Ces réunions secrètes pour assurer la domination des grandes banques

 |   |  237  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le New York Times vient de révéler l'existence de réunions confidentielles entre les principaux groupes bancaires mondiaux, JPMorgan Chase, Goldman Sachs, et Morgan Stanley.

D'après l'édition du New York Times de dimanche, les grandes banques qui dominent le marché très opaque et lucratif des produits dérivés tiennent des réunions secrètes une fois par mois pour maintenir leur suprématie.

"Ces hommes partagent un objectif: protéger les intérêts des grandes banques dans le marché des dérivés, l'un des domaines les plus lucratifs et controversés de la finance", écrit le quotidien. Ces hommes qui viennent "notamment de JPMorgan Chase, Goldman Sachs et Morgan Stanley", "partagent aussi un secret: les détails de leurs réunions, et même leurs identités, qui sont totalement confidentielles". "Ces banquiers forment une commission puissante qui permet de superviser les dérivés", des instruments qui, notamment dans les secteurs de l'assurance ou du pétrole, aident à se prémunir de risques, explique le quotidien.

En théorie, "ce groupe existe pour préserver l'intégrité de ce marché de milliers de milliards de dollars", mais en réalité "il défend également la domination des grandes banques".

"Les banques de ce groupe, qui sont affiliées à une nouvelle chambre de compensation de dérivés", "se sont battues pour bloquer l'entrée d'autres banques sur ce marché, et elles essaient d'entraver les efforts destinés à rendre toute l'information sur les prix et les commissions disponible pour tous", ajoute l'article du New York Times.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2012 à 16:01 :
Mais chez nous aussi ça existe, oui oui. Les opérateurs téléphoniques le font, si si, les marchands de lessive aussi. Même les pétroliers dont on connaît pourtant la probité légendaire.Et je peux même vous donner le bon chiffre de l'entente cordiale mondiale, le 3.Moins, c'est trop voyant, plus, ça complique et c'est surtout moins rentable.Et nous, gros benêts, on croit que nos gouvernants font des choses pour réguler tout ça. Que nenni, il n'en n'est rien, ils sont pieds et poings liés, mais au passage ils "touchent".
a écrit le 30/12/2011 à 11:55 :
Tout est à mettre à plat : les connus, les pas connus de ces réunions secrètes, les américains ont bien réussi à avoir Ben Laden, alors, sauf s'ils sont dans le coup, les règles des bourses sont toutes à revoir. La chute des Etats ne leur importe peu, on ne peut s'étonner que les gens deviennent de plus en plus dangereux pour vivre ou simplement survivre. Ca n'a que trop duré d'affamer les populations. Le secret est important car ils ne seraient déjà plus là et ils le savent. Attention.
a écrit le 16/12/2010 à 23:58 :
A mon sens il ne s'agit pas de collusion pour fixer les prix, seulement de collusion pour limiter les nouveaux entrants dans le marché qui seraient peut être plus capables de baisser leurs prix (d'ailleurs je crois que l'article dans le Times est explicite là dessus). Les participants de ce genre de réunion ne sont pas des "dirigeants occultes", simplement probablement des chefs de desks de dérivés. Il n'y a pas de "manipulation", simplement quelques dirigeants plutôt senior et très bien payés qui veulent conserver leur rente de situation, en gardant le marché opaque.
a écrit le 15/12/2010 à 8:51 :
C'est parfaitement logique ! Je pense de plus en plus souvent à cette histoire des "Protocoles des sages de Sion" faux document censé être un plan de conquête du monde par les Juifs et la franc-maçonnerie, inventé en Russie. Je pense qu'en toute bonne logique il devrait se matérialiser de nos jours un genre de "Gouvernement occulte du monde" à une époque où la mondialisation et internet permet à ce genre de structure de prendre forme. Ce qui serait anormal, c'est que cela ne se fasse pas ...
a écrit le 14/12/2010 à 7:50 :
Tiens, on nous refait le coup des protocoles des sages de Sion.
a écrit le 13/12/2010 à 23:18 :
Convoquer les dirigeants à comparaître devant la commission d'enquête du Congres. Ils devront s'expliquer.
a écrit le 13/12/2010 à 23:07 :
Et en France Quid?
a écrit le 13/12/2010 à 19:02 :
C'est seulement maintenant que le "New York Times" découvre ça?
Il y a longtemps que l'on connaît l'existence de réunions secrètes entres les "dirigeants" de ce monde et divers personnages!!!
a écrit le 13/12/2010 à 18:40 :
Voilà un non évènement journalistique, les ententes illicites (prix, parts de marchés,partage des zones....) sont monnaies courantes sous toutes les latitudes et depuis des lustres et parfois avec un bon oeil aveugle!!!! de l'Etat, alors ce type d'info vient-elle d'un journaliste novice dans le monde économique????
a écrit le 13/12/2010 à 17:06 :
Naïf : C'est quoi un cartel ?
a écrit le 13/12/2010 à 15:46 :
Il suffirait simplement que les élus de la nation soient animateurs de ces réunions pour que la démocratie reprenne le dessus,...
Réponse de le 13/12/2010 à 23:08 :
+1
a écrit le 13/12/2010 à 12:55 :
ils sont si "puissant" que toute personne se mettant en travers de leurs intérêts est systématiquement éliminé... plusieurs présidents américain sont mort assassinés pour avoir chercher à se libérer de leur domination
Réponse de le 14/12/2010 à 18:10 :
Ah bon vite donnez nous les noms de ces malheureux car depuis Kennedy je n'en connais pas et avant il faut remonter très très loin...faut pas trop croire ce que racontent les romans
a écrit le 13/12/2010 à 12:28 :
Seuls les naïfs peuvent être surpris par cette information. Dans la plupart des branches professionnelles de telles ententes existent, que ce soit localement ou à l'international. La véritable concurrence -sauf lors d'une conquête de marché, c'est à dire d'un acte précurseur et/ou prédateur et hostile...et encore... - n'existe qu'à la marge. L'entente sur les fondamentaux, plus ou moins formalisée, règne entre les principaux acteurs d'un même métier. Ceci est vrai pour la banque et pour beaucoup d'autres secteurs comme la distribution ou la téléphonie mobile. Le problème avec le secteur bancaire est que son entente interfère non seulement sur son propre secteur mais sur l'ensemble de l'économie.
a écrit le 13/12/2010 à 11:21 :
N'avons nous pas la même configuration en France sur le marché des dettes structurées des collectivités locales. Avec l'impossibilité de se refinancement ou de swaper chez une autre banque la dette d'un confrère ?
a écrit le 13/12/2010 à 10:37 :
voila pourquoi on peut rien leurs dire.....rigueur budgétaire pour les gens et niches juridiques pour la finance....
D'un autre côté, on ne découvre rien mais le plus surprenant, on ne fait rien....
Réponse de le 13/12/2010 à 23:10 :
La colère monte, monte. Il faut juste un élément déclencheur plus important que cantona.
a écrit le 13/12/2010 à 10:23 :
Ce que je ne comprends pas c'est que l'on sait tous plus ou moins que ces genres de choses ont cour mais que personne ne fait rien
a écrit le 13/12/2010 à 8:33 :
comme on disait chez moi ,on decouvre la lune
a écrit le 13/12/2010 à 7:31 :
Pas surprenant cette news. Le nouvel ordre mondial s'est installé au dessus des lois et regit l'economie et donc le monde selon ses propres regles definies lors de leurs reunions et arrangements entre "amis".
Réponse de le 13/12/2010 à 8:45 :
c'est normal...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :