Exclusion bancaire : des associations se mobilisent

La Croix-Rouge, le Secours Catholique et l'UNCCAS comptent créer une entité qui certifiera les banques pratiquant le mieux l'« inclusion » bancaire.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Plus de 5 millions de Français sont aujourd'hui victimes d'exclusion bancaire. Étonnant à première vue quand on sait que 99 % de la population française a accès à un compte bancaire. Mais l'exclusion bancaire ne se définit pas uniquement par la possession ou non d'un compte bancaire. Il s'agit davantage du « processus par lequel une personne rencontre de telles difficultés bancaires d'accès et/ou d'usage qu'elle ne peut mener une vie normale dans la société qui est la sienne », selon une thèse universitaire de Georges Gloukoviezoff.

Les exclus bancaires désignent notamment les interdits bancaires, les personnes victimes de frais bancaires ou des taux de crédits renouvelables trop élevés, ou encore celles n'ayant pas accès aux services de base (carte de crédit ou chéquier).

Dans un manifeste pour l'inclusion bancaire en France des populations fragiles présenté mercredi, l'Union nationale des centres communaux d'action sociale (UNCCAS), la Croix-Rouge française et le Secours catholique proposent « de lutter à grande échelle contre une forme latente d'exclusion sociale ». En effet, « l'exclusion bancaire provoque et aggrave la spirale de l'exclusion sociale », estime le professeur Jean-François Mattei, président de la Croix-Rouge française.

Politiques d'accompagnement

Les trois associations préconisent la création d'une entité où les banques, les associations et le secteur public seraient représentés. Elle serait financée par le Fonds de cohésion sociale et ne verrait pas le jour avant début 2013. Elle aurait pour mission d'agréger les informations concernant la stratégie des établissements financiers à l'égard des clientèles fragiles, notamment avec l'aide de la Banque de France, pour créer des indicateurs d'inclusion bancaire. À la lecture des résultats, la nouvelle entité certifiera ou non les établissements financiers et rendra cette certification publique.

Le manifeste des trois associations préconise aussi de développer des politiques d'accompagnement des populations fragiles sur les questions budgétaires et de surendettement, en s'inspirant d'expériences qui ont fonctionné et qui ont été réalisées à l'étranger ou en France pour réduire l'endettement des plus fragiles.

Le collectif d'associations a déjà l'appui de La Banque Postale pour qui le manifeste « s'inscrit dans la droite ligne des pratiques de La Banque Postale vis-à-vis des clientèles fragiles ».

La Fédération bancaire française estime pour sa part « contestables certaines affirmations » du manifeste ». « Ce n'est pas au niveau de l'accès aux services bancaires que se situe principalement le problème », affirme notamment la fédération, qui estime que des progrès considérables ont été réalisés depuis le début des années 2000.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 08/12/2011 à 17:36
Signaler
Bonjour, Et oui comment sortir de la spirale des multiples fichages qui vous interdisent de rebondir dans la vie. Vous avez échoué une fois en déposant le bilan allant vers la liquidation judiciaire et bien en France c'est fini car vous êtes inscrit...

le 09/12/2011 à 9:21
Signaler
ça existe et ça s'appelle le surendettement. y'a aussi certains qui sont champions des depots de bilan et ça les dérange pas de laisser des ardoises tant à la banque mais à mon avis plus graves chez d'autres entreprises (leurs ex fournisseurs) qui eu...

à écrit le 08/12/2011 à 10:55
Signaler
Il faut surtout souligner que les banques créent elles-mêmes ces situations en multipliant et en alourdissant les commissions pour découvert, alors que les découverts sont quasi inévitables quand on vit avec le SMIC ou moins. Il faut également incrim...

le 08/12/2011 à 12:38
Signaler
avec un smic, faut renoncer à beaucoup de chose, même l'edf.. la faute à qui, aux banques? tu poses mal le pb, c'est pas de la faute des banques si les gens ne gagnent pas assez d'argent pour vivre decemment et ne pas être exclu socialement.. fait ch...

à écrit le 08/12/2011 à 8:58
Signaler
En même temps c'est aussi compréhensible qu'on donne pas de moyens de paiements aux gens qui savent pas les gérer...

le 08/12/2011 à 12:25
Signaler
C'est vrai, mais n'est ce pas le même cas pour l'état Français! Ne payons donc plus d'impôts !

le 09/12/2011 à 22:14
Signaler
En effet, il faut aider les gens qui ont une mauvaise passe. Il faut faire plus attention avec ceux qui ne reculent devant aucune dépense sans se soucier du financement. Là, il faut interdire le crédit, sauf modèle particulier.

à écrit le 08/12/2011 à 7:59
Signaler
Il est grand temps que quelqu'un prenne réellement en main la situation. Même le représentants de l' Etat sont impuissants face au laxisme des banques et des organismes de crédits qui multiplient les fichiers ou banques de données plus ou moins légau...

le 08/12/2011 à 12:10
Signaler
il existe le fichier Banque de France pour les rejets de chèques, et le fichier FICP pour les incidents de paiement lié aux crédits (par exemple des amortissements mis en compte d'impayés)ou aux découvert (client qui ne rembourse pas son découvert et...

le 08/12/2011 à 12:40
Signaler
veut bien croire que ça doit être vrai.. N'empêche, quand les banques ont proposés un fichier national qui permettrait de voir pour chaque client combien de crédit il détient.. tolé de la cnil!! et après ils viennent pleurer!! tout se fait par déclar...

le 08/12/2011 à 13:02
Signaler
70% des gens qui n'ont pas de carte bancaire, c'est parcequ'on leur l'a retiré parcequ'ils faisaint n'importe quoi...les 30 autres % parcequ'ils n'en n'ont jamais voulu. De qui se moque-t-on ? Et puis franchement, il n'y a pas des problèmes plus grav...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.