Quand Mr Smith dénonce les pratiques de Goldman Sachs

Il s'appelle Greg Smith et dans la plus pure tradition des "wistleblowers", il vient de tirer le signal d'alarme contre sa banque, Goldman Sachs, dans le New York Times. Ancien responsable des produits dérivés en Europe, Afrique et Moyen-Orient, il dénonce le culte du profit de la puissante grande banque d'affaires américaine qui selon lui privilégierait ses intérêts au détriment de ceux de ces clients. Une accusation déjà formulée pendant la crise des subprimes et qui a fait l'objet de nombreuses procédures judiciaires.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Un cadre supérieur de Goldman Sachs, claquant la porte au bout de 12 ans, a dénoncé mercredi dans une tribune au New York Times la culture d'entreprise "toxique" de la grande banque d'affaires, qui privilégierait systématiquement ses profits au détriment de ceux de ses clients. Greg Smith, qui indique démissionner mercredi de son poste de directeur exécutif et responsable des produits dérivés américains en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, affirme que "les intérêts des clients continuent à passer au second plan dans la façon dont la banque fonctionne et pense à gagner de l'argent".

"Quand les livres d'histoire seront écrits sur Goldman Sachs, ils pourraient bien montrer que le PDG actuel, Lloyd Blankfein, et le président, Gary Cohn, ont laissé tomber la culture de la firme quand ils en tenaient les rênes. Je crois réellement que ce déclin de la fibre morale de la firme représente la menace la plus sérieuse pour sa survie à long terme", écrit M. Smith. Selon lui, c'est arrivé au point que "celui qui gagne assez d'argent pour la banque, à condition qu'il ne soit pas un assassin, sera promu à un poste influent" de Goldman Sachs.

Goldman Sachs a rejeté les accusations de cette lettre ouverte assassine pour son image de grande banque d'affaires. "Nous sommes en désaccord avec l'opinion exprimée qui, selon nous, n'illustre pas notre façon de gérer nos affaires", a indiqué un porte-parole de la banque. "A notre avis, nous ne pourrons réussir que si nos clients réussissent. Cette vérité fondamentale est au coeur de notre comportement". Dans un mémo interne reproduit par l'agence Bloomberg, Loyd C Blankfein, le président de la banque répond aux accusations de son ancien employé (lire ici le mémo), signe que l'affaire prend un vaste ampleur à Wall Street.

Mais M. Smith, ancien membre de l'équipe de recrutement de la banque, chargé de repérer dans les universités les étudiants les plus prometteurs pour les convaincre de la rejoindre, cite plusieurs anecdotes à l'appui de ses accusations. "Ca me rend malade de voir comment les gens parlent de façon ignoble d'arnaquer leurs clients", écrit-il.

"Depuis 12 mois j'ai vu cinq différents directeurs généraux parler de leurs propres clients comme de "pantins", quelque fois dans des courriels internes", ajoute-t-il, alors même que ce genre de comportements a été abondamment dénoncé ces dernières années dans des enquêtes judiciaires et parlementaires, comme l'affaire de "Fabulous Fab", alias Fabrice Tourre. M. Tourre est un cadre français de la banque poursuivi pour avoir trompé des investisseurs en leur vendant des produits financiers complexes et très risqués adossés au marché immobilier américain.

"Je n'ai connaissance d'aucun comportement illégal", écrit encore M. Smith. "Mais est-ce que les gens (de Goldman) poussent leurs clients à acheter des produits lucratifs et compliqués, même s'ils ne sont pas les plus simples ou s'ils ne correspondent pas à leurs besoins? Absolument. Tous les jours, en fait".

"J'espère que ceci sera un signal d'alarme pour le conseil d'administration", conclut-il. "Replacez le client au centre de vos activités. Sans clients, vous ne gagnerez pas d'argent, en fait vous n'existerez pas. Eliminez les gens qui n'ont pas de morale, sans considération de l'argent qu'ils font gagner à la banque. Et rétablissez la culture d'entreprise pour que les gens veuillent travailler ici pour les bonnes raisons".

Voir le lien avec l'article  "Why I'm leaving Goldman Sachs" sur le site du New York Times.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 34
à écrit le 16/03/2012 à 16:09
Signaler
ATTENTION ATTENTION A LIRE ABSOLUMENT Parfois, il est plus important d?agir vite. Imaginez un projet qui a le potentiel pour devenir le nouveau GOOGLE ou FACEBOOK et cela grâce à vous et moi. Une future page d'accueil/moteur de recherche style google...

à écrit le 16/03/2012 à 1:05
Signaler
arretez de vous appitoyer sur son sort ! le type s'est juste fait honteusement degager ou n'a pas recu le mega bonus que GS lui avait promis. il est degoute, il ne peut rien faire, alors il a decide de balancer dans la presse. faut pas chercher plus ...

le 16/03/2012 à 5:20
Signaler
A quel moment a t-il critiqué le fait de gagner de l'argent ? Il me semble au contraire dire : "Sans clients, vous ne gagnerez pas d'argent", donc il me semble être d'accord avec l'objectif de gagner de l'argent. Il dit simplement qu'il faut être prê...

à écrit le 15/03/2012 à 18:11
Signaler
Mouais, il faut arrêter de dire que ce mec était haut placé chez GS, il était executive director, ce qui veut dire qu'il y a bien quelques milliers de personnes au dessus de lui ou à son niveau... Vu le turnover de ce genre de banque, avoir ce type d...

à écrit le 15/03/2012 à 15:46
Signaler
N'est-ce pas l'un des socles de toute entreprise : faire passer ses propres interêts avant ceux du client. Le client, s'il n'est pas content, il s'en va. S'il reste, c'est qu'il y trouve son compte.

le 15/03/2012 à 16:17
Signaler
Sans client, pas d'entreprise. "Faire passer ses propres intérêts avant ceux des clients" définit le socle commun des services publics ou des monopoles proches du pouvoir, mais est à l'opposé des entreprises en concurrence.

à écrit le 15/03/2012 à 13:09
Signaler
il defonce une porte ouverte. Depuis la Grece, tout client qui fait appel a GS sait pertinament ou il met les pieds. C'est comme traiter avec la mafia, on y va pour des raisons obscures sachant qu'on s'y fera plumer.

à écrit le 15/03/2012 à 11:41
Signaler
Et il a mis plus de dix ans a s apercevoir que GS truffait ses clients? J ai des doutes :-)... Ca fait bien 30 ans que ces etablissements chassent le pigeon au bazooka ils s en foutent de planter le client ou de le perdre du moment que ca rapporte.. ...

le 15/03/2012 à 12:13
Signaler
En plus s il avait vraiment ce profil de "gentil conseillé" il n'aurait jamais été embauché par GS ou pas conservé et promu au poste qu'il occupait....

le 15/03/2012 à 14:09
Signaler
je suis tout à fait d'accore avec toi. à mon avis, ce mr est, on ne peut plus que suspecte, de vouloir jouer lex innocents aux mains sales. sinon, pourquoi c'est seulement maintenant qu'il semble se réveiller? et puis, peut-il nous donner un seul exe...

à écrit le 15/03/2012 à 8:02
Signaler
les "conseillers de clientèle", qui ne sont pas les payeurs defendent bien sûr en priorité les intérêts de la banque au detriment du client...!!!

à écrit le 15/03/2012 à 1:29
Signaler
On pourrait se méfier des déclarations de quelqu'un qui sort en claquant la porte. A-t-il reçu un bonus cette année?

à écrit le 14/03/2012 à 22:05
Signaler
Obama, nous l'avons dit et redit n'est pas Roosevelt, non pas que Roosevelt n'ait pas cédé ou fini par cédé aux intérêts supérieurs US dans certains cas ou secteurs, mais au moins Roosevelt a fait mettre le patron de JP Morgan en taule, c'était pas g...

le 15/03/2012 à 8:57
Signaler
parfaitement résumé ...hélas +1

le 15/03/2012 à 12:22
Signaler
"Interdisons" est un mot bien français. Culture de la répression, de l'interdit. Puisqu'on est dans un système capitaliste, pourquoi s'étonne-t-on que Goldman Sachs veut faire des profits faramineux? Ceux qui investissent là-dedans sont-ils des gen...

le 15/03/2012 à 15:16
Signaler
encore une fois le capitalisme ce n est pas ca revoyez vos fondamentaux et sortez de la vision du communiste de base

le 15/03/2012 à 16:29
Signaler
Evidemment qu'une entreprise cherche à gagner de l'argent parce que sinon elle meurt, et c'est très bien ainsi. Gagner de l'argent, c'est-à-dire rendre des services reconnus efficaces et efficients par le travail, l'innovation et l'investissement, co...

le 16/03/2012 à 0:59
Signaler
non non et non ! le role des banques a la base, c'est de servir l'economie. de faire credit pour les entreprises pour financer leurs projets, celles ci embauchant en retour pour concretiser les projets, de faire credit aux gens pour acheter une maiso...

à écrit le 14/03/2012 à 21:52
Signaler
C'est tellement plus facile de le dire en français qu'on va chercher des mots anglais que l'on ne maîtrise pas :-) On dit "whistleblower" et non votre version en anglais correct :-)

à écrit le 14/03/2012 à 18:44
Signaler
... les autres restent à la manoeuvre. Espérons qu'un jour proche, les Draghi, Monti et autres Papademos se retrouveront devant un tribunal.. genre "populaire", (guillotine anyone?) ainsi que tous leurs affidiés.. Cela signifiera la purge d'une finan...

le 15/03/2012 à 8:56
Signaler
hélas c est vous qui avez raison un retour aux bases est nécéssaire c est le seul vrai moyen pour sortir une bonne fois de la crise et recrée de la richesse pour tous ce n est pas uthopique.. mais hélas trois fois hélas je doutes qu on puisse y arriv...

le 15/03/2012 à 9:16
Signaler
Pour que ca arrive, il faut que tout s'écroule définitivement.

le 15/03/2012 à 11:45
Signaler
il faut esperer que les dirigeants seront plus responsables car l ecroulement dont vous parlez n est pas souhaitable des guerres on commencé comme ca et même sans jusque aller jusque la casse serait titanesque

à écrit le 14/03/2012 à 18:04
Signaler
Comment peut-on etre etonne de telles pratiques ? Je suis trader dans une banque francaise et chacun sait ce qu'il se passe au sein d'une banque ...

le 15/03/2012 à 8:44
Signaler
pas pour ça que ca doit pas changer il y a largement de quoi faire de l argent honnetement et main dans la main avec les clients sans aller faire tout et n importe quoi en espérant passer la patate chaude et prendre son bonus avant que ca explose L e...

à écrit le 14/03/2012 à 17:29
Signaler
whistleblower

à écrit le 14/03/2012 à 15:29
Signaler
quand je disais que Goldman est tout ce qu une banque ne doit pas être... je pense que ce doit être un avertissement pour tout banque et même organisme financier il y a suffisament d argent a faire en travaillant correctement dans une recherche d int...

à écrit le 14/03/2012 à 14:26
Signaler
Mon Dieu, quelle abomination ! Une banque, une entreprise ou un particulier qui ose agir en fonction de ses intérêts ! C'est absolument dégoûtant... Ah... ça... mais ça... c'est IN-DE-CENT !

le 14/03/2012 à 15:10
Signaler
François Hollande va moraliser goldman en lui créant une taxe spécialement dédiée ! :)

le 14/03/2012 à 17:50
Signaler
quand on facture un conseil il est anormal de financer l'echec de celui ci, pour fair des profits!

le 14/03/2012 à 18:34
Signaler
Il est normal en tant que conseiller de conseiller un client qui me paie a l'opposé de ses interets pour favoriser les interets de mon employeur. Ethique ? Morale ? Bienveillance ? Des mots interdits dans ma banque.

le 15/03/2012 à 10:53
Signaler
Les clients sont libres d'aller voir ailleurs et d'agir en justice si vraiment GS joue contre leurs intérêts. S'il reste des clients chez GS, c'est qu'ils en retirent un minimum de satisfaction. Non ?

le 16/03/2012 à 5:24
Signaler
@Mais quelle horreur ! Un jour, votre garagiste mettra des plaquettes de frein de contrefaçon dans la voiture qui transporte votre famille. Il dira qu'il a agit en fonction de ses intérêts, lesquels passaient avant les vôtres. Vous lui donnerez rai...

le 16/03/2012 à 7:31
Signaler
GS vs. GS : pour greg smith, il n'a pas eu de bonus (ou moins qu'espéré) et il se lâche dans la presse....et pour GS, ça veut dire que les dés dans cette banque y sont pipés, c-à-d si vous souhaitez y travailler pour servir le client, vous vous trom...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.