Zone euro : les dossiers chauds de la rentrée

BCE, Espagne, Grèce, Union bancaire : septembre sera-t-il le mois où se jouera la sortie de crise de la zone euro ou au contraire le mois de toutes les déceptions. Aperçu des principaux enjeux.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Contrairement aux années précédentes, les mois de juillet et d'août ont été plutôt calmes sur les marchés. Entre début juillet et fin août, le CAC 40 a même gagné près de 7%; le Dax, près de 10%. Du côté des marchés de taux, le regain d'appétit pour le risque s'est traduit par une compression des primes (spreads) payées par les états et les entreprises pour émettre de la dette. Même l'Italie et l'Espagne ont vu leur prime de financement reculer.

Cela peut-il durer ? Probablement pas. La plupart des économistes de marché s'attendent à un mois de septembre difficile pour la zone euro. Revue de détail des points chauds et des principales échéances.

6 septembre 2012 : Réunion de la BCE. Mario Draghi a suscité des attentes très fortes, il ne doit pas décevoir

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) doit présenter ce jeudi un plan de rachat de dette destiné à limiter l'envolée des taux d'emprunt des pays les plus en difficulté de la zone. Il l'a promis, le 26 juillet puis confirmé le 2 août. Le désormais célèbre "the ECB is ready to do whatever it takes to preserve the Euro. And believe me, it will be enough..." (la BCE est prête à faire tout ce qu'il faut pour préserver l'euro. Et croyez moi cela suffira...) a permis aux investisseurs de passer un été relativement serein.
Maintenant, les actes doivent être à la hauteur des promesses. Les attentes étant extrêmement fortes, toute déception risquerait de provoquer des réactions très violentes sur les marchés. « Pour qu'une telle aide soit efficace, elle ne doit pas être bridée en termes de montant, de maturité ou de stérilisation. De plus, la menace de la subordination doit être dissipée », écrivent les économistes du Crédit Agricole. Néanmoins ces derniers ne s'attendent pas à « voir la BCE se fixer un objectif quantitatif explicite, ou apporter une réponse définitive à la question sensible de la séniorité des achats d'obligations ».
Laisser quelques détails intentionnellement vagues permettrait probablement à la banque de se ménager des marges de man?uvre et d'adopter une approche pragmatique. Reste le risque de laisser les investisseurs sur leur faim....
Autre défi, pour Mario Draghi : faire taire les dissensions internes. « Si au lendemain de la réunion du conseil des gouverneurs, un des responsables de la Bundesbank explique à la presse que la BCE n'est absolument pas prête à se mettre face au marché pour des montants illimités, cela ruinera tous les efforts de Mario Draghi », explique René Defossez, stratégiste taux chez Natixis.

Une demande d'aide de l'Espagne ?

Une fois les détails du plan de la BCE connus, tous les regards se tourneront vers l'Espagne. Dans un entretien publié dimanche par plusieurs quotidiens européens, le premier ministre Mariano Rajoy n'exclut pas une demande d'aide. "Si je pense que c'est une bonne chose pour l'Europe dans son ensemble, pour l'euro et pour l'Espagne, je le ferai, mais si ce n'est pas le cas, non", a-t-il conclu dans cet entretien accordé au quotidien français Le Journal du Dimanche, à l'espagnol ABC, à l'allemand Bild am Sonntag et à l'italien Corriere della Serra. A quelques jours d'une visite officielle à Madrid d'Angela Merkel, il a également déclaré : "Le défi à relever est de résoudre les problèmes d'instabilité de l'euro et d'avancer dans l'intégration européenne. Je sens que Mme Merkel est prête à le faire".

L'Espagne exclut de se soumettre à des conditions supplémentaires à celles déjà prévues par le plan d'aide aux banques et la procédure pour déficit excessif déclenchée par la Commission européenne. Le pays est dans une situation critique. Il doit faire face en octobre à des échéances de 26 milliards d'euros de dette. Il doit également venir en aide à ses régions, à commencer par la Catalogne qui a réclamé une aide de 5 milliards d'euros au gouvernement central.

12 septembre 2012 : Verdict de la Cour de Karlsruhe sur la conformité du Mécanisme européen de stabilité à la Loi fondamentale allemande

Le risque est minime. Ce lundi, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances s'est dit certain que la Cour constitutionnelle de Karlsruhe n'entraverait pas la mise en ?uvre du futur organe permanent d'aide aux pays en difficulté de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité (MES).

12 septembre 2012 : Elections à haut risque aux Pays-Bas

Les thèmes eurosceptiques dominent la campagne dans ce pays où six gouvernements différents se sont succédés ces dix dernières années. Ces élections sont de nature à changer les rapports de force au sein de la zone euro.

12 septembre 2012 : Présentation du projet d'union bancaire

Michel Barnier, le commissaire européen chargé du Marché intérieur, a déjà donné quelques explications sur la supervision des quelques 6.000 banques de la zone euro. L'enjeu est de taille : à terme il s'agit de supprimer les interactions entre risque bancaire et risque souverain.

14-15 septembre 2012 : Réunion des ministres des Finances à Chypre

A Nicosie, les ministres des Finances pourraient décider d'octroyer une aide à Chypre, mais c'est très certainement l'Espagne qui sera au centre des discussions.

Fin septembre / début octobre : Rapport de la troïka (UE, BCE et FMI) sur la Grèce
Ce rapport devrait indiquer si les créanciers de la Grèce lui accordent un délai supplémentaire jusqu'en 2016 pour atteindre ses objectifs budgétaires. Il pourrait être débattu à l'occasion de la réunion des ministres des Finances de l'UE du 8 octobre à Luxembourg.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 05/09/2012 à 18:50
Signaler
En tant qu'allemand je me dis qu'après tout l'Allemagne peut quitter l'UE si cela bon lui semble. Pour le moment tout va bien, avec nôtre excédent de la balance commerciale de 15 Milliards PAR MOIS et ceci depuis plus de quinze ans nous profitons plu...

à écrit le 04/09/2012 à 18:53
Signaler
12 septembre 2012 : Verdict de la Cour de Karlsruhe sur la conformité du Mécanisme européen de stabilité à la Loi fondamentale allemande Le risque est minime ? J'espère que NON

à écrit le 04/09/2012 à 12:07
Signaler
Cela sera le mois de toute les déceptions pour les peuples; L'ouverture des frontières, que cela soit pour les capitaux, les biens et personnes, a fait perdre, aux Etats, tout repère existant, les menant a l'impossibilité d'une évaluation de leur co...

à écrit le 04/09/2012 à 11:23
Signaler
Merci La Tribune d'avoir changé la photo .Quel beau gosse ce Mario et puis eux au moins ils ont le sourire dans cette morosité ambiante .. Que du bonheur !!!

à écrit le 03/09/2012 à 22:38
Signaler
Ils commencent à nous emm...!Que chacun reprenne ses billes!On fait peur au peuples!Tous ces ex barons de Goldmann sachs jouent contre les intérêts des pays en question! appauvrissent les peuples et ce n'est que régression sociale! l'Euro la plus gro...

le 04/09/2012 à 1:05
Signaler
c'est le protocole des sages de goldman sachs ?

à écrit le 03/09/2012 à 20:25
Signaler
C'est quoi cette nouvelle manie de ne plus photographier qu'une partie des sujets? Mario Draghi se fait-il payer des royalties sur son image ou refuse qu'elle soit publiée? Ou est-ce un clin d'oeil de Reuters à l'ego surdimentionné de certains... ou...

le 03/09/2012 à 21:36
Signaler
Tout à fait d'accord avec simple citoyen !!! les photos coupées en deux ça suffit ..... Arretez de nous priver de ces beaux visages souriants : Aubry ...Merkel.....et puis Normal 1er prenant son bain avec sa princesse ......Quel régal !!!!!

à écrit le 03/09/2012 à 20:19
Signaler
Ce mois de septembre s'avérera cruciale non seulement pour l?Europe, mais pour le monde entier. Dans tout les cas, Mario Draghi entrera dans l'histoire !

le 03/09/2012 à 23:32
Signaler
Euhhh... j'aime beaucoup votre parfum Malar... c'est quoi? Emphase?

le 04/09/2012 à 0:14
Signaler
Ca fait des mois et des mois qu'on nous dit "moment crucial" mais en attendant ça bouge pas vite... Vivement que la zone euro explose, monnaie de l'arnaque. On en subirait peut-être les conséquences mais moins longtemps que ce qui dure depuis des ann...

le 04/09/2012 à 0:41
Signaler
On ne semble pas cerner la gravité de cette crise à sa juste valeur. L'Europe s'est auto endetté et s'endette, elle s'est donné des promesses qu'elle ne pourrait et ne tiendra jamais. Ce mois ci, la réalité fera place à l'illusion qui l'eut bercé dur...

le 04/09/2012 à 1:10
Signaler
ils revent! la machine a billets ne sert a rien. Les USA ont jete, non des millions, non des milliards, mais des trillions (milliers de milliards). a quel effet ? la semaine derniere, Siemens a emprunte a 2y a 0.375%. A quel taux Fiat emprunte t il ?...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.