L'introduction en Bourse de Facebook, un jackpot pour le capital-risque

 |   |  412  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les investisseurs de la première heure, comme le fonds Accel Partners, récolteront jusqu'à 800 fois leur mise initiale, lors de l'introduction en Bourse de Facebook. Du jamais vu dans l'histoire du capital-risque.

L'introduction en Bourse de Facebook va faire des milliardaires. Pas seulement parmi les salariés du réseau social américain, au premier rang desquels figure le patron du groupe, Mark Zuckerberg. Mais également au sein de la communauté des investisseurs de la première heure. A savoir les sociétés de capital-risque qui ont cru dans le projet du tout jeune étudiant de Harvard dès 2005, soit un an seulement après la création de Facebook. Il y a sept ans, le fonds américain Accel Partners avait investi 12,7 millions de dollars dans le réseau social. A l'époque, Facebook valait 100 millions de dollars seulement. Aujourd'hui, sur la base d'une valorisation de Facebook estimée entre 75 et 100 milliards de dollars, la participation de 11,4% d'Accel Partners dans le capital vaut... près de dix milliards. Soit près de 800 fois sa mise initiale! Du jamais vu dans l'histoire du capital-risque.

Greylock et Meritech voient leur mise multipliée par 176

Comme Accel Partners, les fonds américains Greylock Partners et Meritech Capital Partners peuvent se frotter les mains. Chacun d'entre eux avait placé 12,5 millions de dollars dans Facebook en 2006. En un an, la valorisation du groupe avait déjà quintuplé mais elle n'était encore "que" de 500 millions de dollars. Aujourd'hui, banco! La valeur des participations de Greylock et de Meritech flirte avec les deux milliards de dollars, soit une multiplication par 176 en moins de six ans... Digital Sky Technologies (DST) a lui aussi eu le nez creux. Le fonds russe avait investi 200 millions de dollars dans le groupe de Zuckerberg, en 2009. Ses 5,4% du capital sont désormais valorisés près de 5 milliards de dollars. DST a ainsi fait une très jolie culbute de 24 fois sa mise, en moins de trois ans.

Des plus-values qui financeront les Facebook et Google de demain

Que vont faire les sociétés de capital-risque de ces gigantesques plus-values? Tout d'abord, rien ne dit que toutes céderont leurs titres Facebook lors de l'introduction en Bourse, compte tenu du potentiel que recèle encore le réseau social. Les fonds qui se désengageront, en totalité ou partiellement, garderont une partie de la plus-value engrangée, cela fait partie de leur rémunération. Le solde, c'est-à-dire l'essentiel, ira à leurs actionnaires, à savoir des fonds de pension, des compagnies d'assurance, etc. Des investisseurs institutionnels qui devraient s'empresser de réinvestir une partie de ce pactole dans les Facebook et Google de demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2012 à 15:32 :
ou va etre coté le titre ? nasdaq ? dj ?
a écrit le 08/02/2012 à 20:00 :
Sur le marché secondaire il était possible d'acheter des actions facebook , elles valaient environ 25/30$ début 2011, c'était une superbe opportunité de rentrer ds Facebook avant ipo. L'opération va être juteuse :)
a écrit le 08/02/2012 à 16:14 :
@une futilité comme Facebook vaudrait 100 milliards de dollards, alors qu'on peut monter la même "chose" pour à tout casser.... 100 millions d'euros en Europe, les amerlocs et les fonds d'investissements prennent les gens pour des décervelés. Ce qu'ils sont peut être.
a écrit le 08/02/2012 à 15:21 :
Mon fils et ma fille totalisent à eux deux 27 comptes facebook sous des pseudos différents pour avoir notamment des amis dociles pour jouer en ligne. je suis très sceptique sur les infos que recueillent les comptes mais aussi sur le nombre réel de comptes. Ce sera le jackpot pour ceux qui ont des actions s'ils les vendent vite. Dans un an on en reparlera. ca sent la mega bulle facebook...
a écrit le 08/02/2012 à 13:40 :
Encore faut-il pouvoir en réserver....
a écrit le 08/02/2012 à 12:08 :
bravo à ceux qui ont investi dés le départ, ceux qui vont acheter aujourd'hui vont se faire plumer, c'est la technique habituelle de la bulle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :