Supervision : Les allemands ne veulent pas de la BCE

 |   |  796  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque centrale européenne (BCE) va se voir confier la supervision des grandes banques européennes, mais aussi des plus petites banques, selon le quotidien allemand Handelsblatt. Les Caisses d'épargne allemandes se sentent menacées. Le rôle de l'EBA est clairement remis en cause

Grandes et petites, elles seront toutes sur un pied d'égalité. Selon le quotidien allemand Handelsblatt, la Banque centrale européenne (BCE) va se voir confier la supervision des grandes banques européennes, mais aussi des plus petites banques, qu'elles soient mutualistes ou Caisses d'épargne. Et ce, dans le cadre de la création d'une autorité unique de supervision bancaire, actée lors du sommet européen de la fin juin. Le quotidien allemand cite des sources au sein de la Commission européenne ayant lu le projet en préparation.
Si cette décision d'inclure les petites banques dans la supervision européenne ne concerne que marginalement la France -les Caisses d'épargne et les banques mutualistes régionales y sont intégrées à des grands groupes bancaires-, elle va en revanche à l'encontre des voeux du gouvernement allemand.

Berlin s'insurge

Berlin s'est d'ailleurs empressé de réagir à l'information du Handelsblatt. "Je ne vois aucune nécessité de soumettre à une supervision européenne des banques qui n'ont pas une taille critique pour la stabilité du système financier européen, ni d'activités internationales", a protesté sur le site du Handelsblatt, Michael Meister, numéro deux du groupe parlementaire de la CDU, le parti d'Angela Merkel.
La ministre de la justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, lui a emboîté le pas. "Pour les Caisses d'épargne et les banques mutualistes qui bénéficient d'une forte confiance et qui se sont bien sorties de la crise, il n'y a pas besoin d'un contrôle supplémentaire", affirme-t-elle. Le ministère des finances outre-rhin affiche de son côté son scepticisme, en estimant "qu'il n'est pas réaliste qu'il y ait une surveillance de 6000 établissements bancaires centralisée par la BCE".

Les Caisses d'épargne allemande dans le viseur

Un transfert au niveau européen de la supervision bancaire risquerait en réalité de nuire aux 423 Caisses d'épargne allemandes, premier réseau de banque de détail du pays, ce qui explique les réactions en chaîne du gouvernement allemand. Sortir de la supervision nationale pourrait conduire les Caisses d'épargne à remettre en cause la structure de leur capital. Elles bénéficient en effet d' "apports tacites" de capitaux ou "capital dormant", le plus souvent de la part des pouvoirs publics. Or ce capital n'avait pas été comptabilisé dans les ratios de fonds propres que l'Autorité bancaire européenne avait déterminé en juillet 2011. Ce qui avait durement pénalisé les Caisses allemandes lors des derniers tests de résistance bancaires.
Il n'est donc pas surprenant de voir le président de l'association des Caisses d'épargne, Georg Fahrenschon, affirmer "qu' une surveillance par la BCE concentrée sur les grandes banques européennes serait suffisante". Et d'ajouter "qu' une surveillance bancaire paneuropéenne pour toutes les banques d'Europe serait surdimensionnée et ne serait pas suffisamment proche des réalités du terrain. Ce qui justement revêt une importance considérable pour les établissements qui ont une activité régionale". 

Le secteur privé n'est pas sur la même longueur d'onde

Le président de l'association des banques du secteur privé, Andreas Schmitz, s'est en revanche montré beaucoup plus mesuré que son homologue des Caisses d'épargne. Selon lui, "la crise qui a touché les Caisses d'épargne espagnoles a montré qu'il était impossible de prédire quels établissements ou groupes d'établissements pouvaient menacer la stabilité du système financier". Il se montre du coup septique sur la pertinence d'introduire une supervision bancaire européenne à deux vitesses.
"Ce qui est important, c'est que la surveillance bancaire soit améliorée en comparaison avec la situation actuelle et que son action soit efficiente". "Il ne peut pas y avoir de surveillance laxiste », estime-t-il, faisant implicitement référence à l'Autorité bancaire européenne (EBA), cible de nombreuses critiques ces derniers mois.

L'EBA, cible de nombreuses critiques

Cette dernière n'a tout simplement pas fait ses preuves depuis sa création, le 1er janvier 2011. Installée à Londres, cette instance a multiplié les imprécisions dans l'appréciation des risques bancaires. Lors des tests de résistance menés en 2011, il lui a été reproché d'avoir sous-évalué les besoins de capitalisation des banques du vieux continent, en se basant uniquement sur la dépréciation des dettes souveraines, tout en occultant parallèlement le risque de liquidité. Le cas Dexia est un exemple criant : La banque franco-belge a passé les stress-tests haut la main en juillet, avant d'annoncer son démantèlement moins de quatre mois plus tard...
En outre, l'EBA avait chiffré les besoins des banques européennes en fonds propres à 115 milliards d'euros en décembre dernier, alors qu'une aide européenne de 100 milliards d'euros maximum est maintenant prévue pour les banques espagnoles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2012 à 9:04 :
Les 423 Caisses d´épargne allemandes (Sparkassen) n´opèrent qu´a un niveau régional et sont les partenaires privilégiés des épargants privés ou petites entreprises locales. Ce ne sont pas des instituts qui vivent de «l´ investment banking » , de la spéculation ni des hedge fonds.

Le système de prêts comme pratiqué par les caisses d´épargnes espagnoles est impossible en Allemagne car il est trés strict. Il est pratiquement impossible d´obenur un prêt pour construire supérieur à 70 ou 80 % de la valeur réèlle de l´objet projetté.
Une Sparkasse ne donnera pas jamais de prêt sans une garantie qui excède la hauteur du prêt.

Un deblace comme c´est le cas actuellement en Espagne avec un volume de130 milliards d´enprunts qui ne seront vraisemblablement jamais remboursés est impensable en Allemagne.

Maintenant pourquoi les Sparkassen refuseraient elles un contrôle européen ?
Je ne voie pas trés bien ce qu elles ont à cacher !
a écrit le 18/08/2012 à 19:08 :
la bce a trop de pouvoir attention daanger
a écrit le 18/08/2012 à 16:01 :
On croit rêver! Installer l'EBA à Londres, un pays qui n'utilise même pas l'?uro, aux portes de la City, c'est donner les clés du coffre-fort à un cambrioleur.
Réponse de le 19/08/2012 à 17:55 :
Bonne observation JB38. Ceci va encore dans le même sens, celui d'une aggravation de notre dépendance.
a écrit le 18/08/2012 à 15:55 :
"Andreas Schmitz... se montre septique". Je pensais que les banques c'était une fosse aux lions, c'est aussi une fosse à m....
a écrit le 18/08/2012 à 1:13 :
Ce point de vue est compréhensible, car jusqu'à présent les responsables européens, y compris au niveau des parlements nationaux, se sont montrés impuissants pour comprendre les enjeux liés au problème de la bulle monétaire et défendre le secteur financier et l'industrie. Apparemment, nous n'avons pas de stratèges financiers aux commandes pour défendre nos intérêts.
a écrit le 17/08/2012 à 22:44 :
Les caisse d epargne allemandes possedent normalement les banques locales plus grosses, et ont refuse de les soutenir lors de leurs faillites a cause de Lehmann brother (BW-Bank, etc. qui ont ete soutenues par le contribuable allemand alors que leurs actionnaires .. ces caisses d epargnes auraient du boucher les trous!). Ils refusent maintenant un controle. Bien-sur: ils ne veulent que paraitre profitables mais ne pas prendre les risques.. et ne pas se soumettre a un controle. Ceci est connu. On amasse. Les deficits sont pris par les contribuables. Controlez les!
a écrit le 17/08/2012 à 22:14 :
Quand des pays doivent se soumettre a une ingérence Européenne ils trouvent cela normal (ils ne se sentent pas encore concernés) mais quand leur secteur bancaire doit lui aussi comme tous les autres se soumettre a des contrôles alors ils ne sont plus d'accord ??? C'est quoi ces Allemands qui veulent imposer leur loi aux autres et qui ne veulent pas se soumettre à la loi de tous ??
Réponse de le 18/08/2012 à 0:33 :
bah c'est des allemands, vous les connaissez pas bien on dirait)
a écrit le 17/08/2012 à 19:35 :
6000 PETITS ETS BANCAIRES SONT A SURVEILLER EGALEMENT CONTRE LA FRAUDE FISCALE:en déplaise à andrea M.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :