Crédit Agricole : l'augmentation de capital réservée aux salariés ne séduit pas

 |   |  550  mots
Copyright Reuters
Face à la forte baisse du cours de l'action, les salariés de la banque qui avaient décidé de participer à cette augmentation peuvent annuler leur ordre jusqu'au 12 septembre.

Les salariés du groupe Crédit Agricole SA (CASA) qui ont décidé de participer à l'augmentation de capital réservée [aux salariés du groupe dans 20 pays, ndlr], lancée entre le 21 juin et le 4 juillet, peuvent encore faire marche arrière. Mais ils doivent se dépêcher puisque la date de révocation de leur ordre court jusqu'au lundi 12 septembre. Passé ce délai, ils seront débités le 5 octobre au prix de 8,24 euros par action.

Au regard du cours actuel de Crédit Agricole, qui a clôturé vendredi à 5,40 euros, le taux de participation, non communiqué par la banque, devrait, au final, être très faible, certaines organisations syndicales l'estimant à 15 % à peine. Autant dire que cette augmentation de capital réservée risque d?être un véritable flop. Pourquoi une si faible motivation de la part des salariés ? Certains sont encore échaudés de précédentes opérations, et jurent qu?on ne les y reprendra plus. Mais cela traduit aussi une inquiétude sur les répercussions de la crise sur l?avenir de CASA et, par ricochet, sur celui des caisses régionales.

Silence de la direction

C?est pourquoi, face au silence de la direction, le SNECA (syndicat national de l?entreprise de Crédit Agricole, premier syndicat de l'encadrement dans les caisses régionales et deuxième tous collèges confondus) va adresser, ce lundi, un courrier aux 39 présidents des caisses régionales et aux présidents des commissions économiques des comités d?entreprise. Dans ce courrier, le syndicat les interpelle sur la situation actuelle comme la baisse durable du cours de CASA ; l?exposition de CASA et ses filiales et de chaque caisse régionale en matière de dettes souveraines ; sur le retrait de l?Eurostoxx 50 ; sur les besoins de liquidité à court et moyen terme des caisses régionales et du groupe.


Pour rappel, le 21 juin dernier, le conseil d?administration de la banque verte validait l?augmentation de capital réservée aux salariés du groupe dans 20 pays. Comme indiqué dans un document d?information, « l?objectif est de permettre aux salariés du groupe Crédit Agricole d?être plus étroitement associés au développement de la société ». Les salariés avaient jusqu?au 4 juillet pour souscrire. Mais dans un communiqué du 12 juillet, Jean-Paul Chifflet, directeur général de CASA, décidait de reporter la date de réalisation de cette opération prévue à l?origine le 3 août  « compte tenu de la baisse significative du cours de l?action CASA et de la volatilité particulièrement élevée des marchés ces derniers jours ».

La banque annonçait, dans ce même communiqué, l?ouverture d?une période de révocation pour les salariés ayant souscrit allant du 5 septembre au 12 septembre. Une mesure bienvenue puisque, entre temps, le cours a fortement dévissé. Les craintes d?une récession économique, les problèmes sur la dette souveraine dans la zone euro, notamment en Grèce où la banque verte est très exposée, l?interrogation sur une éventuelle recapitalisation et la capacité à se refinancer ont pesé sur le titre. Depuis le début de l?année, l?action CASA a chuté de 43,15 %.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2011 à 8:19 :
Pauget, parti en retraite (chapeau) il y a peu de temps, a créé une société de consultant, dont il en est le patron(compte ouvert à LCL.

J'aimerais qu'il nous donne quelques conseils!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 29/09/2011 à 17:21 :
on le verra sans doute un jour à la télé ou entendu sur BFM ou RMC sur la Crise qu'il connaît bien pour l'avoir "monté" à sa façon à Casa avec ses traders et collaborateurs de la BFI....
a écrit le 13/09/2011 à 6:59 :
Un coup de chapeau au passage à ce syndicat qui ose interpelle les 39 Directeurs de caisse qui, je crois, contrôle CASA, non ?
a écrit le 13/09/2011 à 5:37 :
Et si on demandait leur avis à Pauget et Carron ?.
Tant de clairvoyance dans le passé mériterait un commentaire de leur part sur la situation du Groupe aujourd'hui ...
a écrit le 12/09/2011 à 21:36 :
3 mois avant la crise "on" nous vantait les valeurs du groupe et "on" nous recommandait fortement d'acheter du CAsa, soit en augmentation de capital soit en plaçant la participation et on nous faisant miroiter du presque 30 euros!!, sinon nous n'adhérions pas aux valeurs de l'entreprise. Certains salariés ont aujourd'hui perdu 4/5 de leur participation.
Comment voulez-vous que les salariés croient aujourd'hui en des dirigeants de caisses qui n'ont pas su ce qui allait se passer 3 mois après. On ne parle pas de gens qui ne savent pas ce qu'est une banque tout de même, il s'agit de leur dirigeants.
Ce n'est pas une question de cours d'action mais de méfiance. Autour de moi les salariés (je ne parle pas des cadres) disent tous "on m'a eu une fois on m'aura pas 2 fois...".
En caisse on trime comme des malades, les effectifs se réduisent, mais le travail ne diminue pas. Tout ce qui est à craindre c'est que les regroupements de moyens s'accélèrent, avec une pression de plus en plus forte afin que les gens partent d'eux mêmes, le tout pour avoir un résultat toujours meilleur, il n'est qu'à constater que la majorité des offres d'emploi du groupe sont sur l?Île de France et pas en Province, merci Nice.
a écrit le 12/09/2011 à 12:12 :
La plupart des entreprises mettent en place des augmentations de capital réservé à leurs salariés. Si mes informations sont bonnes, le Crédit Agricole est la seule entreprise à avoir proposé à ses salariés de se retirer. Je trouve l'attitude du Crédit Agricole plutôt saine et responsable.
a écrit le 12/09/2011 à 8:38 :
J'ai personnellement entendu un président de caisse regionale,se féliciter de la baisse du cours de CASA, au cours d'une réunion (au motif de défendre un mutualisme à 2 balles...)
Et ce sont ces gens là qui gouvernent le groupe!!! c'est pitoyable!!!
a écrit le 12/09/2011 à 8:15 :
En faite j ai bien l impréssion qu il faudrait mettre le personnel qui n achéte pas la tête du crédit agricole..;-)
a écrit le 12/09/2011 à 8:11 :
la date de révocation de leur ordre cours jusqu'au lundi 12 septembre.... le cours est effectivement un peu court .
a écrit le 12/09/2011 à 7:06 :
Pourquoi acheter à 8.24 euros ce qui peut être acheté à 5 euros ce matin ? faut pas chercher bien plus loin, il reste quand même 15 % i d i o t s sûrement l'encadrement qui avale toutes les couleuvres
Réponse de le 12/09/2011 à 21:54 :
Non, l'encadrement ne suivra pas le troupeau.
Il ne souscrira pas. la preuve ? J'y ai renoncé et d'autres aussi
Réponse de le 13/09/2011 à 6:48 :
Distinguer l'encadrement des autres salariés n'est pas une bonne chose... surtout en cette période.

Sauf erreur, vous avez tous la même convention collective... Les cadres de Directions et Dirigeants : NON, ils en ont une autre, bien plus avantageuse et qui répond à d'autres ambitions !

Ne nous trompons pas ! Ce sont bien nos dirigeants qui doivent rendre des comptes... pas les salariés (ou spécifiquement les membres de l'encadrement eux-mêmes salariés)
Réponse de le 13/09/2011 à 8:49 :
Euh ils ont peut etre la meme convention collective, mais certainnement pas les meme augmentation, et les meme cheques bonus en fin d annee......

alors oui il faut bien distinguer salarie qui touche rien, malgre sa charge de travail, et l encadrement "yakafokon" qui en demande toujours plus mais ne recompense en rien....

