Recapitalisation des banques européennes : apparemment, rien ne presse...

 |   |  284  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon l'Autorité bancaire européenne, les stress tests ont montré que les banques étaient capables de résister à ces scénarios macroéconomiques défavorables. Ce n'est pas l'avis de tout le monde, et notamment du FMI.

Les banques de l'Union européenne n'ont pas besoin d'une injection massive de capitaux mais la crise de la dette souveraine continue de poser des défis au secteur, a déclaré mardi l'Autorité bancaire européenne (EBA).

"L'EBA n'appelle pas à une importante recapitalisation d'urgence des banques de l'Union européenne", précise-t-elle dans un communiqué. "Les stress tests récemment menés par l'EBA ont montré que les banques européennes avaient sensiblement renforcé leurs position en termes de capital et qu'elle sont capables de résister à des scénarios macroéconomiques défavorables", poursuit l'EBA.

"Cette opinion n'a pas changé par les nouvelles publications d'expositions aux dette souveraines."

De son côté, Christine Lagarde,

Tout va donc pour le mieux ?

Sauf que, depuis la publication des résultats des stress tests mi-juillet, où l'on croyait que les banques européennes étaient à l'abri d'une crise de solvabilité (seules 8 banques sur 91 avaient échoué), Christine Lagarde est intervenue. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), avait appelé samedi les économies développées à agir au plus vite contre le risque d'une nouvelle récession et à renforcer les fonds propres des banques européennes. Un appel que, mardi matin, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a vivement critiqué.

Sauf que l'aggravation de la crise des dettes souveraines en Europe a instauré une nouvelle crise de confiance entre les établissements, et plus particulièrement des banques américaines, qui ne veulent plus prêter aux banques européennes. La Fed craignait d'ailleurs il y a quelques jours que les filiales de banques européennes implantées aux États-Unis ne viennent gangrener le secteur bancaire américain avec la crise de la dette...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :