Pour l'OCDE, "les spéculateurs vont perdre leur pari contre l'euro" grâce à la BCE

Dans une interview au quotidien régional allemand Neue Osnabrücker Zeitung, le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, a déclaré son soutien aux achats par la BCE de titres de dette d'Etats de la zone euro pour "déqamorcer la crise". Pour lui, les spéculateurs vont perdre leur pari contre l'euro car la BCE va utiliser tous les ressorts possibles".
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

 L'OCDE fonde beaucoup d'espoirs dans l'interventation de la Banque centrale européenne. Dans une interview au quotidien régional allemand Neue Osnabrücker Zeitung, son secrétaire général, Angel Gurria, a déclaré son soutien aux achats par la BCE de titres de dette d'Etats de la zone euro, pour combattre la crise. "Le président de la BCE, Mario Draghi, a dit clairement comment la BCE peut désamorcer la crise de la dette en zone euro avec des achats d'obligations, et je soutiens cette politique", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques. Et d'ajouter : "Le signal aux marchés était clair: les spéculateurs vont perdre leur pari contre l'euro car la BCE va utiliser tous les ressorts possibles", a indiqué Angel Gurria.

La BCE prête à des mesures exceptionnelles si besoin
Le 2 août dernier, la BCE s'était dite disposée à agir si besoin par des mesures exceptionnelles contre la crise qui pourraient passer notamment par des achats de dette publique sur le marché. La BCE "peut entreprendre des opérations sur le marché obligataire d'une taille adéquate pour atteindre son objectif", avait déclaré son président Mario Draghi, dans une tentative de convaincre que son institution ne laissera pas les taux d'emprunt de certains pays -l'Espagne et l'Italie en l'occurrence- continuer à atteindre des sommets et menacer leur financement.
 

Les taux d'emprunt de l'Espagne et l'Italie toujours élevés

Privé de nouvelles majeures, le marché obligataire européen a connu une séance relativement calme vendredi, marquée par une légère tension des taux d'emprunt de l'Espagne et l'Italie. Les rendements espagnols et italiens ont peu évolué mais restaient à des niveaux très élevés, difficilement soutenables sur le long terme pour ces pays.
Vers 17H30 vendredi, le taux à 10 ans de l'Espagne, qui évolue en sens inverse du prix, montait à 6,907% (contre 6,846% jeudi à la clôture) sur le marché obligataire où s'échange la dette déjà émise. De son côté, le taux de même échéance de l'Italie progressait à 5,903% (contre 5,859%).

Favorable au maintien de la Grèce dans la zone euro
Il a en outre plaidé pour un maintien de la Grèce dans la zone euro, tout en insistant pour qu'à Athènes respecte mieux ses engagement vis-à-vis des pays qui la soutiennent.
En outre, Angel Gurria a également souligné que les pays en difficulté de la zone euro devaient poursuivre leurs réformes pour gagner en compétitivité et faire des économies. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 13/08/2012 à 6:21
Signaler
Avec L'Agenda 2010 la SPD de Schröder a trahi le socialisme au bénéfice du gros capital allemand et aux dépens non de la classe ouvrière allemande ou seulement en premier lieu, mais aux dépens de la classe ouvrière et des économies des autres pays de...

à écrit le 12/08/2012 à 23:47
Signaler
Les banques ont déjà gagné partout dans le monde. Pourquoi vouloir faire une quelconque propagande pour essayer de vendre une monnaie utilisée par plus de consommateurs et plus riches que la zone dollar..??

à écrit le 12/08/2012 à 14:11
Signaler
ben voyons, la mauvaise gestion des pays de la zone euro, c'est bien sûr de la faute des spéculateurs qui ne sont pas assez gentils pour continuer à acheter la dette italienne, espagnole, etc. les yeux fermés... A force de continuellement rejeter la ...

à écrit le 12/08/2012 à 13:35
Signaler
Ceci reste à prouver. De toute manièrere, à l'allure à laquelle on monétise les dettes à travers le monde, il ne restera plus de suffisamment de forêts pour produire du papier nécessaire à l'impression des nouveaux billets !:)

à écrit le 12/08/2012 à 10:14
Signaler
Mais c'est qu'il nous ferait peur celui-là. C'est qui déjà ?

à écrit le 12/08/2012 à 8:25
Signaler
j' en suis venu a me dire que seul la guerre pourra nous sortir de ce marasme abondance de souverain nuis Si la France ne veu pas se retrouver cataloguer pays du tiers monde ruiner a cause de nos voisins européen elle doit faire montre de se pu...

à écrit le 12/08/2012 à 0:26
Signaler
Racheter la dette ne fera qu'écourter de façon dramatique l'inflation en Europe :)

à écrit le 11/08/2012 à 20:06
Signaler
Quand la réalité dépasse la fiction... La Troïka essaiera en vain d'asservir et de soumettre les nations d'Europe et du monde à leur idéologie visant au nouvel ordre mondial. Les Espagnols, les Grecs, les Italiens, les Portugais et Irlandais nous ...

à écrit le 11/08/2012 à 17:03
Signaler
les taux comparatifs des banques europennes sont si variables que la bce adu instaurer la règle du fonds de soutien et de vrait peut- etre combattre le mouvement sudiste de l' idée d' un autre fond pour developper la règle d' or du Président Sarkosy

à écrit le 11/08/2012 à 16:40
Signaler
Nous avions Draghi, déjà candidat sérieux parmi les comiques de la scène économique, ils ont désormais Gurria. L'organisation qu'il dirige n'a aucune possibilité d'influer sur la BCE et cette dernière est clouée aux bon vouloir des dirigeants françai...

à écrit le 11/08/2012 à 16:04
Signaler
Y'en a toujours un pour dire ce qu'il faut faire et on voit le résultat. Un jour c'est la BCE Draghi Ball Z un jour le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria et ainsi de suite. Toutes ses organisations qui donnent des conseils à tour de bras où ...

à écrit le 11/08/2012 à 15:12
Signaler
Mais qu'est-ce qu'ils attendent pour faire l'union fiscale et budgétaire de l'Europe? Une Europe forte est une Europe.... ensemble.

à écrit le 11/08/2012 à 14:06
Signaler
Face à la fuite des capitaux par centaines de milliards dans plusieurs pays, ne faudrait-il pas rétablir le crédit des finances publiques ce qui ramènera les taux à un niveau acceptable. Concrètement le crédit de la BCE est nécessairement fondé sur c...

à écrit le 11/08/2012 à 13:44
Signaler
N importe quoi cet article justement si la BCE achète de la dette des pays de la zone en difficulté c'est gagné. Moi je pari sur l'or et l'argent (contre l'euro) rien de mieux que de telle annonces inflationnistes!

à écrit le 11/08/2012 à 13:35
Signaler
Belle partie de poker menteur mais j au bien peur que les belles paroles ne suffisent pas!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.