La crise de la zone euro n'est plus le principal souci des investisseurs

 |   |  270  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'enquête mensuelle de BofA-Merrill Lynch révèle que la principale préoccupation des investisseurs est désormais le "mur budgétaire" aux États-Unis.

Pour la première fois depuis avril 2011, les investisseurs sont plus préoccupés par la perspective du "mur budgétaire" aux Etats-Unis que par les problèmes de financement des Etats "périphériques" de la zone euro, indiquent les résultats de l'enquête mensuelle réalisée par Bank of America - Merrill Lynch, publiés ce mardi.

Pour 35% des investisseurs, le "mur budgétaire" américain est désormais le risque majeur sur les marchés. Les inquiétudes liées à la crise de la zone euro n'ont toutefois pas totalement disparu. Elle est considérée comme le principal risque par 33% des investisseurs. Signe de l'efficacité du "bazooka" de la BCE, cette proportion s'est nettement réduite. Elle atteignait 48% en août.

Le "mur budgétaire" désigne un mécanisme qui prévoit, pour fin 2012, l'activation automatique de coupes budgétaires et la suppression d'allègements d'impôts faute d'un accord entre Démocrates et Républicains sur une trajectoire de rétablissement des finances publiques.

Les investisseurs recommencent à se positionner sur les actions de la zone euro

Le pessimisme n'est plus de mise. Alors qu'en août les investisseurs étaient une majorité à anticiper une détérioration de la situation économique en zone euro, les avis sont désormais équilibrés. Conséquence directe de ce changement de perception : les investisseurs ont recommencé à se positionner sur les actions de la zone euro.

L'enquête a été réalisée du 7 au 13 septembre auprès de 138 investisseurs en responsabilité au sein de sociétés gérant un total de 313 milliards de dollars d'actifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2012 à 2:44 :
Tout à fait d'accord, c'est un problème majeur pour la société américaine à savoir qui paye. D'ailleurs cela pose aussi la question du chômage. Un monde civilisé devrait faire de la place et pas laisser les gens livrés à eux même. Les démocrates sont des beaux parleurs et de fieffés menteurs... les chômeurs deviennent exclus, les riches sont toujours riches. On joue du pipo, on profite dans les palais pendant qu'on laisse les gens à la rue. A Paris, c'est pareil, et plus on va vers le sud plus ça empire...
Réponse de le 19/09/2012 à 7:41 :
A paris un peu moins que ds le Bronx tout de même: l'Europe fédérale avance lentement mais de crises en crises elle sait ce qu'il lui faut ne plus connaître; les Démocrates ne peuvent guère changer les fondements d'une constitution coulée ds le bronze des héritages.
a écrit le 19/09/2012 à 0:51 :
S'il y a repositionnement sur les actions, les histoires de taux vont devenir plus pressantes. On risque de voir la différence France allemagne... Saviez-vous que lorsqu'on sort des écoles françaises on est mis sur le carreau, c'est un système bien étrange... les services du chômage qui font double emploi nous disent d'aller distribuer des publicités dans les boîtes aux lettres... on leur dit d'aller au diable, logique.
Réponse de le 19/09/2012 à 1:15 :
Quand la France voudra fabriquer autre chose que du chômage et des déficits, peut-être que ça changera? Il existe clairement une volonté de nuire...
Réponse de le 19/09/2012 à 1:44 :
La crise en zone euro n'en est qu'à son début. Ce qui est souhaitable c'est de changer de système et de donner un travail à ceux qui n'en ont pas. Mais comme cela fait des années que cela dure, on démolit allègrement les familles françaises. Ainsi le monde politique a sombré dans le mensonge et empêche des millions de gens de vivre. Il faut passer outre. Ce qui est valable pour les uns doit l'être pour les autres. Nos diplômés sont valables et nous devons leur donner une vie.
Réponse de le 19/09/2012 à 9:27 :
rappellons aussi encore une fois le message d alerte fait par la Fed sur le fait qu en décembre de cette année (soit juste aprés les élections de novembre) les USA se retrouveront comme l année derniére en état de cessassion de paiement et qu il faudra encore une fois que les deux partis se mettent d accord Ce qui est loin d etre gagné d avance quand on se rappelle le cirque et les batailles de chiffoniers que ca avait occasioné
Réponse de le 19/09/2012 à 9:44 :
D'accord avec Kevin. L'etat omnipresent dans les affaires detruits tous. J'ai entendu ce matin sur BFM que les cotisations sociales sur interessement et participation au benefice allais augmenter de 14%... Soit autant de moins sur ce complement de salaire pour les salariés... Quand est-ce qu'il vont aller chercher l'argent la ou il est? C'est a dire dans les depense de fonctionnement?!!!
a écrit le 18/09/2012 à 23:25 :
En gros ils font de la navigation à vue. Et après le mur budgétaire... ça serait bien de se poser la question.
a écrit le 18/09/2012 à 21:42 :
Comme si les ricains allaient s'arrêter à ça... C'est du purement commercial qui a été fixé histoire de leur construire une autre façade. Rien de plus. Donc, cela sautera dès qu'ils se sentiront "un peu" gênés. Comme d'hab. Hélicoptère Ben est là pour les arroser de dollars... Un ricain est "pragmatique", soit, il domine le monde.
a écrit le 18/09/2012 à 19:30 :
zz
a écrit le 18/09/2012 à 19:09 :
Il faudrait arreter de faire évoluer l'économie en fonction de l'age du capitaine, et du nombre de gens qui font des pêts dans le couloir ... Cela cause des dommages collatéraux importants dans la vie du citoyen lambda, qui finira pas en avoir marre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :