Assurance vie : S&P dégrade la note de "La Mondiale"

 |   |  398  mots
André Renaudin, directeur général du groupe AG2R-La Mondiale. Copyright AFP
André Renaudin, directeur général du groupe AG2R-La Mondiale. Copyright AFP (Crédits : AFP)
L'agence Standard & Poor's dégrade la notation de la mutuelle d'assurance vie La Mondiale qui passe de A- à BBB+ et la place sous perspective négative ce qui signifie qu'elle pourrait encore être abaissée dans les 12 à 24 mois.

La Mondiale est victime de "l'environnement défavorable". L'agence Standard & Poor's a annoncé jeudi 2 août l'abaissement d'un cran de A- à BBB+ et la place sous perspective négative (un nouvel abaissement est donc possible) principalement parce que le contexte économique et financier est susceptible de limiter sa capacité à renforcer ses fonds propres et à maintenir son résultat opérationnel. La conjugaison de la volatilité des marchés, des taux d'intérêts décoissants et la vivacité de la concurrence vont peser sur les bénéfices à venir, sachant que depuis trois ans le résultat net s'est établi en moyenne à 244 millions d'euros et le retour sur fonds propres (ROE, retunr on equity) à 14,1%.

Les commentaires de  Standard & Poor's restent néanmoins globalement positifs sur la situation de La Mondiale (du groupe AG2R-la Mondiale). Son niveau de fonds propres actuel est jugé "bon" mais à la "limite inférieure des critères" de l'agence qui reconnaît néanmoins que des améliorations ont été apportées depuis deux ans.

La position concurrentielle de l'assureur mutualiste est jugé solide en épargne et retraite. La baisse de la collecte en assurance vie-épargne individuelle est en partie compensee par les activités de retraite en contrats collectifs ou individuels ou les versements sont régulierset les retraits impossibles avant l'échéance. Et son intégration au sein du groupe AG2R-La Mondiale lui permet de diversifier son offre et ses ressorts de croissance en prévoyance et santé.

La politique d'investissement est également jugée "saine" avec une faible exposition au risque de crédit et des obligations pour la plupart très bien notées ("investment grade"), un niveau de liquidité élevé (2,6% des actifs en trésorerie) et un  volume d'actions en cours de réduction (8,3% en 2011 dans le portefeuille d'actifs contre 10,4% en 2010).

Dans l'avenir, S&P mise sur une restauration des marges bénficiaires des affaires nouvelles de l'assureur  et sur le maintien d'un niveau de retour sur fonds propres (ROE) "d'au moins 10% en 2012 et 2013". L'agence s'attend aussi à un bénéfice d'exploitation en hausse et à davantage de réduction des coûts. Si la Mondiale suit cette feuille route, S&P se dit prête à réviser la perspectives à "stable" contre une perspective "négative" actuellement celle-ci laissant planer la menace d'une nouvelle dégradation de la note dans les 12 à 24 mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :