La France a emprunté 200 milliards d'euros en 2012

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La France boucle ses émissions de dette sur une note positive. Elle a pu emprunter cette année plus de 200 milliards d'euros sur les marchés obligataires en données brutes selon l'Agence France Trésor.

La France a peut-être perdu deux "triple A" cette année. Mais cela ne l'a pas empêchée de se financer largement sur les marchés. Le montant brut des émissions de dette à moyen et long terme atteint 200,73 milliards d'euros, selon les données de l'Agence France Trésor publiées ce jeudi. En données nettes, cela représente 183,7 milliards d'euros de dette émise. Et ce, pour un programme de financement fixé à 178 milliards d'euros nets des rachats. Un succès donc.

Record de taux bas

Plusieurs adjudications ont été l'occasion de battre des records avec des taux particulièrement bas, signalant l'appétit des investisseurs pour la dette française. Dernière en date: mercredi, la barre des 2% à été franchie lors d'une émission de dette à 10 ans. Ce jeudi, le taux est légèrement remonté après que ceux de l'Espagne et de l'Italie se sont tendus. Ils ont grimpé respectivement de 16 et 12 points de base à 4,58% et 5,54% dans la matinée.

Un marché "liquide et profond"

Cette année, deux agences de notations, Standard and Poor's en janvier puis Moody's en novembre, ont décidé d'abaisser la note souveraine de la France. Elles pointaient les risques de contagion de la crise de la dette subie par d'autres pays de la zone euro alors que le niveau de dette publique français augmente (elle atteint 91% du produit intérieur brut au deuxième trimestre). Mais cela n'a visiblement pas géné les émissions de dette française.

"Le marché de la dette française [est] très liquide et profond", ce que permet "aux investisseurs d'obtenir outre la sécurité, un rendement légèrement meilleur que la dette allemande dans un environnement où les liquidités sont surabondantes", a indiqué l'agence Reuters qui cite Jean-Michel Six, analyste de Standard and Poor's.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2012 à 12:34 :
Et la france emprunte toujours et encore !... pour payer toujours plus de fonc inutiles ! Je suis expatrié et fière de l'être ! Cette mascarade n'a que trop durée.
Réponse de le 18/12/2012 à 14:56 :
Déserteur tu veux dire ?
a écrit le 08/12/2012 à 8:00 :
Je suis père de famille nombreuse et je m'inquiète pour mes enfants. Car ce sont eux qui vont payer cette gabegie...
Réponse de le 08/12/2012 à 10:48 :
Quelle quelle soit une dette est une dette.Tant qu'on empruntera pour le fonctionnement de l'état çà continuera.c'est le résultat de 35 années de gabegie.pauvres enfants et petits enfants.
Réponse de le 12/12/2012 à 12:51 :
Rassurez-vous : dans son histoire récente, la France fait défaut en moyenne tous les 50-60 ans. La prochaine fois ne saurait tarder. Et ce jour-là, ce ne sera pas nous, citoyens français, ni nos enfants, qui auront à nous plaindre, mais bien les boursicoteurs persuadés de faire de bonnes affaires.
a écrit le 08/12/2012 à 6:28 :
Ecrit d'une autre façon:200 milliards à 2%= 800 millions d?impôts de plus à payer.Si la France avait la possibilité de battre sa monnaie,ses 800 millions ,dont 160 millions de TVA
ne se seraient pas évaporés.
Réponse de le 22/01/2013 à 13:03 :
Et si la France avait sa propre monnaie, alors nous n'aurions pas des taux à 2% ni une inflation encore limitée, ni cette nécessité salvatrice de nous réformer pour monter en gamme.
Enfaite, si la France avait la possibilité de battre sa propre monnaie, l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne, la Grêce etc. auraient tous la possibilité de battre monnaie. En d'autres termes, nous serions tous en train de battre monnaie, tous ensemble, nous déciderions de dévaloriser notre richesse pour ne pas avoir à nous améliorer ni à évoluer.

Bref, l'euro nous oblige à croire en nous, à avoir un peu d'amour propre, de fierté et d'honneur.
Réponse de le 17/02/2013 à 12:15 :
tes trop fort pour le calcul...eee
a écrit le 08/12/2012 à 0:09 :
Dommage que ce ne soit pas pour autant d'investissements, mais pour du simple fonctionnement.
a écrit le 07/12/2012 à 13:09 :
la dette est la drogue dure des politiques qui ne savent rien gérer, toujours plus de moyens pour notre armée rouge de fonctionnaires, aucune efficacité, l'exception mondiale, il est normal que les dealers les alimentent encore à bas prix jusqu'à la mort pour en tirer le plus de profit, réjouissons nous de cette belle nouvelle de taux bas !
a écrit le 07/12/2012 à 13:06 :
"Le marché de la dette française [est] très liquide et profond" ??? il y a une erreur, il faut lire : le malaise lié à toute absence de logique économique et de gestion est sinistre et profond
a écrit le 07/12/2012 à 13:04 :
le malade du cancer de la dette qui ne veut pas prendre les médicaments qu'a pris le québec, la suède qui vont beaucoup mieux, ...qui a suivi les gourous qui soignent par les plantes comme la grèce, l'espagne...et se retrouve donc en phase terminale, et on on se réjouit qu'il ait passagèrement un peu moins de fièvre grâce à la morphine des marchés !!, c'est effectivement un point de vue !!!
a écrit le 07/12/2012 à 13:03 :
se réjouir de s'endetter encore plus ??? on n'arrive plus à rembourser les intérêts ! et les intérêts nous prennent toutes les ressources, impossible d'aider les PME :et le jour où on veut rembourser la dette on fait commet ? sur 10 ans, 1800 milliards, ça fait 180 milliards par an, on les trouve où ???? il faut surtout arréter les dépenses inutiles, réorganiser la colossale fonction publique, cibler les dépenses utiles... et on peut réduire de 30 à 40%, ce qui permet de financer les aides aux pme,à développer l'emploi...les politiques et fonctionnaires sont des nuls absolus en gestion, ils couleraient n'importe quelle entreprise en 6 mois, on peut ouvrir un musée des neunueux de la gestion, le problème c'est qu'il fait la moitié de la fance
a écrit le 07/12/2012 à 12:54 :
je répète : si les taux sont bas c'est que d'une part les pays où on peut préter ne sont légion, mais surtout c'est que les spéculateurs savent qu'il y a encore ds possibilités : le pouvoir peut finir de tuer les classes moyennes, il y a 11000 millards de capital sur ce segment. Ensuite il ne restera plus que la peau de la bête mais ça ce n'est pas le problème des spéculateurs. Et comme la france ne veut pas s'attaquer à la dépense improductive, une montagne de gains, "chance" que n'ont pas ceux qui sont déjà au taquet (espagne..), toute dégradation nous entraîne au fond du gouffre, il suffit que les taux augmentent un peu pour qu'on ne sache plus rembourser, donc faillite. Il est urgent de prendre exemple sur les meilleurs élèves de la classe (suéde, argentine, québec..) qui ont géré comme une PME, économies, rationnaliation..et non les cancres (grèce, espagne..), ce pour fuir les bonnes décisions et rester à coté du radiateur, ça c'est du suicide !
a écrit le 07/12/2012 à 11:01 :
Si je vous comprends bien après avoir emprunté 200 milliards de plus en 2012 pour finir nos fins de mois en dépenses publiques et du train de vie de l'Etat pléthorique, nous en sommes à 2.000 milliards d'euros d'endettemenbt cumulés ? Mais chut ce qui est important c'est le taux d'intérêt historiquement bas de la dette peu importe si elle représente ou non un peu plus ou moins que 90% du P.I.B. lequel sera encore plus important en 2013 si noius sommes en croissance nulle ou presque. La Paille et la Poutre, vous connaissez ?
Réponse de le 07/12/2012 à 11:22 :
non, ce n'est pas ca: la France a aussi rembourser de la dette !!
Réponse de le 07/12/2012 à 12:19 :
Non, on a juste refinancé une partie de la dette qui arrivait à échéance et on a emprunté pour la nouvelle dette (pour couvrir le déficit). La dette de la France est de 1832 milliards.
a écrit le 07/12/2012 à 10:40 :
Il devient indispensable de diffuser sur internet tous les renseignements financiers permettant de comprendre la véritable situation financière de l'Etat, dissimulée par l'Administration, de façon à pouvoir contrebalancer la diffusion médiatique orchestrée par cette Administration de messages lénifiants destinés à anesthésier le populo.
a écrit le 07/12/2012 à 10:06 :
Génial, on peut emprunter sans limites,donc continuer à dépenser sans compter,pauvre France
a écrit le 07/12/2012 à 9:38 :
on peut s encroumer tranquille .... en attendant les huissiers ?
a écrit le 07/12/2012 à 9:27 :
c'est de la dette que la France n'a pas les moyens de rembourser. Il est plus que temps de revenir sur terre. Il va falloir faire des choix/sacrifices, avant que ceux-ci ne nous soient imposés, comme à la Grèce!
a écrit le 07/12/2012 à 8:45 :
Se réjouir de d'être endetté encore plus... La Tribune devrait faire attention, la promotion de la consommation de drogue (quelle soit financière ou autre) peut (et va certainement nous concernant) porter atteinte à l'ordre public ;-)
a écrit le 07/12/2012 à 7:46 :
Combien avons-nous remboursé en capital en 2012 ?
Seule la réponse à cette question à un sens. Car si c'est se targuer d'augmenter de la bonne dette à 2%, c'est tout simplement ridicule
Réponse de le 07/12/2012 à 9:28 :
On doit tout juste payer les intérêts, et faire de nouveaux emprunts pour payer les grosses échéances... on va dans le mur!!
Réponse de le 07/12/2012 à 9:46 :
Le capital baisse au rythme de l'inflation pour la dette émise sans indexation (la majorité). Soit -2,3 % par an
Réponse de le 07/12/2012 à 12:31 :
euh certes mais 30% de la dette détenue en 2011 était déjà indexée attention
a écrit le 07/12/2012 à 7:26 :
suivant la dernière publication de novembre de l'AFT la dette de l'état baisse depuis 2 mois. C'est un signe encourageant qui reste très fragile. Avec fin octobre une dette de l'état à 1 377 milliards d'euros, et un poste intérêt de la dette à 55 milliards d'euros l'état doit accélérer le remboursement anticipé des emprunts supérieur à 3 % pour emprunter à moins de 2 % ainsi cela permettra d'économiser sur ce seul poste plus de 26 milliards d'euros sans toucher aux dépensent d'investissements de l'état nécessaire pour la croissance. En tout état de cause le retour à l'équilibre voir l'excédent budgétaire est indispensable pour se redonner des marges de man?uvre et relancer de manière forte une croissance indispensable pour créer de l'emploi...mais il faudra au moins 3 ans pour passer ce cap difficile (baisse des dépenses de fonctionnement du secteur public - hausse des taxes et impôts) faute d'une volonté européenne de modifier le financement des état par la BCE à DES TAUX DE 0.75 % !
a écrit le 07/12/2012 à 6:34 :
La France emprunte pour rembourser ses dettes chapeau bas tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes
a écrit le 07/12/2012 à 5:22 :
Les investisseurs devront désormais s'orienter plus sur les entreprises capables de développer la communication du futur que les états qui devront poursuivre leur désendettement . Les nécessité d'axes routiers, et d'infrastructures nouvelles. De nombreux domaines sont demandeurs de restructuration qui pourrait se traduire par la prise de participations ; restructurant, consolidant le participation de l'actionnariat.
a écrit le 06/12/2012 à 22:14 :
Combien ce refinancement a-t-il permis d'économiser en intérêts de dettes en moins ?
Réponse de le 07/12/2012 à 4:02 :
Milliards sur 11 mois environ
a écrit le 06/12/2012 à 21:25 :
Ces 200 milliards sont la preuve que nous vivons au dessus de nos moyens , et c'est bien triste .
Le "modèle social français " nous amène sur une pente très dangereuse
a écrit le 06/12/2012 à 21:25 :
génial, 200 milliards de dettes en plus .
Que du bonheur !
Réponse de le 07/12/2012 à 3:22 :
200 milliards de dettes empruntees ne veut pas dire 200 milliards de dettes en plus. Comme un individu emprunte a la banque, l etat emprunte sur un marche de dette une somme pour un certain temps, si a la fin de cette periode l etat a de nouveau besoin d emprunter la meme somme alors il emprunte le meme montant.
Dans l article on ne sait pas si au global la dette francaise a augmente ou non, mais la n est pas le sujet de l article.
Réponse de le 07/12/2012 à 4:30 :
@toto : Waoo on emprunte mais ce n'est pas une dette waoooooo vous êtes trop fort, je cours demain voir ma banque avec votre explication !! SVP je souhaite UNE SOMME non non pas une dette UNE SOMME et juste pour 30 ans, merci. "Une somme pour un certain temps" heu vous voulez dire "une dette pour un certain temps" ? D'ailleurs on ne rembourse que les intérêts depuis 40 années LE REVE des banquiers.Si les taux sont bas c'est justement fait pour qu'on se fasse bien avoir avec des banques qui tout à coup vont dires "stop" mais bon cr'est vrai ce n'est qu'une somme.@ KLAKOS vous avez raison c'est pas génial d'autant que cela ne finance rien de génial.
Réponse de le 07/12/2012 à 9:31 :
la dette de la France ne fait qu'augmenter depuis 40 ans. Vous avez pourtant accès aux médias puisque vous postez sur la Tribune...
Réponse de le 07/12/2012 à 9:49 :
Sur les 200 milliards un peu plus de la moitié est du refinancement (à taux plus faible).
a écrit le 06/12/2012 à 20:07 :
"Le marché de la dette française [est] très liquide et profond"
Il ya quelques annees, on disait la meme chose de la dette grecque et l'annee derniere idem pour Italie et Espagne...Pour rappel, en 2 semaines, les taux espagnols ont doubles.
"rendement légèrement meilleur que la dette allemande" : le 10 ans Allemand est a 1.3% contre 2.0% pour la France. On a juste 50% de rendement pour la dette francaise contre la dette allemande...le "legerement" m'a bien fait rire en tout cas.
Réponse de le 07/12/2012 à 9:33 :
Vous avez parfaitement raison! Et c'est sans doute ce qui se passera également pour la France, une augmentation brutale des taux, et la faillite de l'état comme pour la Grèce, faute de capacité à emprunter. Et ça ne préviendra pas...
Réponse de le 07/12/2012 à 12:34 :
Non on ne disait pas que le marché de la dette espagnole et grecque était profond et liquide il y a quelques années. Les seuls marchés de dette qualifiés de profonds et liquide en europe sont Allemagne Italie France.
a écrit le 06/12/2012 à 20:03 :
200 milliards qu'on dilapide et distribue a bon coeur , pour le bon vivre de ces politiciens , il faut arreter cette catastrophe , tous dans la rue
a écrit le 06/12/2012 à 19:57 :
Posez vous la question "Mais qui achete donc cette dette ???"
Si ce sont les banques a qui la BCE prete qui achete cette dette ...
Puis revendue aux petits porteurs sous forme de "placements"...
Il va y avoir des larmes...
Réponse de le 06/12/2012 à 20:06 :
C'est bien en partie ce qui se passe. Mais que représente cette partie dans le total ? Quelqu'un a t il de l'info sur l'identité des acheteurs ?
Réponse de le 06/12/2012 à 21:19 :
C'est les fonds de pension américains et anglais, les retraités. Si la France dit qu'elle restructure, ça risque fort de réagir. Avant c'était 180, on est passé à 200. Elle est sur 7 ans, on trouve ça sur le site de la Banque de France. Faut chercher un peu. Les deux tiers des obligations sont détenues par des étrangers, ce qui nous menace sur les taux.
Réponse de le 06/12/2012 à 21:40 :
Entre 70 et 80% des acheteurs de bons souverains français sont étrangers.
a écrit le 06/12/2012 à 19:29 :
Nous aimerions connaitre la ventilation, et l'évolution des durées de ces emprunts, car j'espère bien que l'on en profite pour allonger les maturités..
Réponse de le 06/12/2012 à 19:37 :
Vu les taux appliqués il s'agit sans doute de taux à 10 ans.
a écrit le 06/12/2012 à 19:22 :
Dans les mois qui viennent un krach obligataire pourrait tout emporter. Les métaux précieux restent les dernières valeurs refuges.
Réponse de le 07/12/2012 à 9:35 :
mais notre état ne veut surtout pas que ça se sache, il a besoin de pouvoir confiquer un maximum d'épargne (livret A, assurances vie) quand le krach se produira, afin de ne pas sombrer. Alors en attendant, on incite les gens à stocker leur argent sur ces supports! c'est un futur vol organisé!!
Réponse de le 03/10/2014 à 21:56 :
il y a des tas d'économistes dits de gauche qui sont economiquement liberaux et d'accord avec les positions censurées de Rebsamen...Mais de manière etrange, la gauche préfère toujours ressortir de vieilles lunes idéologiques, totalement inadaptées au 21eme siècle français, plutôt que de se moderniser et de vendre des idées qui ne font même plus debat dans la majorité des pays concurrents du nôtre
a écrit le 06/12/2012 à 18:43 :
20% de somme astronomique est détenue par la petite Suisse !
a écrit le 06/12/2012 à 18:39 :
malgré ca on arrive toujours pas a avoir un budget a l equilibre
c est dire la gestion structurellement calamiteuse de notre pays
Réponse de le 06/12/2012 à 19:41 :
Les emprunts sont faits pour financer les déficits. Le recours aux emprunts n'est pas un moyen d'équilibrer les recettes fiscales et dépenses prévues mais juste de financer l'excédent de dépenses par rapport aux rentrées.
a écrit le 06/12/2012 à 18:27 :
Si les liquidités sont surabondantes, et que la BCE prévoit une récession, il est grand temps d'arroser l'économie réelle avec ces liquidités SURABONDANTES actuellement gelées.
Vivement leur retour dans le giron public (impôts, confiscation, déni de rembourser, inflation... tout plutôt que de continuer à creuser les écarts sociaux par un endettement du auprès des plus riches pour financer la baisse des impôts sur ces derniers).
Réponse de le 06/12/2012 à 20:03 :
Mais bien sûr, on y croit... Pourquoi ne pas s'inspirer de la Corée du Nord, à vous écouter....
Réponse de le 06/12/2012 à 21:06 :
Tout pour une personne, rien pour les autres, c'est ça le capitalisme ?
Réponse de le 06/12/2012 à 23:53 :
Euh, en fait le communisme c'est pire ...
Réponse de le 07/12/2012 à 9:37 :
le capitalisme n'a rien à voir avec le modèle économique de la France. Le modèle économique de la France, ça s'appelle "l'économie de la dette", et on sait comment ça va se terminer...
a écrit le 06/12/2012 à 18:24 :
200 Milliards , c'est la somme que doit économiser le gouvernement sur 5 ans pour revenir au niveau Allemand de prélèvement soit 56 % du PIB. Actuellement, le taux est de 66 % taux qui empêche toute forme de redressement économique.
a écrit le 06/12/2012 à 18:12 :
Je ne vois pas ou est le succès d'emprunter autant. Par ailleurs, les marchés ont confiance car jusqu'à maintenant il n'y a pas eu de révolte fiscale, mais il faut voir la suite.
Réponse de le 07/12/2012 à 11:10 :
JE CROIS QUE CA S APPELLE DE LA CAVALERIE..NON

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :