La Fed a-t-elle les moyens de relancer la croissance américaine ?

Après la BCE, la décision de la Cour de Karlsruhe et les premiers pas vers une supervision bancaire unique, les regards se tournent maintenant vers les États-Unis. La Réserve fédérale (Fed) se réunit aujourd'hui et demain pour fixer le cap de la politique monétaire américaine. Mais a-t-elle les moyens de relancer la croissance ?

3 mn

Ben Bernanke, le patron de la Fed. Copyright Reuters
Ben Bernanke, le patron de la Fed. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Une fois n'est pas coutume, il est extrêmement difficile de savoir ce que la Réserve fédérale va annoncer jeudi soir, après une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire (FOMC). La situation est critique : l'économie américaine n'a, semble-t-il plus la même capacité de rebond que lors des cycles précédents. Surtout, le taux de chômage reste extrêmement élevé, comme en témoigne le rapport sur l'emploi publié la semaine dernière.

Le dernier rapport sur l'emploi a renforcé les attentes d'un « QE3 »

Se fiant au discours prononcé par le patron de la Fed à Jackson Hole - la grande réunion annuelle des banquiers centraux -, certains opérateurs de marché misent déjà sur l'annonce d'un troisième programme d'assouplissement quantitatif de la politique monétaire (le fameux « QE3 »). A Jackson Hole, Ben Bernanke a en effet expliqué que l'état de l'économie justifierait que la Fed en fasse plus pour soutenir l'activité et favoriser une baisse plus rapide du taux de chômage. Il a aussi clairement laissé entendre qu'à ses yeux le plus efficace serait un nouveau programme d'achat d'obligations.

Les débats restent vifs au sein de la Fed

Reste maintenant à savoir si Ben Bernanke est capable de rallier la majorité du Comité de politique monétaire (FOMC). Cela n'a rien d'évident. Preuve de l'intensité des débats au sein de la Fed, à Jackson Hole Ben Bernanke a bien précisé qu'il ne s'exprimait qu'en son nom...

Problème structurel ou problème conjoncturel ?

« Deux logiques s'affrontent au sein du FOMC, explique l'économiste d'Aurel bgc, Christian Parisot. Certains membres estiment que la hausse du taux de chômage est structurelle. D'autre, comme M.Bernanke, considèrent qu'elle est conjoncturelle. Pour ces derniers, stimuler l'activité économique permettra d'augmenter les embauches et de faire baisser durablement le taux de chômage ». Ceux qui s'opposent à de nouveaux achats de dette par la Réserve fédérale font par ailleurs valoir que la Fed ne doit pas aller plus loin si elle ne veut pas complètement biaiser les prix sur le marché des bons du Trésor. « Avec l'opération twist, la Fed détiendra en fin d'année la moitié des encours de dette souveraine entre 10 et 20 ans et 40 % de l'encours des titres dont la maturité est comprise entre 7 et 10 ans ». Jusqu'ici cette politique n'a pas eu beaucoup d'effets positifs sur l'activité et sur l'emploi.

Inciter les banques à financer les prêts immobiliers des ménages

Une autre possibilité serait que la Fed trouve le moyen d'inciter les banques américaines à recommencer à prêter. « Le secteur immobilier reste la clef de la conjoncture américaine, estime l'économiste d'Aurel bgc. Or aujourd'hui il existe une demande de financement de la part des ménages mais les banques ne prêtent pas ». Dès lors, la Fed pourrait choisir d'acheter des titres adossés à des prêts immobiliers (RMBS).

Le « QE 3 » pourrait attendre

La Fed dispose également d'une option, a minima, mais qui donnerait également l'impression qu'elle continue d'assouplir sa politique monétaire : modifier sa communication. « Malgré le mauvais chiffre d'emploi américain, la Fed pourrait selon nous simplement annoncer une durée plus longue du maintien de ses taux directeurs au-delà de 2014, et annoncer son programme d'achats de titres (Treasuries/MBS) au mieux à partir d'octobre », estime dans une note de recherche, Nordine Naam, stratège taux chez Natixis.


CNBC Fed Survey Results: September 12, 2012

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/09/2012 à 21:52
Signaler
Dans la cour de récréation, la maîtresse a annoncé qu'elle a imprimé plein de bons points qu'elle va distribuer, à échanger contre des bonbons. Sauf qu'il n'y a pas plus de bonbons qu'hier...

à écrit le 13/09/2012 à 15:15
Signaler
Bon pour changer des poncifs incantatoires et mensongers ci-dessous, un certain nombre de pays ont fait réémerger leur économie par le biais de la dévaluation compétitive (je ne dis pas que c'est la solution pour les occidentaux au sens large, simple...

à écrit le 13/09/2012 à 11:54
Signaler
Je n'ai jamais vu dans toute l'histoire un institut d'émission relancer une économie par de la création monétaire artificielle de surplus, acheter de la dette d'un état en faisant tourner la planche à billets finira par ruiner l'économie américaine e...

le 13/09/2012 à 13:43
Signaler
Ce que vous dites est exact, mais cette activité des états et de leurs banques vise uniquement à passer des caps difficiles pour ne pas être dès aujourd'hui en rupture de paiement et attendre des jours meilleurs. On ne danse plus pour faire pleuvoir...

à écrit le 12/09/2012 à 22:52
Signaler
Dans l'état actuel des choses, la FED a tiré toutes ses cartouches pour relancer la croissance aux USA. Les taux d'intérêts sont au plancher et pourtant les banques ne prêtent plus et l'économie est au point mort. En fait, un nouveau New Deal serait ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.