Paiement mobile : la bataille fait rage pour imposer une solution universelle

 |   |  820  mots
Petit Bateau est l'une des premières enseignes de distribution à avoir proposé la solution de paiement mobile Fivory, à partir de 2014.
Petit Bateau est l'une des premières enseignes de distribution à avoir proposé la solution de paiement mobile Fivory, à partir de 2014. (Crédits : © Reuters Staff / Reuters)
Le distributeur Auchan, sa banque Oney et l’émetteur de cartes bancaires MasterCard ont annoncé mercredi 22 juin leur ralliement à la solution de paiement mobile Fivory, lancée en 2014 par le Crédit Mutuel-CIC.

Votre Smartphone, vous l'utilisez pour téléphoner, prendre des photos, relever vos mails, lire la presse, vous informer sur la météo du lendemain, vérifier le solde de votre compte bancaire, etc. Mais vous en servez-vous pour régler vos achats en magasin ? Si oui, vous faites partie de la très faible minorité de Français qui ont franchi le cap du paiement mobile : seuls 8% des propriétaires de Smartphones interrogés par Deloitte ont déjà utilisé leur mobile pour effectuer un paiement de proximité, selon une étude publiée le 19 novembre dernier par le cabinet d'audit.

Pas de quoi refroidir les ardeurs de l'émetteur de cartes bancaires MasterCard, du distributeur Auchan et de sa banque Oney, qui ont annoncé, mercredi 22 juin, leur ralliement commercial et capitalistique à Fivory, la solution de paiement mobile lancée deux ans auparavant par le Crédit Mutuel-CIC, puis adoptée en 2015 par le groupe pétrolier Total.

Geoffroy Seghetti, chez MasterCard, fonde son optimisme sur l'évolution des tendances aux États-Unis, « sans doute le marché qui a démarré le plus tôt dans le paiement mobile de proximité. » Outre-Atlantique, 13,5% des possesseurs de Smartphones ont déjà sauté le pas du paiement mobile en magasin, d'après les chiffres des cabinets eMarketer et CCM Benchmark, et cette proportion « devrait doubler, au cours des deux prochaines années », pronostique Geoffroy Seghetti.

Fivory sera généralisé à l'ensemble de la galaxie Auchan au printemps 2017

Un potentiel qui explique la multiplication des solutions de paiement mobile, dans le monde en général, et en France en particulier. Outre Fivory, le géant américain de l'électronique Apple a annoncé l'arrivée d'Apple Pay dans l'Hexagone, au mois de juillet, en partenariat avec le groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d'Épargne), Carrefour Banque, Visa, MasterCard, Orange ou encore Edenred. Quelques mois plus tard, en tout état de cause avant la fin de l'année, ce sera au tour du portefeuille électronique Paylib, adopté par BNP Paribas, la Société générale, la Banque Postale, le Crédit agricole et Crédit Mutuel Arkéa, de proposer le paiement mobile chez les commerçants. De leur côté, BNP Paribas et Carrefour expérimentent « Wa ! », une solution de paiement mobile qui présente bien des ressemblances avec Fivory. « Nous sommes concurrents », reconnaît Christophe Dolique, président de Fivory, que cette nouvelle initiative « renforce dans (ses) convictions. » À savoir que « les commerçants doivent être au cœur des dispositifs de paiement mobile. »

Dès sa phase d'expérimentation, en 2014, Fivory s'est donc développé en partenariat avec des commerces indépendants et de grandes enseignes comme Le Printemps, Franprix, Yves Rocher France, Petit Bateau. Au-delà du paiement par smartphone, cette application, par ailleurs gratuite et accessible quels que soient le téléphone, la banque et l'opérateur mobile du consommateur, permet de digitaliser l'ensemble de la relation-client et de la personnaliser. En effet, Fivory ne contient pas seulement les données bancaires des consommateurs mais également celles relatives à leurs cartes de fidélité et à leurs bons de réduction.

Une « valeur ajoutée, par rapport au paiement par carte, (que des solutions comme Apple Pay) n'apportent pas », souligne Christophe Dolique. De plus, révolution numérique oblige, « les clients supportent de moins en moins les frictions, les « points de douleur » durant leur parcours d'achat, lequel doit donc être fluidifié », affirme Philippe Courbois, directeur de l'innovation chez Auchan, dont les hypermarchés seront les premiers à déployer Fivory au mois de novembre, avant une généralisation à l'ensemble de la galaxie Auchan au printemps 2017.

L'ambition de devenir « un standard » du paiement mobile

En s'associant avec le groupe de grande distribution, Fivory - qui comptait jusqu'à présent quelque 150 commerçants clients à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), autant à Paris et environ 400 à Strasbourg - franchit une nouvelle étape. Et ce, d'autant plus que MasterCard apporte de son côté dans la corbeille de mariage son portefeuille électronique MasterPass, qui revendique la clientèle de 270.000 commerçants dans une trentaine de pays. Un avantage concurrentiel de taille pour Fivory, l'une des clés du succès des solutions de paiement mobile étant d'être disponibles chez suffisamment de commerçants pour susciter l'intérêt des consommateurs, et, réciproquement, de compter assez de clients particuliers pour attirer les enseignes.

À cet égard, Philippe Courbois, chez Auchan, ne voit aucun problème à ce que des concurrents comme Carrefour, Leclerc ou Intermarché rejoignent Fivory, au contraire, il « l'espère. » « La nécessité de disposer d'un réseau de commerçants le plus large possible et d'une solution universelle [indépendante des banques, smartphones et opérateurs de téléphonie utilisés par les clients ;] nous conduit à rejoindre Fivory », renchérit Nicolas Dreyfus, directeur général de Oney, dont le portefeuille électronique Flash'N Pay n'existera donc plus. Place à Fivory, qui a pour ambition de devenir un « standard. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2016 à 9:51 :
euh l'article fais 10 paragraphe sans expliquer en quoi consiste la solution en elle même (RFID, QR code, nfc, autre)
a écrit le 24/06/2016 à 9:14 :
Je comprends que cette application mobile numérise les cartes de fidélité, ce qui est plutôt pas mal pour alléger les portefeuilles.

Hormis cet avantage, quel est l'intérêt par rapport à une carte bancaire, et notamment une carte bancaire dotée du Sans Contact ? Est-ce qu'on peut espérer gagner beaucoup de temps lors du passage en caisse ?
a écrit le 24/06/2016 à 8:24 :
"Au-delà du paiement par smartphone, cette application, par ailleurs gratuite et accessible quels que soient le téléphone, la banque et l'opérateur mobile"

quels que soient le telephone??? l'appli n'est disponible que pour ios et android, tous les tel n'utilisent pas ces 2 OS. Le mien est sous Ubuntu Touch par exemple, je ne peux donc pas installer l'appli.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :