Scandale du Libor : Bruxelles planche sur une nouvelle réglementation

 |   |  387  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Commission européenne a lancé mercredi une consultation pour déterminer si elle doit légiférer sur la formation des indices servant de référence dans les contrats, notamment financiers, à la suite du scandale du Libor.

Les banques et plus généralement les utilisateurs des taux de référence du marché interbancaire sont appelés à donner leur avis sur les nouvelles règles qui devraient bientôt guider l'élaboration de ces taux.

"Un nouvel exemple de comportements inacceptables de la part des banques"

"Les enquêtes internationales en cours concernant la manipulation des taux du Libor ont mis en évidence un nouvel exemple de comportements inacceptables de la part des banques", explique le commissaire européen en charge du marché intérieur et des services, Michel Barnier, dans un communiqué.
"Des doutes sur l'exactitude et l'intégrité des indices peuvent miner la confiance du marché, provoquer des pertes importantes pour les consommateurs et les investisseurs et fausser l'économie réelle. Il est donc essentiel que des mesures soient prises pour assurer l'intégrité et le processus d'établissement des indices de référence", ajoute M. Barnier.

Le "Liborgate"

Le scandale du Libor a éclaté le 27 juin, lorsque la banque britannique Barclays a révélé qu'elle allait payer environ 360 millions d'euros pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain dans une affaire de manipulation des taux interbancaires Libor (britannique) et Euribor (européen). Depuis, le scandale du Libor s'est étendu à d'autres banques, et des enquêtes ont été ouvertes dans plusieurs pays.

En ligne de mire : les indices liés aux taux d'intérêt, mais aussi les indices des prix de l'immobilier et des matières premières

M. Barnier rappelle que la Commission a proposé de renforcer la directive sur les abus de marché, en introduisant deux amendements concernant les manipulations de taux. Mais, comme il l'a déjà dit fin juillet, il estime que "la seule modification du régime de sanctions ne suffit pas" et qu'"un travail plus large est nécessaire pour réglementer la façon dont les indices sont compilés, produits et utilisés".

La consultation de la Commission, qui se déroulera jusqu'au 15 novembre, est vaste: elle couvrira non seulement les indices liés aux taux d'intérêts comme le Libor, mais aussi les indices des prix de l'immobilier et des matières premières, en cherchant "à identifier les éventuelles lacunes à chaque étape de la production et de l'utilisation de ces indices".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2012 à 11:07 :
Nous sommes dans un espace mondialisé et piloté par la finance. Les quelques intentions Européennes ne feront certainement pas plier les autres régions du monde. Le problème dans tout cela, c'est que la libéralisation des marchés n'apporte pas d'autorégulation, bien au contraire.. Il y a finalement pas mal de banquiers voyous...Euh pardon, le terme est mal approprié, ils ont simplement arrangé certains indices à leur profit !
a écrit le 06/09/2012 à 10:53 :
un exemple concret de la faillite du libéralisme doctrinaire. l'autorégulation ne marche pas , c'est une fumisterie pour permettre à des criminels en col blanc de s'enrichir en dévalisant les autres.
Réponse de le 06/09/2012 à 17:15 :
Non RPR c'est l'inverse du libéralisme justement, le libéralisme ce sont des règles, des lois et une justice forte et indépendante pour justement sanctionner ces magouilles. Sachez pour votre information que la finance est extrêmement régulée, mais que certains escrocs, complices des états mafieux collectivistes, conservateurs et mafieux s'entendent pour tricher. Pour votre information la France, pays extrêmement collectiviste et anti libéral n'est pas exempt de ce genre de scandale, rappelez le scandale du crédit lyonnais avec la complicité de Trichet, ancien gouverneur de la banque de France, mais aussi les Charbonnages de France, Dexia récemment dont l'état français est actionnaire majoritaire, etc..Veuillez ne pas répéter en boucle des inepties qui vous sont servies tous les jours à la télé française, dont les journalistes sont à 90 % de gauche, d'aprés l'INSEE, et surtout commencez par vous fair eune vraie culture économique par vous memes.
a écrit le 06/09/2012 à 9:57 :
C'est très bien de lancer de grandes consultations sur la régulation de ci ou de cela , mais à un moment donné il faut trancher en tant que politique et voter des lois pour mieux encadrer tout cela... mais cela c'est pas demain la veille. Ou sinon on va accoucher d'une souris, et tout va continuer comme avant. A quand des politiques responsables ? J'attends de voir si on fera un suivi miatique de cela et si on aura en détail les nouvelles lois votées, car combien de fois ils ont votés des lois creuses sans contraintes juste pour montrer que leur travail avait abouti. A bouti en terme de vote oui mais en terme d'efficacité = nul
a écrit le 05/09/2012 à 20:32 :
la majorité des commissaires Européens sont passés chez goldman sachs ou équivalent ... bref la tondeuse promet de faire un joli bruit ... mais nous serons encore fois les moutons qui seront tondus ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :