La banque JPMorgan condamnée pour défaut de droit lors d'un congé parental

 |   |  345  mots
(Crédits : Reuters)
Les papas de Wall Street ont remporté jeudi une grande victoire, la banque JPMorgan Chase ayant accepté de verser 5 millions de dollars à des salariés hommes qui s'estimaient discriminés dans le cadre du congé parental.

La première banque américaine en termes d'actifs a accepté de conclure un accord à l'amiable avec des plaignants, associés dans le cadre d'une action en nom collectif (class action), lui reprochant de ne pas leur avoir accordé les mêmes droits qu'à des mères pour leur congé de paternité.

Père ou banquier... il faut choisir

La plainte couvrait la période 2011-2017 et avait été déposée conjointement par l'antenne de l'Ohio de l'association de défense des libertés ACLU et le cabinet d'avocats Outten & Golden LLP, au nom de salariés pères de JPMorgan Chase. C'est Derek Rotondo, un employé devenu papa, qui a été le premier à soulever la problématique. Il accusait la banque de ne pas lui avoir accordé les mêmes droits prévus pour une salariée femme dans le cadre du congé de maternité.

M. Rotondo arguait qu'il souhaitait prendre 14 semaines de congé paternité après la naissance de son fils en tant que parent principal, mais le département des ressources humaines lui avait répondu que ce privilège n'était accordé qu'aux mères. Celles-ci étaient les seules personnes considérées comme parent principal et donc seules à pouvoir bénéficier jusqu'à 16 semaines payées 100%.

Les pères en revanche, considérés comme co-parents, n'avaient droit qu'à deux semaines de congé de paternité "à moins de prouver que leur épouse ou époux ou partenaire était physiquement ou légalement incapable ou avait repris le travail".

Un camouflet pour la banque

Jugeant que cette disposition relevait de la discrimination sur le genre et était par conséquent "illégale", l'ACLU avait saisi en juin 2017 l'Equal Employment Opportunity Commission. Cette affaire est un camouflet pour JPMorgan Chase, considérée comme une des banques en pointe sur les problématiques sociétales aux Etats-Unis.

En 2016, la firme était devenue une des rares grandes entreprises américaines à porter le congé parental de 12 à 16 semaines payées 100%. L'an dernier, le congé parental des co-parents est passé de deux à six semaines payées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2019 à 9:10 :
"l'ACLU avait saisi en juin 2017 l'Equal Employment Opportunity Commission"

Ah si on pouvait avoir une institution aussi puissante et efficace que l'ACLU...
Réponse de le 31/05/2019 à 9:38 :
c'est vrai que les US sont un modèle en matière de social et d'inégalités. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :