'imbeciles en commencant par le haut. Ensuite, en pratiquant des taux d'imteret bas (donc avec la benediction des banques centrales), elles ont prete a gogo dans l'immobilier ...

à écrit le 12/08/2011 à 8:22
Signaler
Les banques sont toujours fragile tant que 100% des comptes ne peut être remis a leur propriétaire du jour au lendemain et, cela est déjà une spéculation!

le 12/08/2011 à 9:40
Signaler
Depuis leur existence elles n'ont jamais été capable de faire ça !

le 12/08/2011 à 11:33
Signaler
L'argent déposé en banque est effectivement utilisé , prêté a d'autre clitent pour partie donc immobilisé, c'est le risque d'immobilisation qui fait que l'argent n'est pas disponible pour etre recupéré

le 12/08/2011 à 13:30
Signaler
Et si l'on demandait à chaque emprunteur immobilier de rembourser la totalité du pret du jour au lendemain ,le pourrait il ? Non ,bien sûr .Ce n'est pas pour autant que le risque est mauvais et que le débiteur est insolvable.Donc ,ne pas reprocher au...

le 14/08/2011 à 22:15
Signaler
De même que dirait un emprunteur immobilier si son prêt passe de 3, 7% à 10 % par ce qu'une agence de notation le trouve d'un coup un peu "juste" , une même agence qui aurait classé AAA la créance immobilière de son voisin américain insolvable ... (s...

le 14/08/2011 à 22:20
Signaler
Ah et de plus si notre emprunteur est un peu juste en ce moment imaginons que c'est parce qu'il a du augmenter son emprunt suite à la crise économique de 2008 parce qu'il a du aider/assister le secteur financier et par conséquent cette fameuse agence...

à écrit le 12/08/2011 à 5:59
Signaler
"« Les évolutions récentes des marchés boursiers n'affectent pas la solidité financière des banques françaises »" en effet, c'est plutôt l'évolution de la solvabilité des pays qui le fait. Si les banques sont réellement obligées de constater des pert...

le 12/08/2011 à 7:33
Signaler
Les banques sont devenue des fourre tout très désordonnées, qui ne font plus leur métier envers les entreprises mais s'aventurent très approximativement dans la vente de téléphone, d'assurances, de systèmes de sécurités, dans les agences immobilières...

le 12/08/2011 à 8:34
Signaler
Tu as raison, les banques font tout et n'importe quoi, ils n'embauchent d'ailleurs que des commerciaux qui n'ont que pour objectif de vendre des produits en quantité mais sans respecter les clients quant à leurs véritables besoins. Il n'y a plus d'ét...

le 12/08/2011 à 8:44
Signaler
Bien sur ... gardez tout vos biffetons sous votre matelas, on vera si vous pouvez acheter votre maison cash !

le 12/08/2011 à 9:22
Signaler
OUi il y a la solution de transférer ses avoirs à la banque Postale, la seule qui reste un peu bridée par la LOI. les autres sont incertaines, SG en particulier.

le 12/08/2011 à 13:34
Signaler
Le credit lyonnais était nationalisé ,et pourtant il a été racheté par le credit agicole ,après le manque de controle de l'actiionnaire principal ,l'Etat.

le 12/08/2011 à 14:30
Signaler
La banque postale est une entreprise commerciale, à la recherche de profit. Elle est dans le même lot que les autres. Je suis d'accord qu'il faut redonner au banque la qualité d'un service public. Il faut redonner le contrôle des banques à l'Etat. et...

le 12/08/2011 à 16:46
Signaler
Oui nationalisons !! L'Etat est un bon gestionnaire, d'ou la crise des dettes souveraines !! Les banques privées font des bénéfices. Quant à l'idée de service des clients, il faut accepter un cout en tant que consommateur... Ou passer par internet av...

le 13/08/2011 à 10:07
Signaler
Les banques françaises sont plus que solides face à cette crise de la dette. Ce n'est pas le cas des états européens. arrêtez de vous voiler la face derrières vos pseudo arguments anti banques. tapez plutôt sur les mauvais payeurs en l?occurrence les...

le 14/08/2011 à 20:15
Signaler
Il faut aussi récupérer une partie des milliards donnés au secteur financier en 2008 (certaine banques ont soit disant remboursé leur emprunt , mais alors pour quoi sur la même période la dette française est elle passé de 66% du PIB à 88% .... Sarko ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.