Il est la le probleme et pas que dans le secteur bancaire
a écrit le 11/09/2011 à 20:12 :
Au lieu de comptabiliser les fautes, il vaut mieux analyser le fond : des salariés démobilisés et laissés dans l'incertitude par une absence évidente de communication.
Le problème des banques est bien la : aucune transparence et opacité des opérations réalisées
Réponse de le 11/09/2011 à 21:55 :
Bonjour, ce n'est pas un pb de démotivation, simplement on nous propose des actions à 8.24? alors que le cours actuels est entre 6 et 7 ?... A ce compte là autant les acheter directement en bourse à 6,9 ?. Mais comme le dit l'article, c'est vrai aussi qu'après avoir participé en 2007 à l'augmentation de capital à 22? (ce qui semblait une bonne affaire à l'époque)... les gens n'ont pas envis de "remettre au pot" . Pour le reste la situation générale (pas celle de la banque) est mauvaise : crise de la dette en europe et aux USA, bourse en baisse. Sur cette dernière on n'estime plus que la bourse soit représentative de quoi que ce soit tellement ce qui se passe en bourse à l'air d'être sur une autre planète et d'être devenue n'importe quoi. bref, la situation n'est pas bonne (en générale, je ne parle pas de nous) et le résultat au niveau du groupe est plombé par la filiale grecque (Emporiki), mais bon, nous on continue à bosser. Dans mon boulot je ne suis pas démotivé, ni inquiet, au contaire raison de plus pour bosser pour traverser la période actuelle! Je suis plus inquiet en tant que citoyen par rapport à la dette de l'état qu'il va bien falloir qu'on paye, et là on va devoir payer pendant combien ? 20 ans ou 30 ans... avec les impots qui vont avec...on a pas fini de rembourser les dettes. là oui, va falloir ciompter les sous (des dépenses de l'état) pendant pas mal d'année...
Réponse de le 12/09/2011 à 8:23 :
Je suis d'accord avec " ma réponse". Les Caisses régionales sont comme toujours mobilisées pour financer l'économie et le développement au niveau local. Les résultats de la banque de proximités sont très bons, les risques sont contenus. emporiki fait des pertes depuis 2006 mais au pire il sera toujours possible de fermer cette filliale ( comme Banco Bissel en 2000 en Argentine). Les agents sont actifs et sont très mobilisés mais pourquoi acheteraient ils un titre à 8? alors qu'il en vaut 5? C'est ca aussi le bon sens. D'autre part, il ne faut pas oublié que CASA n'est pas Opéable car détenue à 54% par la SAS la Boetie que possède les CR.
Réponse de le 12/09/2011 à 8:59 :
Don quichotte ouvre les yeux. Les salariés des Caisses Régionales du CA sont démotivés. On leur en demande de plus en plus, laissant le conseil client de côté (malgré la communication média). Beaucoup souffre de lapression et d'un véritable probleme éthique et de conscience. Les salariés des caisses régionales, et leur client sont aujourd'hui les vaches à lait de CASA et de leur dirigeant délinquant. Vive la nationalisation
a écrit le 11/09/2011 à 19:46 :
JE N AURAIS PAS CRU TROUVER DE PAREILLES FAUTES D ORTOGRAPHE SUR LE SITE DE LA TRIBUNE... Mais il est vrai que la situation n'est pas encourageante.
a écrit le 11/09/2011 à 19:19 :
On vous demanderait de mettre la main dans un piege a loup, qui la mettrait ? Personne ne se presse, normal ...
a écrit le 11/09/2011 à 19:14 :
Vu l'évolution du cours, j'espère que tous les salariés ont bien été avertis de cette possibilité d'annulation.
Mais il vaudrait mieux que la direction annule l'opération et la reporte.
a écrit le 11/09/2011 à 18:23 :
Tu m'étonnes ! Octobre sera sanglant pour les banques.
a écrit le 11/09/2011 à 16:08 :
Il faut que Cadres du Siège social, les Présidents de Caisses à titre personnel, les Directeurs des Agences et leurs petits chefs aux dents qui raclent les parquets souscrivent à l'intégralité de l'augmetnation. et il faut épargner les petites mains mal payées. Au moins ce sont les vrais responsables qui paieront les casses de leurs forfaits !!!
Réponse de le 12/09/2011 à 8:32 :
Excellente analyse... tout est là !
Réponse de le 12/09/2011 à 9:57 :
Les directeurs d'agence ont les mains dans le camboui comme tous les autres salariés ! C'est des commentaires comme celui ci dessus qui fabrique un amalgame entre dirigeants des banques et salariés des banques que le public ne comprend plus. Il y a 15 ans les escrocs étaient les assureurs, aujourd'hui c'est les banquiers.
Achter des actions de Casa, pas un seul salarié ne va participer. Nos dirigeants, eux, préfèrent privilégier les souscriptions de titres dans nos filiales juteuses (NICE, PREDICA, PACIFICA, KOUIXO....) avec si possible le siège social au Luxembourg...
Salariés des CR : ne nous divisons pas. Nous travaillons proprement dans nos CR. CASA devra bien payer un jour.
Réponse de le 12/09/2011 à 10:31 :
tout à fait d'accord avec vous Guigui. En tant que salarié d'une filiale CASA je peux confirmer que nous ne sommes pas responsables des stratégies et que nous les subissons quotidiennement. Merci Nice ........
Réponse de le 13/09/2011 à 8:45 :
pourtant c'est bien casa qui les produits les investissements non ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :