UniCredit pourrait céder des fonds russes

 |   |  309  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon la presse italienne, UniCredit souhaiterait céder les fonds russes gérés par sa filiale de gestion d'actifs Pioneer Investments, qui gère 32,1 millions d'euros d'actifs en Russie. Cette cession interviendrait dans le cadre d'un nouveau plan industriel, que le groupe présentera à la fin de l'année.

La première banque italienne UniCredit souhaiterait céder les fonds russes gérés par sa filiale de gestion d'actifs Pioneer Investments, selon la presse italienne.

Le quotidien Il Sole 24 Ore, qui s?appuie sur des sources du groupe, affirme que "le processus de révision stratégique de Pioneer en Russie est encore en cours et rien n'a été décidé. Néanmoins, indépendamment des décisions prises sur ces fonds locaux, la société ne sortira pas du marché russe". Pioneer Investments gère 32,1 millions d?euros d?actifs en Russie.

La Stampa indique de son côté que "cette décision s'intègre dans le cadre d'un nouveau plan industriel, que le groupe présentera à la fin de l'année".

Les deux journaux italiens rapportent que le plan prévoit la réorganisation d?UniCredit en Allemagne à l?instar de ce que la banque avait mis en place en Italie l'an dernier. La plan 2010 comprenait notamment 4.700 suppressions d?emplois en Italie de 2011 à 2013 et la fusion de plusieurs banques du groupe en Italie afin de rationaliser la structure et de faire des économies.

En parallèle, la banque réduit progressivement son coût du risque et son exposition aux PME surendettées. UniCredit a même une nouvelle fois surpris positivement les analystes financiers en publiant un résultat net au deuxième trimestre 2011 de 511 millions d'euros.

Mais tous les efforts consentis par la banque ont été en partie annihilés par la crise de la dette italienne qui sévit depuis le début de l?été 2011. Depuis le 1er juillet, la banque italienne a en effet perdu plus de 41% en bourse. Le marché attribue même à UniCredit des besoins en fonds propres d'entre 4 et 8 milliards d'euros.

A la fin 2010, UniCredit possédait une exposition nette de 47,5 milliards d'euros aux obligations souveraines italiennes.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :