L'Espagne va nationaliser Bankia

 |   |  252  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Le gouvernement espagnol "va prendre le contrôle" de Bankia, 4e banque espagnole cotée qui croule sous les actifs immobiliers risqués, et prévoit de contrôler 45% de son capital en convertissant un prêt public en actions, a indiqué mercredi le ministère de l'Economie.

Fin du suspense autour de la nationalisation de Bankia. La 4è banque espagnole cotée en Bourse croule sous les actifs immobiliers risqués, et l'Etat a décidé de la nationaliser pour arrêter la casse. "La valeur nominale de ces participations s'élève à 4,465 milliards d'euros", une somme injectée dans la banque sous forme de prêt public en décembre 2010, indique le ministère dans un communiqué.

Cette opération constituera la huitième intervention publique pour sauver un établissement bancaire en Espagne, depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, qui avait fortement fragilisé le secteur bancaire. Madrid répond ainsi à la demande de Bankia, qui a sollicité mercredi la Banque d'Espagne pour sa nationalisation partielle à travers cette opération, avait indiqué le régulateur.

31,8 milliards d'euros jugés à risque

L'opération, que le ministère de l'Economie affirme vouloir "encourager", consiste à transformer en participation le prêt public octroyé au premier actionnaire de Bankia, Banco Financiero y de Ahorros, à un taux d'intérêt de 7,75% et remboursable sous cinq ans. Après cette opération, qui doit encore être autorisée par les autorités compétentes, "le Frob (fonds public d'aide au secteur financier, ndlr) détiendra indirectement 45% du capital de Bankia, c'est-à-dire qu'il prendra son contrôle", a précisé le ministère de l'Economie.

La banque est, parmi les grands acteurs du secteur, celle dont l'exposition au secteur immobilier est la plus forte: 37,5 milliards d'euros fin 2011, dont 31,8 milliards d'euros jugés à risque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2012 à 13:30 :
ça ne change pas grand chose.l'etat espagnol,en faillite,reprend les passifs pourris d'une banque en faillite
a écrit le 10/05/2012 à 11:32 :
Pourquoi les actionnaires actuels gardent-ils des parts ??? Normalement, quand une boite fait faillite, son actionnaire n'a plus rien ! Je ne comprends toujours pas cette spoliation des citoyens pour laisser des parts aux actionnaires des banques !
Réponse de le 10/05/2012 à 12:47 :
bonne question ? pour tous les gouvernements européens sont-ils aussi cléments avec les actionnaires et les dirigeants des banques ? collusion ?
Réponse de le 10/05/2012 à 13:24 :
Messieurs les journalistes, vous qui avez une voix qui porte plus que la mienne ;-), pourriez-vous svp systématiquement poser cette question aux politiques et souligner cette aberration ? Il me semblerait bcp plus sain de laisser couler les banques, de les racheter 1? symbolique, de les purger, d'établir des règles de bonne gestion puis de les remettre sur les marchés (en vente, pour encaisser de l'argent et compenser au mieux la recapitalisation !).
Réponse de le 10/05/2012 à 14:49 :
Entièrement d'accord c'est ce qu'aurait dû faire Obama mais comme il est financé par les banques et les financiers...il a fait tout le contraire, permettre aux banques d'affaires de se refaire (sauf celles qui ont été bouffées car sans doute plus exposées ou moins introduites dans les sphères du pouvoir) en rachetant des banques de dépôts...c'est ce qu'on appelle du n'importe quoi, de plus la FED a injecté des quantités de fric incroyables après la faillite de LB, et ce n'est pas fini, puisque la FED mène une politique monétaire ultra laxiste permettant à l'Etat US de ne pas réduire ses déficits publics abyssaux et aux marchés financiers donc à tous les sbires qui en vivent directement et indirectement, à mon à vis ça doit faire au moins 30 à 40 millions de pékins et famille incluse, de continuer à prospérer sur du vent.
a écrit le 10/05/2012 à 10:52 :
Ce message s'adresse à certains censeurs (modérateurs) de la Tribune. J'effectue assez régulièrement des commentaires sur un certain nombre de sujets que je connais bien, entre autre celui de la situation financière de l'Espagne et en particulier de son secteur bancaire. Il y a quelques jours, la Tribune publiait un article sur le sujet concernant les nouvelles décisions prises par le gouvernement espagnol concernant les banques. Un de mes commentaires a été censuré au motif que j'invoquai non pas les besoins réels de provisions, ni les montants réels à problème que l'Espagne avait occultés, mais la nécessité pour l'Espagne de nationaliser une bonne partie du système bancaire espagnol (comme ceci a pu être fait en Grande Bretagne et en Irlande) et pas simplement les "cajas". Je rappelle que 9 cajas ont déjà été nationalisées et que Bankia constitue une nouvelle nationalisation, la plus grosse jamais réalisée. Ceci n'est qu'un début, si des évaluateurs indépendants se mettaient à éplucher les comptes des banques espagnoles (mais ceci pourrait aussi concerner les banques allemandes et mêmes françaises) on s'apercevrait que les efforts supplémentaires de provisions demandés aux banques/cajas espagnoles depuis l'avènement du gouvernement Rajoy, soit à peu près 90 milliards d'euros, plus les 30 à 40 milliards à venir sont encore notoirement insuffisants car au total ceci porterait le niveau de provisionnement des banques/cajas à environ 250 milliards d'euros alors que probablement le niveau nécessaire se situe au minimum entre 300 et 350 milliards d'euros pour le seul secteur immobilier. Si on rajoute les risques sur l?Économie hors immobilier, peut être que le montant des provisions nécessaires atteindrait les 400 à 450 milliards, ce qui de facto rend nécessaire la nationalisation de la quasi intégralité du système bancaire espagnol même si l'Etat n'est pas obligé de monter dans chaque entité à 100%, et de rester dans des niveaux de 45% pour certaines grandes banques encore correctement notées (mais pour combien de temps?), bien entendu Bankia dont la situation est catastrophique, doit être nationalisée à 100% et non à 45% seulement comme cela semble prévu pour l'instant.
Réponse de le 10/05/2012 à 11:26 :
Commentaire très intéressant, mais en même temps extrêment inquiétant. Cette crise peut-elle avoir une solution ??? Telle est la question...
Réponse de le 10/05/2012 à 12:02 :
Ce qui est inquiétant c'est de constater que les apparatchiks et les technocrates qui sont ceux qui tiennent le pouvoir dans les banques en Espagne (et ailleurs), sont peu à peu virés mais avec quelle lenteur (c'est le cas de Rato le patron du Bankia, un grand ami d'Aznar, ancien ministre de l'économie et ancien patron du FMI - un incapable notoire dont la responsabilité dans cette fonction a été mise en lumière par un rapport..;commandé par son remplaçant...en l'occurrence DSK), ce qui est inquiétant c'est de constater la responsabilité et l'incompétence ou la couardise des Banques Centrales et des autorités de contrôle et de surveillance des pays dont celles d'Espagne mais je loge à la même enseigne la BdF ou la Bundesbank, ce qui est inquiétant c'est l'incompétence et la couardise des grands cabinets d'audit, les fameux big 4 ou big 5 et les autres qui ont eu le culot de valider des comptes totalement faux.
Réponse de le 10/05/2012 à 15:45 :
Pardonnez-moi mais mon maître que je vénère, Don Quijote, aime bien exagérer un peu histoire sans doute de prêcher le faux pour obtenir enfin des chiffres qui tiennent la route. Donc la réalité aujourd'hui dans les banques/cajas en Espagne en ce qui concerne leurs crédits domestiques c'est qu'on doit être entre 300 à 350 milliards de crédits à problèmes dans l'immobilier, (douteux et substandards) + actifs immobiliers détenus par les banques, et crédits promoteurs dits "sains" (dans lesquels on doit avoir pas mal de restructurés quand même), là dessus si on pratique un taux de provisionnement de 66% ça fait maxi 230 milliards à constituer. Si on considère que les autres crédits à l'économie douteux, ou à problèmes ou substandards à venir totalisent 100 milliards, sur lesquels il conviendrait d'appliquer un taux de provision de 50% ça fait donc un total d'actifs sensibles et douteux de 450 milliards et des provisions à constituer de 275 à 280 milliards. Donc on respire c'est quand même moins que ce mon maître Don Quijote évoquait ce matin dans son commentaire. La dessus avec la première réforme de Rajoy plus celle qui va être annoncée demain, le total des provisions additionnelles requises est de 90 milliards à rapprocher d'environ une centaine de milliards existantes on tournerait autour de 190 milliards, mais c'est là où Don Quijote a raison il manquerait donc encore une centaine de milliards pour être à l'aise.
Réponse de le 10/05/2012 à 18:19 :
Olala 90 milliards et peut être 100 milliards de plus, ça ne se trouve pas sous les sabots d'une Rossinante, 100 milliards c'est plus aujourd'hui que toute la capitalisation des pauvres banques françaises, largement plus.
a écrit le 10/05/2012 à 10:34 :
Le libéralisme sauvage dans toute sa splendeur : privatiser les profit et nationaliser les pertes. Quand cette banque sera à nouveau rentable les "têtes pensantes" de droite et autres suiveurs abrutis viendont nous expliquer le plus naturellement du monde qu'il faut libéraliser l'économie et privatiser les banques sous peine de se faire traiter de communiste.
Réponse de le 10/05/2012 à 10:49 :
Non, ce n'est pas du libéralisme, c'est du copinage. Dans le cadre d'un système véritablement libéral, les banques auraient fait faillites. POINT BARRE.
Réponse de le 10/05/2012 à 14:10 :
@walid
L'administration communiste soutient les banques via les etats !!!!
Il ne faut pas que les epargnants soient ruinés !
Il ne faut pas que les entreprises soient ruivées !
Donc au sauve les banques !!!!!!!
Maintenant, en faisant du capitalisme sauvage, banques, epargnants (petits / gros) , créanciers de toutes sortes AURAIENT DU ETRE RUINES
Réponse de le 10/05/2012 à 15:24 :
@ NIET

Pas si le système bancaire avait été nationalisé
a écrit le 10/05/2012 à 9:46 :
D'ou vient l'argent ????????
Réponse de le 10/05/2012 à 10:26 :
Dieu François va imposer à Angela et Mario la planche à billets. Je ne vois que ça !
a écrit le 10/05/2012 à 9:32 :
Avec quel argent s'il vous plait !!!
a écrit le 10/05/2012 à 9:05 :
Ce n'est qu'un début. l'Euro est mort ! Bientôt le Franc Hollande. mais que vaudra-t-il ?
Réponse de le 10/05/2012 à 9:33 :
A minima : 6,55957 fois moins !!!
Réponse de le 10/05/2012 à 10:25 :
Soit au moins 66 % de dévaluation. C'est bein ce qu'il me semblait !:)
Réponse de le 10/05/2012 à 15:26 :
Ca fait plutôt 656 % de dévaluation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :